N'hésitez pas à soutenir le forum ici et . ♡
Rejoignez-nous sur le discord du forum juste ici. ♡

Partagez
 

 you think you have forever, but you don't. (millow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miles Whitaker

Miles Whitaker
admin × flynn rider

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 953
☆ pseudo : untamed heart. (jessica)
☆ avatar et crédits : dylan o'brien, balaclava (avatar).
☆ autres comptes : raven, la princesse déchue & minh, l'esprit libre.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: nope. (will #1, ella, jenna, la bande, will #2)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
you think you have forever, but you don't. (millow) Empty
MessageSujet: you think you have forever, but you don't. (millow)   you think you have forever, but you don't. (millow) EmptyDim 17 Fév - 22:00


'cause you never think the last time's going to be the last time. you think there will be more. you think you have forever, but you don't.

Le soleil se lève à peine sur la ville mais tu es déjà debout depuis plusieurs heures. Avant, ce n'était pas ton genre, d'être aussi matinal. Mais depuis l'accident, tu n'arrives plus à fermer l’œil. En une semaine, tu as du dormir une douzaine d'heures, tout au plus. Tes traits sont tirés et ton teint d'une pâleur à faire peur. Hier, Ella et toi avez encore eu une dispute à ce sujet. Elle s'inquiète pour toi et a même exigé que tu arrêtes de faire n'importe quoi avec ta santé. Sa réaction doit sans doute être normale, vu d'un œil extérieur, mais toi, tu ne peux t'empêcher de trouver complètement ridicule qu'on s'inquiète pour toi, bien vivant et conscient, alors que ta meilleure amie est dans le coma depuis une semaine. Alors, pour ne pas déroger aux habitues, vous vous êtes couchés sur des mots plutôt rudes et tu as décidé de dormir dans le canapé. Ou plutôt de passer la nuit à ressasser tes souvenirs dans le canapé, somnolant par moments, avant d'être réveillé en sursaut par un cauchemar. Toujours le même.

Le déjeuner se déroula dans le silence le plus total. Une fois ton maigre repas terminé, tu te diriges vers la salle de bains et tente tant bien que mal de prendre une douche en gardant ton plâtre en dehors. Après quoi, tu retrouves Ella assise au comptoir de la cuisine, exactement comme tu l'as laissée quelques minutes plus tôt. Lorsque tu pénètres dans la pièce, elle se lève pour se diriger vers toi et, sans un mot, caresse ta joue avant d'y déposer un baiser. Tu fermes les yeux un instant, comme pour refouler la vague de culpabilité qui menace à nouveau de t'envahir, puis tu attrapes la veste qui est posée sur un des tabourets de la cuisine, là où tu l'as abandonnée la veille. « Je vais voir Will, Grace m'attend. » Et tu sors du loft, sans rien ajouter.

Dehors, tu retrouves ta sœur qui te dévisage un instant mais s'abstient de tout commentaire. Elle te connaît et sait que tu ne feras que te renfrogner. Alors elle te conduit jusqu'à l'hôpital, un silence pesant régnant dans la voiture. Arrivé devant le grand bâtiment, tu déposes un baiser sur la joue de ta sœur pour la remercier et tu sors, montant à grandes enjambées les marches de l'escalier menant aux portes automatiques. Bientôt, tu arrives devant la chambre de ta meilleure amie. Elle n'a pas bougé d'un centimètre depuis la veille, ce qui réduit à néant le mince espoir que tu avais qu'elle se soit réveillée pendant la nuit. Ceci dit, si ça avait été le cas, tu as espoir que le père de Will t'aurait appelé. Quoique que tu ne sais pas très bien si il t'en veut ou pas... Après avoir hésité un instant, t'assurant tout d'abord que personne d'autre n'est là, tu finis par pénétrer dans la chambre. Quelques instants plus tard, tu te rends finalement compte que tu tentais jusque là inconsciemment de ne pas faire trop de bruit, comme pour éviter de réveiller Will. Pourtant, si tu pouvais et si cela pouvait avoir un quelconque impact sur son réveil, tu débarquerais volontiers avec toute une fanfare à ta suite. Comme les jours précédents, tu prends place à côté du lit et attrape la main de ta meilleure amie dans la tienne, légèrement tremblante. « Salut toi... » Te penchant légèrement pour replacer une mèche de cheveux tombée sur son visage, tu récupères rapidement la main de Will, comme si tu avais peur qu'elle ne disparaisse si tu perdais le contact trop longtemps. « Il faut que tu te réveilles Will... Tout le monde s'inquiète pour toi. Et... j'ai besoin de toi. » Tu pousses un soupir. Son réveil réussirait-il à faire s'en aller la culpabilité que tu éprouves depuis plusieurs jours? T'en voudrait-elle ou pourriez-vous reprendre votre histoire là où cet accident l'a interrompue? Comment annonceriez-vous la vérité concernant votre fuite à tout le monde? Autant de questions que tu te poses sans pouvoir y trouver ne serait-ce qu'un début de réponse. Alors tu restes assis là, à l'observer, perdant la notion du temps...


you and i, we're like fireworks and symphonies exploding in the sky. with you, i'm alive like all the missing pieces of my heart, they finally collide. so stop time right here in the moonlight, 'cause i don't ever wanna close my eyes. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song. #MILLOW #MILLA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t2162-how-lucky-i-am-to-have-so
Willow Bradán

Willow Bradán
admin × rapunzel

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 641
☆ pseudo : chuu (cora).
☆ avatar et crédits : la belle holland roden. ♥ (lunaeye)
☆ autres comptes : nora, la blonde aux diamants éclatants & lacey mae, la vietnamienne aux rêves brisés.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: miles, romy, aiden, event#2, tallulah
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
you think you have forever, but you don't. (millow) Empty
MessageSujet: Re: you think you have forever, but you don't. (millow)   you think you have forever, but you don't. (millow) EmptyVen 22 Fév - 11:43


'cause you never think the last time's going to be
the last time. you think there will be more.
you think you have forever, but you don't.

Tu te réveilles la tête dans le brouillard. D’un bref coup d’œil, tu regardes les environs. Du vert à perte de vue. Tu ne sais pas ce que tu fais là, ni comment tu y es arrivée. Pourtant, tu n’es pas inquiète. T’as juste l’impression d’être perdue, alors tu longes les falaises en quête de réponses, sans un mot. Les cheveux emmêlés, à demi-tressés le long de ton visage, t’as l’air d’un fantôme. T’en as le teint aussi, d’ailleurs. Mais personne n’est jamais là pour te voir. T’es toujours seule. Désespérément seule. Tu n’as pas le souvenir d’avoir vu la moindre personne ici. Mais en même temps, tu n’es plus très sûre de pouvoir faire confiance à ta mémoire. Après tout, tu ne te souviens même pas de ce que tu as fait hier. Tout ce qui te vient en tête, c’est ces falaises, ces collines vertes, ces rochers escarpés en contre-pied. La seule chose à laquelle te raccrocher alors, c’est cet espoir de quitter ces lieux un jour. Que tu partirais loin d’ici. Qu’on t’en sortirait plutôt parce que tu n’as aucune idée d’où aller, ni de comment t’y rendre. Les parois rocheuses t’empêchent de quitter les terres que tu as foulées maintes fois. Et puis, t’as peur. Tellement peur. Peur qu’on t’oublie, même si t’as aucune idée de qui ce on concernerait. Peur de vivre là éternellement, sans jamais trouver de but. Tu finis par t’asseoir sur le bord de la plus haute falaise, plongeant ton regard dans la mer. Le bleu de l’eau se mêle à celui du ciel, étire l’horizon jusqu’à ce que tu ne puisses plus en distinguer les limites. L’infini se profile devant toi, et tu ne peux rien en faire. T’es coincée.
Et soudain, une lumière. Comme un doux rayon de soleil venant caresser les brins d’herbe, dont le vert s’intensifie davantage chaque seconde. Le faisceau lumineux se rapproche de toi, tu ne peux détourner ton regard. Tu devrais être inquiète, mais pourtant tu n’as plus peur. Tu sens ton cœur apaisé. Bientôt, la lumière fait ressortir les éclats d’or de tes yeux, le feu ardent de tes cheveux. Tu reprends peu à peu des couleurs, tu te sens revivre. Tes paupières se ferment, et tu te laisses transporter vers de jours meilleurs.

Tout doucement, ton corps se met à ressentir. La douleur d’abord, lancinante, globale. Ta tête semble prête à exploser, mais certains de tes membres sont encore engourdis. Des fourmillements te parcourent de temps à autre. Puis, la chaleur t’envahit, le contact humain. Quelqu’un est là, à tes côtés. Tu ignores la douleur qui te pousse à hurler, tu essaies de bouger ton corps, un membre, ne serait-ce qu’un doigt. Faire un signe. Mais tu sens que tu n’y arrives pas, que tu corps ne réagit plus à tes commandes. La frustration monte en toi, tu persévères, mais tu ne parviens pas à mouvoir ton doigt vers ce contact que tu sens. Ta bouche et ta gorge sèches te donnent l’impression d’étouffer, de faire un pas en arrière alors que t’es si près du but. Mais peut-être que tes efforts se concentrent sur la mauvaise cible. Peut-être que tu devrais te contenter de bouger une partie plus infime de ton corps. Tes paupières se mettent doucement à s’agiter, comme si elles combattaient le sommeil dans lequel t’es plongée depuis trop longtemps. Pour toi, c’est déjà une victoire de les sentir frôler tes pommettes, mais tu ne veux pas t’arrêter là. T’as parcouru tant de chemin, tu ne vas pas t’arrêter là. Tu te sens prête à soulever des montagnes.

Tu ouvres les yeux.

Tout est flou, distordu. Tu ne peux distinguer que le blanc infini qui semble emplir la pièce dans laquelle tu te trouves. À tes côtés, une silhouette, dont tu ne peux pas encore saisir les détails. Celui qui, tu le réalises maintenant, tient sa main dans la tienne. À qui appartient cette chaleur humaine qui t’a tirée des méandres de ton sommeil. En quelques instants, ta vue s’ajuste. Tes yeux s’agrandissent en voyant qui se tient alors là, la tête baissée. « Miles… » tu réussis à articuler dans un murmure. Ta voix est si douce, si faible que tu n’es pas certaine qu’il ait pu t’entendre. Alors tu réitères, donnant un peu plus de corps à ta voix, la tête appuyée contre le coussin, mais légèrement inclinée dans sa direction. Tu ne te sens plus perdue, tu as retrouvé ton nord. Miles est là. Mais tu n’as aucune idée pourquoi.


i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time. but darling, just kiss me slow, your heart is all i own and in your eyes, you're holding mine.

#millow #willuke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t123-you-traded-places-with-the
Miles Whitaker

Miles Whitaker
admin × flynn rider

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 953
☆ pseudo : untamed heart. (jessica)
☆ avatar et crédits : dylan o'brien, balaclava (avatar).
☆ autres comptes : raven, la princesse déchue & minh, l'esprit libre.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: nope. (will #1, ella, jenna, la bande, will #2)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
you think you have forever, but you don't. (millow) Empty
MessageSujet: Re: you think you have forever, but you don't. (millow)   you think you have forever, but you don't. (millow) EmptyLun 11 Mar - 18:42


'cause you never think the last time's going to be the last time. you think there will be more. you think you have forever, but you don't.

Les minutes semblent durer des heures mais tu refuses de lâcher la main de Will, ne serait-ce qu'une seule seconde. De temps en temps, tu lui racontes une anecdote qui t'est arrivée ces derniers jours. Un tout petit détail. Quelque chose qui t'as fait penser à elle. Une situation inconfortable dans laquelle tu t'es retrouvé à cause de ton bras plâtré. Tu essaies de rester positif cependant, de ne lui raconter que des choses qui pourraient la faire rire, ou au moins sourire. Cette chambre d'hôpital est bien assez morbide que pour en rajouter. Tu ne sais pas si elle peut t'entendre ou te sentir, mais tu veux croire que ta présence peut faire quelque chose. Que tu pourrais la ramener à toi. Tu restes dubitatif néanmoins mais c'est la seule chose qui te permets de ne pas perdre pied. De ne pas sombrer. Tu n'oses imaginer ce que tu deviendrais sans elle. Si elle ne se réveillait jamais de ce coma dans lequel elle est tombée par ta faute. Tu ne pourrais sans doute jamais t'en remettre. Tu n'as pas à te plaindre de ta vie, tu as même beaucoup de chance, mais parmi toutes les choses agréables qui en font partie, elle est de loin l'une des plus belles.

Tu finis enfin par s'assoupir. Ou plutôt, le manque de sommeil aidant, par somnoler de temps à autre. Tu n'as aucune idée de l'heure qu'il est ou du temps que tu as bien pu passer dans la chambre. Tu sais seulement que tu as été forcé de lâcher la main de ta meilleure amie pendant que les infirmières vérifiaient ses constantes. Elles ne te disent plus rien désormais concernant ta présence en dehors des heures habituelles de visite. Sans doute ont-elles pitié de toi. Tu fais pitié, il n'y avait aucun doute là-dessus. Avec ton teint blafard, tes joues creusées et ton plâtre qui semble trop gros pour toi. Tu t'en moques bien cependant. Tout ce qui t'importe, c'est de pouvoir la voir. De pouvoir voir par toi-même que sa poitrine se soulève et s'abaisse toujours au rythme de sa respiration. De pouvoir entendre le son des machines qui indiquent que son cœur bat toujours. Qu'elle se bat toujours. Le reste, ce qu'on pense de toi, tout cela a bien peu d'importance.

« Miles… » Entre l'éveil et le sommeil, tu crois tout d'abord qu'il s'agit d'un rêve. Que ton imagination te joue une fois de plus des tours, comme lorsque tu avais cru entendre ta meilleure amie t'appeler au beau milieu de la rue, trois jours plus tôt. Mais elle prononce ton prénom une seconde fois et cette fois t'es certain de ne pas l'avoir imaginé. « Will... » tu murmures, une pointe d'incertitude dans la voix. Pourtant, tu vois bien que c'est elle qui vient de t'appeler. Que ses yeux sont enfin ouverts, après être restés clos durant bien trop longtemps. Mais tu n'arrives simplement pas à y croire. Tu es submergé par tant de sentiments que tu peines à tout emmagasiner: la joie, le soulagement,... L'amour aussi. L'amour que tu lui portes et qui te donne envie de la serrer dans tes bras et de l'embrasser jusqu'à ne plus en avoir de souffle. « Will! Tu es réveillée... » Plutôt que de céder à tes premières pulsions, tu te contentes de serrer un peu plus sa main dans la tienne et de te redresser pour mieux l'observer. Elle semble confuse. « Comment tu te sens? » te risques-tu à demander, conscient que cette question est un peu malvenue vu la situation dans laquelle elle se trouve. Mais tu ne sais pas quoi dire d'autre. Tu as tellement attendu qu'elle se réveille que tu n'as pas pris le temps de réfléchir à ce que tu pourrais lui dire lorsque ce serait enfin le cas.


you and i, we're like fireworks and symphonies exploding in the sky. with you, i'm alive like all the missing pieces of my heart, they finally collide. so stop time right here in the moonlight, 'cause i don't ever wanna close my eyes. without you, i feel torn like a sail in a storm. without you, i'm just a sad song. #MILLOW #MILLA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t2162-how-lucky-i-am-to-have-so
Willow Bradán

Willow Bradán
admin × rapunzel

some info
☆ en ville depuis le : 11/06/2016
☆ messages : 641
☆ pseudo : chuu (cora).
☆ avatar et crédits : la belle holland roden. ♥ (lunaeye)
☆ autres comptes : nora, la blonde aux diamants éclatants & lacey mae, la vietnamienne aux rêves brisés.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: miles, romy, aiden, event#2, tallulah
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
you think you have forever, but you don't. (millow) Empty
MessageSujet: Re: you think you have forever, but you don't. (millow)   you think you have forever, but you don't. (millow) EmptyJeu 14 Mar - 21:09


'cause you never think the last time's going to be
the last time. you think there will be more.
you think you have forever, but you don't.

Ton corps reste figé, passif aux commandes que ton cerveau tente désespérément de lui faire parvenir. Dans cette chambre aux couleurs tristes et fades, tu continues de te battre malgré ton réveil. Sentir ton corps te résister est une étape difficile, tu as tellement peur d’être paralysée. De ne plus jamais pouvoir te mouvoir par toi même. Tes yeux s’habituent lentement à la lumière et aux nombreux détails que compte la pièce. Un bip de faible intensité, régulier, parvient à tes oreilles. Tu constates que tu es reliée à un gros appareil posé à côté de ton lit. Une perfusion te nourrit au compte-goutte, l’engourdissement dans ta mâchoire t’indique que tu n’as certainement pas mangé ou parlé depuis un certain temps. Tous ces indices pointent quelque chose que tu ne sembles pas encore complètement saisir : ta présence dans une chambre d’hôpital. Ton champ de vision s’agrandit davantage, te permet de voir un peu plus loin. Miles est là, la tête posée à côté de ta main, qu’il serre dans la sienne. La chaleur qui émane de ce contact a le don de te rassurer dans ce moment empli d’incertitudes. Tu l’inspectes longuement, comme si c’était la première fois que tu le voyais. Tu as l’impression de redécouvrir ton meilleur ami. Son visage. La forme de son nez. Ses yeux en amande. Ses cernes bleutés ressortent violemment sur sa peau anormalement pâle. Sans que tu ne saches pourquoi, Miles semble exténué. Il ne lui faut pourtant que quelques secondes pour émerger lorsque tu prononces son nom.

« Will... » tu l’entends murmurer aussi, comme s’il craignait qu’on soit en train de lui jouer un tour. La tête toujours dans le brouillard, tu sens tes lèvres s’étendre en un petit sourire. Tu lis sur le visage de ton meilleur ami toute une farandole d’émotions, certaines inconnues. Le soulagement est la plus facile à déchiffrer tant il paraît plus détendu qu’il y a quelques secondes. La joie aussi, son regard s’est éclairé, les yeux brillants. Mais tu peines à déchiffrer cette autre chose, comme s’il te manquait soudainement des connaissances. Que tu avais raté la leçon How to Miles ?. Que tu te présentais à un examen que tu n’avais pas révisé. Tu n'arrives pas à comprendre une partie de Miles, tu détestes la sensation que ça te procure. Ça ne t’était encore jamais arrivé. « Will! Tu es réveillée... » Tu sens la main de ton meilleur ami se resserrer autour de la tienne et tu laisses de côté ta frustration montante. Tu veux sourire, mais cette fois, tu n’y parviens pas. Une nouvelle vague d’incertitude passe sur ton visage. Miles se redresse et te fixe avec délicatesse, comme si même un regard pouvait te briser. « Comment tu te sens? » Tu prends conscience que tu n’as toujours pas parlé depuis que tu as prononcé son nom il y a quelques minutes. Tu tentes de bouger ta langue dans ta bouche, de la réhydrater. « Je… » tu commences avant de t’arrêter. Ça se révèle difficile d’aligner plusieurs mots, autant conceptuellement que mécaniquement. Tu prends quelques secondes pour réfléchir et tu finis par réitérer. « Ça va. » tu dis avec peu de conviction. Ta gorge te fait mal, te crie d'arrêter le massacre. Mais tu ne peux pas en rester là. « Que s’est-il passé ? » Tu n’as pas encore réellement osé te poser la question et l’entendre à voix haute t’effraie un peu. Tu n’as aucun souvenir de la raison pour laquelle tu te trouves là, dans une chambre d’hôpital. Miles s’est désormais complètement redressé et tu peux apercevoir son autre bras dans un plâtre. Ton cœur s’affole à la vue de ton meilleur ami blessé, tu t’en veux de ne pas savoir une fois de plus la cause. « Miles, pourquoi ton bras est-il emplâtré ? … Et où est Luke ? » tu ajoutes brusquement, tu as réalisé que ton fiancé n’était pas là. Tu crains le pire. Tout devient de plus en plus confus et les battements de ton cœur se rapprochent plus chaque seconde ; parallèlement, les bips se font de plus en plus rapprochés. Ton inquiétude est désormais palpable dans la pièce. Que s’est-il donc passé ?


i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time. but darling, just kiss me slow, your heart is all i own and in your eyes, you're holding mine.

#millow #willuke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t123-you-traded-places-with-the

Contenu sponsorisé

some info
and more
you think you have forever, but you don't. (millow) Empty
MessageSujet: Re: you think you have forever, but you don't. (millow)   you think you have forever, but you don't. (millow) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
you think you have forever, but you don't. (millow)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avengers Forever
» SUPERMAN FOREVER #1 Statue
» SUPERMAN FOREVER #1 MINI STATUE
» Killy Amv fantasy forever
» MBLAQ- "White Forever"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: memory lanes-
Sauter vers: