N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY a fêté dernièrement ses onze mois d'existence. ♡

Partagez | 
 

 Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Sam 23 Juil - 8:35


charlotte & livia & june.
“ that's a family affair „


Ca se passait souvent comme ça. Ils arrivaient les uns après les autres -habituellement Carlie était la première à arriver-, ils discutaient, passaient à table, puis comme les aînés avaient mis la table, ou apporter à manger, c'étaient les plus jeunes qui débarrassaient. Là, tout le monde semblait être plongé dans une grande discussion, mais Charlotte avait déconnecté depuis un moment. Elle n'attrapait que des bribes de phrases. Andrew, assis à côté d'elle, était lui aussi dans la conversation. La blondinette, ayant peur que quelqu'un remarque qu'elle n'écoutait absolument rien, avait décidé de débarrasser, portant le lot d'assiettes et de couverts jusqu'à la cuisine, pièce heureusement un peu isolée de la salle à manger. Ne la méprenez pas, Carlie adorait sa famille. Cette coalision qu'il y avait entre eux, tout l'amour fraternel et parental c'était un cocon parfait. Pendant longtemps, elle avait senti que rien ne pourrait lui arriver si elle ne sortait pas de ce cocon familial, où elle était considérée comme une princesse. Seulement la princesse avait grandi et surtout, elle avait quitté la maison pour un appartement et avait dû se trouver un travail. Ca faisait un peu plus d'un an et presque tout de suite, Carlie avait commencé à réfléchir à sa vie, au sens de sa vie. Elle avait tout pour être heureuse mais elle se sentait perdue. D'ailleurs, elle se perdait vite dans ses pensées, il lui arrivait de déconnecter totalement de la famille et de ne pas savoir où était sa place. La place de petite dernière avait toujours été facile à porter, bien qu'avec la différence d'âge avec les aînés, elle était moins fusionnelle avec eux qu'avec Ewan par exemple. Mais la place de petite dernière c'était aussi être protégée par tout le monde... c'est bien à une certaine dose, mais du coup, Carlie ne prenait aucun risque, toute sa vie semblait tracée. C'était peut-être l'un des problèmes... qui savait au fond? Pas elle. Machinalement, elle avait commencé à remplir le lave-vaisselle (appareil ménager obligatoire dans une famille de neuf -si on ne comptait pas les conjoints-). Son téléphone coincée dans la poche arrière de son pantalon se mit à vibrer, elle positionna l'assiette dans la machine puis s'essuya les mains avant de se munir de son gadget. C'était un email de l'une des agences où elle avait postulé... Elle avait eu que des refus jusqu'ici et n'avait pas envie de faire face à un autre maintenant, alors au lieu de le consulter, Charlotte remit son téléphone dans la poche au moment même où la voix de Livia et Ewan entraient dans la cuisine, eux aussi apportant de la vaiselle et autres choses qui ornaient pllus tôt la table. "Posez ça là je vais m'en occuper." Lança-t-elle avec un sourire vers sa soeur et son frère.


Dernière édition par Charlotte Penrose le Mar 9 Aoû - 9:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Lun 25 Juil - 19:50

that's a family affair.
Entourée des miens, je me sentais bien, en paix et comblée. Ma famille me manquait, en permanence, lorsque j'étais à New York. Même si partir était mon choix. Même si ma vie était là-bas, ils me manquaient. Revenir ne m'avait jamais semblé me ramener à eux... Pas jusqu'à Owen... Étrangement, aussi fausse était notre relation à notre arrivée et aussi furieux étaient-ils d'apprendre que je m'étais mariée sans jamais leur avoir présenté l'homme avant, la présence d'Owen avait débloqué des choses dans nos rapports, dans nos discussions et je ne m'étais jamais senti aussi proches d'eux que depuis que j'étais ici. Je savais qu'Owen se languissait de New York. Je savais que cela faisait des mois que nous étions là et que je ne lui donnais toujours pas de date de départ, mais je ne pouvais m'y résoudre. Pas quand j'arrivais enfin à me sentir comme faisant à nouveau partie de cette famille. Pas quand les rires des enfants dans le jardin me comblaient de joie, alors que j'étais encadré par ma fratrie à table...

Et puis au pire, il n'aurait encore que quelques mois à tenir. Quand le divorce serait prononcé, il serait libre de partir et je serais libre de choisir pour moi-même si je voulais rentrer à New York ou si San Francisco était définitivement redevenue ma maison. En attendant, nous continuions de filer le « parfait amour » et Owen était « heureux de me voir heureuse auprès de ma famille ». D'ailleurs, officiellement, il regrettait amèrement son absence à ce repas, mais un déjeuner d'affaire l'avait retenue. Il travaillait d'arrache-pied au rachat d'un contrat avec un auteur à succès et après investigation, j'avais découvert que l'actuel éditeur souhaitait ardemment se débarrasser de l'auteur depuis qu'il l'avait surpris au lit avec son épouse. Depuis, l'éditeur le « vendait » à prix d'or au nom de l'argent qu'il rapportait, mais il avait tendance à être très généreux lorsqu'il était heureux. Autrement dit, un bon repas et une bonne dose de vin aux frais d'HarperCollins le rendrait plus généreux sur le prix de rachat.

Bref, je me retrouvais seule avec ma famille et je devinais sans mal que cela faisait des vacances méritées pour Owen qui avait bien du mal à être en présence de ma famille sans penser à la sienne. Son aversion pour les Penrose avait fini par se révéler être une certaine nostalgie des O'Ceallaigh et si auparavant je faisais en sorte de ne pas trop lui imposer ma famille pour ne pas le mettre de mauvaise humeur, aujourd'hui, je le faisais pour le soulager aussi, un peu. Je savais combien il était difficile d'être séparé des gens qu'on aime et j'avais pu voir combien il aimait les siens, même s'il ne regrettait pas son départ d'Irlande.

Voir Carlie se lever pour débarrasser la table me fit sortir de mes pensées. Je me levais à mon tour, alors qu'elle avait disparu dans la cuisine. « Je ramène le reste et je vais faire le café », soufflais-je en récupérant les plats presque terminés. Ewan se proposa immédiatement pour m'aider et je lui souris en lui passant un plat, avant de partir avec lui. « Je me souviens de l'époque où tu faisais tout pour esquiver les corvées », me moquais-je gentiment de mon frère, le regardant avec un air faussement attendrit de le voir porter tous ces plats. Carlie nous intima de laisser les plats sur le plan de travail, assurant qu'elle s'en occuperait. Je posais donc ce que j'avais dans les mains avant de me diriger vers la cafetière, répondant au sourire de ma sœur. « Ça va Carlie ? Tu fais une tête un peu bizarre », demandais-je devant l'air préoccupé de ma petite sœur. Peut-être que je me trompais, mais lire sur les visages faisait partie de mon métier. Une compétence essentielle pour mener à bien des négociations ou booster des auteurs. Même si je n'étais qu'assistante personnelle, je devais être bonne là-dedans si je voulais évoluer et devenir éditrice à part entière. Et puis, j'avais à la fois un bon professeur et un bon test avec Owen O'Ceallaigh.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Jeu 4 Aoû - 13:17


charlotte & livia & june.
“ that's a family affair „


C'était se faire des illusions que de penser que personne dans la famille Penrose ne remarquerait les préoccupations de la petite dernière. C'était évident qu'au moins un sur les six découvrirait qu'elle ne semblait plus être si joviale que ça et que ce n'était qu'une façade quand Carlie était en public. Charlotte n'avait pas envie d'être un poids supplémentaire. Elle avait toujours été traité en princesse alors il était difficile d'imaginer qu'elle puisse avoir des problèmes. Elle n'avait jamais été capricieuse, au point de demander tout et n'importe quoi à ses parents. On l'avait juste surprotégée et aujourd'hui, elle avait un quart de siècle et si elle avait tout, elle n'avait rien non plus... Enfin c'était le sentiment que Charlotte avait. Mais comment pouvait-elle se plaindre réellement? Personne ne la comprendrait et on risquerait de lui dire que c'était un petit caprice et que ça lui passerait. "Non, ca va." Mentir à sa soeur aînée -ou à n'importe quelle soeur ou frère d'ailleurs- c'était comme mentir à son reflet dans le miroir. C'était ça aussi qui la gênait parfois, était-elle réellement quelqu'un en dehors de sa famille? Elle avait Andrew mais c'était encore différent... Et surtout un autre problème. Andrew et elle se connaissaient depuis longtemps et se mettre ensemble avait été un peu comme une évidence. Encore une fois, ça coulait un peu de source. C'était trop évident justement. Charlotte se demandait parfois si il ne fallait pas qu'elle complique sa vie pour avoir l'impression de la vivre pleinement. C'était ce qu'elle faisait avec sa vie professionnelle justement. Elle avait un boulot avec de nombreux avantages, et pourtant elle cherchait déjà autre chose au bout d'un an. Elle avait à peine fait le tour, qu'elle s'ennuyait déjà. Elle prenait un risque en quittant une entreprise renommée pour quelque chose d'autre, surtout pour devenir assistante personnelle... en gros le larbin de quelqu'un qui n'arrive pas à organiser sa vie. Mais au moins, elle verrait du monde, toucherait un peu à tout et pas qu'à des dossiers et des claviers -même si elle adorait ça-. "J'attends juste des réponses pour un truc." Elle restait vague tout en continuant sa tâche et à charger le lave-vaisselle de tout ce que Ewan et Livia avaient ramené en cuisine. Ewan n'était pas resté, certainement pour aller chercher le reste sur la table ou alors ou laisser un moment entre l'aînée des filles Penrose et la petite dernière. Charlotte se hissa sur le comptoir une fois qu'elle eut fini de le charger et bien rempli que rien d'autre ne pourrait y entrer. Ses jambes se balançant, elle porta toute son attention sur sa soeur aînée. Livia était revenue il y a plusieurs mois. Son mariage avec Owen avait été lâché un peu comme une bombe. Carlie apprécie Owen, et peut-être idéalisait-elle un peu leur relation, tellement qu'elle ne voulait pas avoir à se méfier de celle-ci. Owen n'était pas venu aujourd'hui, pour le repas familial. Et si c'était décevant, c'était aussi un peu surprenant. "Pourquoi Owen ne t'a pas accompagnée?" Charlotte déviait un peu de la conversation précédente qui portait un peu trop sur sa petite personne. Livia tentait de renouer contact avec tous les membres de la famille depuis son retour, alors il était normale que la petite dernière veuille en savoir plus sur les années où elle était à l'autre bout du pays.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Mer 10 Aoû - 13:25

Les repas de famille des Penrose étaient une tradition bien ancrée. Personne n’y coupait vraiment, et personne n’avait véritablement envie d’y échapper – sauf peut-être les pièces rapportées de la famille. La grande tablée était toujours très animée et semblait s’allonger d’année en année, à mesure que de nouvelles personnes y prenaient place. Juniper aimait cette ambiance chaleureuse qui régnait dans la maison de son enfance, quand tous les Penrose étaient réunis. Pendant longtemps, il avait manqué Olivia, mais depuis plusieurs mois, elle était de retour à San Francisco. Pour de bon ? L’avenir le leur dirait, mais avec les occasions qu’elle avait eu de rentrer à New-York, June avait le sentiment que si le couple O'Ceallaigh restait en ville, c’était principalement du fait de sa sœur. Les choses s’étaient quelque peu apaisées entre Livia et le reste des Penrose, June l’avait vite remarqué, et en était heureuse. Le brouhaha des discussions lui fit perdre le fil. Les enfants étaient sortis de table depuis plusieurs minutes et s’étaient regroupés au salon pour jouer. June y jeta un rapide coup d’œil, repérant les boucles blondes de Clara, comme la mère poule qu’elle était. Brody avait surpris son regard, lui offrant un sourire rassurant. S’il y avait bien un endroit sur Terre où Clara était en sécurité, c’était a priori ici, dans la maison familiale des Penrose. Ewan revint de la cuisine après y avoir déposé de la vaisselle, et June se leva à son tour. La discussion virait politique et elle préférait largement ne pas s’en mêler. « Laisse, je m’occupe du reste. » dit-elle alors que son frère faisait mine de faire un deuxième voyage. Chose hautement surprenant de sa part d’ailleurs. Il ne se fit néanmoins pas prier et se réinstalla sur sa chaise en sortant son téléphone. June rassembla les derniers plats et les emmena à la cuisine. Elle en profiterait pour sortir le dessert qu’elle avait ramené du réfrigérateur et préparer les assiettes.

Elle rejoignit du coup ses deux sœurs dans la cuisine parentale, pièce qu’elle avait toujours adoré dans cette maison. En passant la porte, elle surprit la question de Charlotte à Livia. Sa cadette s’était perchée sur le plant de travail tandis que son aînée s’était approchée de la cafetière, sans doute pour la lancer. « C’est vrai ça, il est où le beau-frère ? Les Penrose l’ont déjà épuisé ? » enchérit-elle avec un sourire amusé en posant les plats qu’elle portait avec les autres sur le plan de travail. Le bruit du lave-vaisselle lui apprit qu’il était en route et qu’il leur faudrait attendre un peu avant de pouvoir ranger les plats dedans. Elle en profita pour fouiller les placards, à la recherche de boîtes pour stocker les restes. Leur mère cuisinait toujours – à juste titre – pour un régiment. « J’interromps pas une conversation privée j’espère ? » Privée. Comme si les conversations privées pouvaient exister dans leur famille… Il y avait de toute manière toujours quelqu’un pour foutre son nez dans les affaires de l’autre. Les secrets, ça n’existait pas chez les Penrose, ou tout du moins, ils ne restaient pas secrets très longtemps… June esquissa un sourire à l’adresse de ses sœurs et ouvrit le frigo pour y ranger les restes, et en sortir le gâteau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Mar 16 Aoû - 11:38

that's a family affair.
Passer une vie entière à cacher des choses aux miens m'avait rendu plus prompt à voir quand quelque-chose n'allait pas, quand un mensonge était proféré ou une vérité enterrée. D'autant qu'aucun des miens n'était à l'aise avec le mensonge. Lire la vérité sur les visages était facile. Mon travail demandait à savoir lire le langage corporel des gens. Mes propres mensonges m'avaient formés. Ma famille ne savait mentir bien longtemps. Trop d'éléments pour que je ne vois pas que Carlie gardait quelque-chose pour elle et que cela la perturbait. Je n'allais pas la harceler, cependant, préférant attendre qu'elle vienne à moi. J'avais toujours détesté qu'on me pousse à parler quand je ne le voulais pas. Je n'allais pas faire comme eux à mon tour. Si Carlie avait envie de m'en parler, elle le ferait. En attendant, qu'elle garde pour elle ce qui la tracassait si elle voulait d'abord traiter avec seule. Je hochais donc la tête, même si mon regard sur elle montrait clairement que je n'y croyais pas une seule seconde. Charlotte avoua alors qu'elle attendait des réponses pour « un truc », sans préciser la nature de ce fameux truc. « Je suis là, si jamais tu en ressens le besoin », assurais-je doucement, faisant tout pour lui faire comprendre que je ne serais pas intrusive.

Mais Charlotte changea bien vite de sujet de conversation, me demandant pourquoi Owen était absent de ce repas de famille. Ce fut le moment que choisit June pour entrer à son tour dans la cuisine après le départ d'Ewan, sans doute parti se rasseoir après avoir accompli « son devoir ». Je souris quand ma cadette demanda si mon mari avait été épuisé par les Penrose. Il l'était depuis le début, mais en bon comédien, il jouait le jeu à la perfection pour faire croire qu'il appréciait ma famille... Enfin, j'avais fini par apprendre et découvrir avec le temps qu'en vérité, il aimait tout de même plus l'ambiance générale de la famille qu'il ne voulait bien l'avouer. Voir une famille aussi nombreuse et soudée lui rappelait la sienne et sa mauvaise humeur était souvent plus due au fait que les sien lui manquaient plutôt qu'au fait qu'il ne supportait pas les miens. La jeune femme intervint de nouveau, demandant si elle n'interrompait pas une conversation privée. Suivant le fil de la pensée de celle que je ne connaissais que trop bien, je lui jetais un coup d'œil, toujours souriante. « Comme s'il pouvait y avoir quoi que ce soit de privée dans cette maison », m'exclamais-je en tirant le nombre de tasses suffisant d'un placard pour contenter tout le monde en caféine. « C'est pour avoir un peu de vie privée que je suis partie d'ici », soufflais-je, avant de réaliser trop tard que je ne pouvais pas dire ça. Pas comme ça. Pas ici. Pas dans cette famille. Je les blessais, chaque fois que je le disais. Je ne m'en rendais que trop compte.

Posant un peu brutalement une tasse sur le comptoir, je me raclais la gorge, essayant de faire passer le malaise, décidant de changer de sujet pour faire oublier ma maladresse. Heureusement pour moi, c'était June et Charlotte, pas mes parents ou notre frère aîné. Tous les trois étaient ceux qui avaient le plus mal vécus mon départ à cause du sentiment de trahison, ceux qui acceptaient le moins de comprendre mon besoin de partir. « Contente ton homme par le ventre et tu seras certaine qu'il ne te trompera pas », soufflais-je en référence au vieux dictons d'une de nos voisines que nous n'avions que trop entendu durant notre enfance et surtout à l'adolescence, lors de nos premiers amours. « C'est un peu pareil pour les clients », avouais-je. « Rien n'est plus aidant pour une négociation que de leur remplir le ventre avec la nourriture d'un grand chef... et j'ai mis plus d'un mois à obtenir ce rendez-vous, alors quand maman m'a dit qu'il y avait un repas, je lui ai dit de ne pas annuler le rendez-vous. Il passera peut-être dans l'après-midi si le rendez-vous ne dure pas trop longtemps. »

C'était faux, bien sûr, il ne passerait pas. C'était comme son jour de congé dans cette comédie que je lui imposais. Il n'allait clairement pas venir de son plein gré. Qu'importe. Je n'avais plus qu'à prétendre que ce rendez-vous c'était éternisé. Mentir devenait presque trop facile. Mettez-y assez de vérité pour être des plus crédibles, accrochez-vous au vrai et le faux glisse presque tout seul de votre bouche. Beaucoup trop simple... Très triste...

Le café commençant à couler lentement dans la cafetière, je posais sur un plateau les tasses, le sucre, le lait et les petites cuillères.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Dim 21 Aoû - 3:10


charlotte & livia & june.
“ that's a family affair „


June était arrivée au bon moment. Pour une fois, elle aurait presque pu se jeter au cou de sa soeur aînée et la remercier, mais elle préféra se hisser sur le comptoir pendant qu'elle sortait les desserts du frigo et tout ce qui serait nécessaire pour la dernière phase du repas familial. June demanda alors si elle avait interrompu une conversation privée et Livia la devança pour y répondre. "Je crois que le mot "privé" a été banni de la famille depuis quelques générations déjà..." Carlie avait rapidement glissé avant que la réflexion de Livia ne prenne un peu trop de poids dans la cuisine. Elle aussi elle aimerait pouvoir dire "merde" et se tirer, mais jamais elle n'en serait capable. Livia l'avait fait, elle avait eu cette occasion, cette chance si ça en était une. La famille était importante mais parfois les barrières n'étaient pas assez érigées les uns entre les autres. Les petits amis de Charlotte se comptaient sur les doigts d'une main (et encore incomplète) parce que ses frères avaient mis le nez dans ses affaires, faisant fuir les prétendants. Ses soeurs certes protectrices étaient plus différentes et elles avaient toutes une personnalité qui faisait que Charlotte se sentait elle aussi à part. Une bonne chose... parfois... Enfin seulement parfois. Leur conversation maintenant tourné sur Owen, Livia fit référence à un dicton que la voisine avait pour habitude de répéter. "Eh beh je suis mal barrée si c'est le cas." Charlotte était une piètre cuisinière alors retenir son cher et tendre par le ventre n'était vraiment pas une mince affaire. D'ailleurs c'était probablement pour cette raison qu'ils ne vivaient toujours pas ensemble depuis trois ans de relation. Cette discussion n'avait jamais été mise sur la table ou alors elle avait été rapidement expédiée. Elle lâcha un soupir un peu trop marqué qui ne manquerait pas d'être remarqué par ses aînées. Tout comme ce que la blondinette avait dit. Andrew n'était pas là non plus mais il n'avait pas encore le titre de gendre officiel. Il était "ami de la famille", "fils des amis de papa et maman Penrose", pas le "petit-ami de Carlie" et encore moins le "compagnon". Des étiquettes, ça collait et c'était difficile à enlever la plupart du temps... "Il ne pourra pas tout le temps échapper aux repas de famille. Dis lui que je compte sur sa compagnie la prochaine fois." C'était bien de jouer avec les enfants, mais il était parfois aussi bien d'avoir des conversations d'adultes et avec Owen, Charlotte arrivait plutôt bien à parler. Il n'y avait pas cette proximité comme avec ses frères et soeurs, c'était le juste milieu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Mar 23 Aoû - 12:44

Evidemment, la notion de privé était quelque peu utopiste chez les Penrose, ils en avaient tous parfaitement conscience. Cela dit, ça n’avait jamais empêché quiconque d’en plaisanter, et certainement pas June. La plaisanterie tourna néanmoins court face aux paroles de l’aînée des trois sœurs. Pour un instant très bref, le sourire se fana légèrement sur les lèvres de Juniper, avant qu’elle ne se reprenne et décide de faire comme si elle n’avait rien entendu. Pas qu’elle soit dans le déni, elle avait parfaitement compris ce qui avait poussé sa sœur à partir, voilà des années, et si – le premier sentiment d’abandon passé – elle avait toujours soutenu Livia, elle souffrait malgré tout régulièrement de l’absence de sa presque jumelle. Charlotte fit comme elle et préféra ne pas relever, le sujet fut donc promptement laissé de côté, Olivia cherchant rapidement à changer de sujet. Tout en continuant à sortir les tasses du placard, Livia répondit enfin à la question sur Owen, sa formulation, combinée à la remarque de Charlotte, arrachant un léger rire à la cadette. « Tu devrais songer à piller de temps en temps le congélateur de maman, avec tous ces restes, il y a de quoi faire, et Andrew n’a sans doute pas besoin de savoir qui a cuisiné… Ou je peux toujours te donner quelques cours, si tu veux… » Elle voulait sa remarque légère et espérait que Charlotte ne la prendrait pas mal. Sa petite sœur avait tendance à se braquer si facilement dès qu’elle disait quelque chose qu’elle ne savait plus comment l’aborder sans créer un incident diplomatique. Livia de son côté poursuivit son explication, leur apprenant qu’Owen avait un déjeuner d’affaires et qu’elle lui avait dit de ne pas annuler. « Le boulot avant tout… » Ce n’était pas franchement sa philosophie de vie, mais elle pouvait comprendre que certains préféraient privilégier leur carrière. De son côté Charlotte comptait sur la présence de leur beau-frère lors de leur prochaine réunion. Visiblement, ces deux là s’entendaient plutôt bien. A vrai dire, Owen semblait s’être assez facilement intégré et imposé dans la famille Penrose. Bien sûr, c’était parfois encore un peu délicat par moments étant donné la situation, mais dans l’ensemble, Owen avait tout du gendre et beau-frère parfait. Il s’était plus ou moins débrouillé pour être apprécié de tous. Ou presque. June avait senti une légère réserve chez ses frères, mais pas plus que lorsqu’elle leur avait présenté Brody. D’ailleurs Brody aussi s’entendait plutôt bien avec Owen. Refermant le frigo d’un léger coup de hanche, June posa la boîte siglée de la boulangerie de leur mère où elle trouva de la place. Après quoi, elle sortit les assiettes à dessert qu’elle posa sur le plateau déjà bien encombré de tasses. « Et sinon, New-York ne lui manque pas trop ? » demanda-t-elle finalement à son aînée, soucieuse de ne pas laisser de blanc s’installer dans la cuisine. Et tout en attendant la réponse, elle sortit un plat à gâteau d’un placard et ouvrit finalement la boîte pour sortir le gâteau, un Red Velvet cake, qu’elle fit glisser avec précaution sur le plat. « J’espère que vous avez encore un peu de place pour le dessert… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Dim 4 Sep - 15:14

that's a family affair.
L'une comme l'autre de mes sœurs fit rapidement la sourde oreille à ma maladroite réflexion pour se concentrer sur mon mari et sur mes mots quant au bien fondé de tenir un homme par le vendre. Carlie s'exclama que si c'était réellement le cas, elle serait plutôt mal barrée et j'eus un sourire en réponse. « Oh, tu sais, je ne suis pas une très bonne cuisinière non plus. Je n'ai pas hérité de maman pour ça, contrairement à June », assurais-je en glissant un regard vers ma sœur aux talents indéniables. Mais heureusement pour moi, je connais de bonnes adresses de livraisons, pas cher, mais excellentes. » Je n'avais jamais été très douée en cuisine et je n'avais clairement pas eu le temps d'apprendre, avec mon travail prenant, alors commandé était devenu mon excellence, même lorsque j'étais encore célibataire et n'avait qu'une assiette à remplir le soir. June proposa alors à notre cadette de se servir dans le réfrigérateur familial, ce qui était, à vrai dire, une excellente idée. Notre mère cuisinait toujours pour un régiment et il y avait de nombreux reste qu'elle réemployait au besoin dans de nouvelles recettes, pour cuisiner à nouveau pour tout un régiment entier. Prendre deux trois tuperware de temps en temps ne changerait pas la vie de la matriarche Penrose et pourrait grandement combler les papilles de la benjamine et de son compagnon.

Je savais qu'il était compliqué d'expliquer à ma famille que les repas d'affaires étaient importants pour Owen. Lui ne voyait que par le travail. Moi aussi, lorsque j'étais à New York. Mes priorités avaient changé lorsque nous avions emménagé à San Francisco, mais pas les siennes. Il n'avait pas besoin de sentir le besoin de s'investir dans ma famille, je ne le lui demandais pas et il n'en avait pas l'intention. Nous devions juste faire illusion et je faisais tout pour changer un minimum de choses à sa vie, comme je le lui avais promis. Charlotte argua tout de même qu'elle comptait sur sa présence la prochaine fois et je hochais la tête en réponse. Je ferais mon possible pour cela... s'il était de bonne humeur.

June demanda alors si New York ne lui manquait pas trop et je soupirais. Nos vies à tous les deux étaient là-bas et New York me manquait. Je ne pouvais que deviner que c'était encore pire pour lui. « Si, bien sûr. Il est arrivé à New York quand il a quitté l'Irlande et c'est chez lui depuis tellement d'années », avouais-je, sans avoir besoin de mentir pour cela, sachant très bien combien toute sa vie se trouvait dans la grosse pomme. « Mais il sait combien être ici est important pour moi », poursuivis-je, une nouvelle fois tout à fait consciente de dire la stricte vérité. « Alors il accepte pour le moment... Je ne sais juste pas si... » Si j'avais envie de retourner à New York ? Bien sûr que j'en avais envie, mais une part de moi n'avait plus aucune envie de les quitter, non plus. Owen n'accepterait juste pas que je ne rentre pas. Épouse ou simple assistante... Tant que je ne serais pas éditrice à mon tour, je serais coincée, soumise à sa volonté... sauf si je démissionnais... J'évitais donc de me poser la question tant que le sujet du divorce n'était pas à l'ordre du jour. J'aurais bien assez de raisons de songer à mon avenir et à ma ville le moment venu. « Okay, je vous le dis, mais faites-moi la promesse de n'en parler à personne. J'en ai pas encore parlé avec Owen et maman ne pourrait s'empêcher de lui sauter au cou pour le convaincre si elle le savait alors... » Me mordant la lèvre, je regardais autour, m'assurant qu'aucun autre Penrose ne laissait traîner une oreille vers la cuisine avant de regarder mes sœurs pour poursuivre. « Emménager ici ne devait être que temporaire. Dans quelques mois, nous devrons rentrer à New York... Mais je ne sais plus si j'en ai réellement envie. Vous me manquez et je peux très bien faire mon travail ici alors... J'y pense. Je ne dis pas que je vais revenir définitivement, que je vais vraiment quitter New York, j'ai ma vie là-abs, après tout... mais c'est une option que je n'exclue plus... Sauf qu'Owen a son mot à dire aussi là-dedans et il n'est pas encore assez installé à San Francisco pour l'accepter... alors pour l'instant, je ne l'envisage pas comme une option acceptable. Okay ? »

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Dim 11 Sep - 22:25


charlotte & livia & june.
“ that's a family affair „


Charlotte se demandait parfois de quels talents elle avait hérité de ses parents. Elle était plutôt toujours entrain de bouger et de changer d'idées et d'envies contrairement au reste des Penroses. Elle n'avait pas non plus hérité des talents culinaires de sa mère. Non, June avait eu ce don là. L'idée de cette dernière n'était pourtant pas mauvaise de piquer quelques trucs dans le congélateur de sa mère, mais ça en revenait à être dépendante d'elle et c'était exactement ce qu'elle essayait de ne pas être... Non les livraisons marchaient très bien pour le moment, et Andrew n'avait qu'à cuisiner plus souvent si il avait réellement envie de plus... La seconde proposition de June, de lui apprendre à cuisiner la laissa un peu surprise. "Hm... C'est gentil, j'y penserai." Honnêtement elle n'était pas sure que sa soeur et elle pourraient rester dans la même pièce pendant plusieurs heures. Au bout d'un moment, June ne supporterait plus la distance ou la mauvaise volonté de sa cadette ; distance et mauvaise volonté engendrées par une jalousie mal placée de la voir si parfaite. Parce qu'elle l'était à ses yeux. June avait tout pour être heureuse, elle travaillait avec leur mère et leur relation était aussi bonne au travail qu'à la maison, elle avait un compagnon fou d'elle et une vraie princesse de petite fille. Carlie avait vraiment du mal à imaginer que quelque chose clochait réellement dans la vie de sa soeur. Mais en étant la dernière, Charlotte n'avait que des exemples devant elle. Elle n'était l'exemple de personne. "Toujours pour une part de Red Velvet! Quelle question!" S'exclama la petite dernière en réponse aux paroles de June. Le gâteau avait l'air appétissant et l'idée de prendre une part maintenant au calme dans la cuisine était venue se faire une place dans un coin de sa tête. Cependant elle ignora cette idée se concentrant sur Livia qui répondait à la question de June. L'annonce que sa soeur leur fit la laissa interdite pendant un moment. Avait-elle vraiment compris? Est-ce que Livia voulait revenir à San Francisco? C'était ce qu'elle semblait vouloir leur dire sous ses périphrases. "Tu m'étonnes que tu dis rien à personne. Maman et papa te trouveraient déjà une maison en bas de la rue à l'heure qui l'est..." Charlotte sauta de son perchoir avant de se diriger vers l'ilot central à côté de June. L'odeur du gâteau lui chatouillait les narines. A une époque, elle aurait plongé son doigt dans le glaçage de crème au beurre à la vanille. Elle aurait bien aimé avoir encore cette insoucience et mi-consciente, son doigt vint cueillir un peu du glaçage. Réalisant son geste une fois son index dans la bouche, elle leva le regard vers June. "Désolée..." Espérant que le courroux de son aînée ne s'abatte pas sur elle, elle reporta son attention sur Livia, pour reprendre très vite la conversation qu'elles étaient entrain d'avoir, c'est à dire le désir de Livia de se réinstaller à San Franscico. "Pourquoi nous en parler à nous? T'as pas peur qu'on t'attache et qu'on s'occupe de convaincre ton cher et tendre?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Dim 25 Sep - 11:15

June sourit à la remarque de sa cadette. Elle avait bien choisi en décidant de faire et ramener un Red Velvet, et ça faisait chaud au cœur de voir que pour une fois, elles avaient une discussion civilisée qui ne partait pas en vrille. Pourvu que ça dure. Tout en s’occupant du gâteau, elle écouta attentivement son aînée qui répondait à sa question au sujet d’Owen, avant de s’interrompre quelques secondes. « Si quoi ? » s’enquit-elle, en relevant les yeux vers Olivia. Sa sœur commença alors à se confier sur le fait qu’elle aimerait beaucoup rester à San Francisco, mais qu’elle n’en avait encore parlé à personne, pas même à Owen, parce qu’elle ne savait pas franchement comment il réagirait à cette nouvelle. June dut se retenir pour ne pas sourire comme une demeurée à l’idée que son aînée pourrait bel et bien être de retour au bercail pour de bon. Elle dut se faire violence pour se rappeler que Livia avait déclaré que ce n’était qu’une option et que rien n’était décidé. Charlotte argua qu’elle faisait bien de n’en parler à personne dans la famille. Se disant, elle trempa son doigt dans le glaçage du gâteau et June lui lança un regard légèrement réprobateur, avant d’essayer de camoufler la trace qu’elle avait laissé sur le gâteau. Charlotte continua sur le fait qu’elles pourraient toutes les deux très bien séquestrer Olivia et s’occuper de convaincre Owen. June ne put s’empêcher de rire à cette idée. « Carlie marque un point. N’importe quel Penrose serait capable de tout pour que tu reviennes t’installer à San Francisco. Pas seulement maman… » Néanmoins, elle ne voulait pas qu’Olivia commence à flipper à ce sujet. « Mais promis, je garde cette information pour moi. Croix de bois, croix de fer… » Cela dit, elle ne comptait pas laisser le sujet s’arrêter là. Puisqu’elles en étaient là après tout… « T’as pas essayé d’en parler un peu à Owen ? Sans lui dire franchement que tu envisages cette option, juste… pour tâter un peu le terrain quoi. » demanda-t-elle doucement. Au fond, si Owen s’était plutôt bien intégré à la famille Penrose, elle ne pouvait pas dire qu’elle le connaissait bien, et n’était pas franchement apte à anticiper les réactions de son beau-frère. « Cela dit, j’comprends qu’il soit éventuellement réticent. Il a bâti sa vie à New-York après tout, c’est jamais évident de tout plaquer comme ça. Je sais pas trop comment je réagirai si Brody me disait qu’il voudrait qu’on s’installe à l’autre bout du pays… » Son cas était certes différent, elle avait toute sa famille ici, et elle ne s’imaginait pas vivre loin des Penrose, mais dans la logique, c’était plus où moins la même chose, non ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Jeu 29 Sep - 14:00

that's a family affair.
Charlotte avait hérité de la gourmandise de toute la famille. Il faut dire qu'avec une mère extrêmement bonne cuisinière, tous avaient appris depuis bien longtemps à aimer la bonne cuisine. Les desserts sucrés étaient le petit péché mignon ultime et accepté sans mal dans cette famille où mère et fille tenaient d'une main de maître l'une des boulangerie-pâtisserie les plus appréciés de la ville. Et comme la petite fille qu'elle était encore parfois, Carlie ne put s'empêcher de glisser un doigt dans le glaçage du gâteau pour avoir la primeur d'y goûter. Si June lui fit les gros yeux, ce ne fut que pour la galerie, parce qu'en vérité, si ça n'avait pas été Carlie, ça aurait été quelqu'un d'autre. Aucun Penrose ne résistait à goûter une ganache ou un glaçage avec les doigts. Et cela détendait un peu l'atmosphère parmi les aveux lourds de sens que je leur faisais à présent.

Oui, je songeais réellement à revenir vivre à San Francisco, mais si je clamais que je devais d'abord en parler à Owen pour savoir s'il acceptait, c'était plutôt que je devais jouer de prudence. Nous avions un contrat des plus clairs quant à la finalité de notre « histoire d'amour » et je devais assurer ma part du contrat pour qu'il continue d'assurer la sienne, jusqu'à la fin. Ensuite, je serais libre. Ensuite, je pourrais rentrer auprès des miens et pour la première fois depuis longtemps, cette perspective était réellement une option qui me mettait du baume au cœur.

Je devais bien l'avouer, sinon aux autres, au moins à moi-même, les derniers mois avec lui avaient été lourds d'émotions. Nous avions partagé des choses très intimes, que ce soit physiquement ou émotionnellement et cela allait longtemps laisser des traces. Sans doute plus de traces que je ne l'aurais voulu. Continuer à travailler avec lui, à le côtoyer, après tout ça, après ce que j'avais pu ressentir, parfois... Cela me semblait difficile. La fuite me semblait plus simple... Encore... Oui... Je voulais en partie rentrer chez moi pour ne plus le voir, une fois le divorce prononcé. Après cette année ensemble, je n'étais pas certaine de pouvoir gérer la jalousie qui m'animait dès que je le voyais flirter avec une autre femme. Loin des yeux, il serait définitivement loin de mon cœur et je ne savais que trop combien j'avais besoin de préserver mon cœur. Il avait ranimer des parts de celui-ci qu'il n'aurait jamais dû atteindre et avait rouvert des blessures trop profondes pour qu'elle cicatrise si vite... Je devais le fuir... Une fois le rêve achevé, une fois rattrapé par la réalité, je devrais retourner à ma vie d'avant, avec mes peurs et ma solitude. J'avais déjà bien du mal à gérer avant. Je me doutais qu'après lui, cela serait pire. Owen avait trop le don de s'immiscer dans votre cœur malgré vous pour qu'il n'y laisse pas à son tour des cicatrices.

Charlotte ne s'étonna pas que je n'ai pas parlé de mon projet avant, assurant que nos parents chercheraient à me trouver une maison dans la rue même si je leur faisais part de mon idée. Je souris malgré moi, imaginant sans mal ma mère éplucher toutes les annonces du quartier pour trouver la maison parfaite la plus proche. Elle ne voudrait certainement plus jamais me perdre de vue si elle apprenait que j'envisageais de rester définitivement. Elle avait déjà tant de mal à se souvenir, parfois, qu'Owen et moi n'étions installés que de façon provisoire.

La cadette me demanda ensuite pourquoi je leur en parlais à elle et ce qui me faisait penser qu'elles ne seraient pas trop entreprenante avec mon époux. June en rajouta une couche en assurant qu'aucun Penrose ne laisserait filer l'occasion de me rapatrier près d'eux, avant d'assurer qu'elle garderait le secret. « Parce que June m'a toujours soutenu, même quand elle n'était pas d'accord avec mes choix », expliquais-je en jetant un coup d'œil à celle dont j'étais le plus proche, la remerciant encore une fois en silence pour tout le soutien qu'elle m'avait toujours accordé, sans concession aucune. « Et parce que je pense qu'une petite sœur qui cache des choses à ses aînés et à ses parents comprend l'importance qu'il y a parfois à garder certaines choses pour soi jusqu'au moment voulu », ajoutais-je en me tournant vers Charlotte, la regardant d'une façon qui signifiait clairement que je n'étais pas dupe quant à la réelle importance du message qu'elle regardait quand Ewan et moi étions entrés dans la pièce tout à l'heure.

June me demanda ensuite si j'avais déjà tenté d'en parler à Owen pour tâter le terrain. Je hochais la tête doucement. « Un peu, oui. Mais il n'a pas saisi le message. Pour lui, il est évident qu'on retournera à New York, donc dès que je parle de rester, je blague. J'y vais progressivement, j'essaye de lui faire envisager l'idée avant de lui dire qu'on pourrait réellement y songer. Si l'idée ne commence pas à lui plaire, il la rejettera en bloc et me reprochera d'avoir fait des plans sans lui. Je dois y aller doucement il... Il a... » Je poussais un soupir. « Je suis tombée amoureuse du même gars dont je vous parlais avant », dis-je, ressentant un drôle de pincement au cœur au mot « amoureuse ». « Je suis tombée amoureuse malgré son sale caractère et son besoin de contrôle. Pour tout ce qu'il y a de caché derrière. » Encore une fois, les mots me semblaient étrange, comme emprunt d'un peu d'une vérité que je refusais encore d'accepter vraiment. « On se dispute encore parfois pour savoir qui dirige telle ou telle chose, si on va manger au restaurant parce que monsieur le veux ou si on vient manger ici parce que je veux vous voir. La réconciliation est juste différente maintenant parce qu'on... » Je rougis malgré moi. Non, parler des réconciliations sous la couette n'était pas forcément un sujet des plus appropriés. « Enfin bref... On va amener tout ça sur la table ? », proposais-je dans un besoin de changer de sujet et probablement de le clore.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   Lun 10 Oct - 19:14


charlotte & livia & june.
“ that's a family affair „


Quand elle y pensait ne pas avoir ses soeurs seraient un bien grand vide. Même si Livia les avait quitté pendant si longtemps et que ses relations n'étaient pas au meilleur point avec June, Carlie avait besoin de sa famille, elle aurait seulement aimé -parfois- qu'on la protège un peu moins, qu'on lui passe un peu moins de choses... La blondinette avait simplement l'impression que l'idée qu'elle avait de la vie avait été passé pour un conte de fée et que jour après jour, elle se rendait compte que ce n'était qu'un leurre qu'on lui avait mis devant les yeux. Cette conversation dans la cuisine était tout ce qui avait plus de normal et cette normalité plaisait à Charlotte. Elle arrivait même à se sentir taquine avec son aînée alors que toutes les deux attendaient d'écouter leur soeur exposer la situation dans laquelle elle se trouvait avec son mari et son désir de revenir à San Francisco. Carlie jeta un coup vers June alors que Livia déclarait qu'elle avait été toujours là pour la soutenir. Pendant un instant Charlotte se sentit un peu à l'écart, June et Olivia avaient toujours eu une relation particulière, qu'elle, elle, n'avait avec aucune de ses soeurs. L'aînée Penrose finit cependant par donner la raison pour laquelle elle se confiait aussi à sa cadette. "Je vois absolument pas de quoi tu parles." Fut la réponse que Charlotte lui offrit. Clairement la dernière des Penroses n'avait aucune envie de parler de ça et encore moins d'en parler à June. D'ailleurs en parler à personne était son plan pour le moment. Pas un bon plan, mais un plan quand même. Peut-être qu'un jour, quand elle serait exactement où elle en est, elle réussirait à en parler. Mais c'était loin d'être le cas. Certaines choses dans les paroles de Livia la laissait un peu perplexe. Quelque chose sonnait étrange mais la jolie blonde n'arrivait à mettre le doigt dessus. Finalement, Livia proposa qu'elles apportent tout ça dans l'autre pièce où tout le reste de la famille attendait. Des rires se firent entendre d'ailleurs, et Charlotte tourna légèrement la tête vers l'ouverture d'où les sons provenaient. "Ouais, allons y, ils vont commencer à s'impatienter là bas... Ca va devenir la jungle." Les Penroses avaient besoin de boire et de se nourrir pour ajouter à leur conversation. "Et puis j'ai atrocement envie de dévorer ce gâteau." Charlotte empoigna la vaisselle qu'il y avait à apporter, alors que ses aînées se chargeaient du reste et elles rejoignirent la salle à manger, où tout le petit monde fut ravis de les voir revenir. Charlotte déposa les assiettes, venant déposé un baiser sur la joue de son père avant de passer derrière son frère et de lui mettre un petit coup joueur dans l'épaule pour finalement reprendre sa place à côté de ses neveux et nièces. Pourquoi se prenait-elle la tête à tenter de comprendre qui elle était et ce qu'elle avait à faire dans la vie... Finalement la réalité c'était peut-être ça... Sa famille.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Livia, June, Charlotte - that's a family affair [Maison des Penrose, Bayview]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 7X16 - A Family Affair
» Sarah Leonneti, Family affair (TERMINE)
» 4x03 - Une Affaire de Famille (A Family Affair)
» family affair (jax et mia)
» Sylvanian et cie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: sound of silence :: rps terminés-
Sauter vers: