N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Caeilan O'Hara
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/07/2017
☆ messages : 42
☆ pseudo : Mister D.
☆ avatar : Katie McGrath
☆ crédits : Sugar Slaughter
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Samuel ; Siobhán ; Giselle ; Leilani (0/4)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan   Ven 21 Juil - 18:18




     


 
Leilani & Caeilan
Reincarnation of a lovebird


La soirée battait son plein, et Caeilan avait à peine le temps de se poser assez longtemps pour réfléchir. Elle pouvait déjà imaginer la longueur de la queue à l’extérieur pour rentrer dans l’établissement, qui était tellement bondé qu’il commençait à faire un peu trop chaud. C’était bruyant, mais l’Irlandaise s’habituait peu à peu aux excentricités des étudiants et autres jeunes branchés de San Francisco. Une chose était certaine, cela changeait énormément des années passées à gérer un bar du Hilton. L’ambiance était radicalement différente, évidemment. Là-bas, il n’y avait pas le droit à l’erreur, il fallait être parfait, souriant sans être trop engageant, à l’écoute sans paraître trop intéressé. Les hôtels aimaient choyer leurs clients, et le bar ouvert presque toute la nuit était parfait pour cela. Caeilan avait été formée pour l’excellence, pas tellement pour la rapidité, mais elle s’était parfaitement adaptée à cet établissement où l’on vendait plus de bières et de shots que de whisky trente ans d’âge, et du vin de Bourgogne. D’ailleurs, l’Irlandaise était désolée de voir la sélection de vins que vendait le bar Irlandais – clairement ce n’était pas leur spécialité, et elle aurait préféré s’arracher la langue plutôt que de les boire, et encore moins les conseiller à quelqu’un. Caeilan n’avait jamais été particulièrement attirée par le vin, mais sa formation faisait qu’elle savait en apprécier toutes les nuances.

Aussi, après une énième bière servie, dont la moitié était aussitôt engloutie par un jeune, elle prit un moment pour s’adosser au bar, et se reposer. Il y avait deux autres barmans qui travaillaient avec elle, ce soir-là, et elle les appréciait assez pour leur sourire de temps en temps. Caeilan n’avait pas vraiment l’habitude d’être expansive, ni de partager quoi que ce soit sur qui elle était. Cette terrible habitude lui était restée de ces quelques dix années mariées à un monstre – non elle n’était pas assez aveugle pour ne pas considérer qu’une partie des torts était à elle – à un moment de sa vie où elle ne pouvait pas se rapprocher d’autres personnes, quitte à réveiller la colère qui sommeillait en lui. Alors, elle n’avait jamais connu ses collègues plus que le strict minimum – c’est-à-dire leur nom – et surtout elle ne parlait jamais d’eux en dehors du travail. Malgré le fait que cela faisait presque un an qu’elle avait quitté l’engrenage, elle n’arrivait pas à se défaire de cette habitude. Alors, sa pause momentanément terminée, elle recommença à servir des bières, à sourire, et à faire semblant qu’elle ne voyait pas la moitié des étudiants fixer ses seins à travers son décolleté lorsqu’elle se penchait vers le bar.

Evidemment, lorsqu’elle s’était levée ce matin-là – cette après-midi-là, plus justement – elle n’aurait jamais imaginé se retrouver nez-à-nez avec un autre fantôme de son passé. Lorsqu’elle avait quitté Dublin, sans explications, elle n’avait jamais imaginé qu’elle pourrait retrouver certaines de ses connaissances. Son seul besoin avait été d’être la plus discrète possible, pour ne pas faire parler d’elle, pour éviter tout risque que Keihan puisse la retrouver un jour. C’était un cauchemar auquel elle refusait de penser. Alors, inutile de dire que la vue de ces cheveux blancs parfaitement coiffés, de ces vêtements de haut-couture, et ce regard vaguement dédaigneux la choqua jusqu’à la moelle, tellement qu’elle faillit en lâcher le verre qu’elle tenait. Tremblante, elle finit de verser la bière, et la posa sur le comptoir, empochant l’argent sans pouvoir lâcher des yeux la forme de la O’Keeffe, qui paraissait tellement peu à sa place que s’en était comique. Il ne lui semblait pas que l’étrangère l’ait remarquée, pas encore, alors elle attendit que son regard se tourne vers le bar pour lui sourire, incrédule.

Leilani O’Keeffe avait été l’une de ses plus fidèles clientes, lorsqu’elle travaillait encore au Hilton. Elle était aussi élégante que riche, et Caeilan avait immédiatement apprécié son caractère acerbe et sarcastique. L’humour caustique de la Française lui avait toujours plu, et malgré sa surprise, elle était heureuse de revoir la forme de son ancienne cliente. « Jesus-Christ. » s’étonna-t-elle au-dessus du brouhaha, accoudée contre le bar. L’attention de Leilani effectivement captée, elle secoua légèrement la tête, la lèvre mordue. « Je n’en crois pas mes yeux. Vraiment. O’Keeffe. » Elle inclina un peu la tête, un petit sourire flottant sur le coin de ses lèvres. « Je n’aurai jamais imaginé vous croiser ici. D’ailleurs, ce n’est pas vraiment votre genre de bar, je me trompe ? » Evidemment, elle ne se trompait pas. Leilani était bien trop raffinée pour ce genre d’endroit. C’était terriblement amusant de la voir ici. Lentement, Caeilan se redressa, souriant à nouveau. « Je ne vous conseille pas le vin, il vous brûlerait les papilles. Mais … Dirty Martini ? Deux olives ? » Elle lui fit un clin d’œil, indiquant un tabouret libre devant le bar – sans imaginer que Leilani puisse s’asseoir dessus, mais tout de même. « Comment vous êtes-vous retrouvée ici, si je puis me permettre ? »


     
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


His hands felt like thunder on my skin +
Oh I thought that he was all I ever wanted. Should have come with a warning. Just like you, I've been there too. Oh I got bag and I got a plan. Girl you better get out while you can... while you can, while you can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1851-u-c-caeilan
avatar

Leilani O'Keeffe
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 18/07/2017
☆ messages : 34
☆ pseudo : Midas
☆ avatar : Meryl Streep
☆ crédits : Midas
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: 1/3
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan   Sam 22 Juil - 23:33






Aime comme si la mort avait trouvé plus fort
Caeilan et Leilani
Parce qu’il s’était occupé de réserver les billets d’avion pour le compte du mari de sa patronne et amante, Jason savait pertinemment que Liam avait quitté San Francisco le matin-même,  pour un séjour de plusieurs jours en Irlande. Aussi en avait-il profité pour donner rendez-vous à Leilani dans un petit bar irlandais (quelle coïncidence !) où il avait l’habitude d’aller. Un endroit parfait pour les rendez-vous des amants clandestins qui servaient de l’alcool acceptable, si on choisissait avec soin, à l’ambiance sympathique et surtout totalement en décalage avec les endroits huppés et luxueux qu’elle avait l’habitude de fréquenter.
Elle l’avait regardé en haussant un sourcil, peu convaincue qu’elle était que ce soit une bonne idée. Mais il voulait la voir autre part que dans le petit hôtel discret où ils avaient pris l’habitude de se voir. Souvent quand elle lui donnait rendez-vous. Elle avait finalement accepté. « Essaye de t’habiller de façon décontractée. » lui avait-il soufflé contre ses lèvres avant de les effleurer des siennes. Puis il était tout simplement parti, d’un air décontracté, se retournant une dernière fois en ouvrant la porte pour lui faire un sourire et un clin d’œil.

Souvent, comme lorsqu’elle était dans le jacuzzi, moment de détente qu’elle s’offrait rarement, elle se demandait s’il était son amant pour avoir de l’avancement, pour la faire chanter si un jour elle le quittait et ainsi se faire des, pardonnez la vulgarité, couilles en or, par désir, par amour ou par défi… Elle l’ignorait parce qu’elle avait souvent du mal à le cerner, ce qui la séduisait chez elle. Bien sûr Liam avait la préférence dans son cœur, elle n’était nullement amoureuse de Jason bien qu’elle s’en fut éprise d’une certaine façon, mais elle le connaissait par cœur, il n’y avait plus de mystère, rarement des surprises. Ce train de vie lui convenait, son amant y avait apporté un petit piquant.

S’habiller de façon décontractée… Leilani, dans son peignoir, déjà maquillée et coiffée, regardait le contenu de son dressing avec consternation. Ce qu’il lui avait recommandé était absolument impossible ! Que voulait-il ? Qu’elle s’habille en jean et en débardeur ? Mais jamais de la vie ! Elle n’avait même aucun jean dans ses vêtements… Des joggings oui et de grands couturiers encore, pour ses séances de sport… mais… Finalement elle porta son choix sur une robe crayon longue, noire. Assez simple mais avec un petit côté sexy quand même, au niveau du décolleté. Arrivant juste à la naissance de ses seins elle portait un pendentif tout simple en forme de croissant de lune. Elle enfila des bas, des escarpins, attrapa une pochette de soirée, noire elle aussi mais agrémentée de petites paillettes et elle se fit conduire en ville.

Arrivée devant l’établissement elle retroussa délicatement son nez. C’était « ÇA » ? Mais s’était-il donc moqué d’elle ? Néanmoins elle pénétra céans et, sur le pas de la porte, observa attentivement l’endroit, l’air dédaigneux. Décidement Jason avait encore du chemin à faire avant d’être un homme du monde.  C’était ÇA la merveille que lui avait vendu Jason alors ? Hé bien… Elle allait prendre son smartphone pour lui dire ce qu’elle pensait et lui donner rendez-vous ailleurs quand ses yeux se posèrent vers le bar. Le moment vers sa pochette fut arrêté net.

Son regard accrocha celui de la barmaid et elle sut qu’elle l’avait reconnue et elle s’approcha d’elle. Quelle surprise que de la retrouver ici alors qu’elle pensait qu’elle était encore à Dublin. Leilani l’avait rencontrée au bar du Hilton où elle avait pris l’habitude de descendre quand elle devait se rendre en Irlande avec son mari. Non pas qu’elle ne fut pas chez elle dans la famille de Liam mais elle tenait à son indépendance et son intimité. Ce que la vie de famille du côté des O’Keeffe ne permettait guère…

-Bonsoir Caeilan.

Elle lui fit un sourire parce que cette barmaid était l’une des rares avec qui elle avait noué un lien. Les autres étaient dépourvu de cervelle ou d’intérêt. Mais cette petite elle l’appréciait, elle en avait dans le ciboulot comme on dit et elle avait une excellente mémoire. Ce qu’elle prouva par la suite en lui préparant directement son sempiternel Dirty Martini avec deux olives.

-Je suis ravie de vous revoir, sincèrement. Surprise mais ravie. Il est vrai que cet…établissement n’entre guère dans mes habitudes mais on me l’a recommandé et j’ai eu la curiosité d’essayer.

Elle finit, avec moult précautions, par s’asseoir sur le tabouret que l’irlandaise lui avait indiqué. Le dos bien droit, posant sa pochette juste devant elle. Ses doigts la démangeant…Devait-elle décommander Jason ou au contraire n’en rien faire ? Caeilan, après tout, connaissait aussi son mari…

-Quant à la ville même… Je me suis installée ici parce que…

Soudain la lumière se fit dans son esprit. Siobhán ne lui avait-elle pas parlé, deux semaines plus tôt, d’une barmaid irlandaise ? Dans un bar irlandais ? Une jolie brune avec un regard captivant… Combien de femmes pouvaient correspondre à cette description dans San Francisco ? L’amante de sa fille se trouvait devant elle et elle la connaissait depuis de longues années. À une époque où la vie pour la barmaid était sombre…

-Je me suis installée à San Francisco, disais-je, parce que j’ai reçu une excellente offre d’emploi et que mon mari désirait quitter l’Angleterre où nous vivions pour jouir de sa retraite. Il paraît qu’il y a dans le coin d’excellents tournois de golf et comme c’est un passionné…

Oh elle n’avait pas menti, mais elle n’avait pas tout dit non plus. Certes le golf avait été un argument convaincant pour Liam mais la véritable raison était leur fille… Fille dont Leilani avait décidé de ne pas parler. Son côté mère-poule s’était réveillé à l’instant même où elle avait compris et elle voulait savoir comment était Caeilan. Non plus comme barmaid mais bien comme personne, bien plus en profondeur qu’auparavant. Le bonheur futur de sa fille en dépendait.
-Je ne vous ai jamais posé la question parce que j’estime que la vie privée d’autrui ne me concerne pas. Mais, et peut-être l’ignorez-vous, j’ai toujours eu une véritable affection à votre endroit, aussi quand vous avez disparue ais-je été inquiète. Je ne vais donc pas prendre de gant : j’ai l’œil acéré et j’ai pu remarquer par le passé que vous aviez certaines marques suspectes.  Époux, petit-ami, parent violent ? Je ne sais pas mais je sais néanmoins que vous devez avoir vécu un véritable enfer. Ma question est donc la suivante : êtes-vous à San Francisco parce que vous avez eu le courage de le fuir ?

En temps normal jamais Leilani ne se serait permise de poser une question aussi personnelle dans un endroit public mais à vrai dire elle ne courait pas le risque que leur conversation soit surprise. La moitié des clients, au moins, était bourrée, les gens étaient plongés dans leurs conversations dans un brouhaha de cacophonie et elle avait parlé à voix basse, en s’approchant du bar, cassant ainsi sa position habituelle et courbant le dos.

Elle espérait qu’elle n’avait pas suivi la brute qui lui faisait des bleus jusqu’ici. Parce que cette petite méritait une vie heureuse et parce que sa fille courrait de grands risques pour avoir couché avec elle. Et cela elle ne l’admettrait pas.

Observant la réaction de l’irlandaise, Leilani prit une gorgée de sa boisson.

-Mes compliments, vous n’avez pas perdu la main. Toujours aussi excellent.


CODE BY ÐVÆLING


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1928-meme-les-mamans-ont-une-v
avatar

Caeilan O'Hara
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 03/07/2017
☆ messages : 42
☆ pseudo : Mister D.
☆ avatar : Katie McGrath
☆ crédits : Sugar Slaughter
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Samuel ; Siobhán ; Giselle ; Leilani (0/4)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan   Lun 24 Juil - 19:23




     


 
Leilani & Caeilan
Reincarnation of a lovebird


Caeilan n’avait pas besoin de regarder ce qu’elle faisait pour faire un cocktail. Après des années passées à réaliser ce genre de breuvage, elle n’avait même plus besoin d’en mesurer les ingrédients. Alors, sans lâcher des yeux sa cliente, elle se saisit des objets dont elle avait besoin avec des mains assurées. D’abord, un shaker, puis l’alcool, quelques glaçons, etc. Imperméable au chaos qui l’entourait, par habitude, elle restait concentrée sur la forme de la femme distinguée qui avait daigné s’asseoir en face d’elle. Il y eut cette hésitation, assez longue pour faire tiquer Caeilan, assez longue pour lui faire comprendre qu’on allait lui cacher une partie de la vérité – mais après tout qui était-elle pour juger : elle était bien la dernière, quand il s’agissait de révéler une partie d’elle-même. Alors, elle hocha la tête lorsque la O’Keeffe parla de promotion, et de golf. Il était vrai que Caeilan avait connu son mari – si ce n’est moins bien qu’elle – et elle avait rapidement compris que l’un de ses intérêts principaux était le golf. Et leur fille, car si elle se souvenait bien, le couple avait une fille – une architecte, avaient-ils dit un jour. Le souvenir avait été amer, que tout ce qui était de près ou de loin en rapport avec le dessin. Un autre destin qu’elle avait laissé s’échapper – car il n’y avait qu’elle-même à blâmer pour son manque de caractère, pour sa soumission à son … Don’t go there pensa-t-elle soudainement, se distrayant en offrant un sourire à sa vis-à-vis. « Je suis sûre que vous allez vous plaire ici. Evidemment, c’est radicalement différent du Royaume-Uni mais … En bien, je pense. »

Le cocktail était presque terminé, et il ne lui restait plus qu’à le verser dans le verre. Se tournant assez longtemps pour attraper l’objet, elle se reconcentra sur Leilani au moment où cette dernière reprit la parole. Un peu étonnée de ses mots – appréhensive, surtout car elle ne savait pas où la O’Keeffe voulait en venir, et ça l’effrayait – Caeilan cessa ses mouvements et s’accrocha légèrement au comptoir sous le bar, le verre toujours en main. Elle avait blanchi, à mesure que les paroles prenaient leur sens, et il ne fallut que quelques mots de plus pour que le verre n’échappe à sa prise, et tombe se fracasser contre le sol. C’était bien le risque contenu dans le fait de croiser quelqu’un de son passé. Quelqu’un qui aurait pu voir, qui aurait pu comprendre – qui n’avait rien fait, pas comme Samuel, qui avait ignoré mais qui pensait avoir le droit de … - elle jura. « Fuck ! » Pas très raffiné, mais la surprise fut telle qu’elle ne put retenir son exclamation. Agitée, tremblante, elle se pencha pour ramasser les bouts de verre, alors que ses collègues regardaient, inquiets. Ce n’était pas vraiment le genre de Caeilan d’être maladroite, au contraire. Ses gestes étaient toujours particulièrement sûrs.

Accroupie au sol, elle prit un moment pour reprendre son souffle – essayer, tout du moins. Elle n’en revenait pas que la O’Keeffe ait pu lui dire cela, de cette façon, dans un lieu aussi plein (où quelqu’un aurait pu entendre). Ca l’énervait – mais qu’est-ce qui ne l’énervait pas, ces jours-ci, à par son fils, et ses rares amis – et elle sentit une vague de colère grimper en elle, alors qu’elle jetait presque violemment les bouts de verre dans une poubelle. Lorsqu’elle revint vers Leilani, toute chaleur possible avait quitté son regard, et sa mâchoire était crispée. Elle était paniquée, énervée, tremblante – si la O’Keeffe l’avait retrouvée, alors cela voulait dire que … Non, c’était du hasard, rien d’autre qu’un cruel hasard. Et pourtant elle savait, ou alors elle pensait savoir, et Caeilan désespéra intérieurement. Elle avait pensé que ses tentatives de dissimulation avaient été suffisantes, à l’époque, mais elle aurait dû s’en douter. Quand bien même, ce n’était pas à cette ancienne cliente d’en parler, ça ne la regardait pas.

Blanche, Caeilan était blanche – et bien plus qu’à l’accoutumée – et ce n’était pas la peur qui faisait trembler ses mains, c’était la rage, alors qu’elle s’accrochait au comptoir pour retenir un geste qu’elle aurait regretté. Il y avait des yeux sur elle, en plus de ceux de Leilani – mais elle n’avait jamais eu d’instinct de préservation. « Comment osez-vous ?! » lui cracha-t-elle, alors qu’elle attrapait rageusement un verre, et y versait la concoction avec un geste clairement agressif. « Vous les riches … Vous pensez voir quelque chose et quoi ? Ca vous donne le droit de faire des suppositions ? » Un collègue se rapprochait d’elle, et elle lâcha la pique transperçant les olives dans le verre, prenant une soudaine inspiration. « Ca ne vous regarde pas. » Dit-elle alors qu’elle déposait le verre bruyamment sur le comptoir. Le collègue était sur elle maintenant, lui demandant si tout allait bien, et elle le renvoya d’un regard, le corps toujours agité d’une colère à peine dissimilée. Le commentaire sur la qualité de son cocktail fut la goutte d’eau qui fit déborder de la vase, et elle se tourna vers Leilani, les yeux brûlant de rage. « Fuck you. » L’instant d’après, elle se glissait hors du bar, prenant sa pause vingt minutes trop tôt. Elle s’en fichait, il lui fallait sortir avant qu’elle ne fasse quelque chose qu’elle regrettait. Elle passa Leilani sans la regarder, mais bouscula un peu trop violemment quelqu’un qui passa à son niveau – distraitement, elle nota qu’il se dirigeait vers sa cliente, et qu’il n’était décidément pas son mari. Elle pressa le pas pour éviter de se retourner vers lui, et de le tabasser jusqu’à ce qu’il perde connaissance, et elle se précipita à travers les portes, inspirant la fraîcheur de la nuit avec une ferveur désespérée.

La ruelle était déserte, et ce petit plaisir la soulagea un instant. Elle était tendue, malgré tout, agitée d’une énergie négative qu’elle combattait depuis des années. Car Leilani n’avait pas tout deviné, elle ne savait pas. Elle n’avait aucune idée de la honte qui dévorait Caeilan, aucune idée que Keihan n’avait pas été le seul à frapper et que leur relation était devenue tellement néfaste qu’elle ne pouvait pas se regarder dans un miroir. Qu’elle était restée alors que … Elle frappa le mur, violemment, mettant tout son poids dans le mouvement alors que son poing heurtait douloureusement le béton. Elle entendit les os craquer, la douleur irradier sa main, et elle laissa échapper un gémissement pathétique alors que sa rage disparaissait en un instant, la laissant vide et froide. Elle regretterait son geste, elle n’en avait aucun doute, mais sur l’instant … Lentement, elle se mit dos au mur, et se laissa glisser contre ce dernier, jusqu’à toucher le sol. Elle porta sa main contre sa poitrine, la tenant précieusement contre elle alors qu’elle pouvait déjà sentir les bleus se former sur ses phalanges. La douleur lui rappelait quelque chose de mauvais, de sombre, et elle se força à fermer les yeux et à respirer longuement, comme on le lui avait appris au yoga. Les larmes ne quittèrent jamais ses yeux, et elle se força à ne pas les rouvrir lorsqu’elle entendit des pas se rapprocher d’elle. Pas besoin d’être un génie pour comprendre qui était là, elle pourrait reconnaître le bruit de ces talons partout. Malgré tout ce qu’elle était, elle avait après tout une excellente mémoire. « Laissez-moi tranquille. » lui dit-elle alors, sans la regarder, alors qu’à nouveau la honte envahissait son bassin. Elle avait le souffle court. Elle aurait voulu disparaître. C’était pour fuir son passé, qu’elle était venue ici, dans sa perpétuelle fuite en avant – pas pour qu’on lui relance à la figure à chaque occasion.


     
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


His hands felt like thunder on my skin +
Oh I thought that he was all I ever wanted. Should have come with a warning. Just like you, I've been there too. Oh I got bag and I got a plan. Girl you better get out while you can... while you can, while you can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1851-u-c-caeilan
avatar

Leilani O'Keeffe
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 18/07/2017
☆ messages : 34
☆ pseudo : Midas
☆ avatar : Meryl Streep
☆ crédits : Midas
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: 1/3
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan   Sam 12 Aoû - 23:53






Aime comme si la mort avait trouvé plus fort
Caeilan et Leilani
Son visage avait pâli, il s’était décomposé. Elle avait perdu le contrôle d’elle et ses nerfs avaient pris le dessus. Et Leilani s’était contenté de boire son verre, tranquillement. Une apparence car au fond elle avait ressenti un pincement au cœur à blesser de la sorte une personne qu’elle avait apprécié dès leur première rencontre. Un fait assez rare en soit. On regardait de leur côté, intrigué mais la foule était telle que ce qu’avait dit Leilani n’avait été entendu que par la jolie barmaid ainsi qu’elle l’avait voulu. Elle désirait en apprendre plus sur Caeilan, savoir si elle était débarrassé de l’homme qui la violentait, être sûre que ce dernier ne réapparaitrait pas pour brutaliser Siobhán (ce qu’elle ne pardonnerait jamais, quitte à engager un tueur à gages pour le liquider proprement), découvrir si elle était sincère envers Siobhán ou pas (et si elle ne l’était pas alors que sa fille semblait désirer plus qu’une passade alors elle ferait tout pour les séparer et éviter trop de souffrance à son enfant) mais ce qu’elle ne désirait pas, ce qu’elle ne cherchait pas, et ce qu’elle avait quand même réussi à éviter en parlant bas, c’était que des détails privés de la vie personnelle de Caeilan arrivent à des oreilles étrangères.

Elle terminait son verre sans ciller quant aux propos de la jeune irlandaise. Quand on attise le feu on ne s’étonne pas de se brûler les doigts… Bien entendu il fallait que Jason arrive au bar alors que Caeilan prenait la fuite, le bousculant. Il protesta, pour la forme, laissant son regard vagabonder sur ses formes alors qu’elle s’éloignait, avant de se pencher vers Leilani, lui prenant la main et l’embrassant.

-La mystérieuse barmaid aurait-elle eu l’outrecuidance de te concocter un cocktail infâme, s’attirant ainsi les foudres de la sarcastique et cruelle Leilani O’Keeffe ? -Demanda-t-il avec un sourire amusé tout en prenant place près de sa maîtresse. Celle-ci le foudroya du regard.

-T’arrive-t-il d’ouvrir ta bouche pour dire autre chose que des âneries ? Demanda-t-elle d’un ton sec en regardant vers la porte où avait disparu sa précédente interlocutrice.

- Elle sait faire bien d’autres choses plus agréables… Murmura Jason avant de la poser délicatement sur celle de Leilani pour l’embrasser lentement, prouvant par la même ses dires.
-Jason* Je crois qu’il vaut mieux que nous remettions notre petit rendez-vous à plus tard.

-Pourquoi ?

-Parce que j’ai besoin de parler à quelqu’un… et c’est urgent. Que dirais-tu si nous nous retrouvions chez toi, plus tard ? Nous pourrons passer la nuit ensemble, mon mari étant absent. Qu’en dis-tu ?

-J’aurai voulu passer la soirée avec toi et…

Elle se fit câline et enjôleuse et finalement le fit céder. Comme toujours elle parvenait à ses fins. Il quitta donc le bar pour retourner chez lui où elle le rejoindrait par la suite. Quant à elle, elle prit l’autre porte, celle qui donnait sur la petite ruelle derrière le bar, là où se trouvaient les poubelles, et trouva la barmaid, par terre, dos au mur, tenant une main contre sa poitrine. Elle avait les yeux fermés dont coulaient des larmes. Elle ne rouvrit pas les yeux, elle ne la regarda pas tandis que Leilani s’approchait, fronçant le nez à cause des effluves d’urine qui agressaient son odorat. Comme les hommes pouvaient être des phacochères ne respectant rien et contrevenant sans cesse à l’hygiène. C’était vraiment exaspérant.


- Laissez-moi tranquille.

Elle aurait voulu oui. Elle aurait voulu ne pas prononcer les terribles mots qui avaient plongé Caeilan dans cet état mais elle était poussée par un intérêt suprême. Elle ne tint pas compte de la demande, de l’ordre plutôt, de la barmaid et sortant un mouchoir propre de sa pochette, un morceau de tissu blanc brodé avec ses initiales, cher et luxueux mais en soit assez simple, le lui tendit.

-Je devrais vous présenter mes excuses. Je devrais, la bienséance et l’éducation le veulent, certes, mais je n’en ferais rien. Je suis navrée de vous avoir blessée. Caielan, mon petit, si je n’éprouvai pour vous aucune sympathie je ne montrerai pour vous aucun intérêt. Votre vie ne me regarde pas, votre passé et vos fêlures vous appartiennent, à vous et à vous seule, j’en conviens. Mais j’ai l’espoir, voyez-vous, que votre présence ici soit dû au courage et non à la lâcheté. Que vous l’ayez fui plutôt que de le suivre.

En prenant de grandes précautions, tout aussi bien pour ne pas salir sa robe que pour ne pas tomber en arrière, la situation eut été ridicule ce qu’elle détestait, elle se baissa pour se mettre au niveau de la jeune femme.

-C’est une marque d’amitié de ma part. J’ai été brutale et je m’en excuse mais malheureusement le tact ne fait pas partie de mes qualités premières. Je ne veux pas vous arracher de douloureux secrets, juste savoir que vous avez pu échapper à son emprise. Et vous proposer mon aide le cas échéant. Oh oui, je sais. Les riches nous sommes une race à part, nous pensons que tout nous est dû et que nous pouvons faire ce que nous voulons, comme nous le voulons comme nous le voulons. Cela m’arrive, parfois, oui. Mais l’argent n’a rien à voir dedans. Je suis comme ça. Néanmoins ma démarche est sincère et généreuse.


Elle parlait un peu pour ne rien dire et, en l’occurrence, se répétait beaucoup. Elle n’avait pas eu le temps de se préparer à cette rencontre qu’elle avait pourtant prévue, mais à une date ultérieure. Et peut-être aussi devait-elle nourrir l’espoir qu’un flot de paroles constant calmerait un tant soit peu l’irlandaise. Elle se releva, comme si elle était prête à partir.

-Je vous souhaite de le rencontrer, celui qui saura vous rendre heureuse… Ou peut-être « elle »… La personne qui saura vous faire oublier votre passé et vous apaiser.


*En français

CODE BY ÐVÆLING


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1928-meme-les-mamans-ont-une-v

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aime comme si la mort avait trouvé plus fort — Leilan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actus People
» Commentaire sur : Je t'aime comme tu es
» Se faire ch.....r comme un rat mort
» La peine de mort.
» Belle Algérie ! Je t’aime comme tu es

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: south san francisco :: mckibbins irish pub-
Sauter vers: