N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? (samuel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Andrea Finnegan
admin + helga sinclair

some info
☆ en ville depuis le : 08/06/2017
☆ messages : 101
☆ pseudo : raissajoly (Raïssa)
☆ avatar : chloe bennet.
☆ crédits : raissajoly (avatar) tumblr (gif) anaëlle (signa)
and more
MessageSujet: tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? (samuel)   Dim 16 Juil - 10:04


tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? + SANDREA

« Le Ritz-Carlton, mademoiselle Finnegan. » annonça mon chauffeur tandis que j’apercevais enfin la façade du prestigieux hôtel par la vitre arrière du véhicule. La voiture s’apprêtait à s’arrêter lorsque d’un air détaché, je lui donnais mes ordres pour la suite. « Je pourrais encore avoir besoin de vos services pour ce soir, David. Enfin, vous savez comment je procède habituellement, je n’ai pas à le rappeler il me semble. » Mes ordres avaient toujours été claires et exactement les mêmes : il ne devait pas trop s’éloigner afin d’être le plus rapidement possible à ma disposition si je le demandais, et si je ne l’avais pas contacté avant vingt-trois heures, cela signifiait qu’il pouvait prendre congé pour la nuit et que je rentrais par un tout autre moyen. Je saisis ma pochette, attendant qu’il m’ouvre la portière. « Bonne soirée mademoiselle Finnegan. » finit-il par dire alors que je sortais enfin du véhicule en ignorant cette platitude habituelle.
Fidèle cliente du restaurant de l’établissement tout comme mon père depuis bien des années – tout particulièrement depuis mon retour à San Francisco – le personnel de l’hôtel n’eut aucun mal à me reconnaître me salua avec une très grande ferveur : portier, valets, hôtesses, ... En feignant un sourire aimable comme à mon habitude, je m’adressai à une de ces dernières puisqu’en quête de la personne à qui je faisais l’honneur de ma présence en ce samedi soir : Samuel, un ami d’enfance et mon soi-disant fiancé – il n’y avait après tout jamais encore eu d’annonces officielles – d’une famille tout aussi renommée que pouvait être les Finnegan avec qui les relations avaient toujours été amicales malgré la petite rivalité politique qu’il pouvait parfois exister entre les patriarches de nos deux familles. Nous nous étions donnés rendez-vous dans l’immense hall de l’hôtel où je peinais à l’apercevoir tant l’endroit était particulièrement bondé car lieu de prédilection de l’élite. « Je suis à la recherche de M. Samuel Dewar. » avais-je bien précisé pour être sûre que l’on ne le confonde pas avec son propre père. Ma demande fut bien inutile puisque je finis par l’apercevoir à l’autre bout du hall. (J’avais même dû l’apercevoir un peu plus tôt sans m’en rendre compte, c’était juste que je ne le voyais que très peu en habit du soir puisque généralement nous nous voyions beaucoup plus souvent de façon moins formelle.) J’interrompis la brunette en déclarant qu’elle n’avait plus à se donner la peine de m’apporter son aide et j’allai à la rencontre de "mon fiancé".
Un sourire plus sincère aux lèvres cette fois-ci, je m’approchais de Samuel d’une démarche assurée. « M. Dewar ! Nous vous voyons que très peu par ici, aussi est-il plaisant de vous y rencontrer. » imitai-je exagérément le ton aristocratique que pouvait parfois prendre nos parents. Notre langage était tout autant édulcoré, toutefois je pouvais affirmer que la nouvelle génération avait perdu de cette façon de parler bien que nous savions presque tous tout autant - si ce n'était plus - apprécier la fortune de nos familles respectives.

EXORDIUM.



"Sorry, I can’t hear you over the sound of how awesome I am."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1791-everyone-has-a-price-andr
avatar

Samuel Dewar
admin + kenai

some info
☆ en ville depuis le : 13/11/2016
☆ messages : 163
☆ pseudo : dday.
☆ avatar : bob morley.
☆ crédits : scarlett glasses & macfly.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp:
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? (samuel)   Dim 23 Juil - 22:00

tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ?
andrea & samuel
Le Ritz-Carleton… autant dire que ça ne te faisait pas plaisir d’être là. Ces restaurants de luxe te faisaient certes rêver, mais c’était plutôt parce que tu voudrais y travailler en cuisine. Manger dans les belles salles te laissait plutôt indifférent à vrai dire, même que c’était parfois désagréable compte tenu des us et coutumes qu’il fallait observer. Cela dit, cette fois, il s’agissait d’une nécessité : aux grands maux les grands moyens disait-on. Voilà comment tu voyais ta soirée : une obligation. Il y avait certes une chance que le tout se passe bien, malgré son caractère particulier Andrea restait une bonne amie, quelqu’un que tu connaissais depuis l’enfance. Il n’y avait donc pas de raison de redouter cette rencontre… non ? Tes tentatives de te rassurer ne menant à rien, tu terminas de te préparer en enfilant ton plus beau costard. Tu fis même l’effort d’opter pour le costume pingouin et d’enfiler un joli noeud papillon qui concordait à la tenue, pas un de ceux que tu mettais pour exaspérer tes parents. Autant lui épargner tes noeuds ridicules.
Tu te rendis ensuite au Ritz pour attendre que ta fiancée - désignation toujours aussi étrange à tes yeux. Vous vous étiez donné rendez-vous dans le hall, ce qui te paraissait plutôt être une mauvaise idée une fois que tu y mis les pieds. Tu fis bien attention de te présenter en avance, rappelant à l’entrée la réservation que tu avais fait pour votre repas. Tout devait être parfait avant l’arrivée d’Andrea sinon tu risquais fort bien de le regretter.

Il te fallait donc attendre, ce qui ne fut pas très long. Un franc sourire se dessina sur tes lèvres lorsque tu la remarquas et il s’agrandit lorsque tu entendis le ton aristocratique qu’elle prenait. Tu fis tout de même l’effort de retenir ton hilarité alors que tu la saluais d’une petite courbette - autant aller dans l’aristocratie jusqu’au bout. « Mademoiselle Finnegan. Tout le plaisir est pour moi. » Ce n’était pas faux en soit, tu étais bien content de la voir malgré le petit stress que tu ressentais au creux de ton ventre. « Vous voir est une bouffée d’air frais dans ce mode de brutes. » Autant la flatter, ça ne pourrait qu’aider les suites de la discussion. À vrai dire, tu ne savais même pas pourquoi cette nervosité t’accablait, ce n’était pas comme si elle tenait plus que toi à ces fiançailles… Enfin, il valait sans doute mieux pour toi de ne pas y penser immédiatement, vous aviez un repas à déguster avant tout. Tu te plaças à côté d’elle pour lui offrir ton bras avant de reprendre une contenance un peu plus décontractée. Les paroles aristocratiques ça ne te réussissaient pas très bien en fait. « J’espère que tu vas bien. » Voilà quelque chose de plus sincère, de plus toi. Sans plus attendre, tu l’entrainas avec toi, pour te diriger vers la salle à manger. Le hall était bien trop bondé pour que tu aies envie de t’y attarder. Au moins en allant vous installer, vous aurez une place de choix, une place digne de votre statut comme tes parents se plairaient à faire remarquer.
electric bird.


why do we insist, on crossing bridges that do not exist? let's take these issues step by step by step, to work it out, day by day by day we're falling down, but life goes on

why worry ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1120-through-it-all-you-could-
avatar

Andrea Finnegan
admin + helga sinclair

some info
☆ en ville depuis le : 08/06/2017
☆ messages : 101
☆ pseudo : raissajoly (Raïssa)
☆ avatar : chloe bennet.
☆ crédits : raissajoly (avatar) tumblr (gif) anaëlle (signa)
and more
MessageSujet: Re: tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? (samuel)   Mar 22 Aoû - 17:58


tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? + SANDREA

Samuel était entré dans mon petit jeu et imita tout aussi bien un très bel accent aristocratique alors qu’il affirmait être très heureux de me voir. Cela me rappelait ce que j’appréciais beaucoup chez lui, autre que son humour, était son art de la flatterie. Et j’ai toujours adoré les flatteries ; une chose qu’il devait savoir depuis très longtemps déjà puisque nous nous connaissions depuis que nous étions encore que des enfants. Par contre, s’il aimait à me flatter parce que cela me faisait plaisir – et parce qu’entre nous il devait quand même réellement vouer une certaine admiration pour ma propre personne – je trouvais que j’en avais droit à de bien belles depuis notre précédent échange de messages, celui-là même où nous avions convenu de ce dîner au restaurant. A ce moment, j’avais suspecté quelque chose mais puisqu’il m’avait affirmé le contraire, j’avais laissé tomber mais maintenant je commençai à me poser de nouveau des questions. Je lui laisserais quand même le bénéfice du doute. Pour l’instant. « Ta ressemblance avec ton patriarche est très frappante lorsque tu t’exprimes ainsi. » lui fis-je remarquer en m’exprimant cette fois-ci tout à fait naturellement, le naturel étant revenu au galop. « Mais oui, je vais très bien, merci. » lui répondis-je ensuite tandis que je lui prenais le bras pour entrer en salle.
A peine étions-nous entrés dans le restaurant de l’hôtel qu’une hôtesse accourut immédiatement pour nous accueillir, nous reconnaissant aisément. Nous devions être très attendus certainement. Sans tarder, on nous avait donc amené à notre table, une très bonne table au passage, et j’en exprimai ma satisfaction tandis que je m’asseyais. « Tu devais vraiment tenir à me faire plaisir pour réserver une aussi bonne table en si peu de temps. » Je ne le soupçonnais qu’encore plus maintenant que j’étais témoin de ses efforts sûrement un minimum intéressés. Certes, nous étions destinés à être fiancés – tout ceci n’était encore qu’officieux – mais étant donné qu’il s’agissait plus d’un arrangement dans lequel nous avions tous les deux trouvé des avantages. Puis, nous étions plutôt bien tombés, nous étions amis quand on aurait pu essayer de nous imposer un parti peu apprécié. « Mais à vrai dire je n’en attendais pas moins de ta part. Je sais que tu as les moyens d’accomplir de tels exploits. » continuai-je en souriant, fortement amusée, tandis que notre serveur attitré présentait la carte des vins et attendait sagement qu’on commande. Ignorant royalement la carte, je disais sûre de moi, gourmet que j’étais : « Une bouteille de Château Margaux 1996 me semble être une plaisante option. Mais je suis ouverte à d’autres propositions. » Je regardai tour à tour Samuel et le serveur, attendant une réponse de la part de l’un ou de l’autre. Evidemment, si le choix porterait finalement sur un autre cru, il vaudrait mieux que je ne sois pas déçue. Encore Samuel, je lui pardonnerais sa faute, mais les pourboires se feraient moindre pour le pauvre serveur si l’idée venait de lui.

EXORDIUM.



"Sorry, I can’t hear you over the sound of how awesome I am."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1791-everyone-has-a-price-andr

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? (samuel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
tell me... to what do I REALLY owe the pleasure ? (samuel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: north san francisco-
Sauter vers: