N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 Darling, that's not for you - ft Lizzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Dim 25 Sep - 23:07



Lizzie Ҩ Ida
« Oh Darling, please. You know this shoes is definitely not for you. »  



Le réveil sonne. Nous sommes samedi matin et il est sept heure. Oui c'est bien tôt pour un week-end. Mais il y a des choses qui n'attendent pas. Difficilement mais déjà excitée, tu sors de ton lit. Clope, volets ouverts. Profiter de l'air frais et matinal avant de se diriger vers la cuisine. Il va te falloir un bon petit déjeuner. Ironique lorsque l'on sait que tu n'en avales pas un du lundi au vendredi. Mais pendant tes jours de repos, tu apprécies. Tu n'as pas la sensation de perdre du temps et tu as faim surtout. Assise devant la fenêtre, la radio allumée pour fond sonore. Il y a cette odeur constituée de pain grillé et de l'effluve rassurante de tes draps encore chauds. Ca évoque des souvenirs. Les matinées passées dans le lit avec ce que tu peux appeler ton mari. Ce temps-là où tu pouvais dormir longuement, où tu adorais préparer un énorme repas pour le matin. Que vous ne finissiez pas forcément, parce que vous repartiez dans votre lit. Aujourd'hui t'es là, toute seule dans cet appartement mais ça te convient. Après tout ce que tu as appris, tu te dis que ce n'est pas plus mal. T'as besoin de personne et cette journée sera belle, agréable. C'est sur cette pensée positive que tu décides d'aller prendre une douche. Huit heure moins le quart. Toujours dans les temps. Tu ne dois surtout pas être en retard, sous peine de rater l'une des occasions de l'année. La musique est plus forte et te voilà en train de danser devant ton dressing sûrement un peu trop grand. On y retrouves pas tant de robes que ça. Beaucoup de costumes et de pantalons. Ce côté un peu garçon manqué que tu as toujours eu, transparaît encore. Sauf que t'es d'humeur joyeuse, que le ciel est déjà bleu et que t'as envie pour une fois, d'être cette jeune femme fraîche et printanière qui hante parfois des cauchemars. Alors tu sors cette jupe courte. Chaussure plate après une semaine perchée sur des talons. Un dernier coup d'œil au miroir, tu vérifies que la carte bleue est bien à sa place et la verrou de la porte d'entrée s'active. Huit heure trente.

Trois semaines déjà que tu attends ce jour. Tu avais eu l'information un peu en avance et tu dois remercier les contacts du boulot pour ça. En y réfléchissant tu n'as jamais adoré faire du shopping. Il faut dire que tu n'en as jamais trop eu les moyens. Tu ne te souviens pas de folles après-midis à déambuler dans les magasins, si ce n'est pour Noël, à essayer des tonnes de fringues et repartir avec quarante trois sacs. Ce qui te plaît c'est d'y aller en sachant parfaitement ce que tu veux. La pièce parfaite. Celle dont tu as réellement envie et réellement besoin. C'est sûrement à cause de tes origines plus que modestes et tu es fière de te souvenir de ça. Alors certes, ce que tu achètes est parfois très cher mais tu bosses pour ça, tu économise pour que jamais cela ne te fasse défaut. La mode c'est ton métier, alors tu te dois d'avoir une apparence irréprochable, non ? Une belle excuse. Voiture garée, le magasin est déjà ouvert et tu n'es pas la seule à avoir eu l'idée de venir de bonne heure. Les portes automatiques s'ouvrent, tu te diriges vers la droite sans réfléchir. Au corner des chaussures. Et tu les vois. Le modèle décolleté 554 veau velours, couleur bleu roi. Semelle rouge. Une paire pour chaque taille, pas plus. Il te les faut, tu les as amplement méritées après tous les ascenseurs émotionnels que Seeley t'as fais subir. Alors intérieurement, tu pris pour qu'aucune hystérique ne veuille ces chaussures dans ta pointure précisément.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☆ en ville depuis le : 18/08/2016
☆ messages : 3284
☆ pseudo : raissajoly
☆ avatar : Gemma Arterton
☆ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Ven 30 Sep - 21:08


  

Darling, that's not for you

Bip. Bip. Bip. Bip. Bip. Bip. « Satané réveil ! » criai-je tandis que je tapais sur l’appareil sur l’appareil pour qu’il cesse enfin son vacarme. Les yeux semi-ouverts, les paupières encore lourdes d’un sommeil ininterrompu et bien trop court, j’observai les chiffres numériques qui s’affichaient sur le cadran numérique : 5:00, l’heure à laquelle j’avais l’habitude me réveiller en semaine, quand je devais travailler. Je travaillais habituellement du lundi au samedi, ne pouvant profiter que du dimanche matin pour éventuellement dormir un peu plus qu’à l’accoutumée – ce que je ne faisais jamais en réalité, bien trop enthousiaste à l’idée des centaines de choses que je pouvais faire de ma journée. Ah mais j’oubliais la meilleure ! Nous étions samedi aujourd’hui et je ne travaillais pas. Exceptionnellement. Parce que le cabinet avait pu finir un projet assez colossal cette semaine. Un réel soulagement même si je n’ignorais pas qu’à partir de lundi on croulerait de nouveau sous le boulot. Enfin bref… J’avais donc mis le réveil alors qu’il n’était pas nécessaire. Et me connaissant, je n’allais plus pouvoir m’endormir. Autant se lever et en revenir aux bonnes habitudes ! Je n’irai non pas au travail mais autre part. San Francisco était immense, je trouverais sûrement de quoi m’occuper. Et plus tard dans la journée – qui  sait ? – j’essaierais de contacter les filles – Lexie, Joan, voire même Erin – voir si au moins l’une d’entre elles était disponible pour qu’on puisse se voir, ne serait-ce qu’un bref instant. J’avais toute la journée devant moi après tout. Et si on allait se préparer maintenant ?
Quand je m’installai dans ma voiture, prenant soin de bien attacher ma ceinture, je posai les mains sur le volant en soupirant – pas pour dire mais ces temps-ci soupirer était devenu une fâcheuse habitude… – parce que je réalisai que je ne savais toujours pas quoi faire de ma vie en cette belle journée de samedi. Et il n’était que sept heures et quart passé ! Puis soudain, mes yeux se posèrent sur mon sac à main, gentiment installé sur le siège passager, et je ne pus m’empêcher de songer à l’argent que j’avais pu obtenir à la friperie la dernière fois, en échange de la tonne de vêtements que j’avais ramené pour cause de non-usage. Pourtant mon dressing était encore plein à craquer à cette heure… Bref. Je m’éloigne encore du sujet. Ce que je veux dire c’est que j’avais ENCORE envie de faire du shopping. Et les magasins du centre commercial ouvraient à huit heures : j’avais donc encore quarante-cinq longues minutes devant moi que je perdrais sûrement dans les embouteillages et à chercher une place de stationnement… Ouais ! Et si on faisait cela ? J’allumai la radio, le moteur et hop j’étais partie !
Il était à peine huit heures et cinq minutes selon mon téléphone quand j’entrais dans la fameuse galerie commerciale d’Union Square. Curieusement, il y avait déjà un nombre de personnes assez conséquent pour une heure aussi matinale, même pour un samedi matin ! A moins qu’il y ait un arrivage de nouveautés, cette foule aussi matinale ne pouvait s’expliquer. Ce fut à ce moment que je réalisais vraiment quel jour nous étions ! C’était aujourd’hui que le modèle décolleté 554 veau velours étaient mises en vente ! Entre autres… Priant pour que beaucoup d’autres amatrices comme moi aient perdu la notion du temps, oubliant cet arrivage qu’il fallait s’arracher – une paire par taille seulement ! – et me laissant la joie et l’honneur de les porter. D’un pas rapide, j’entrai dans le magasin en question et me dirigeai de façon confiante vers le rayon des chaussures. Je repérai sans mal la paire de chaussures, je n’étais point la seule à les convoiter, une autre femme était déjà là à les admirer. Je me plaçai à sa droite, et en fit autant. Je les voyais déjà à mes pieds… « Elles sont vraiment magnifiques ! » pensai-je à voix haute, les yeux pétillants et admiratifs devant de telles beautés. Je sursautai néanmoins quand ma voisine me répondit – je ne m’étais pas encore rendue compte que j’avais réellement prononcé ses mots voyez-vous…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Dim 9 Oct - 17:17



La foule ce n'est définitivement pas ton truc. Encore moins lorsque c'est pour une chose aussi futile que des vêtements ou le dernier i-phone en date. Tu n'arrivais pas vraiment à comprendre tout cet engouement et cette précipitation pour quelque chose qu'ils pourraient toujours acheter deux mois plus tard. Non. La plupart des gens veule tout, tout de suite. Être le premier sur tous les terrains afin d'exhiber fièrement à quel point ils sont de parfaits petits moutons. Les soldes ? C'est déjà plus explicable. Mais quand sur internet tu vois des vidéos de nanas complètements ravagées qui se glissent sous la porte à peine ouverte ou bien s'arrachent des mains le dernier jean push-up, tu te dis qu'ils sont tous tombés bien bas. Aujourd'hui on peut trouver des promotions partout et quasiment tout le temps quand on sait où chercher. Sans parler d'internet… pourquoi s'embêter à se retrouver coller à une dizaine de personne quand le tout peut nous être livré bien tranquillement à domicile. Alors quand tu remarques à quel point Union Square se remplit, ca te désespère quelque peu. Pourtant pour ces chaussures là, tu peux bien le supporter. Tu sais ce que tu veux et cette paire est dans ton collimateur depuis quelques temps. Tu n'es pas du genre à acheter de manière compulsive. Il faut que cela réponde à plusieurs critères précis. Il faut que ça aille avec plusieurs fringues dans ton dressing. Tu ne dois pas déjà avoir une autre pièce trop similaire - exception faite des chemises. Et surtout tu ne dois avoir aucun doute sur l'achat. 3 règles d'or qui te permettent d'avoir encore de la place dans ton placard et de rester dans la zone verte de ton compte en banque.

L'agitation monte et tu restes là, à contempler l'objet de tes désirs. Te reposant les questions essentiels quand à cette acquisition, tu t'aperçois que quelqu'un se tient à tes côtés. « Elles sont vraiment magnifiques ! »  Oui, elles le sont. Tu dévisages la jeune femme qui ne semble pas avoir réalisé qu'elle vient de parler à voix haute. Jolie brune de ta stature et sûrement donc de la même pointure que toi. A sa silhouette tu peux déjà dire qu'elle a bon goût et le fait qu'elle convoite ces bijoux tout comme toi le confirme.  « Je suis entièrement d'accord. Ils ont également ces fantastiques manteaux de style officier, noirs aux détails gris presque métallisés. Pile dans la tendance qu'avait annoncée les podiums. » Est-ce que tu ne serais pas en train de l'orienter subtilement vers un autre produit, justement à l'opposé du corner chaussure ? Non pas du tout. Simplement un conseil d'une adepte de mode à une autre dirons nous. Une autre étrangère s'approchent de vous et se penche à la recherche de sa taille. Tu observes, un petit soupire de soulagement s'échappe. Le 6 est toujours là. « Bon il faudrait sûrement se dépêcher avant que tout ne parte. Bon shopping ! » Tu lui adresses un sourire amusé avant de t'approcher et de t'abaisser pour chercher cette fameuse paire. Presque sereine, puisque dans ton esprit, personne ne fera de scène. Après tout tu étais là avant. Aucune raison que cette charmante demoiselle n'essaye de se mettre en travers de ta route. Si éventuellement cela arrivait, il se pourrait que tout sorte. Parfois il suffit juste d'une simple et petite contrariété pour ouvrir des vannes parfaitement fermées et contrôlées.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☆ en ville depuis le : 18/08/2016
☆ messages : 3284
☆ pseudo : raissajoly
☆ avatar : Gemma Arterton
☆ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Mer 12 Oct - 20:25


  

Darling, that's not for you

Non mais vraiment… Quelles beautés ! Ces chaussures semblaient sorties tout droit d’un de mes rêves. Un des plus fous évidemment. Enfin, vous avez compris l’idée. Elles sont magnifiques quoi ! Et puis la couleur ! Il était rare de voir un agencement aussi proche de la perfection entre la coupe de la chaussure, la forme du talon – qui n’était ni trop haut ni trop court à mon goût –, la couleur et tout ce qui faisait d’une paire de chaussures une paire de chaussures quoi ! Les mots me manquaient, vous l’avez remarqué ça aussi je crois. Pourtant des mots, il y en avait qui avaient réussi à s’échapper de mes lèvres, sans que j’en sois réellement consciente. Quatre petits mots que je n’avais su garder pour moi et que ma voisine n’avait pas manqué d’entendre en fin de compte.
Je sursautai légèrement quand ma voisine répondit à ma réplique tout à fait inconsciente. Ce fut à ce moment que je commençais à réellement m’intéresser à ma voisine. Une brune, plutôt jolie, dans la trentaine – peut-être même proche de la quarantaine ? vu que les apparences étaient très souvent trompeuses… -  et d’une taille presque similaire à la mienne. Ce dernier point était plus difficile à évaluer à cause des talons mais selon mes calculs je devais tout de même la dépassait un peu. En tous cas, nous n’étions pas si différentes au niveau de la silhouette, de la carrure. « … Ils ont également ces fantastiques manteaux de style officier, noirs aux détails gris presque métallisés. Pile dans la tendance qu’avaient annoncée les podiums. » Je fronçai les sourcils d’incompréhension, . Soit j’avais manqué un épisode soit elle avait complètement de sujet. Mais pourquoi ? Seulement, je n’avais pas encore eu la curiosité de lui poser la question, appelée par le bonheur vestimentaire que pourrait lui apporter lesdits manteaux. « Oh vraiment ? Ça a l’air prometteur en effet, j’irai jeter un œil à ça après alors. » Il n’empêchait que quelque chose me semblait louche dans cette histoire. J’avais l’habitude de rencontrer des gens lors de mes petites virées shopping mais il y avait quelque chose de différent chez ma congénère. Seulement je peinais à mettre le doigt dessus. J’avais entrouvert la bouche, prête à continuer la discussion lorsqu’une autre femme vint s’emparer d’une des paires. Dieu merci ! (Il était assez ironique que je dise ça sachant que la religion n’était pas mon truc…) Elle n’avait pas pris ma taille. La 6. Il faudrait vraiment que je prenne la mienne avant que quelqu’un s’en empare au lieu de rester là comme une idiote à les admirer. Je pourrais les admirer aussi longtemps que je le voudrais quand elles seront à moi. Pas vrai ? « Bon il faudrait sûrement se dépêcher avant que tout ne parte. Bon shopping ! » On aurait dit qu’elle lisait dans mes pensées. Je répondis d’un hochement de tête – pas sûre qu’elle l’ait vu mais je m’en fichais complètement. J’étais beaucoup trop occupée à me pencher pour récupérer la boîte qui contenait ces chaussures tant adulées, tant rêvées. Seulement quand je l’attrapai enfin, je sentis tout aussi immédiatement une force antagoniste qui essayait de me le voler des mains. En une microseconde à peine, je compris ce qu’il se passait mais je ne pouvais tout de même pas m’empêcher de jeter un œil de façon brève et furtive aux pieds de la brune. Des pieds comme les siens portaient une taille 6. Comme les miens. Non… Mon regard s’orienta sur la boîte à chaussures, tiraillée que je tentai de récupérer de ses griffes. Oh non ! Déjà que je n’avais pas pu profité d’une grasse matinée, je n’allais pas en plus laisser les chaussures de mes rêves me passer sous le nez. Ah non, pas question ! J'aurais pu m'apercevoir de son petit manège un peu plus tôt quand même ! « Je l’ai attrapé avant toi. » Il aurait été peut-être plus polie de la vouvoyer mais pour le coup je n’avais pas réfléchis. En plus, j’avais dit ça alors que je n’en savais rien. Seulement, je devais me chercher un prétexte pour qu’elle me les cède. Quelque chose me disait que ça n’allait pas être de la tarte. « Alors si tu pourrais me la donner sans faire d’histoire, ce serait très gentille. S’il-te-plaît. » dis-je d’un ton faussement aimable. J’espérais que tout ça n’en finisse pas au crêpage de chignons. La dernière fois que j’avais du m’embarquer dans une stupide bagarre ça devait être pendant ma première année de fac. J’étais censée être un peu plus mature maintenant. Bien que ma maturité, je commençais déjà à la remettre en question. Après tout, j’étais déjà prête à me chamailler avec une inconnue pour rien d’autre que des chaussures… « S’il-te-plaît. » réitérai-je, la politesse faisait bien des miracles parfois après tout. Ou pas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Mer 19 Oct - 22:55



Ta technique de diversion n'a absolument pas fonctionné. On ne pourra pas dire que tu n'as pas essayé dans tout les cas. Pourquoi fallait-il qu'autant de gens ait bon goût ? Enfin autant, c'est une façon de parler parce que à Los Angeles ou à San Francisco, parfois c'est préférable de fermer les yeux dans la rue. Agression visuelle du à un surplus de couleur, tu te souviens encore avec douleur de cet été où le fluo était la grande mode.  Attentat à la pudeur avec tous ces cropped tops, ces mini shorts qui dévoilent tout. Oui tu as beau aimé la mode, les habits au point d'en avoir fait ton métier mais il y a des limites. Et les tendances sont parfois beaucoup trop limites pour toi. Ou alors est-ce l'âge ? Non cette option ne te plait pas vraiment. Avec entrain et politesse bien évidement, tu quittes donc cette jeune femme pour partir à la recherche du Saint Graal de la chaussure. Facilement tu trouves la boîte indiquant la pointure numéro six. Toute noire sobre et chic. Tu les vois déjà à l'intérieur, parfaitement rangées. Soigneusement emballées dans un papier luxueusement froissé. Couvertes d'un sac en tissu crème pour les protéger au cas où tu souhaiterais les transporter dans ta valise ou encore leur éviter la poussière. Ce modèle va certainement te coûter une petite fortune. A vrai dire tu n'as même pas regardé le prix. Certes tu as une idée de la tranche mais rien de plus et pour une fois c'est pas plus mal. Tu t'en fiches, tu les mérites largement.

Tes doigts se saisissent de la boîte. Tu tires et là tu sens une résistance. Une resistance qui ne devrait pas exister. Ton regard passe de tes ongles manucurés à d'autres doigts féminins inconnus. Puis le visage de cette brune à qui tu as parlé moins d'une minute plus tôt. Dire que tu es encore plus surprise par la phrase qu'elle te lance que par la situation en elle même ne serait pas mentir. Tu ne peux t'empêcher de rire, légèrement méprisante il faut l'avouer. " J'espère que vous n'êtes pas serieuse ! " Elle a l'air encore plus jeune en prononçant ces mots dignes d'une dispute d'enfants. Sans même le réaliser, tu ne cèdes pas d'un seul millimètre. Sauf qu'elle continue se voulant sûrement impressionnante. La pauvre, si elle savait qu'il t'en faut bien plus pour te déstabiliser. Le probleme ce n'est mas ce qu'elle dit. Ni le ton. C'est plutôt la façon. D'où est ce qu'une parfaite étrangère se permet de te tutoyer ? Ta fierté ressort immédiatement. " Il va falloir arrêter de me tutotyer immédiatement par contre, je vous préviens. " Ta voix est tout ce qu'il y a de plus sérieux. Tu ne supportes pas le manque de respect et tu peux sentir qu'elle est prête à continuer. D'ailleurs elle recommence. Tu vas lui en foutre des s'il te plaît. Très mauvaise période pour te chercher des embrouilles. " Comme si j'allais me laisser intimider par une gamine capricieuse. " Tes yeux lancent déjà des éclairs, prête à lui sauter au cou au moindre instant. Une partie de toi a conscience du ridicule de la situation. Ca nuit totalement à ton image de femme independante, accompli, professionnelle et mature. Sauf que les cinquantes pourcent restant de ton esprit te crient qu'il est hors de question que tu abandonnes ces beautés à une femme qui ne sait pas se tenir, impolie, irrespectueuse, égoïste et tout un tas d'autres qualificatifs pas vraiment flatteurs que tu gardes pour toi. Brutalement une de tes mains se saisit de son poignée, pas le moins du monde effrayée par les contacts physiques, énergiques dirons nous. " Est ce que je dois vraiment en arriver là ? Ces chaussures ne sont absolument pas faites pour vous et je ne veux pas vous faire mal. " Tu fais un pas vers elle, te rapprocher afin de paraître plus persuasive. Et oui, peut-être que ta poigne s'est faite légèrement plus forte sur sa peau. A cet instant tu n'as pas idée de ce que vous venez de demarrez. Ce qui restera un des moments les plus gênants de ta vie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☆ en ville depuis le : 18/08/2016
☆ messages : 3284
☆ pseudo : raissajoly
☆ avatar : Gemma Arterton
☆ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Lun 24 Oct - 17:57


  

Darling, that's not for you

Je n’en revenais pas. Cette femme qui m’avait tout d’abord semblé élégante, de bon goût et fort sympathique avait tenté de me piéger. Je devais quand même lui accorder une chose ; ça avait été très intelligent de sa part de tenter d’appâter la folle de shopping en moi vers une toute autre beauté. Seulement je convoitais avant tout ces chaussures ; le reste m’importait peu pour le moment. Pas même son petit rire méprisant. Je n’avais pas le temps de m’en soucier ; je devais trouver le moyen d’enlever ses sales griffes des chaussures de mes rêves. Ce qui n’allait pas être chose facile apparemment. J’essayais quand même de rester polie – j’en avais oublié le vouvoiement mais c’était l’émotion ça vous comprenez… Vous trouvez ça peut-être exagéré mais c’est sûrement parce que vous êtes loin d’être aussi accroc que moi quand il s’agit de shopping.
« Il va falloir arrêter de me tutoyer immédiatement par contre, je vous préviens. » Sa menace entra par une oreille et sortit par l’autre. On ne pouvait pas non plus m’impressionner aussi facilement. Et tenir tête aux gens était même devenu une de mes spécialités – pas le choix quand on doit supporter un certain Landon… Et il n’y avait pas grand monde qui pouvait autant m’énerver que lui en plus, ce serait ballot que ce soit le cas de ma rivale de chaussures. Gardant mon sang-froid encore un peu plus longtemps, je lui lançai un petit « S’il-te-plaît » bien que je sache que ça ne lui plaise pas. Pas mon problème. « Comme si j'allais me laisser intimider par une gamine capricieuse. » Là par contre, hors de question de garder mon sang froid. Moi, une gamine capricieuse ? « Na mé oh ! C’est pas parce qu’on commence à se faire vieille qu’il faut se permettre de se défouler sur moi comme ça ! » Offusquée, je lui avais dit ça dans un complet je-m’en-foutisme. L’air mauvais, je la défiais du regard en me disant qu’il aurait été tellement utile d’avoir des yeux équipés de laser. Et il lui aurait sûrement manqué une main si ça avait été le cas d’ailleurs. Parce qu’en plus elle avait osé m’attraper le poignée et non pas de façon tendre, au contraire ! « Est ce que je dois vraiment en arriver là ? Ces chaussures ne sont absolument pas faites pour vous et je ne veux pas vous faire mal. » Pour le coup, c’était moi qui étais sur le point de lui demander si elle était sérieuse. Ca servait bien à quelque chose de vouloir rester civilisée quand l’autre n’en avait pas du tout l’intention… Mais clairement pas ! Je jetai un regard noir sur sa main qui un peu plus ne serait pas loin d’enfoncer ses ongles dans mon poignet. « Là tu vas te calmer la vieille ! » haussai-je le ton tandis que je libérais mon bras de son emprise. Je l’affrontai alors du regard une nouvelle fois. « Et TU te prends pour qui ? Pour la première dame ? » Là cette fois-ci, je l’avais tutoyé exprès ! Oh ça oui ! J’avais très bien insisté. Complètement indignée, je repris la parole sans lui laisser le temps de répondre. « A vouloir qu’on la vouvoie, à croire être la seule personne digne de porter de telles chaussures… Je ne suis pas non plus une moins que rien ! » Ceci dit, je la poussais d’une main, suffisamment fort et avec suffisamment d’effet de surprise pour qu’elle recule d’un pas. Je profitai de l’occasion pour arracher la boîte de sa main avec ma main vacante. Je la narguai avec la boîte, alors en ma possession. « On cherche la bagarre ? Parce que moi ça me fait pas peur. De toute façon, les chances sont de mon côté, ma force est ma jeunesse. » Bon, j’arrivais à mes trente ans. Personne ne l’aurait dit en me voyant me battre pour une simple paire de chaussures mais bon… C’était la vieille qui devait en avoir le plus honte de toute façon. Moi je continuerais à la provoquer. « Vieille bique ! » Oh oui ! J’allais le lui rappeler que sa jeunesse était envolée. Il en ferait de même pour moi mais j’avais encore un peu de temps devant moi, moi au moins ! Bon et si on essayait de filer avec les chaussures plutôt ? J’essayais de prendre la fuite vers les caisses…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Sam 29 Oct - 16:17



Tu aurais trouvé la situation très amusante si tu avais été simple spectatrice. Malheureusement ce n'est pas le cas. Dans quelques heures tu te trouveras ridicule, pathétique, risible, immature, détestable et tu en passes. Sur son visage tu vois très bien qu'elle n'en a rien à faire de ton avertissement. Elle veux jouer les fortes têtes? Parfait. Elle n'a pas idée de qui elle a en face d'elle. Ton équipe ne te decrit pas comme étant une bosse autoritaire, têtue et stricte pour rien. Avec toi on file droit. Bien évidemment en dehors du cadre du boulot, tu es une toute autre personne, souriante et joviale. Sauf aujourd'hui. Sa réponse impose à ton visage une légère grimace de dégoût. Toi, vieille en train de se defouler sur cette pauvre enfant pourrie gâtée. Quelle blague, elle a le sens de l'humour. Tu as été des plus polies avec elle, tu lui a souhaité une bonne journée, l'a prévenu subtilement que tu comptais bien prendre cette paire de chaussure et tu l'as même avertis que cela risquer de dégénérer si elle continuait sur sa lancée. Après tout ça, elle ose dire que tu prends du plaisir à agir comme ça ? Elle se fout vraiment de toi.

Brutalement, elle parvient à se dégager de ton emprise, perturbant légèrement ton équilibre. Le ton monte alors qu'elle continue son discours hilarant, attirant l'attention de quelques clientes.  D'une force inattendue, elle te pousse en arrière te forçant à lâcher des mains la précieuse boîte. Tu vois noir. Il n'y a plus aucune place pour l'auto dérision ou pour la délicatesse. " Je me prends pour quelqu'un de bien élevé ! Ce qui n'est visiblement pas votre cas. Digne de chaussures ? Non mais vous devez être complètement tarée ma pauvre fille. " L'envie de rire et de conserver une bonne image te sont complétement sorties de la tête. Impossible de rester sereine lorsqu'une femme de la trentaine se comporte comme une enfant de 6 ans, à la limite de faire une danse de la joie parce qu'elle tient une paire de chaussure. " Vous avez un sérieux problème avec l'âge. Qu'est ce que je disais une fille pourrie gâtée pour pas dire une simple pétasse. " Tu n'as pas le temps d'enchainer qu'elle prend la direction des caisses, victorieuse après ce qui devait se vouloir une insulte élaborée.

Alors dans un élan que tu ne saurais pas expliquer tu te lances à sa poursuite, remerciant ton instinct d'avoir mis ces derbies plates vernies. Tu vois sa silhouette. Moins d'un mètre vous sépare. Déterminée à clairement lui faire manger le parterre tu tends ton bras, attrapant son épaule. Ce que tu n'as pas prévu par contre, c'est de glisser sur une foutue étiquette qu'aucun employé n'a pris le temps de ramasser. La brune continue d'avancer, ton pied droit glisse, ta cheville se tord et tu te sens tomber. Inconsciemment tu te rattrapes à ce que tu vois soit la garce devant toi. Tu enfonces tes ongles dans son vêtements, l'entraînant dans ta chute. Le noir jusqu'à que tu sentes ta tête percuter le sol. Il y a déjà un petit attroupement - dont un homme de la sécurité - autour de vous lorsque que tu trouves le courage d'ouvrir les yeux. C'est un véritable cauchemar. C'est alors qu'une vicieuse idée germe dans ton esprit. " Vous m'insultez et maintenant vous me faites tomber ? " Tu secoues tes bras jouant les indignées, avant de saisir ton propre poignet gauche. La suite du numéro arrive. " Aaah ! Mon poignet… je ne peux pas le bouger. Vous me l'avez au moins foulé espèce de sale hystérique. Monsieur faites quelque chose ?! " Et voilà. Maintenant elle allait se faire virer du magasin et tu pourrais même jouer de ça pour avoir une réduction. Ton plan est parfait. Enfin c'est ce que tu crois.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☆ en ville depuis le : 18/08/2016
☆ messages : 3284
☆ pseudo : raissajoly
☆ avatar : Gemma Arterton
☆ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Jeu 3 Nov - 20:27


  

Darling, that's not for you

La situation commençait à tourner au ridicule. En l’espace d’un instant, celles qui n’étaient que deux femmes s’étaient transformées en deux gamines. On était prêtes à se chamailler comme le feraient deux enfants qui voudraient le même goûter lors de la récréation. Sauf que nous nous étions supposément des ADULTES matures et responsables. Pas une très grande réussite il fallait l’avouer. Je n’en avais cure cependant. Après tout, je faisais ce que je voulais. Et ce que je voulais faire là, c’était acheter cette paire de chaussures. Rien d’autre. Et puis, je ne me serais jamais mise à la pousser si elle n’avait pas commencé elle à vouloir me faire du mal avec ces sales griffes de sorcière sur mon poignet. Et elle avait été la première à me traiter de « gamine capricieuse »… Quelle ironie ! Néanmoins, nous n’en étions qu’au balbutiement du ridicule de la situation. Tout avait surtout dégénéré lorsque j’avais pu lui prendre la boîte des mains.
« Eh bien, regarde bien ce qu’elle fait la pétasse pourrie gâtée… » Je tirai la langue à son attention et m’enfuis vers les caisses. En attendant, c’était moi qui les avait, elle pouvait me traiter de tous les noms, je n’en serais pas moins victorieuse. Du moins, était-ce ce que j’avais cru. Je marchais rapidement, très rapidement en direction des caisses – à défaut de courir vu que j’avais eu la mauvaise idée de mettre des talons – quand je sentis une main m’attraper l’épaule avant qu’elle ne disparaisse aussitôt. Je prenais un nouvel élan, histoire de me mettre à courir ne serait-ce que lentement, comprenant qu’il s’agissait sûrement de la vieille bique. Malheureusement, au lieu de me mettre à courir, je sentis le sol se dérober sous ses pieds, tirée en arrière par un poids. Sans comprendre, je me retrouvais par terre, allongée, après être lourdement tombée sur le coccyx et m’être étalée de tout mon long sur le sol carrelé. La boîte à chaussures, quant à elle, s’en alla valser à quelques mètres plus loin. Je gémis de douleur, pensant m’avoir brisé l’os en question. J’essayais de me relever quand j’entendis la vieille m’accuser de l’avoir fait tomber. Finalement en position assis, je lui jetai un regard mauvais, ignorant la foule qui s’attroupait autour de nous. « Comment çaaaa ?! » m’étranglai-je. « C’est vous qui m’avez fait tombé ! » Déjà qu’on se donnait en spectacle, les répliques faisaient très gamines en plus. Et la voilà qui continuait son cinéma, prétendant que je lui avais foulé le poignet, suppliant l’agent de sécurité qui s’était approché de s’occuper de moi. « Rooh mais… c’est qu’on joue la comédie maintenant ! » Me retenant pour ne pas lui sauter à la gorge, je regardais l’agent de sécurité qui essayait d’intervenir. « Ne la croyez pas ! C’est juste une sale menteuse. » Puis tout à coup, une idée me passa par la tête. « Visionnez les caméras de surveillance, vous verrez que c’est elle qui m’a fait tomber ! » Je la dévisageai de nouveau, un sourire moqueur sur les lèvres. « On va bien voire qui va passer pour l’hystérique maintenant. » Elle m’avait prise pour une idiote et j’allais li montrer de quel bois je me chauffe… Puis c’était que je m’étais vraiment fait mal en tombant. Pétasse elle-même.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   Jeu 1 Déc - 13:04



Toutes les deux au sol, vous avez l'air de gamines que l'ont vient de prendre en flagrant délit. Et si tu es persuadée que même elle se rend compte du ridicule de la situation, aucune n'est prête à lâcher prise. En même temps avec ce que vous avez pu vous dire, il ne faudrait avoir aucune fierté pour présenter ses excuses. Jamais tu n'as céder devant qui que se soit, aujourd'hui n'était certainement pas le jour. L'attention de tout le magasin se porte sur vous. Tu en joues, mais bien évidemment il faut que la rabat-joie l'ouvre et démente. Comme si tu avais fait exprès de tomber. Tu t'étais accrochée à elle simplement dans un instinct de survie. Un réflexe que tout le monde possède. Là où elle n'avait pas tort toutefois c'est en affirmant que tu mentais. Pas naïve pour un sous la brunasse. Tu avais peut être légèrement sous-estimé ton adversaire. " Dites que j'ai voulu vous tuer aussi. Je crois rêver je me fais agresser et vous jouez les innocentes ?! " Ton visage prend une expression outrée, alors que tu te redresses tant bien que mal. Son sourire démoniaque ne t'échappe pas. Tu la pointes du doigt brusquement, chose que tu te souviens être catégorisé comme impoli selon tes parents. Age mental: trois ans. " Vous voyez ! Quel sadisme ! Encore une acheteuse compulsive qui n'a pas eu sa dose ! "

L'éclat d'un téléphone attrape ton œil. Quelqu'un a sans doute la merveilleuse idée de vouloir filmer cette scène hors du commun. Un véritable cirque qui ferait un carton sur les réseaux sociaux. Hors de question. Si ca arrive aux oreilles de tes collaborateurs, ton boulot ainsi que ta réputation sont fichus. Le fameux gars de la sécurité que t'avais interpelé s'approche enfin. Il vous saisit par le bras et là force est de constater que vous avez la même réaction, se débattre. Une fois extirpée de sa poigne de fer, tu arranges rapidement ton allure et c'est alors que ces paroles te reviennent en tête. Ils n'allaient quand même pas vérifier les caméras de surveillance pour une affaire aussi minable que celle-là, si ? Tu fais un pas en direction de la gamine capricieuse et tu sens le bras de ce même agent s'interposer. " C'est bon je vais lui sautera dessus quand même. " Quoique ce n'est pas l'envie qui t'en manque non plus. Tu la contournes rapidement, ramasse au sol ton sac tombé au sol. Tes yeux repèrent la boîte noire contenant le magnifique objet de la discorde. Pire que la pomme d'or d'Éris ces chaussures. Précipitamment et un peu maladroitement tu t'empresses de les prendre en main pendant que ton ennemi essaye de convaincre le public de regarder les vidéos. Et elle semble y arriver puisque tu vois un employé hocher la tête. On dirait bien que tu as perdu la bataille. Ta fierté, ta réputation, ta raison et ta passion pour la mode se battent ardemment à l'intérieur de toi.

Il faut sonner l'heure de la retraite. Pas sans toutefois lui laisser un petit souvenir. " Hé, la bourgeoise coincée ! Je te les laisse avec mon plus grand plaisir. " La concernée se retourne vers toi. Tu sors un escarpin et l'agite en l'air avant de tout simplement lui jeter droit dessus. Tu en fait de même avec la boîte qui touche sa poitrine. Bingo. 50 points pour Ida. " La vieille bique elle t'emmerde chérie! Sur ce bonne journée. " C'est d'un pas décidé que tu quittes la boutique. A croire que San Francisco ne te réussit vraiment pas. Il est déjà temps de repartir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Darling, that's not for you - ft Lizzie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Darling, that's not for you - ft Lizzie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Pride & Prejudice" film de 1940 (Lizzie en crinoline)
» Coucou à tous, fan de Lizzie !
» A propos de Lizzie ...
» [Disney Channel] Lizzie McGuire Reunion (201?)
» Le retour de Lizzie en Final Lap

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: sound of silence :: rps terminés-
Sauter vers: