N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 no friend like a sister. (romiles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Miles Whitaker
admin + flynn rider

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 2176
☆ pseudo : untamed heart. (jessica)
☆ avatar : dylan o'brien.
☆ crédits : milles rêves (avatar).
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: pas pour le moment (ella, will, romy, liam, joan, grace).
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: no friend like a sister. (romiles)   Mer 13 Juil - 2:44


for there is no friend like a sister in calm or stormy weather; to cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.

Six semaines. C'était le temps qu'il devait porter ce foutu plâtre. Six semaines. Au minimum. Il entendait encore le médecin le préciser, l'index en l'air et un sourire idiot accroché à ses lèvres. Il avait bien eu envie de lui faire disparaître ce sourire en lui envoyant son bras dans le visage. Ella avait du percevoir sa colère cependant car elle n'avait pas tardé à froncer légèrement les sourcils. Suffisamment pour le dissuader de faire quoi que ce soit. Alors, il s'était contenu et avait serré les dents lorsque le médecin, son sourire idiot toujours présent, lui avait rappelé de ne pas laisser son plâtre s'humidifier. Parce qu'il le prenait pour un débile, par dessus le marché. On lui avait dit qu'il s'habituerait. C'était faux. Cela faisait désormais une dizaine de jours et Miles ne s'y était toujours pas habitué. Heureusement qu'il s'agissait du bras droit et qu'il était gaucher. Il essayait de ne pas se plaindre, néanmoins. Il était vivant. Sa mémoire ne lui jouait pas des tours. Il s'en sortait bien. Il ne pouvait plus couper sa viande seul, mais il s'en sortait bien.

Dix jours. Il s'était passé autant de jours depuis qu'il était sorti de l'hôpital. Et cela faisait presque deux semaines qu'il avait eu cet accident. Deux semaines pendant lesquelles il n'était pas retourné sur le plateau de tournage. Il avait bien repris son émission de radio, la veille, malgré l'intervention de ses proches qui avaient tant bien que mal tenté de l'en dissuader, qui lui avaient conseillé de plutôt se reposer. Mais il en avait assez de tourner en rond dans l'appartement. Assez de ressasser ses souvenirs jusqu'à s'en rendre malade. Il avait besoin de changer d'atmosphère. Le directeur de la radio lui avait proposé un compromis qui ne le satisfaisait qu'à moitié mais qu'il n'avait pas été en mesure de refuser. Il animerait un soir sur trois, pendant un certain temps du moins. Miles était persuadé que, si tout cela durait trop longtemps, son remplaçant des autres soirs finirait par devenir l'animateur principal de la radio. Ou, pire, que quelqu'un viendrait un jour à l'encontre de Miles, avant qu'il ne franchisse les portes du studio, et lui fourrerait un carton entre les mains. Le carton qui contenait ses affaires. Il essayait de ne pas y penser, mais cela le démangeait autant que son plâtre. Foutu plâtre.

Cinq heures. C'était le temps que Miles et Romy avaient passé ensemble, à courir d'un bout à l'autre de la ville, afin de régler certaines choses pour le premier. Deux jours plus tôt, le réalisateur du film sur lequel Miles travaillait lui avait téléphoné en hurlant. Il voulait savoir quand son assistant recommencerait à venir lui exaucer ses moindres caprices, courant derrière lui en portant son café et ses scripts. Techniquement, ce n'était pas exactement les mots qu'il avait employé. Mais ils sonnaient de la même façon aux yeux de Miles. Quoiqu'il en soit, son supérieur l'avait chargé d'aller chercher les impressions de la nouvelle scène dont il avait eu l'idée. Comme si le tournage n'avait pas déjà pris assez de retard, voilà qu'il décidait maintenant d'y ajouter des scènes. Miles avait accepté cependant, constatant que l'excuse d'un bras plâtré et de plusieurs côtés froissées ne lui accorderait aucune immunité.

Trois secondes. Il n'en fallut pas plus à Miles pour ouvrir la porte du loft, tant il était empressé de pouvoir enfin se poser. « Je sais que je me plaignais de devoir rester ici... mais ça fait du bien de rentrer chez soi. » Il marqua une pause, hésitant. Chez soi. Ça lui semblait presque étrange de dire cela après ce qu'il s'était passé dernièrement. Il n'était plus certain d'être vraiment chez lui ici. « Tu veux quelque chose à boire? » s'enquit-il finalement, à l'attention de sa sœur qui déposait sur la table les paquets qu'elle portait jusque là. Ella était en cours, elle ne rentrerait pas tout de suite. Miles voulait en profiter pour passer un peu de temps avec Romy, au calme.


you and i, we're like fireworks and symphonies exploding in the sky. with you, i'm alive like all the missing pieces of my heart, they finally collide. so stop time right here in the moonlight, 'cause i don't ever wanna close my eyes. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song. #MILLOW #MILLA


Dernière édition par Miles Whitaker le Lun 1 Aoû - 3:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t111-how-lucky-i-am-to-have-som
avatar

Romy Whitaker
admin + belle

some info
☆ en ville depuis le : 21/06/2016
☆ messages : 1482
☆ pseudo : lexie (alex).
☆ avatar : zoey deutch.
☆ crédits : glamor. (avatar)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: {0/5}
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: no friend like a sister. (romiles)   Ven 15 Juil - 5:29


for there is no friend like a sister in calm or stormy weather; to cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.

Serrant la tasse brûlante de café entre ses mains, Romy jeta un regard à Peter, endormi à ses côtés et elle soupira, se calant dans les draps légèrement défaits. Une fois de plus, elle partirait avant qu’il ne soit tout à fait réveiller, avant qu’ils ne puissent échanger des paroles plus significatives que leurs désormais habituels bon matin, bien dormi, à ce soir. Les deux semaines écoulées depuis l’accident de Willow et Miles semblaient comme trois secondes pour Romy. Elle avait vécu une telle intensité d’émotions, de craintes, de revers, d’inquiétudes qu’elle ne parvenait plus à se rappeler la dernière fois qu’elle s’était réveillée se sentant complétement reposée. Elle avait plutôt l’impression de courir partout depuis quatorze jours, tel hamster, coincé dans sa roue qui va trop vite. Les journées s’enchaînaient avec une vitesse tellement déconcertante - travail, hôpital, maison, travail, visite chez Miles, hôpital, maison – qu’elle ne parvenait plus à discerner les jours de la semaine; elle avait perdu toute notion du temps. La seule chose dont elle était certaine, c’était à quel point elle était épuisée. La vue de son frère, ensanglanté et fragile dans son lit d’hôpital, puis le même portrait, mais représentant cette fois-ci son amie Willow, l’avait drainée de toute son énergie, et elle n’avait pas trouvé le moyen de la récupérer depuis. Elle insistait néanmoins à se rendre utile de quelconque façon, et c’est pourquoi elle avait accepté sans hésiter d’accompagner Miles pendant la journée, alors qu’il devait régler plusieurs choses pour son travail.

Tentant de ne pas laisser paraître l’embarras que lui causaient tous les paquets qu’elle tenait, Romy s’engouffra dans le loft de son jumeau et se dirigea d’un pas légèrement pressé vers la table, sur laquelle elle laissa tomber plus ou moins délicatement son fardeau. « Je n’arrive pas à croire que tu retrouves à courir partout à travers la ville seulement deux semaines après… » dit-elle, sans oser compléter sa phrase. Rapidement, le sujet de l’accident était devenu tabou entre eux deux. Romy savait que la cause de cette gêne était le dévorant sentiment de culpabilité dont était victime son jumeau, mais elle ne parvenait pas à trouver les mots exacts pour chasser de chez lui cette idée horrible. Romy savait qu’il se sentait responsable de ce qui était arrivé à Willow, qu’il s’en voulait qu’elle se retrouve ainsi amnésique et qu’il traînerait le poids de cette responsabilité, tel un boulet, pendant longtemps encore. « Je prendrais bien un café. » Elle retrouva son jumeau à la cuisine, et le renvoya bien vite vers une chaise, afin qu’il puisse se reposer un peu. « Je m’en charge », dit-elle d’un ton doux, mais suffisamment autoritaire pour ne pas lui laisser l’opportunité de rouspéter. Elle s’afféra un instant devant la machine à café, puis prit deux tasses dans l’armoire, et elle vint les pose sur le comptoir, devant son jumeau. Elle resta silencieuse un instant, son regard se perdant sur le plâtre qu’arborait sur son bras droit, puis soudainement, ne supportait plus de rester muette. « Miles..? » demanda-t-elle, légèrement hésitante. Elle savait qu’en posant la question qui lui avait démangé les lèvres les deux dernières semaines, elle l’obligeait à avoir une discussion déplaisante qu’il avait probablement évité le plus possible avec tout son entourage, mais elle ne supportait plus de ne pas savoir. « Pourquoi étiez-vous ensemble, Willow et toi ? » Son ton n'était pas accusateur ou réprobateur, elle avait parlé avec une douceur infinie. Comme pour encourager son frère à se confier à elle, elle posa sa main sur son épaule, et la serra avec bienveillance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t118-in-the-morning-i-ll-be-wit
avatar

Miles Whitaker
admin + flynn rider

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 2176
☆ pseudo : untamed heart. (jessica)
☆ avatar : dylan o'brien.
☆ crédits : milles rêves (avatar).
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: pas pour le moment (ella, will, romy, liam, joan, grace).
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: no friend like a sister. (romiles)   Sam 16 Juil - 0:55


for there is no friend like a sister in calm or stormy weather; to cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.

Grimaçant à la vue des paquets que sa jumelle venait de laisser tomber sur la table, Miles esquissa un sourire gêné. Il se sentait mal à l'aise de lui avoir demandé de l'aider. Déterminé tout d'abord à régler ses affaires seul, il avait rapidement laissé tomber l'idée lorsqu'il s'était retrouvé empêtré dans son propre pull sans savoir en ressortir. Il n'était décidément pas doué avec ce plâtre et n'avait qu'une hâte, celle de pouvoir l'enlever et retrouver sa liberté de mouvements. Lui qui avait pour habitude de parler avec les mains se retrouvait désormais coupé dans son élan à chaque fois qu'il ouvrait la bouche. Depuis l'accident, cependant, il parlait de toute façon beaucoup moins. « Que veux-tu, mon boss est une diva! Pire que les acteurs! » tenta-il de plaisanter, afin d'éviter un silence gênant. Il fit même l'effort de se forcer à rire, mais tout ce qu'il réussit à faire fut de raviver la douleur de ses côtes, et son sourire se transforma en grimace. Il laissa faire Romy lorsqu'elle proposa de s'occuper du café, sachant pertinemment qu'elle ne le lui laissait pas le choix. Il trempa ensuite ses lèvres au bord de la tasse qu'elle venait de lui apporter, laissant son esprit vagabonder un instant.

Puis soudain, venant l'interrompre dans ses pensées, Romy posa la question tant redoutée. Si il avait usé de tous les stratagèmes possibles et imaginables pour éviter de se retrouver dans cette position délicate, c'était pour plusieurs raisons. La principale étant qu'il n'arrivait pas à se défaire de ce déchirant sentiment de culpabilité qui le rongeait de l'intérieur, lui coupant l'appétit et l'empêchant même de dormir. Il avait essayé pourtant de se convaincre de ce que personne n'avait vraiment osé lui dire. Ce n'était pas de ma faute. Mais ces mots sonnaient tellement faux à ses oreilles qu'ils ne l'avaient mené nulle part, si ce n'est à venir encore empirer ce sentiment qui le détruisait peu à peu lorsqu'il se remémorait le déroulement des événements de cette horrible journée. Si il n'avait rien dit, si il ne s'était pas senti obligé de tout révéler à Willow, rien de tout cela ne se serait passé. C'était la seule chose dont il était certain désormais. Ça et le sentiment qu'il avait sans doute gâché trois ans d'une relation stable avec Ella pour un seul baiser de sa meilleure amie, aussi passionné et libérateur fut il. Il avait fait preuve d'un égoïsme démesuré. Il en était parfaitement conscient et n'avait nullement besoin que quelqu'un d'autre ne le lui confirme. Mais lorsqu'il avait vu Willow dans sa robe blanche, il n'avait pas pu s'en empêcher. C'était comme si le monde avait soudainement cessé de tourner. Comme si il n'y avait plus rien qui comptait en dehors de Willow et lui-même. Finalement, rompant le silence pesant qui s'était installé dans la pièce, Miles reporta son attention sur Romy, qu'il trouva pendue à ses lèvres. « Will... » Rien que de prononcer son prénom était pénible désormais. Plus encore lorsqu'il s'apprêtait à l'utiliser pour mentir effrontément à sa sœur. « J'ai été la voir pour savoir si elle était prête. Elle ne se sentait pas bien... Elle paniquait... » Ce n'était pas entièrement faux. Lorsqu'il avait franchi le seuil de la pièce où Willow se préparait, il avait tout de suite remarqué que quelque chose n'allait pas. C'était peut-être ça, d'ailleurs, qui avait poussé Miles a parlé. « Je lui ai proposé d'aller prendre l'air mais, une fois à l'extérieur, elle m'a demandé de l'emmener loin de là... » Le mensonge était une machine bien huilée désormais. Après l'avoir raconté à Ella et Luke, c'état presque devenu plus facile. Presque. Il n'avait plus à chercher ses mots mais il ressentait toujours la même boule au ventre lorsqu'ils franchissaient ses lèvres.


you and i, we're like fireworks and symphonies exploding in the sky. with you, i'm alive like all the missing pieces of my heart, they finally collide. so stop time right here in the moonlight, 'cause i don't ever wanna close my eyes. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song. #MILLOW #MILLA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t111-how-lucky-i-am-to-have-som
avatar

Romy Whitaker
admin + belle

some info
☆ en ville depuis le : 21/06/2016
☆ messages : 1482
☆ pseudo : lexie (alex).
☆ avatar : zoey deutch.
☆ crédits : glamor. (avatar)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: {0/5}
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: no friend like a sister. (romiles)   Sam 16 Juil - 21:35


for there is no friend like a sister in calm or stormy weather; to cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.

Romy resta un instant muette, sa main toujours posée sur l’épaule de son frère. Elle hochait la tête avec un air compatissant, un doux et léger sourire flottant toujours sur ses lèvres. Mais elle ne croyait pas pour autant un traitre mot qui sortait de la bouche de Miles. Depuis leur plus jeune âge, elle avait toujours été en mesure de déchiffrer son frère. Et inversement. Ils n’avaient pas besoin d’échanger une seule parole pour pourtant se comprendre tout à fait. Un simple regard suffisait pour qu’ils saisissent exactement ce que l’autre pensait, ressentait. Ils partageaient une connexion inexplicable, ils étaient liés bien au-delà du simple sang commun qui coulait dans leurs veines. Romy était proche de tous ses frères et sœurs, mais sa relation avec Miles était remarquable, incompréhensible pour tous les autres sauf eux deux. Jamais il n’y avait eu de secret entre eux, simplement car ils étaient incapables de se mentir.

Si la première réaction de Romy fut d’être blessée que son frère tente de lui voiler la vérité, elle se força à respirer profondément et à se calmer avant de dire quoi que ce soit. Elle réalisa rapidement que la situation devait être particulièrement grave pour qu’il tente de la duper. Il lui mentait autant qu’il se mentait à lui-même, car il ne pouvait supporter la vérité. Parce qu'il n'osait pas dire à voix haute ce qui c'était passé réellement. Romy se doutait bien que son jumeau était littéralement grugé par la culpabilité, que ses nuits agitées étaient causées par cette crainte, ce doute qu’il était celui à blâmer pour l’état de Willow. Mais alors qu’il la regardait dans les yeux et lui mentait, alors seulement elle réalisa l’ampleur de son angoisse. « Oh Miles… » dit-elle finalement, alors qu’elle l’entourait de ses bras, le serrant contre elle. Leur embrassade dura un long moment, Romy espérant, un peu naïvement, pouvoir ainsi enlever un peu du poids qui s’entassait sur les épaules de son frère, le blessant et le fatiguant à chaque jour, plus encore que son bras cassé et ses autres meurtrissures. C’était avec ses émotions que se battait Miles, pas avec ses blessures physiques, et la jeune femme ne comprenait vraiment qu’à ce moment l’ampleur des démons qui le dévoraient de l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t118-in-the-morning-i-ll-be-wit
avatar

Miles Whitaker
admin + flynn rider

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 2176
☆ pseudo : untamed heart. (jessica)
☆ avatar : dylan o'brien.
☆ crédits : milles rêves (avatar).
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: pas pour le moment (ella, will, romy, liam, joan, grace).
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: no friend like a sister. (romiles)   Mar 26 Juil - 17:32


for there is no friend like a sister in calm or stormy weather; to cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.

Depuis toujours, les jumeaux étaient tels que le yin et le yang, le jour et la nuit, indissociables bien que complètement différents. Lorsque Miles extériorisait tout ce qu'il ressentait -ou presque- avec une facilité déconcertante, Romy, quant à elle, gardait tout cela bien au fond d'elle, à l'abri de tous. Ces derniers jours, pourtant, il avait pris ce trait de caractère de sa sœur. Mais celle-ci avait beau taire ses émotions la plupart du temps, Miles savait toujours lorsqu'elle n'allait pas bien. Il lui suffisait d'un seul regard pour comprendre. Comme si son mal-être se répercutait en lui. Il en allait de même pour Romy, à qui il ne pouvait jamais rien cacher bien longtemps. À force, il n'essayait d'ailleurs même plus de le faire. Sauf ces derniers jours... On dit que les vrais jumeaux ont ce lien si particulier, presque mystique, qui leur permettrait de savoir quand il arrive quelque chose à l'autre, même séparés par des centaines de kilomètres. De savoir quand l'autre souffrait. Lorsqu'on connaissait Romy et Miles, on se rendait compte que les jumeaux n'avaient pas besoin d'être identiques pour pouvoir ressentir cela.

Il resta un instant figé, alors que Romy l'entourait de ses bras, tentant de repousser au plus profond les émotions qui montaient en lui, menaçant de le faire exploser lorsqu'elles arriveraient à la surface. Ces derniers jours, on l'avait étreint de nombreuses fois. Mais il ne s'était pas une seule fois autorisé à se laisser aller vraiment. Il n'en avait pas le droit. Il était responsable de tout cela. C'était sa faute si Will était tombée dans le coma. Sa faute encore si il était dans cet état d'épuisement, non seulement physique mais surtout moral. Pourtant, dans les bras de sa jumelle, il décida qu'il laisserait sa culpabilité de côté un instant. De son bras valide, il la serra à son tour contre lui et ferma les yeux quelques secondes, sa joue reposant contre le haut de sa tête. Elle avait le don de l'apaiser, par son seul contact, et cette fois encore ne dérogea pas à la règle. « Romy... J'ai fait une immense connerie... » souffla-t-il, presque dans un murmure, comme une confession. Il resta encore un bref moment dans les bras de sa sœur avant de s'en détacher, les yeux légèrement embués. « Je lui ai tout dit. » Il s'interrompit un instant, hésitant à préciser de quoi il voulait parler tout en sachant parfaitement qu'il n'en avait pas besoin pour que sa jumelle comprenne. Elle avait compris seule qu'il avait des sentiments pour Will, après tout. « Elle... » Sa voix se cassa et il du s'interrompre une nouvelle fois. Romy lui avait pour ainsi dire déconseillé de faire quoi que ce soit dans ce sens. Au fond, il savait qu'elle avait raison. Il n'avait pas le droit de tout avouer maintenant, au pire moment imaginable, alors qu'il avait eu des années pour le faire avant. Malgré tout, il l'avait fait.  « Elle m'a dit qu'elle m'aimait aussi... » Il n'essayait pas de trouver les mots pour excuser ce qu'il avait fait, comme si cela pouvait tout effacer. Parce que rien ne pourrait effacer ce qu'il s'était passé le jour du mariage. Le fait d'avoir gâché le mariage de Will, peut-être même d'avoir entaché sa relation avec Luke... Celui aussi d'avoir briser la confiance, pourtant si chère à ses yeux, qu'Ella lui portait. Il était conscient que tout cela ne disparaîtrait pas aussi facilement. Mais il avait besoin d'en parler avec sa sœur. De raconter tout ce qu'il s'était passé à quelqu'un. D'être totalement honnête, pour la première fois depuis deux semaines. Plus encore avec elle. Et tant pis si elle s'énervait. Tant pis si elle lui disait qu'elle l'avait prévenu. Il espérait seulement qu'elle ne le ferait pas.


you and i, we're like fireworks and symphonies exploding in the sky. with you, i'm alive like all the missing pieces of my heart, they finally collide. so stop time right here in the moonlight, 'cause i don't ever wanna close my eyes. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song. #MILLOW #MILLA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t111-how-lucky-i-am-to-have-som
avatar

Romy Whitaker
admin + belle

some info
☆ en ville depuis le : 21/06/2016
☆ messages : 1482
☆ pseudo : lexie (alex).
☆ avatar : zoey deutch.
☆ crédits : glamor. (avatar)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: {0/5}
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: no friend like a sister. (romiles)   Dim 11 Sep - 5:42


for there is no friend like a sister in calm or stormy weather; to cheer one on the tedious way, to fetch one if one goes astray, to lift one if one totters down, to strengthen whilst one stands.

Le souffle de Romy se figea dans sa poitrine, et il lui fallut un moment pour comprendre l’ampleur de ce que venait de lui révéler Miles. Depuis l’accident, elle se surprenait souvent à se questionner sur les événements qui avaient mené à celui-ci. L’explication de Willow qui fait une crise de panique ne lui avait jamais semblé plausible, mais les autres scénarios qu’elle s’imaginait non plus. Pour Romy, il n’y avait aucune raison pourquoi Willow aurait quitté Luke de la sorte, à quelques minutes près des célébrations de leur mariage. Aucune raison… sauf Miles. Dorénavant, l’explication s’imposait d’elle-même. Romy se maudissait même de ne pas avoir réalisé plus tôt ce qui c’était réellement passé.  Il n’avait jamais été un véritable secret que ce que ressentait Miles pour sa meilleure amie allait au-delà d’une amitié ordinaire. Willow et Miles avaient grandis ensemble, et avec eux, Romy également. Elle avait été témoin de toutes les péripéties de leur amitié, de tous les moments forts partagés, et surtout, elle avait réalisé bien vite que les sentiments qui existaient entre eux n’étaient pas entièrement dévoilés. Elle avait été, de nombreuses années auparavant, l’oreille qui avait reçu la confidence de Willow de cet amour inexprimé et pas tout à fait assumé. Elle était celle qui avait silencieusement acquiescé alors que la jeune rouquine avait décidé que leur amitié devait triompher sur ses sentiments naissants, et qu’elle n’avouerait rien à Miles. Elle était celle qui, jusqu’à tout récemment encore, avait ramené son frère à l’ordre alors qu’il se montrait égocentrique. Alors que pour un instant, il oubliait que c’était avec Ella qu’il partageait sa vie. Romy ne soupçonnait pas que Willow entretenait toujours des sentiments de la sorte pour son frère. Sa réaction aurait été différente autrement. Romy avait cru naïvement que Luke et Willow étaient heureux ensemble, que Miles et Ella l’étaient également, et qu’avec le temps, ne resterait qu’entre son jumeau et sa meilleure amie la plus sincère des amitiés. C’est pourquoi, à travers les confidences, les accrochages, elle se contentait d’écouter, sans jamais trop s’impliquer dans l’histoire. Quelques fois, elle avait outrepassé les limites qu’elle s’était fixée pour avertir son frère de ne pas commettre d’erreur, de ne pas agir de manière trop irréfléchie. C’est qu’elle pensait réellement que Miles et Willow sauraient être heureux en étant avec quelqu’un d’autre. Romy réalisait maintenant que contrairement à ce qu’elle avait cru, elle n’était pas au courant de tout.

« Miles… » fut le seul mot qu’elle arriva à prononcer, alors qu’elle resserrait son étreinte autour des épaules de son frère. Elle percevait dans la voix de celui-ci toute la douleur du monde, et cela lui crevait le cœur. « Willow et toi… » dit-elle doucement, la voix tremblante. Elle s’imaginait dorénavant la scène sans difficulté. Miles qui retrouve Willow. Son souffle coupé alors qu’il constate à quel point elle est magnifique dans sa robe. Ce sentiment d’urgence, qu’il doit tout lui avouer maintenant, ou il ne sera plus capable vivre avec lui-même. Willow surprise, mais surtout heureuse. Ils s’embrassent, maladroitement mais délicatement, une vingtaine années d’attente, de déceptions et de revirements s’envolant d’un coup alors qu’ils se dévoilent finalement. Ce bonheur soudain, intense, mais définitivement teinté de l’immensité de la situation dans laquelle ils viennent de se mettre. Cette idée de fuir, subitement, là, maintenant, pour tenir encore un moment à cet instant d’enchantement avant d’avoir à en affronter les conséquences. Leurs mains qui s’attrapent avec une facilité déconcertante alors qu’ils décampent. Puis l’accident. Comme un retour du balancier, le karma qui les frappe immédiatement. Leur réveil, à l’hôpital. Miles, le bras cassé. Willow, amnésique.

Romy porta subitement sa main à sa bouche alors que ce détail la rattrapait, la cognant au ventre. Ses yeux se remplirent de larmes. « Oh Miles ! » répéta-t-elle encore, alors que sa voix se brisait et qu’elle se mettait à pleurer, ressentant la douleur de son jumeau comme la sienne. Ce n’était pas que de la culpabilité qui rongeait son frère depuis deux semaines. C’était ce sentiment de défaite, alors qu’ils se retrouvaient dans cette situation horrible pour rien, Willow ne se rappelant pas des heures avant l’accident. C’était ce sentiment de honte, alors qu’il continuait de partager son appartement, sa vie, son lit, avec une fille qu’il avait trompé. C’était ce dégoût pour ses propres actions, pour lui-même. « Et à son réveil, elle ne s’en souvenait plus… » dit-elle dans un murmure, comme pour confirmer à son jumeau qu’elle saisit finalement la gravité de toute cette histoire. « Je suis tellement désolée… » Les yeux toujours un brin larmoyant, Romy s’obligea à respirer profondément et se redressa. Elle attrapa sa tasse de café, dorénavant bien tiède, et bu une déplaisante gorgée. Elle avait besoin d’un moment pour se recomposer un brin. « Et maintenant… ? » demanda-t-elle d'un ton hésitant, sachant bien que son frère n’aurait pas de réponse pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t118-in-the-morning-i-ll-be-wit

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: no friend like a sister. (romiles)   

Revenir en haut Aller en bas
 
no friend like a sister. (romiles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rock lee's sister ^^
» Seinen: Sister [Senno, Knife]
» [Poupée] Juin 2007 : my best friend (petites photos)
» [Musical] Sister Act (2009) - Londres, New York et Paris
» Happy tree friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: north san francisco :: habitations-
Sauter vers: