N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY a fêté dernièrement ses onze mois d'existence. ♡

Partagez | 
 

 After the crime, the light {ft. Elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Landon Saunders
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 17/08/2016
☼ messages : 1771
☼ pseudo : V.
☼ avatar : Evan Peters.
☼ crédits : Schizophrenic&crack in time
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: Oui o/
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: After the crime, the light {ft. Elliot   Mar 30 Aoû - 3:02

After the crime, the light
Elliott&Jeffrey

Début d’après-midi. Je profitais d’être en service, et ma fille encore à l’école, pour passer en coup de vent au commissariat. En temps normal, je savais que je n’étais pas trop le bienvenu, mais disons plutôt que j’avais plusieurs connaissances qui travaillaient là, et qui justifiaient ma venue. Officieuse. L’accueil était tout autre quand j’arpentais ces couloirs pour une autre raison. Une de leurs collaboratrices, amies depuis plusieurs années déjà, m’avait demandé un petit service. En sous-marin. J’étais donc venu, tout naturellement lui donné le résultat de mes recherches, et c’était ce qu’elle craignait le plus. Je ne voulais pas accepter, s’agissant plutôt d’un aspect personnel, mais elle avait réussi à me convaincre et j’avais dû me glisser dans la peau d’un détective privé – pas bien difficile après ce que j’avais déjà pu faire – et suivre son mari, en dehors des heures de travail. Tout en m’occupant de Candice. Autant dire, que le sommeil, ces dernières semaines, je ne savais plus ce que c’était. Surtout que … Je balayais le reste d’un revers de la main.

Après avoir passé une bonne demie heure à lui expliquer ce que j’avais appris, et une autre demie heure à la serrée dans mes bras, pour la consoler, je la quittais enfin. Je me dirigeais vers la sortie du bâtiment, quand une idée me vint et je revins sur mes pas. Je pouvais passer faire un petit coucou à Elliot, qui travaillait pour la scientifique, avec lequel je m’étais lié d’amitié il y a quelques temps en arrière, rencontré sur une scène de crime pas très ragoûtante à son goût. Il faut dire qu’il est encore jeune, et qu’il n’a pas encore eu l’occasion de voir les pires horreurs dont l’humain était capable. Ce jour-là j’avais dû resté auprès de lui un bon moment, le temps qu’il reprenne ses esprits, et depuis, c’était devenu un bon ami. D’ailleurs, j’aimais bien le taquiner, lui rappelant cette fameuse journée. Lui, par contre, n’était toujours pas content, mais l’ambiance entre nous était plutôt bon enfant. Mes pas me menèrent donc vers le sous-sol, là où ils avaient leur bureau. A l’accueil, je demandais à la personne qui occupait ce poste si Monsieur Sherman était là, et hochant la tête, je la remerciais et je poursuivis mon chemin. Je le trouvais au bout de cinq minutes, penché vers le spectromètre de masse, analysant je ne sais pas trop quoi. Travaillant pour le FBI, nous utilisons une autre équipe de scientifique. A pas de loup, je me postais derrière lui, le plus silencieux possible. « Je te dérange ? » Un grand sourire s’afficha sur mon visage. L’effet Elliot. Je ne pourrais pas dire pourquoi, mais dès que je me trouvais en sa présence, c’était comme si tous mes problèmes disparaissaient, alors qu’au fait non, ils étaient juste bien enfoui, pendant un instant. D’ailleurs, en parlant de problème, j’avais besoin de parler. Mais ça pourrait attendre un moment. J’attendis qu’il se retourne pour poursuivre. « Bon, la fouine », nom dont j’avais l’habitude de l’affubler « T’es à la bourre ou tu as le temps pour un petit café ? »
Made by Neon Demon


Take me home tonight. I do anything with you. Buy a bottle of whiskey, we’ll get matching tattoos. Tell me that you love me. Oh let me drive vour car, we can sit to morning ligh. Just countin’ every stars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t948-freak
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: After the crime, the light {ft. Elliot   Mer 31 Aoû - 0:06


Don’t throw stones at me, don’t tell anybody. Had to lose my way to know which road to take. I’m going back to my roots ; another day, another door, another high, another low. Elliot & Jeffrey

After the crime, the light

Aujourd’hui, c’était plus ou moins calme au commissariat, surtout dans le laboratoire en fait. Parce que, dit comme ça, ce n’est jamais calme, un commissariat. Il y aura toujours des problèmes quelque part dans la ville pour que les employés en tout genre s’activent, donnant une impression de grande fourmilière à l’intérieur du bâtiment. Mais de son côté, Elliot devait bien constater qu’il n’y avait pas beaucoup de travail à faire. Enfin, ceci dit, il n’allait pas s’en plaindre, c’est que tout allait plus ou moins bien à San Francisco. Tant qu’il n’y avait pas de supposé meurtre ou de cadavre découvert il-ne-sait-où, tout allait pour le mieux – du moins presque. Enfin, trêve de bavardages, tout ça pour dire que cette semaine, le boulot se faisait rare au labo’, et qu’Elliot ne saurait réellement dire si il préférait ça ou être débordé. Au moins, quand il y avait un tas d’indices à analyser, il ne s’ennuyait pas comme maintenant. À cette pensée, il souffla, puis il s’enfonça dans son siège à roulettes et releva sa manche pour pouvoir apercevoir sa montre et ainsi regarder l’heure qu’il était. Cela faisait environ vingt minutes que son dernier collègue était parti, le laissant ainsi seul dans le laboratoire qu’il trouvait presque flippant quand il était vide comme ça. Enfin qu’importe, il finissait ce qu’il avait à faire et il pourrait enfin sortir d’ici. Pas qu’il en avait marre, mais tout de même, le temps paraissait étrangement long quand on était seul et qu’en plus, on ne faisait rien d’extrêmement intéressant – voire rien du tout tout court, en fait. Ceci dit, en y réfléchissant, il se demandait bien ce qu’il pourrait faire une fois le boulot terminé. Jules était au boulot, les autres aussi sûrement, alors il avait le choix entre rester seul à l’appartement et se poser devant Netflix ou aller quelque part histoire de chasser du Pokémon… oui bon, ça ne surprenait plus personne maintenant, Elliot reste Elliot. Et Elliot a toujours adoré Pokémon, pas étonnant qu’il joue à Pokémon Go du coup. Enfin bref.

Sortant de ses pensées, Elliot releva la tête et posa son regard sur la grosse machine à quelques mètres de là et qui avait coûté une sacrée fortune au laboratoire – ou plutôt à la ville qui finançait souvent ce genre de choses, enfin qu’importe – ; le fameux spectromètre de masse. Bonne nouvelle, au moins il n’était pas spécialement inutile à l’équipe, pas comme certains gadgets qui valaient le prix d’or et dont ils se servaient que quelques fois seulement. Toujours assis sur sa chaise, le jeune homme s’agrippa au bord de la table pour s’élancer vers la machine – ce que c’était pratique un siège à roulettes quand on avait la flemme comme lui, quand même. Et alors qu’il était penché sur le bidule, observant les résultats qu’il lui donnait, il n’entendit pas la personne qui venait d’entrer et qui s’avançait vers lui à pas de loup – surtout qu’il était tant concentré dans ce qu’il faisait qu’il n’y avait aucun moyen pour qu’il l’entende.
Je te dérange ?
Effet garanti, Elliot fit un bon de deux mètres et fut à deux doigts de tomber de sa chaise tant il avait été surpris, ce qu’on voyait parfaitement à ses yeux écarquillés et ses sourcils haussés. Il eut même l’impression que son coeur s’était arrêté, ayant d’ailleurs retenu son souffle l’espace d’une seconde à peine. Et puis, en reprenant ses esprits, il reconnut parfaitement cette voix ; Jeffrey. Forcément, il ne pouvait pas y avoir un autre imbécile de première pour lui foutre une telle frayeur. Il se tourna donc sur sa chaise pour faire face à son aîné, l’air faussement outré de ce qu’il venait de faire.
Tu veux ma mort ou quoi ? s’exclama t-il en le regardant, tandis que l’autre souriait comme un idiot.
Il soupira et se remit en place pour finaliser sa tâche, histoire de ne pas oublier – ce qu’il avait l’habitude de faire quand il était distrait par autre chose en fait – et de ne pas tout laisser en plan non plus. Il était bordélique, mais il tentait de faire un effort au boulot, sachant qu’il n’était pas tout seul dans ce labo’. À l’appart non plus vous me direz, mais ce n’était pas vraiment pareil… enfin bref.
Bon la fouine, t’es à la bourre ou t’as le temps pour un petit café ?
Tu sais ce qu’elle te dit la fouine ?
Il sourit et se leva de sa chaise pour aller récupérer ses affaires ainsi que sa veste, puis il continua, lançant un regard espiègle à Jeffrey :
Elle dit oui pour un p’tit café, mais rien que pour la trouille que tu lui as foutu, c’est toi qui paye.
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Landon Saunders
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 17/08/2016
☼ messages : 1771
☼ pseudo : V.
☼ avatar : Evan Peters.
☼ crédits : Schizophrenic&crack in time
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: Oui o/
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: After the crime, the light {ft. Elliot   Dim 11 Sep - 0:13

After the crime, the light
Elliott&Jeffrey

Elliot fit un bond de deux mètres, tellement il était concentré son spectromètre de masse. Un sourire taquin se dessina sur mes lèvres, me mordant la lèvre pour ne pas partir en fou rire. J’aimais bien le taquiner, mais ce n’était pas le moment, et comme on dit, qui aime bien, châtie bien. Les mains sur les hanches, comme une position de reproche, que prendrait un père ou une mère envers son enfant, je le regardais. « Pas pour tout de suite. Qu’est-ce qu’ils feraient, les autres, sans leur meilleur scientifique ? », répondis-je avec un clin d’œil, avant de poursuivre, sur un ton railleur. « Heureusement que tu n’es pas flic mon vieux. T’aurais les pétoches à longueur de temps ». Je changeais rapidement de sujet, venant directement au fait de ma visite. Un café. J’attendis juste qu’il finisse de faire ce qu’il faisait, patiemment, me posant contre un bureau, derrière moi, les bras croisés. Il ne faisait pas tellement chaud ici dedans. Finalement, au bout d’environ une dizaine de minutes, il quitta son joujou et se dirigea vers son bureau, prenant au passage ses affaires. Je me décollais de la table, tout en m’approchant de lui. « Hum … je ne sais pas », fis-je, tout en posant ma main sur mon menton, réfléchissant, avant de lui lancer une tape dans le dos. « Va pour ce café. De toute façon, je comptais t’inviter, donc la question ne se pose même pas. Par contre, il est hors de question d’en boire un ici. Le jus de chaussette, très peu pour moi ». Sans vraiment attendre de réponse, je refis le chemin inverse, Elliot sur mes talons, afin de revenir à la surface. À l’air libre, à la lumière. Une fois dehors, j’en profitais pour m’allumer une cigarette, le temps de trouver un café potable dans les alentours. Ça ne devait pas être très compliqué. Le seul que je connaissais, et dont je savais que les cafés étaient buvables, était celui au coin de la rue. Le repère des flics. Faute d’autre choix, et surtout d’autres idées, je me dirigeais vers celui-là, mon ami à mes côtés. Une fois arrivé, je me posais sur la terrasse. Autant profiter de la chaleur tant qu’elle était encore là. On ne s’en rendait jamais compte, mais l’hiver arrivait à grand pas. Plus vite de ce qu’on pensait. Une jeune et jolie serveuse fit son apparition, un boc note en main, que je saluai d’un signe de tête pour l’avoir déjà croisée à quelques occasions. « Un café, s’il-te-plaît ». Je crevais d’envie de prendre une bière, surtout si la discussion allait se diriger vers un certain sujet. Je n’étais même pas encore sûr de la lancer, mais j’étais quand même là pour ça. J’avais besoin de parler à quelqu’un, à voir si je me comporterais comme un lâche ou non. Mais, techniquement, j’étais encore en service, donc, pas d’alcool pour moi. Je n’étais déjà pas censé être là, mais n’ayant pas encre de coéquipier, à la suite du décès du précédent, je faisais un peu comme je voulais. J’attendis qu’il patiente à son tour, avant de me lancer. « Depuis le temps, ça se passe ? » Je venais aux nouvelles, avant de me lancer dans la gueule du loup. Il faut dire que ces derniers temps j’étais pris dans une enquête, ou plutôt un grand sac de nœuds, et je n’avais pas réellement eu le temps d’avoir une vie sociale, ne prenant des nouvelles de personnes. Je préférais passer du temps avec ma fille dès que j’étais à la maison. C’était une des seules personnes qui arrivait à mettre un peu de soleil dans ce monde de brutes. « Tu ne m’as, en tout cas, par trop l’air d’être submergé par le travail ». La serveuse revint avec nos boissons, que je remerciais aussi avec un signe de tête. Je posais ma main sur l’anse du verre, attendant qu’il refroidisse. Le silence se fit. Je ne savais pas trop si continuer à formuler des phrases bateau, pour que la discussion tourne en rond, ou aller directement au cœur du problème. Du sujet.  
Made by Neon Demon


Spoiler:
 


Take me home tonight. I do anything with you. Buy a bottle of whiskey, we’ll get matching tattoos. Tell me that you love me. Oh let me drive vour car, we can sit to morning ligh. Just countin’ every stars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t948-freak
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: After the crime, the light {ft. Elliot   Mar 13 Sep - 22:32


Don’t throw stones at me, don’t tell anybody. Had to lose my way to know which road to take. I’m going back to my roots ; another day, another door, another high, another low. Elliot & Jeffrey

After the crime, the light

En y réfléchissant bien, Jeffrey n’avait absolument pas tort, même si ce qu’il disait était bien évidemment de la taquinerie plus qu’autre chose. Non pas pour le fait qu’il serait apparemment le meilleur scientifique – quoique, il se débrouillait vachement bien parfois, mais il était certain que les autres se débrouilleraient très facilement si il n’était plus là. Non, il avait raison sur le fait qu’Elliot aurait fait un très mauvais flic. Déjà, comme il le disait si bien, il n’était pas des plus courageux – même si il l’était plus que certains – et il n’était pas sportif du tout, les course-poursuites à pieds très peu pour lui. Et en plus il ne sait même pas se servir d’un flingue. Il était beaucoup plus doué pour les fioles que pour les armes, c’était sûr et certain.
C’est ça, fous-toi de ma tronche en plus, maugréa le plus jeune.
Bien qu’Elliot était loin d’être vexé de la taquinerie de Jeffrey, loin de là. Il ne l’était jamais, et il ne voyait pas pourquoi ça changerait, surtout avec l’agent du FBI. Ce dernier finit donc par lui proposer le café, ce à quoi le jeune homme avait accepté avec joie si c’était Jeffrey qui payait. Il sourit à la tape amicale qu’il lui donna, et finit même par laisser échapper un léger rire à sa dernière remarque. À croire qu’ici, ils avaient plus de fric pour des machines inutiles que pour des bons cafés. C’est donc sans attendre que, sa veste sur le dos, il suivit son aîné après avoir fermé la porte du laboratoire – à chaque fois on lui faisait la morale quand il était le dernier à partir et qu’il oubliait de le faire. Ils traversèrent le couloir et remontèrent à l’étage, puis quittèrent le commissariat pour déboucher dans la rue bondée de monde et de voitures, comme toujours. Bien vite, alors qu’il marchait toujours à ses côtés Elliot devina où son ami l’emmenait ; le café du coin, celui où tous les flics allaient pour éviter le «jus de chaussettes» comme le disait si bien Jeffrey.


Une fois tous les deux installés sur la terrasse – encore heureux qu’il faisait encore assez doux dehors, sinon Elliot aurait déjà râlé pour aller à l’intérieur… quoique, non, il n’était pas trop du genre à se plaindre pour si peu. Il plissa le nez et jeta un regard circulaire autour de lui, juste le temps avant qu’une serveuse ne vienne à leur table pour prendre leur commande. Ils étaient carrément rapides ici, tiens ; enfin, ce n’était pas pour lui déplaire, au contraire. Il se rendit compte qu’il en avait vraiment besoin, de ce café, après avoir été enfermé presque une journée entière dans le laboratoire à ne rien faire. Il ne put s’empêcher de sourire lorsqu’il entendit Jeffrey tutoyer la jolie serveuse, mais comme à son habitude il ne fit aucun commentaire – sa tête en disait déjà assez – et se pressa de dire ce qu’il souhaitait à son tour, c’est-à-dire un café aussi. Chose faite, il s’installa plus confortablement sur sa chaise et soupira, même si son visage ne montrait aucune lassitude. C’était sûrement un soupir de soulagement pour le fait d’avoir enfin terminé le boulot – ou plutôt cet endroit d’ennui total. Finalement, son ami engagea la conversation en demandant de ses nouvelles, pour ensuite faire remarquer qu’il n’avait pas l’air débordé au labo’, ces temps-ci. Comme quoi, il était observateur celui-là… même si c’était pas difficile à deviner, en effet. Elliot eut un léger sourire, et il haussa les épaules.
Je t’avoue que j’ai connu mieux comme «vie palpitante», répondit-il simplement. Mais on va pas s’en plaindre… enfin je suppose.
Ironique, il eut une petite grimace, et au même moment la serveuse ramenait déjà leurs boissons – non vraiment, ils étaient sacrément rapides aujourd’hui ou c’était lui ? Qu’importe, il n’allait pas en faire un plat, bien au contraire ça l’arrangeait même. Il passa ses deux mains sur sa tasse, l’une d’elle passant dans la anse, puis il souffla un peu histoire de refroidir un peu sa boisson bouillante. Du café bouillant, c’était franchement pas son trip. Il releva finalement le nez vers son aîné, gardant le silence quelques instants tout en l’observant alors qu’il semblait pensif. Il fronça légèrement les sourcils, puis les plissa, ayant visiblement compris que quelque chose n’allait pas vraiment chez Jeffrey.
Et toi, ça va ? demanda t-il donc, l’air presque inquiet même si il voulait le cacher un minimum.
(c) crackle bones



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Landon Saunders
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 17/08/2016
☼ messages : 1771
☼ pseudo : V.
☼ avatar : Evan Peters.
☼ crédits : Schizophrenic&crack in time
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: Oui o/
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: After the crime, the light {ft. Elliot   Mer 14 Sep - 23:24

After the crime, the light
Elliott&Jeffrey

Nerveusement, je tripotais mon briquet dans la main, alors que je venais d’éteindre ma cigarette, l’écrasant dans le cendrier posé négligemment devant nous. Je ne savais pas trop par où commencer, ni si lancer le sujet. Normalement, j’étais assez de bonne humeur, discutant de tout et de rien, même juste pour parler, mais aujourd’hui, c’était différent. Certainement la fatigue. Sa remarque me fit bien sourire. J’étais sur le point de lui répondre quand la serveuse ramena nos cafés. Qu’elle efficacité. Bon, rien qu’en jetant un coup d’œil aux alentours, et malgré le fait que quelques clients étaient déjà installés là, il n’y avait pas foule non plus. La majorité des personnes étaient encore en train de travailler à cette heure-ci. Et officiellement, moi aussi. Mais ça, c’était une autre histoire. Une fois partie, je regardais mon ami, tout en posant une de mes mains sur la tasse, attendant qu’elle refroidisse. Hors de question de se brûler la langue. « Tu veux une vie palpitante ? Deviens flic », lui répondis-je, en lui faisant un clin d’œil. « Tu ne seras pas déçu ». Je continuais à lui sourire, secouant la tête. « Effectivement, ne t’en plains pas trop. Tu verras, quand le grand boum va revenir d’un coup, sans prévenir, tu crèverais d’envie d’être assis sur une terrasse, un café à la main, mais tu ne pourrais pas. Crois-moi, je sais de quoi je parle ». Le boulot de policier n’était pas du tout de tout repos, et agent du FBI encore moins. Contrairement à certain, on pouvait être appelé à tout heure de la journée, et de la nuit, et il fallait être prêt dispo dans les quinze minutes qui suivaient. Devant jongler entre ma fille et le travail, mon énergie était mise à rude épreuve et je profitais de tous les instants d’accalmie. Comme cette après-midi, ou j’avais profité d’aller lui rendre visite, pendant que Candice était en cours. J’avais encore un peu de temps devant moi.

Il me demanda ensuite comment j’allais. Simple question rhétorique en soi, mais je ne répondis pas de suite. Pesant toujours le pour et le contre. Je n’étais pas vraiment du genre à me confier, ni à tout garder en moi, mais il y avait des choses, que voilà, je ne savais jamais comment y faire face. Après un court silence, je lui répondis enfin, haussant les épaules. « Ça va, lessivé ». Ce qui était vrai. Je n’avais pas beaucoup dormi ces dernières semaines, et qui plus est, les cauchemars avaient fait leur grand retour. Comme si je n’en avais déjà pas assez. Je me sentis obligé de me justifier. « Disons que ce n’est pas toujours simple concilier vie de famille, en tant que père d’une enfant de huit ans, et célibataire, et le Bureau. Mais c’est la vie que j’ai choisi, et je l’assume complètement. Il y a juste des jours plus simples que d’autres ». Dès l’annonce de ma paternité, j’avais fait capoté, en quelque sorte, même si au final, la mission avait été réussi, l’enquête en cours. Une infiltration. J’avais décidé dans la foulée de démissionner, et devenir simple agent spécial. Mais en y réfléchissant, j’aurais pu tout bonnement changer de métier. Quelque chose de moi prenant, de moins dangereux, mais au fond de moi je savais que j’étais fait pour être agent. Peut-être qu’à l’avenir, si je frôlais encore une fois la mort, j’y repenserais à deux mois. « Je … », je soulevais la tasse, trempant les lèvres, grimaçant. Toujours trop chaud. « Ils sont obligés d’être constamment bouillant ? », je soupirais, râlant à moitié, reposant la tasse sur son socle. Bon. Je pris une grande inspiration. Comment lui raconter les choses, sans trop en dire ? Pas facile. « Et puis … je suis retombé, par pur hasard, sur une ancienne connaissance, et … je ne sais pas, c’est juste étrange ». Je n’en dis pas plus. Ne sachant pas comment le formuler, et surtout, ne sachant même pas moi-même exactement ce que je ressentais. Tout était nouveau. J’avais dit par pur hasard, mais si j’avais fait plus attention aux lettres reçues d’école, avec le nom de l’instructrice de ma fille, j’aurais su qui elle était, et j’aurais pu me préparer, éviter le choc. La surprise. Encore une fois, ce genre de petit détail me confortait dans l’idée de ne pas être un bon père.  
Made by Neon Demon


Take me home tonight. I do anything with you. Buy a bottle of whiskey, we’ll get matching tattoos. Tell me that you love me. Oh let me drive vour car, we can sit to morning ligh. Just countin’ every stars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t948-freak
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: After the crime, the light {ft. Elliot   Ven 16 Sep - 18:02


Don’t throw stones at me, don’t tell anybody. Had to lose my way to know which road to take. I’m going back to my roots ; another day, another door, another high, another low. Elliot & Jeffrey

After the crime, the light

À la remarque de son ami, Elliot ne put s’empêcher d’éclater de rire tant il trouvait ça ridicule, du moins, d’une manière ou d’une autre. Deviens flic. Plus facile à dire qu’à faire, surtout pour un type comme lui. Enfin, si on y réfléchissait bien, Elliot en était un… enfin, plus ou moins. Même si, pour la plupart des cas, les sciences et les «vrais» flics, ça ne faisait pas bon ménage. Peut-être qu’il aurait pu en devenir un, qui sait, mais avant ; maintenant, c’était trop tard. Il se voyait mal quitter son boulot qu’il appréciait pour en faire un autre complètement différent comme celui-ci. Ça lui allait très bien ainsi.
En fait… la vie de labo’ me va très bien, dit-il, sarcastique.
Après avoir parlé, il porta sa tasse à ses lèvres et les trempa dans la boisson, juste pour vérifier qu’elle n’était plus aussi bouillante que lorsque la serveuse la lui avait apporté. Au même moment, Jeffrey lui fit remarquer qu’il avait bien de la chance de ne pas être aussi débordé par le travail, ce à quoi il ne pouvait qu’approuver. Les semaines calmes comme celle-là se faisaient bien rares, surtout par ici, alors il en profitait un maximum pour se reposer. Se reposer à sa manière, mais bon, ce n’était pas la question. Avant même qu’il ne termine, Elliot avait de suite pensé «Ça sent le vécu», pensée qu’on pouvait clairement sur ses lèvres étirées par un petit sourire. Son hypothèse s’avérait donc vraie à l’entente de sa dernière phrase, et il haussa les épaules en reposant sa tasse sur la table, toujours avec le même air sur le visage.
Et après tu me proposes de devenir flic ? ironisa t-il.
Il eut un nouveau sourire amusé, ne faisant que le taquiner plus qu’autre chose, parce qu’il savait très bien de quoi il parlait après tout. Une semaine c’était tranquille, et la suivante, il était débordé par le boulot, telle une avalanche qu’il se prenait en pleine tronche. Ce n’était pas toujours aussi facile comme travail, finalement… pas comme dans les séries en tout cas.
Non plus sérieusement, je compatis, je vois très bien de quoi tu parles moi aussi, avoua t-il finalement, toujours souriant.


Suite à ça, donc, Elliot lui demanda simplement comment il allait. Question qui paraissait simple et anodine, mais qui, dans ce contexte, ne l’était pas totalement. Il le connaissait depuis un bon bout de temps maintenant, Jeffrey, et puis de toute façon ça se voyait comme le nez au milieu de sa figure que quelque chose le tracassait. Il lui répondit donc, après un petit moment de silence, qu’il était juste fatigué, avant d’expliquer que c’était sûrement dû au mélange d’une vie d’agent spécial, de célibataire et d’un père d’une fille encore très jeune. Et Elliot comprenait tout à fait. C’était souvent compliqué de tout concilier sans jamais faire d’erreur ou sans jamais être épuisé, encore plus lorsque l’on avait des enfants. De ce côté-là, Elliot était encore tranquille, donc il ne pouvait pas vraiment comprendre… disons simplement qu’il pouvait imaginer ce que cela pouvait faire, d’avoir une fillette de huit ans à sa charge et d’avoir un boulot comme le sien en plus de ça. Ça ne devait pas être facile tous les jours, en effet.
Le jeune homme gardait donc le silence, le regard rivé sur Jeffrey, l’écoutant attentivement – buvant presque ses paroles, même. Il eut un petit rire lorsqu’il tenta de boire son café et qu’il se brûla presque parce qu’il était encore bouillant, mais au fond, Elliot sentait l’hésitation de son ami. Si il avait bien appris quelque chose sur Jeffrey, c’est qu’il avait du mal à dire ce qu’il ressentait – il l’avait très rarement fait avec Elliot, même lorsqu’ils sont devenus proches, alors qu’à l’inverse, lorsqu’ils venaient à peine de se rencontrer, le jeune Sherman avait de suite déballé son sac. Peut-être parce que l’agent avait tout de suite décerné qu’à ce moment-là, Elliot n’était pas tout à fait dans son assiette disons. La situation était presque semblable, mis à part les rôles qui s’étaient inversés pour les deux hommes.
Son ami reprit enfin la parole, Elliot n’ayant pas parlé entre deux – sûrement parce qu’il avait vite deviné que Jeffrey avait autre chose à dire. Il plissa de nouveau les sourcils, se tut quelques secondes, tout comme l’homme face à lui d’ailleurs.
Et… c’est qui pour toi, cette ancienne connaissance ?
Il se doutait bien que, si il lui sortait un nom, Elliot avait peu de chance de connaître la personne. En fait, lui aussi semblait quelque peu hésitant, comme si il avait peur que Jeffrey se braque face à ce qu’il pourrait dire, ce qui ne serait pas étonnant venant de sa part à vrai dire.
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: After the crime, the light {ft. Elliot   

Revenir en haut Aller en bas
 
After the crime, the light {ft. Elliot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dostoievski : Crime et châtiment ...
» Vickers Light Tank Mk.VI - 1st Armoured Division B.E.F. 1940
» ORCA F3J (F3B light au vu de la rigidité)
» Duel : Jane Austen n°6 - Caroline Bingley vs Elizabeth Elliot
» Cruzcampo Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: sound of silence :: rps terminés-
Sauter vers: