N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 Je te l'ai promis ft Haya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Julie Lavory
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/04/2017
☆ messages : 177
☆ pseudo : Pandassassin
☆ avatar : Bridget Satterlee
☆ crédits : ♥ Tattoo and love.. but tattoo more ♥ ava by eriam
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Disponible
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Je te l'ai promis ft Haya   Mar 8 Aoû - 23:56




JE TE L AI PROMIS
Je savais dans quoi je m'engageais en revenant vers toi.
Le souffle couper, le sourire aux lèvres, la peur d'être blessée, mais je suis là devant toi. Veux tu encore de moi?
Les journées étaient passées, comme les années auparavant. Rien n'avait changé sauf la petite voix qui ne cessait de te rappeler cette soirée. Même bien éméchée tu t'en souvenais. Tu n'étais pas bourrée facilement, et lorsque tu l'avais revue, alors tu avais presque instantanément décuvé. Tu te rappelle de son look, de ses cheveux coupé court à la garçonne, de ce style si loin de la petite fille mal dans sa peau que tu avais laissé au Japon. Elle avait emporté avec elle les bons souvenirs; et les quelques instants de ton existence où tu aimais cette vie plus que tout. Avant de tomber sur le tatouage. Cette jeune femme était ton point faible. Comme si elle avait réussi à te piquer et que tu n'ais rien vu, rien senti jusqu'à ce que tu t'éloignes d'elle. Là ça avait piqué, fortement. Et pour te protéger t'avais joué la conne.
Mais maintenant c'était autrement. Tu l'avais retrouvé, là à San Francisco. A des milliers de kilomètres de sa terre natale et des centaines de kilomètres de la tienne. Alors c'était un signe. Un coup de pouce de la vie qui n'avait pas été tendre avec toi et que tu emmerdais maintenant. Tu étais une tornade, qui ne se posait jamais, ne s'arrêtait jamais. Et dans tout ça t'avais trouvé ton but.
Alors quand le train était passé, il t'avais laissé derrière elle. Sans un au revoir. Après une course folle, tu avais presque eu ce petit sourire nostalgique en te disant qu'elle avait fait son choix. Mais la licorne au sol t'avait fait rire. Tu avais rit comme une enfant en prenant tout ce qu'elle t'avais laissé. Tu n'avais pas attendu très longtemps avant de passer à cette adresse.

Bien habillée, bien apprêtée tu avais franchis San Francisco avant de pouvoir entrer dans le musée, côté amateur. Tu y étais restée un moment. A regarder partout, les oeuvres qui composaient ce petit espace. Toi et l'art, c'était magique, ça veut pas dire que tout te plaisait, mais c'était toujours intéressant. Mais les travaux qui t'intéressaient le plus étaient là. Signer de la pattes de quelqu'un que tu connaissais bien. Alors tu souris. Tu souris et tu cherches des yeux une tête que tu reconnaîtrais. Est ce qu'elle t'avait attendu ? Est ce qu'elle savait que tu venais ?




⇜ code by bat'phanie ⇝


just be yourself, enjoy
" Puisque la mort est inévitable oublions là" ▬ Curiosité, sensualité, découverte, folie, tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/f14-it-s-a-small-world
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 92
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Jeu 10 Aoû - 1:11



She is here.
Avec Julie

Tenue du jour.
C’était il y a deux, trois jours, une soirée de plus, dans ce monde de tarée, entre le goût de l’alcool, l’odeur de la clope et de tout autre produit illicite, tu t’en étais un peu perdu, comme si tu cherchais à te dissimuler sous ces nombreux produits illicites, comme ci ceux-ci pouvait te faire oublier cette vie, le passé. Lors de cette soirée tu étais tombée sur elle, dansant, les lumières éclairait son visage, comme une évidence, elle était là et si soudainement plus rien n’avait d’importance, plus rien n’existait. Seul elle et toi. Ce n’était pas la petite fille gentille et douce, mais la femme sexy et rebelle, la tatouée avec cette puissance dont elle à le secret. Elle a changé de la tête aux pieds, tu aurais pu passer à côté d’elle sans la reconnaître, mais au lieu de ça son visage... Ta glacé le sang, il te demander à te souvenir, à chambouler tes pensées.

Alors vous vous étiez retrouvé sur un toit à vous refaire votre vie, à expliquer sans un mot les changements de vos vies. Entre le Japon et San Francisco des milliers de kilomètres, des milliers de solution pour vous retrouver ici ou ailleurs, mais il a fallu que vous soyez ici, toutes les deux. Son regard était si différent et rassurant... Mais le fait qu’il soit rassurant te fait peur, que tu te sente prête à de nouveaux l’aimer la rend dangereuse, elle était ta douleur et ton bonheur, tu étais son point faible. Aujourd’hui tu le serais sûrement encore, mais tu ne désires pas qu’elle est une telle emprise sur toi, tu ne veux pas la regarder dans les yeux, l’aimer de nouveau. Tu as peur. Elle est terrifiante et toi, tu es lâche.

Entre le Japon et San Francisco des milliers de kilomètres, des milliers de solution pour vous retrouver ici ou ailleurs, mais il a fallut que vous soyez ici, toutes les deux. Depuis ce soir ou la musique et l’alcool était de mise, les souvenirs de Julie frappe contre ton cerveau, ton cœur sûrement aussi. Une illusion ? Non, ta licorne n’est plus là. Puis comment aurais tu pus imaginé la Julie tatouée. La vie à décidé de vous redonner une change, de laisser chacune de vous revivre vos moments ensemble, mais vous êtes différente. Julie devra comprendre que tu ne puisses pas t’attacher, que tu es peur d’elle en quelque sorte. Tu ne seras pas faire autant d’effort qu’elle, même si en réalité au fond de toi la gamine crie de joie. Hayate ! Fait taire cette môme, elle n’existe plus.

Tu détruis les liens, les sentiments des autres, tu te détruis également, te massacres de l’intérieur, comme si tu pressais ton cœur entre tes doigts, comme si chaque chose illicite était un suicide pour tuer ton cerveau, ton corps. Meurs corps de femme. Cette soirée, tu étais partie, tu avais encore manqué fuir sans explication, mais c’était Julie alors... Tu lui laisses ce mot, cette peluche et le choix de te retrouver alors que tu as pris le choix de partir. Tu t’es enfuie dans un moment improbable, pour des raisons non dites, sans un signe. Au fond, tu es en colère, contre toi, contre elle. Tu ne sais pas bien pourquoi, mais c’est ainsi.

Tu as besoin de temps, d’ailleurs l’un de tes tableaux les plus récent celui devant lequel tu te trouves représente Julie, elle se trouve dans une horloge qui s’abîme, le dessin est incomplet, pas encore terminé. Un dessin de cette soirée, le moment où tu l’as vue. Son visage qui t’a interpellé. Julie à l’état brute.



Puis la, tu la vois. Julie est la, encore une fois en face de toi, elle te coupe le souffle sans un mot. Ta mise en scène de la fois dernière à marché, elle aurait pu ignorer, ne pas te calculer, t’oublier. C’est ce que tu aurais sûrement fait, si tu devais choisir de te revoir toi-même. Tu aurais préféré t’oublier. Finalement, au fond de toi, comme une petite voix « En vrai, tu le savais, qu’elle viendrait. » Non, Hayate, ne donne pas ta confiance, ne fait pas ça. La déception est toujours beaucoup plus forte.

- Salue la blonde, ça va ?

Tu tapes sur son épaule, l’observes en plein jour, tu n’es de toute évidence pas clean malgré le moment et tes vêtements bien taillé pour l’occasion.

© HELLOPAINFUL




Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Julie Lavory
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/04/2017
☆ messages : 177
☆ pseudo : Pandassassin
☆ avatar : Bridget Satterlee
☆ crédits : ♥ Tattoo and love.. but tattoo more ♥ ava by eriam
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Disponible
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Ven 11 Aoû - 23:00




JE TE L AI PROMIS
Je savais dans quoi je m'engageais en revenant vers toi.
Le souffle couper, le sourire aux lèvres, la peur d'être blessée, mais je suis là devant toi. Veux tu encore de moi?
Si la gueule de bois ne te guettait presque jamais tu buvais pourtant bien. La preuve avait été ce soir là où tu t'étais presque déchiré la gueule, à danser à rire et vivre ta vie à fond, parce que t'étais comme ça. T'étais remplie de folie, remplie de chose qui n'est pas totalement défini. Tu es flou, tout est flou. La vision des gens, la musique qui ne se voit pas, la chaleur qui pèse sur chacun et cette brune. Cette brune qui avait tant longtemps occupé tes pensées. Cette brune qui avait tant changé et celle que tu affectionnais plus que toi même. Tu semblais bien dans tes pompes, le regard droit, la confiance bombant ton torse. Tu étais belle, droite et la brune venait te prendre de nouveau dans ses filets. Mais tu étais merveilleusement bien dans ces filets.

Cette soirée là tu te souvenais que vous aviez fini sur le toit à parler du passé et de cette licorne qui ornait maintenant tes clefs. D'ailleurs le soir, sur ton lit lorsque tu étais encore dans tes pensées, comme tous les soirs, comme tout le temps tu regardais cette petite chose qui avait tant vécue et qui avait souffert. Il était toujours aussi beau à tes yeux. Un sourire te prit, et tu le gardas même contre toi, dormant avec. Son regard avait été si intense et en même temps si distant et triste. Tu avais bien vu que tout avait changé, tu n'étais plus dans ses yeux, dans son coeur. Tu avais vu disparaître cette lueur que tu aimais et cherchais chez elle. Et pourtant elle n'était que plus séduisante. que plus belle et attrayante. C'était une femme affirmée, une femme confiante et déjantée.

Le temps et la distance vous avez séparé et maintenant les deux venaient à être ensemble. A partagé des moments, des regards, des sentiments. Tu avais eu comme une envie d'être à ses côtés de partager ce qu'elle vivait dans cette ville que tu ne connaissais pas. Comment était elle arrivée? Pourquoi venir ici? Peut être qu'une discussion sera possible un jour. D'ailleurs en regardant cette carte tu avais eu envie de venir et aucune hésitation ne t'avait traversé. Tu avais juste profité de ton moment de repos pour venir. Oubliant job et stage afin de se concentrée sur elle. De réussir à discuter avec elle, à jouer avec elle. Tu retrouvais ton envie de jouer. Celle de te défouler, te retrouver avec ton instinct, ton envie.

Alors tu t'étais habillée. Des vétêments assez habillés. Assez pour attirer le regard, attirer la curiosité alors que tu espérais attire le regard d'une personne en particulier. Une personne qui suffirait  à combler ton envie de jeu, de plaire et de rendre tout le monde curieux. Oui. Tu aimais cette curiosité qui attisait tout. Le regard, la vue, le sourire. En regardant cette galerie. L'art. Objet de convoitise de désir, moyen d'expression, de rencontre. Moyen pour se défouler pour se créer. Dans une ironie les deux avaient été dans la même direction: l'art. Elle avait trouvé le crayon et la toile comme exutoire et toi tu dessinait sur des peaux, tu exprimais ton amour pour cette vie par ces dessins si différents. C'était étrange et en cours, c'était excitant mais tu rêvais de voir ton rêve se réalisé, comme cette exposition.

Et puis ton regard s'arrête sur un tableau. Tu le détaille et tu perds ce léger sourire en coin que tu arbore tant. Tu penches quelque peu la tête et reste plantée devant ce tableau qui te représentait, toi, la Julie qui l'avait quitté. Ce dessin était tellement.. vous. Cette horloge qui représentait le temps qui s'était écoulé entre vous, cette déformation qui montrait que le temps se perdait, s'évaporait. Tu aimais ce tableau, parce qu'avec des choses simples, des éléments très simples elle avait réussi à retranscrire ce que vous aviez ressentie à travers ses années. Tu restes devant, avec un souffle court, silencieux. Presque coupé.

Alors que tu te perds une voix te fait sortir de tes pensées, te fait te retourner dans un mouvements presque gracieux. Tu souris en voyant la brune. Tu souris parce que tu sais que cette journée est une journée spéciale et qu'elle commence avec la vision de cette belle brune.

- Salut la brune. Ca va et toi ? Il me semble que ce tableau me ressemble un peu non ?


Tu rigoles doucement avant de poser sa main sur son épaule. Tu t'appuies même un peu franchissant une barrière que tu aimais frôler. Te rapprochant de son visage tu souris et hausse un sourcil.


- T'as fumé ? T'en aurais pour une vieille amie ?





⇜ code by bat'phanie ⇝


just be yourself, enjoy
" Puisque la mort est inévitable oublions là" ▬ Curiosité, sensualité, découverte, folie, tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/f14-it-s-a-small-world
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 92
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Mar 15 Aoû - 18:25



She is here.
Avec Julie

Tenue du jour. Elle est ici, dans ta galerie. Elle regarde cette toile qui la représente, elle ne sourit pas, elle en comprend sûrement le sens, c’est pour cela, qu’elle n’a pas son sourire, que son visage semble éteint un instant. Julie, mérite selon toi d’avoir un dessin à son effigie, pour la douleur, la passion, l’amour et l’amitié qu’elle t'a donné, pour ce vide qu’elle a crée. Ce soir, comme toujours, elle se démarque, elle a toujours était différente, comme si elle était un arc-en-ciel dans un monde de gris, comme ci elle était mise la en évidence et le reste n’étais que floue.

Seulement toi, Hayate tu n’es plus si flou, ni en comparaison avec elle, ni avec personne. Tu ne redeviendras jamais la femme floue. Lorsque ta voix la sort de ces pensées, elle te regarde, tu ne lui parles plus pour le moment, tu l’écoutes. Le son de sa voix, il est différent, sexy d’une certaine façon paralysant également. La fois dernière, tu n’as pas pu bien l’entendre, tu étais trop à côté de tes pompes, trop perdu pour faire quoi que se soit.

Alors quand son visage est fasse au tien et qu’elle n’a de cesse de se rapprocher, tu penses soudainement que ce n’est pas juste. Qu’elle n’avait pas était juste, puis tu éloignes ces pensées, tu les oublies, les effaces, comme si tout ceci n’avait plus d’importance. Non, tu ne te permettras plus jamais d’écart, personne ne rentre dans cette paroi que tu t’es créée. Hors de question, surtout pas quelqu’un d’aussi destructrice qu’elle.

« - Salut la brune. Ca va et toi ? Il me semble que ce tableau me ressemble un peu non ? » Tu regardes le tableau en question, l’observes et le déchiffres, puis ton regard retourne sur elle. Elle est un triple B : Belle Blonde Bandante. Un sourire s’extirpe de tes lèvres, un sourire du genre « Confiante ». Puis ça question reviens dans ta tête de nana tarée. Es que c’est elle ? Ce n’en est qu’une pâle copie, une imitation qui ne saurait délivrer qu’une petite quantité de chacune de tes pensées. Elle rigole sans que tu n’ai eu le temps de répondre, sa main prend place contre ton épaule, elle se rapproche, dangereusement, joue avec les limites de distance, te frôle, t’aguiche.

- Elle t'ressemble pas. Elle est sage, elle.

Sage, comme une image. Comme ce qu'elle n’est pas, comme ce que Julie n’a jamais était pour toi, malgré que se soit apparemment étendu plus que tu ne l’imaginais. Elle a toujours foutu le bordel quelque part : dans ton cœur. Cette fois, elle ne le pourra pas, ou seulement dans ton corps. « T'as fumé ? T'en aurais pour une vieille amie ? » Te demander si tu as de quoi fumer, c’est comme demander à un vivant s'il a son cœur.

Tu sors le paquet de clopes et lui désigne le balcon du menton, on ne fume pas dans un musée, hors de question. Tu lui indiques de te suivre, sur le balcon, tu lui tends une clope, que tu ne lui donnes cependant pas, t'appuis dessus et te rapproche d’elle, tu lui mords la lèvre et te recules, simplement rapidement puis tu poses ta clopes à tes lèvres et lui en file une du paquet un peu après.

- J'suis pas sûr que tu la mérites, je t’ai vue faire tout à l’heure.

L’air confiante et sûr, tu regardes la ville, tu prend appuis sur cette barre qui te protège du sol, cette barre qui te maintient en sécurité. Tu n’aimes pas la sécurité. Tu mondes sur ce rebord, tu t’assois et fixe maintenant Julie, tu la regardes avec cet air de femme fatale, de femme-homme. Cet air de « Je vous emmerde tous ». Cet air Hayatesque.

- Julie, je t’ai même pas demandé ton autorisation pour te peindre. J'suis pas tellement désolée, mais il fallait simplement que... J'fasse semblant de l’être un peu. Pour recommencer sans mauvaises craintes que tu ne te retournes contre moi.

Tu te redresses, debout entre la vie et le vide. Entre Julie et la mort. Qu’est qui te fait le plus peur ? Honnêtement ?
© HELLOPAINFUL

[/quote]



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Julie Lavory
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/04/2017
☆ messages : 177
☆ pseudo : Pandassassin
☆ avatar : Bridget Satterlee
☆ crédits : ♥ Tattoo and love.. but tattoo more ♥ ava by eriam
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Disponible
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Jeu 17 Aoû - 23:26




JE TE L AI PROMIS
Je savais dans quoi je m'engageais en revenant vers toi.
Le souffle couper, le sourire aux lèvres, la peur d'être blessée, mais je suis là devant toi. Veux tu encore de moi?
Cette galerie est belle, remplie d'oeuvre d'art, comme toi. Remplie par des gens qui étaient en mal être, en perpétuel recherche de ce qu'ils étaient, ce qu'ils voulaient. C'était étrange et à la fois magnifiquement connu. Cette peine que tu traînais avec toi alors que tu montrais toujours un sourire avec un rien à foutre. T'étais tellement détachée. T'étais tellement toi. Hayate t'avait vu changé. Elle t'avait connu gentille bien qu'honnête et franche. Mais lorsqu'elles s'étaient revues, tu étais devenue un autre. Au fond t'étais gentille. Au fond t'aimait toujours cette brune devenue androgyne. T'avais besoin de son grain de folie qui renforçait le tien. Et là dans cette salle tu semblais vouloir te démarquer. Comme d'habitude. Tu veux attirer l'attention, sans faire éclipse à ces oeuvres.

Et puis quand elle arrive, finalement cette salle elle se voit pas vraiment. Elle a plus vraiment d'importance, sauf ce tableau qui te représente. Et qui représente bien plus qu'un simple toi sur une toile. Le geste était déjà généreux, mais l'histoire derrière était bien mieux. Et puis cette fille, cette brune qui était complètement elle sans jouer aucun rôle. Tu l'aimais pour ce qu'elle était et tu préférais attiré son regard à elle que celle des autres. Tu souris en la regardant. Tu la détailles et tu espères qu'elle ne te repoussera pas complètement.

Lorsque tu t'approches tu la regardes. Tu ne cesses de t'approcher de la chercher, chercher son regard, chercher sa présence. Tant pis si elle ne t'aime plus, tant pis si elle te déteste. Après tout tu savais que t'avais merdé. La vie t'avait pas réellement fait de cadeau mais tu lui en avais pas fait non plus. T'avais pas été de main morte avec Haya en repartant chez toi. Pourquoi tu avais fait ça ? Parce que tu en avais besoin, mais tu ne reviendrais plus dessus. Plus jamais.

Alors ouais, tu revenais sur ce tableau sans trop approfondir. Tu cherchais pas des explications tu voulais juste la taquiner, la titiller et venir la faire rire si t'as de la chance. Alors tu tentes, t'es pas du genre à avoir peur de la conséquence. Et puis tu vois les yeux de ton amie rester bloqués sur ce tableau. Alors tu fais pareil et tu te perds une seconde fois, ou une troisième fois tu sais pas trop. C'est qu'une image, elle ne bouge pas mais elle intrigue, alors finalement c'est pas mal toi. C'est vrai que t'aime faire poser des questions. Tu penses que la curiosité est clef de tout. Alors ce tableau a bien l'air de lui ressembler. Et pourtant Hayate te taquine et tu souris en riant quelque peu. Elle est sage? Cette femme est donc sage, chose que tu n'es pas.

- OH alors cette femme n'est pas moi.

Toi aussi t'es une tornade. Toi aussi tu sais foutre la merde où tu passes. Même si ton visage est angélique. Même si tu souris, c'est pas la première fois que les flic te courent après, qu'on te fouille et te palpe parce que t'as du shit sur toi. C'est pas la première fois que tu déclenches une bagarre. Tu retournes tout ce qu'il y a sur ton passage. Mais cette fille, cette fois c'est elle qui t'a retourné. On te pense peut être sans coeur, une fille qui s'attache pas, qui a personne. BEaucoup de conquêtes mais rien de sérieux. Mais Julie, t'es quoi ? T'es qui ? Tu fais quoi ? La brune, elle, tu l'as dans la peau. Elle tu risques de souffrir, de t'attacher et de lui donner le flingues qu'est porté à ta tempe. Elle. C'est ton exception.

Là tu la vois sortir le précieux joyaux. Ca noirci les dents, détruis les poumons. Ca te fait tousser et puer et pourtant tu kiffes ça. Tu sens en toi un truc qui se propage et t'aimerais avoir un truc plus fort, mais pour le moment tu te contente de ça. Tu essayes de prendre la clope avant de la regarder avec un sourire en coin. Elle veut jouer. Doucement mais surement ta lèvre est emprisonnée entre ses dents. Elle te fait quoi là ? Merde. Tu la regardes surprise, tu t'en caches pas. ET puis tu prends la cigarette qu'elle te tend après un moment de réflexion. T'es pas sortie de l'auberge. Tu l'allumes, la clope, mais ton regard essaye d'allumer la brune.

- Tu m'as vu quoi ma belle ? Tu m'as vu être dans cette galerie ?

T'es curieuse. Qu'est ce qui mériterait un traitement de ce genre ? Oh un tas de choses. Ta vie entière mérite que tu finisses au trou. Tu mérites le pire.. Comme le meilleur. Mais personne, pas même toi, voit le meilleur. Tu prends une taf deux taf, tu tires et expires. Tu regardes la ville avant de regarder cette brune. Si t'as peur pour elle ? Tu sais pas. t'es partagée. Tu es prête à passer de l'autre côté mais tu restes sage, peut être que c'est ta façon de coller à sa peinture. Tu la regardes alors et tu souris. Faute avouer à moitié pardonné. Mais elle a aucune envie de se faire pardonner. Cette fille est détachée, elle est barrée, autant que toi.

- J'ai l'air si horrible que ça ? Je suis une salope mais pas dans tous les sens du terme.

Venant en face de la brune, alors qu'elle est entre le vide et toi tu la regardes et lui murmure.

-Tu peux m'utiliser tant que j'arrive à te suivre.

Un léger sourire te prend. Tu joues à quoi ? Tu sais pas trop mais t'aime bien. Finalement ça te fait plaisir de pouvoir jouer ainsi avec elle. Sans l'abandonner. Tu veux lui montrer que t'es pas une connasse. T'es pas celle que tout le monde pense. T'es JUlie, celle qui était à ses côtés.

- On va boire un verre? Ou on se pose chez moi, un film une pizza et de l'alcool. Ca te va ?



-




⇜ code by bat'phanie ⇝


just be yourself, enjoy
" Puisque la mort est inévitable oublions là" ▬ Curiosité, sensualité, découverte, folie, tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/f14-it-s-a-small-world
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 92
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Ven 25 Aoû - 13:42



She is here.
Avec Julie

Tenue du jour. Elle est là, quoiqu'elle ne le veuille pas elle a tout de même fait disparaître chacune de tes œuvres, chacune de tes peintures sur laquelle, tu as travaillé. Comme un rayon de soleil trop fort, elle t’aveugle et tu ne peux plus regarder rien d’autre. Seul le passage du rayon reste, même en fermant les yeux. Elle pense peut-être que tu as voulu être gentille, « généreuse » en la peignant, mais ce n’est absolument pas le cas. Tu l'as peinte parce qu'elle était ta réalité, ton ennui de la soirée. Ce n’est pas le seul tableau ou elle est présente, vraiment pas. Seulement sur celui-là ça n’est pas complètement négatif et son visage est beaucoup plus proche du sien. Tu avais oublié son image.


Elle peut espérer que tu ne la repousses pas, tu peux même le vouloir, seulement tu n’aies plus si facilement atteignable, t’en a trop bavé pour coopérer. Ces gestes, les mouvements de son corps, sa voix, les mots qui s’enchaînent chaque détail de son attitude t’allument. Si ça continus, il va falloir que ça cesse. C’est exactement de ça que tu lui parlais en la punissant d’une morsure sur ces lèvres. Elle semble faire des blagues, elle veut te faire rire, mais ton visage ne démord pas, il reste impassible, provocant, un brin aguichant.

« OH alors cette femme n'est pas moi. » C’est un peu ce que tu lui as expliqué un peu plus tôt, elle n’a rien de sage, elle n’est pas comme cette image d’elle, elle n’est pas en dehors du temps, c’est peut-être le gros problème. Elle a perdu un certain nombre de jours, d’an, qu’elle ne rattrapera jamais avec toi. Si en temps normal, c’est elle qui chamboule, qui détruit tout sur son passage, apparemment aujourd’hui elle en reçoit les frais. Lorsque vos lèvres se sont rapprochées, elle semble surprise, vraiment très surprise. C’est exactement ce que tu désirais, tu es arrivé à tes fins.

Elle se joue encore de toi, elle t’allume et tu prendrais volontiers feu pour la faire crier pour une multitude de raisons, seulement se serais comme te jeter dans la gueule du loup sexy. C’est bien tentent, mais risqué. Cependant qu’elle continue de t’allumer et ainsi, tu pourras lui montrer que tu es plutôt douée à ce jeu aussi. « Tu m'as vu quoi ma belle . Tu m'as vu être dans cette galerie . » Elle se la joue Innocente, comme si elle n’avait pas compris. C’est peut-être le cas, mais tu n’y crois pas. Pas le moins du monde.

- Non, je t’ai vu me provoquer, me chercher, te rapprocher.

Tu l’admires silencieusement, tu te rapproches d’elle comme elle la fait plus tôt, tu effleures ces lèvres des tiennes, tu ne touches pas son corps et pourtant tes mains en sont à quelques millimètres, sur la courbure de sa hanche ton majeur effleure pourtant sa taille. Elle est tout de même très belle. Tes lèvres arrivent au niveau de ces oreilles, tu murmures.

- Comme ça.

Tu es là au bord du vide, pourtant dans son regard, dans son attitude tout démontre qu’elle n’a pas peur. Les limites ne semblent pas l’effrayer. Tu aimerais voir la peur dans ces yeux, tu aimerais qu’elle ressente ce que toi, tu ressens. Alors tu te lèves, debout entre elle et le vide, les pieds sur une barre qui est un peu ta zone de survie. « J'ai l'air si horrible que ça . Je suis une salope, mais pas dans tous les sens du terme. » Salope... C’est un peu péjoratif ça non ?

- Je n'ai jamais dit ça, moi.


« Tu peux m'utiliser tant que j'arrive à te suivre. » Tu hausses un sourcil, puis la regardes en levant les bras pour tenir l’équilibre en marchant telle une funambule ivre sur un morceau de bois. C’est qui, qui utilise qui ?

- C’est toi qui m’utilises, tant que je suis. C’est ça le problème.

D’ailleurs tu ne veux justement plus la suivre, tu veux tenir la baguette, tu penses que c’est pas possible, parce que des sentiments du passé te remonte jusqu’à ton organe le plus fragile, le plus protégé. Ton cœur. Tu ne veux plus jouer. Jouer est un verbe douloureux, car quand on est le jouet on devient lassant et quand on joue on se lasse. « On va boire un verre? Ou on se pose chez moi, un film une pizza et de l'alcool. Ca te va ? »

- Non. Je ne veux pas que se soit ton choix.


Un courant d’air, une brise de vent et ta chemise vole avec tes bras grand ouvert. La peur de tomber ne te viens pas, ton cerveau est trop endormis. Tu réfléchis deux minutes, puis tu la regardes dans les yeux lorsque tu les rée-ouvres.

- J’ai une tout autre idée.


Tu sautes de son côté, tu attrapes sa main et sors rapidement avec elle de la salle. Tu ne marches pas, tu cours. Le temps ne se rattrape pas, le temps ne peux être remonter. Vivons comme si il allait cesser.
© HELLOPAINFUL

[/quote]



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Julie Lavory
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/04/2017
☆ messages : 177
☆ pseudo : Pandassassin
☆ avatar : Bridget Satterlee
☆ crédits : ♥ Tattoo and love.. but tattoo more ♥ ava by eriam
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Disponible
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Dim 27 Aoû - 14:18




JE TE L AI PROMIS
Je savais dans quoi je m'engageais en revenant vers toi.
Le souffle couper, le sourire aux lèvres, la peur d'être blessée, mais je suis là devant toi. Veux tu encore de moi?
Tous ces tableaux, et celui ci en particulier, celui qui te représente. Les autres ne sont pas aussi clairs que celui que tu regardes, que tu détailles, que tu observes. Il y a toujours des moments dans la vie où le passé revient faire surface, dans un rêve, dans une pensée ou bien par une personne qui se présente devant nous. Bien des fois tu avais eu des pensées pour cette brune sans savoir à quoi elle ressemblait, ce qu'elle était devenue. Bien des fois tu t'étais dit qu'elle te manquait. Mais le temps avait joué son rôle. Il avait emporté cette culpabilité cuisante avec la peur de ne jamais retrouvé l'autre. Aujourd'hui ton passé avait prit forme de cette jeune femme. Ton passé était revenu et cherchait à s'éloigner de nouveau de toi. Mais toi ce passé, t'y tenais.

Ce rapprochement, ce maudit rapprochement bien trop intime pour être anodin, bien trop intime pour être innocent. Une provocation, une de plus. Ce rapprochement n'avait fait que creuser l'écart entre vous. Cette barrière qu'elle avait mise et qu'elle voulait garder pour ne plus souffrir. Tu comprenais. Après tout c'est toi qui avait commencé, toi qui avait déconné. Mais t'as eu peur pour toi. T'avais peur pour tout le monde. De pas te relever, de pas pouvoir lui dire. Alors quand tu vois son expression qui te crie la provocation qu'elle veut user sur toi, mais aussi ce sentiment de défense qui se traduit par l'éloignement, l'indifférence. Tu sais que ce ne sera pas simple. Mais tu n'as jamais aimé les choses simples.

Le passé ne se rachète pas. Les moments passés séparés seront irrattrapable. Mais tu sais que tu n'as pas besoin de ça; Parce que tu es devenu ce que tu voulais et qu'elle est ce qu'elle est. Tu sais que des fois, c'est nécessaire. T'avais pas envie de la laisser y a des années, maintenant t'as pas envie de la voir s'éloigner. Tu sais que se sera plus jamais comme avant, mais tu cherches pas à rattraper ce passé. Ce tableau en est la preuve. Le temps. Ce truc ne se contrôle pas. Et chaque seconde de plus est une seconde de moins alors merde... profitons.

Aujourd'hui qu'est ce qu'Hayate voit ? Une blonde tarée qui vient dans son exposition. Surement, tu sais pas exactement ce qu'elle pense mais tu es comme toujours, charmante à souhait. Tu provoques, tu taquines, appuies doucement sur les zones à risques. Tu joues et tu te déjoues. Tu la regardes tu lui souris. Ton charme ne marche pas face à elle, et pourtant ton regard est en proie sur cette brune. Tes yeux se ferment quelques secondes. Accepterais tu ? Etre embrassé par elle, touché par elle? Aimé par elle ? Tu ne saurais pas dire non. Tu accepterais, parce que cette brune te fais vriller. Elle joue avec tes nerfs et elle y arrive. Tu n'es plus la coupable mais la victime de ce jeu auquel tu joues tellement: la tentation, la séduction, la curiosité. T'es là tu bouges pas et t'es clouée à ce sol trop plat.

- Je vois.. pourtant je ne me suis pas vue faire de telle avances.. Je pense que tu te méprends

Un léger sourire orne ton visage alors que tu regardes la brune. Tu la regardes jouer avec sa vie comme on joue avec une poupée. Si elle tombe alors on ira en racheter une autre. Mais cette personne toi t'y tiens. C'est la seule personne à qui tu tiens, la seule qui te fait vriller.. qui te rend dingue, qui te rend peureuse. Oui t'as peur pour elle mais tu le montres pas. Parce que tu joues toi aussi. Tu joues avec tout et surtout avec ta vie. Seulement la barrière est la goutte d'eau tu la regardes et tu caches plus ton appréhension.

- Descend... s'teuplait.

Elle ne l'a jamais dit mais tu sais ce que les gens pensent. Ce que cette brune pense.. Tu t'en doutes. JUlie celle qui l'a abandonné. Julie, celle qui l'a trompé. Alors qu'au final qu'est ce que tu as fait ? Tu t'es détachée en t'arrachant ce à quoi tu tenais le plus. Tu t'es barrée parce que t'avais pas le choix. Mais t'as fait le choix de vouloir arrêter de souffrir. Et Haya avait ce même droit. Elle l'a fait. Et maintenant elle ne te fait plus confiance. Et avait elle tord ? C'était sûrement la seule qui pouvait te faire confiance, mais tu ne pouvais lui en vouloir.

D'un coup, tu l'utilises. Ca y est le voile tombe. Tu ne dis rien mais n'en pense pas moins. Jamais tu ne l'as utilisé mais ce petit sourire nostalgique que tu arbores parle pour toi. As tu vraiment besoin de dire que tu n'es pas cette fille dont elle a le souvenir ? Que tu n'étais que toi ? Faible . Tu continues de vouloir la retrouver mais elle bloque encore une fois. Il faut que tu redeviennes une personne faible pour elle. Une personne qui ne craint pas l'amour parce qu'elle le vit. Qui n'a pas peur de l'attachement parce que c'est la vie. Tu l'écoutes une nouvelle fois et tu hausses doucement les épaules.

-Alors choisi... Tu peux choisir de me planter ici ou de m'emmener avec toi.

Cette fois, c'était Hayate qui avait toutes les cartes en main c'est vrai. Mais ça ne te faisait pas peur. Juste un peu avouons le. tu avais peur de perdre cette personne une nouvelle fois, mais tu y étais préparée. Tu avais vécue comme ça. Sans personne, sans attache. Alors la voir partir maintenant te fera moins mal que dans cinq jours, une semaine, un mois. Le vent souffle et tu paniques sans le montrer. Qu'elle descende te fera le plus grand bien.

D'un coup tu te mets à courir. Pas pour échapper à la brune. Ni a des gardes. Mais parce que t'es entraînée avec cette androgyne un peu folle qui veut te montrer tu ne sais trop quoi. Tu la suis pourtant. Parce que, tu penses que sauter d'un pont serait faisable si elle te le demandait. Alors tu la suis et tu as hate de découvrir la suite.

⇜ code by bat'phanie ⇝


just be yourself, enjoy
" Puisque la mort est inévitable oublions là" ▬ Curiosité, sensualité, découverte, folie, tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/f14-it-s-a-small-world
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 92
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Mer 30 Aoû - 0:11



She is here.
Avec Julie

Tenue du jour. « Je vois.. pourtant je ne me suis pas vue faire de telle avances.. Je pense que tu te méprends. » Tu te méprends . Bien sur cela doit être ça, tu es suffisamment stupide pour t’imaginer de telle chose, tu es capable de croire qu’elle puisse t’avoir effleuré, provoqué. Te prend-elle pour une conne ? Ou est-elle sérieuse ? Tu préférerais qu’elle te prenne pour une conne, aucun doute sur ça. C’est rare, mais c’est tellement vrai. Alors lorsque tu joues avec ta vie, lorsque tu l’ignores elle t’implore de descendre, de te protéger.

- Pourtant entre le vide et toi... Je ne sais pas ce qui est le plus dangereux. Le plus effrayant.

Elle croit savoir ce que tu penses « comme tout le monde » en réalité tu ne penses pas comme ça, tu ne sais juste plus comment agir, comment réagir. T'aimerais l’embrassait comme lui balancer tes pompes à la gueule, mais tu lui tiens le bras en courant. Tu lui fais traverser les routes, arrête les voitures, parfois elles t’effleurent. Le danger, la mort... ça t’excite. Tu as choisi de l’emmener, tu vas peut-être le regretter, peut-être pas au fond. La course contre le temps ne finit que lorsque la vie se termine. Alors rien n’est fini, pour le moment. Vous arrivez devant une belle baraque, le genre que l’on ne voit pas souvent. Il n’y a pas de voiture, pas de personnes visibles. Tu grimpes au-dessus du grillage et détruit l’alarme avant qu’elle ne sonne. Tu poses ta veste de tailleur sur le grillage pour que Julie passe sans se faire mal. Tu ouvres la porte en brisant le verre du carreau de celle-ci et entre dans la baraque où se trouve une piscine énorme couverte. Tu as de l’intérieur.

- Viens !

Pourquoi cette maison ? Pas de voisin, puis tu as déjà vérifié chaque détail pour ne pas te faire choper. C’est pratique de rien glander. Julie rentre dans la maison, tu attrapes son bras lorsqu’elle traverse une pièce, par surprise tu la bloques contre un mur pose ton bras au-dessus de sa poitrine, ta jambe qui bloque les siennes.

- Je me méprenais ? Tu sais que tu es vexante ?

Rancunière, haineuse, patiente, bornée et fière. L’ouragan est éveillé, il n’est pas de bonne humeur, tu n’es pas facile à vivre, ni à comprendre. Tu la lâches, tu aurais pu lui en vouloirs suffisamment pour la tuer, mais elle t’aurait quand même suivi. Elle aurait naïvement suivi sa fin.

- J’déconne.

Tu n’es pas sur de ces derniers mots, tu penses même qu’au fond est pas vrai, tu déconnes pas. Seulement, t’aime cette nana quand même. Tu laisses tomber tes vêtements au sol en marchant jusqu’à la piscine intérieur de la maison.

- Suis-moi.

La piscine intérieure, grande, magnifique, pleine de surprise. Une arche en pierre s’élève au-dessus de vos têtes, tu n’allumes pas les lumières, seules la lumière tamisée s’allume dans la piscine. Tu n’aimes pas le jour, tu n’aimes pas la lumière. Tu n’aimes pas tout ce qui t’oblige à voir tout ce que tu ne désires plus voir. Tu n’es plus sur de te connaître, tu ne sais plus de quoi tu es capable, de quoi tu n’es plus capable. Tu sais seulement que tu es la, que tu as peur, mais que tu as la rage du cœur, la rage de l’intérieur qui te pousse à vouloirs lui faire du mal, a remplir ces poumons d’eau pour pouvoirs en suite emprisonner ces lèvres et la ramené à la vie. Parce que c’est ce qu’elle à fait. Elle ta tué et tu as ressuscité. Seule. Sans que personne ne t’aide à te relever, sans que personne ne prennent ta main et te dise « tout ira bien, je suis là. »
© HELLOPAINFUL




Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Julie Lavory
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/04/2017
☆ messages : 177
☆ pseudo : Pandassassin
☆ avatar : Bridget Satterlee
☆ crédits : ♥ Tattoo and love.. but tattoo more ♥ ava by eriam
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Disponible
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Mer 30 Aoû - 9:52




JE TE L AI PROMIS
Je savais dans quoi je m'engageais en revenant vers toi.
Le souffle couper, le sourire aux lèvres, la peur d'être blessée, mais je suis là devant toi. Veux tu encore de moi?
Non tu aimes provoquer, tu aimes jouer mais il y a longtemps qu'avec Hayate se désire d'attirer les regards, la curiosité est passé. Tu veux juste qu'elle te voit comme la femme qui la toujours aimé, parce qu'entre vous s'était fusionnelle et que la vie a décidé de vous éloigner. Est ce vraiment ta faute? De a à z ? Peut être, mais aujourd'hui tu ne fais que la taquiner, la titiller pour retrouver celle que tu as perdue. Tu ne la reverras peut être jamais. Peut être qu'elle allait t'en vouloir toute ta vie et que c'était trop tard, mais ce sentiment au fond de toi te donne envie d'essayer. Il te donne envie de tout pousser pour y arriver et qu'elle te gueule au moins dessus. Qu'elle lache tout ce qu'elle a contre toi. Que la brune et la blonde se dispute à s'en battre, avant de se regarder et de s'aimer comme avant.
Et puis elle même continue de te lancer des pics. Tu sais que c'est sa manière à elle de dire qu'elle a été blessé. A propos de ce vide et de toi, tu hésites aussi.

- Ca dépend de quoi tu as peur.. Je suis dangereuse pour tous ceux qui s'attachent et ça.. c'est dangereux pour ceux qui ont peur de mourir.  

Tu ne vas pas mentir. S'attacher à toi c'était comme se mettre un couteau sous la gorge de son propre chef. MAis t'es comme ça, tu pars, tu voles, tu rigoles. Les autres n'ont pas d'importance, elle oui. Et pourtant tu viens de lui dire le contraire. Une simple généralité.

- Mais toi tu peux encore t'attacher.. promis.. Cette fois je ne ferai pas de conneries.  

C'est tout ce que tu peux lui affirmer. Pas de grands discours, rien, sauf ta promesse que tu ne partiras pas. Mais tout se mélange et finalement tu finis par courir après elle alors qu'elle te tient le bras. Ca te rappelle quand vous étiez jeune et que c'est toi qui la tirait. C'est toi qui cherchait à lui faire découvrir les conneries de la vie, mais t'étais pas pareille Julie, t'avais encore ce sentiment bien fort ,celui qui remonte peu à peu en la regardant. Tu cours derrière elle et tu vois le danger arriver de partout, les voitures klaxonne et tu n'en as rien à faire, tu suis cette brune déjantée, tout comme toi. ON aurait dit un parcours, une course contre la montre et finalement tu n'as peut être pas tord. Ce n'est qu'arrivé devant cette belle et grande maison que tu peux reprendre ton souffle. La connaissant ça va être une évidence. Tu regardes autour de toi, cet endroit a l'air paumé tant il n'y a personne, mais c'est plutôt pas mal Tu poses tes mains sur tes hanches en la regardant faire. Elle a l'habitude, sa vie a changé depuis la dernière fois où vous vous êtes vues. SOuriant doucement tu enlèves tes chaussures pour les balancer de l'autre côté de la barrière. Ajourd'hui t'avais décidé de te la jouer féminine et aujourd'hui il fallait pas. C'était bien ta veine. Tu grimpes alors en essayant de pas tout déchirer. Non pas que tu serais immensément triste mais t'aimerais rentrer sans avoir à casser la gueule de tous ceux qui te regardent de travers. Et puis à l'intérieur tu avances. En regardant partout, pour détailler cette maison, que tu n'auras probablement jamais.

Tu la suis alors qu'elle t'appelle c'était sans compter sur cette prise, trop rapide et trop surprenante qui te fais ouvrir légèrement les yeux en la regardant. Des mèches de tes cheveux sont venues titiller ton visage et tu te demande ce qu'elle veut vraiment. C'est aps simple de l'avouer, c'est pas simple de savoir. Toi t'as jamais su. T'as jamais su comment passer les étapes de ta vie, t'as jamais su comment te ramasser sans que personne ne vienne t'aider. Sauf ces dernière années. Là t'es plus la même. Vous jouiez plus dans la même cour mais toujours au même niveau. Chacun était la faiblesse de l'autre, et le pire, c'est que c'était bien. C'était un sentiment assez puissant, qui te rendait vivante.

- Je peux oui.. on me l'a déjà dit.  

Pourquoi mentir ? Tout ça n'était qu'un jeu. Quelque chose dans lequel on avait glissé vos pions. La vie était une partie, qu'il fallait gagner. Mais à la fin, la vie était mauvaise perdante et vous faisait toujours tombé. Tu restes contre ce mur à regarder cette joueuse. Mëme une fois éloignée. Tu ne bouges pas. Tu sais que c'est faut. Qu'elle ne rigole pas; T'as senti la haine qu'elle avait. T'as senti tous ces reproches sans qu'elle ne t'en dise un seul.

C'est qu'en voyant les vêtements de ton amie tombés que tu reprends un peu connaissance. Tu arrêtes de réfléchir et tu la regarde aller dans cette piscine qui ne vous appartient pas. Mais t'en as rien à faire. Rien à branler que ce soit pas la tienne. RIen à faire que tout ça soit illégal, rien à faire qu'elle t'en veuille. Tu veux juste la récupérer. D'ailleurs c'était faux. T'en avais pas rien à faire d'elle, de sa rancoeur envers toi, de sa haine à ton égard. Pour la première fois depuis longtemps: ça te touchait. Mais tu montrais rien, parce que t'étais comme ça finalement.

Et puis finalement tu décides de la rejoindre. Lentement tu détaches ta robe et la fait glisser. Tu seras donc en sous vêtements et t'en as rien à branler. Tous, ou presque, tes tatouages sont visibles, et t'en as une tripoté. T'étais pas comme ça avant, mais la vie t'as changé. Les gens changent et t'es pas l'exception, même si pour toi c'est une évolution. Alors tu te rapproches et lentement tu rentres dans la piscine. Sans un mot tu sais pas quoi dire. Sans un mot, parce que l'ambiance ne te le permet pas. Sans un mot, pour ne pas défaire ce qu'il s'est recréer. C'était pas de l'amour, ou un lien fort qui venait de renaître. Simplement une tolérance à toi. Une tolérance et dire que tu pouvais être avec elle. Tu pouvais te tenir à ses côtés. Tu la regardes donc, comme elle a changé, et puis tu souris presque bêtement, perdue dans tes pensées.

⇜ code by bat'phanie ⇝


just be yourself, enjoy
" Puisque la mort est inévitable oublions là" ▬ Curiosité, sensualité, découverte, folie, tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/f14-it-s-a-small-world
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 92
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Dim 10 Sep - 13:46



She is here.
Avec Julie

Tenue du jour. «  Ca dépend de quoi tu as peur.. Je suis dangereuse pour tous ceux qui s'attachent et ça.. c'est dangereux pour ceux qui ont peur de mourir. » Après ces mots, tu la regardes, mais au fond, tu sais pertinemment que ce n’est pas la mort qui t’effraies le plus. C’est elle, elle qui te terrifie. Seulement dans la réalité des choses, tu as toute les cartes en main pour surmonter cette peur.

- C’est de toi que je me méfie le plus. La mort elle, elle on connaît exactement ces intentions, on sait comment ça se passe. C’est un Game Over et point à la ligne. Toi, non. Toi je sais pas, ce que tu veux, ce que tu cherches et au fond je suis pas sur de vouloirs savoir hein.


« Mais toi tu peux encore t'attacher.. promis.. Cette fois je ne ferai pas de conneries. » pour en revenir à la contradiction de ces propres mots, tu aimerais bien lui faire remarquer, qu’elle même ne sait pas ce qu’elle veut, ce qu’elle dit. Alors comment toi peux tu y croire ? c’est compliqué. Elle se contredit, elle le fait si bien. La situation suivante t’amène à penser... Est-elle encore vraiment ta faiblesse ? Ou est-elle plutôt ton challenge, ta frayeur. Un truc que tu dois surmonter pour te prouver à toi-même que tout ira mieux après.

Si Julie pense que vous êtes dans un jeu... Alors quel genre de jeu se serais ? Pourquoi les règles sont elles si injustes ? Cette femme, Julie elle te regarde ôter tes vêtements, elle ne bouge pas et elle te connaît, du moins elle te connaissait et elle à sus reconnaître la haine dans tes gestes, dans ta voix. Dur de dissimuler ce que tu ressens quand il s’agit de colère, de haine, de négatif. Lorsqu’elle se ranime enfin, lorsqu’elle à finit de trop réfléchir, sa robe tombe au sol, ces tatouages sont visible, attirante. Elle l’est, elle l’a toujours était pour toi, plus que quiconque tu l’as aimé, plus que n’importe qui tu l’aurais protégé, gâté.

Seulement, la vie est injuste, Julie est du même genre que toi et elle ne ressentais sûrement pas la même chose. Une amie, une sœur, elle t’aurait détruit même en restant, seulement elle t’a donnée une raison de lui en vouloirs et de ne pas être trop malheureuse, une raison de rejeté la faute sur les autres, c’est plus simple, plus facile que de se remettre en question.
Elle ne parle pas, l’ambiance est pesante, lourde et dur à vivre, elle est comme ça à cause de toi Haya, c’est de ta faute, tu aurais pus... « Passer outre ». Seulement, non tu ne le fait pas, tu te dis que c’est elle, elle est fautive. Rancunière que tu es, tu ne cherches pas à rétablir, tu cherches à briser.

Julie sourit, ça te marque, te surprend en quelque sorte, comment peut-elle se permettre se sourire ? Comment arrive-elle à faire ça. Hier l’alcool t’avait adoucis, aujourd’hui la réalité t’avais frappé. Elle est là, elle est en face de toi et pourtant tu pousses encore, tu cherches la bête, celle qui rendra les réconciliations impossibles. Celle qui t’empêchera de retomber pour elle.

- Tu as changée. Tellement changée.

Une remarque ? Un reproche ? Toi-même tu ne sais pas. Tu ne sais plus quoi penser, tu ne sais pas agir avec les autres, tu ne sais pas t’assagir, te modérer. Tu aimerais au fond de toi cesser, mais non, tu ne le peux pas. Elle risquerait de percer ton armure, ta protection. Elle pourrait te nuire, elle pourrait te briser. Va-t-elle le faire ?

- Qu’es que tu es devenue ? Qui es tu ?

Tu as relevé la tête, tu as braqué son regard du tien, tu as captivé, bloqué son attention sur toi, t’aimerais lui dire ce que tu penses, ce que tu crois, mais tu n’es plus sur de savoir. TU n’es plus sur de penser et croire les bonnes choses. Si autre fois tu étais déjà forte et douce, aujourd’hui la douceur est devenue fierté. La fierté et l’auto défense.


© HELLOPAINFUL

[/quote]



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Julie Lavory
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/04/2017
☆ messages : 177
☆ pseudo : Pandassassin
☆ avatar : Bridget Satterlee
☆ crédits : ♥ Tattoo and love.. but tattoo more ♥ ava by eriam
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Disponible
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   Ven 15 Sep - 12:45




JE TE L AI PROMIS
Je savais dans quoi je m'engageais en revenant vers toi.
Le souffle couper, le sourire aux lèvres, la peur d'être blessée, mais je suis là devant toi. Veux tu encore de moi?

Tu fais si peur que parfois en te regardant, en te posant, seule dans ton appartement, tu te fais peur à toi même. Ton reflet est différent. Tu n'as plus peur de perdre ce que tu aimes car tu n'aimes plus. Tu fais semblant de vivre normalement dans un monde qui ne te ressemble pas. Dans un monde où tout n'est qu'argent ou amour. La passion est considérée comme de l'amour et la carrière comme de l'argent. Dans un monde où les gens comme toi ne sont plus des gens anormaux mais des gens déséquilibrés. La boisson, la cigarette, la tare de ce siècle, ta folie, ton envie de te mettre en danger, ce besoin de te sentir vivante. La tare de ta vie. Toi aussi tu as souffert, tu regardes Hayate devant toi et c'est l'ancienne Julie que tu revois, celle qui se remettait à peine et qui a du découvrir que la vie n'était pas un long fleuve tranquille. Que l'abri qu'on se construit se détruit. Qu'est ce que tu es devenue ?

Les mots de l'androgyne te font baisser les yeux. Ils te font te sentir coupable de la personne que tu es devenue. Tes intentions ne sont plus les mêmes. Tu n'as plus jamais voulu t'attacher, aujourd'hui tu vagabondes dans les rues de San Francisco en te demandant si quelqu'un arriverait à briser cette personne froide est détachée que t'es devenue. Et finalement elle est là, la seule personne qui peut y arriver. Mais cette personne ne veut plus de toi. Tu la regardes et tu baisses les yeux avec ce petit sourire. Ton coeur saigne mais peu importe, tu ne peux pas montrer ta faiblesse, tout comme Hayate qui se protège de toi, qui se protège des autres.

- T'as raison.. Je dis que je suis dangereuse, que toi tu peux me croire. Comment savoir ce que je veux? Quelle sera la fin?.. C'est peut être pour ça que beaucoup de personne veulent me connaître. Et quand c'est fait elles partent. Hayate tu connais tout de moi, et c'est pour ça que tu veux plus venir vers moi.  

Un léger sourire un peu triste, un peu nostalgique de si bien comprendre ce qu'il se passait. T'es qui ? T'es quoi? Tu veux quoi? Le jeu que ta vie a mis en place est bien trop dur, bien trop stricte. Pour ne pas tomber dans ses pièges tu empêches ton pion de se rapprocher des autres. Tu évites ton passé, ta faiblesse. Tu contournes ce qui ressemblerait au bonheur pour aller directement te blottir dans la carrière. T'as pas besoin d'argent, juste faire la seule chose que t'aime. Torturée, blessée, t'as fini par être cette flle que personne n'aime.. que personne ne veut près d'elle. Trop dangereuse, trop imprévisible. T'es celle qui passe une nuit avec une personne et ne la revoie jamais. T'es celle que tu détestais. Carriériste, égoïste, tu ressembles à ta mère.

Ta robe tombe et ton corps s'enfonce dans l'eau. Tu sais plus quoi faire de ces moments. Dois tu les chérir ? Les détester ? Leur en vouloir de remuer toujours plus ta vie en te ramenant à cette réalité: tu es seule. Est ce que quelqu'un de son putain de petit siège le voit ? T'es pas du genre à aller te plaindre. Hayate tu lui donneras rien d'autre que des raisons de te détester. Tu lui donneras pas l'occasion de t'aimer, de lui sortir des excuses comme si t'en avais plein en stock.
Parce que tu veux la vérité. Tu veux qu'elle te voit, toi la fille repoussante que t'es finalement. Tu as changé. Au fond de toi t'es sûre que c'est un reproche. Un reproche qui signifie que plus rien ne sera comme avant. T'as changé. T'as changé encore et encore à te perdre dans des complaintes, dans des tortures que tu te souviens même plus. Quand est ce que t'es devenue cette personne ? En rentrant? En apprenant que tu devais rentrer ? En te protégeant des autres? Pourquoi t'es la seule à avoir changé?

Ton regard est sérieux, presque vide et pourtant il donne tant à Hayate que tu n'as pas besoin de parler. Il n'est pas noir, il est gris, entre l'amour que tu lui portes et la barrière que tu mets sans cesse. Si elle revient, elle tu l'accepterais, tu la garderais. Mais qui te croirais ? Qui es tu ? Tu la regardes toujours avant de redresser ton corps dans cette eau. Tu t'approches un peu d'elle avant de regarder cette eau.

- Je suis pas sûre. J'attends qu'on me le rappelle, mais la seule personne qui m'a connu ne sait plus qui je suis. Finalement je crois n'être qu'une ombre qui passe 

Hayate. La seule qui la connait. La seule qui prétend au rang d'amie, de soeur, d'amante. Si elle aurait tout déballer Hayaté, tu l'aurais accueillie. Tu lui aurais pas dit le contraire. T'aurais pas repousser ce genre de relation interdite. Parce que tu t'es toujours foutu des interdit. Hayate elle aurait pu être tout. Tes yeux sont bloqués dans les siens. T'aimerais la provoqué, lui dire qu'elle sait qui tu es. Elle sait que t'es pas comme ça, que la fille froide c'est que ton masque, que tu t'es perdue entre deux souffrances.

Mais tu te rapproches d'elle. Ta main sort de l'eau et se pose sur sa joue. Elle joue, elle a toujours joué avec toi Hayate. Tu la regarde et tu te demande si ça peut être pire. Ton sourire de le revoir refait surface, comme si t'étais sans gêne. Comme si rien n'existait aujourd'hui.

- Si je dois te perdre aujourd'hui alors permet moi de te provoquer encore une fois.  

Tes lèvres frôlent les siennes. Contrairement à l'androgyne tu mords pas sa lèvre. Tu l'embrasses juste furtivement. Comme un rêve, comme quelque chose qui n'existe pas. Comme une ombre tu te sépares de tes lèvres et t'enfonces dans cette eau passant ta tête sous l'eau. Le calme, le silence, cette sensation te calmes. T'as pas envie d'affronter la réalité. T'es bien sous l'eau.

⇜ code by bat'phanie ⇝


just be yourself, enjoy
" Puisque la mort est inévitable oublions là" ▬ Curiosité, sensualité, découverte, folie, tornade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/f14-it-s-a-small-world

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Je te l'ai promis ft Haya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je te l'ai promis ft Haya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galerie d'Haya (préparez une protection pour les yeux, on sait jamais)
» C'est promis...
» Comme promis le scan du magazine phototech et ma photo!!!
» Comme promis .. Daniel ..
» Tu avais promis … ^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: north san francisco :: the walt disney family museum-
Sauter vers: