N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 A new beginning {ft. Janine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Landon Saunders
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 17/08/2016
☆ messages : 2049
☆ pseudo : V.
☆ avatar : Evan Peters.
☆ crédits : Schizophrenic&crack in time
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Oui o/
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: A new beginning {ft. Janine   Mar 20 Juin - 1:45

A new beginning.
Jo&Landon


Plus l’heure du rendez-vous approchait, plus je devenais nerveux. Pourtant, il n’y avait aucune raison de l’être. J’avais juste l’impression – à faire les cents pas dans mon modeste appartement – d’avoir à nouveau seize ans à un premier rendez-vous. Merde quoi, j’en avais le double, et pas capable de rester calme. Ce n’était pas comme si je ne connaissais pas la fille en question, comme s’il ne s’était jamais rien passé entre nous. Loin s’en faut. C’était plutôt le contraire, et, on avait certainement plus connus de situations hasardeuses ou désastreuses plus que d’autres. Elle ne me l’avait pas explicitement dit, mais j’avais compris son sous-entendu. Elle avait besoin de temps. Non. Elle voulait plutôt faire les choses correctement, à un bon rythme, et non pas brûler les étapes, au risque de se brûler les ailes. Ce que je comprenais parfaitement. Certes, je restais un homme, et je n’aurais pas dit non à autre chose. Toutefois, je respectais son besoin. Et c’était peut-être bien ainsi. On s’était déjà trop déchiré l’un l’autre. C’était effectivement peut-être mieux d’y aller doucement. De réapprendre à se connaître. A laisser le passé au passé et de repartir sur de nouvelles bases.

D’ailleurs, si je voulais être tout à fait honnête, je ne savais même pas vraiment ou nous en étions exactement. Après les derniers événements. Durant ce road trip, ou tout avait changé. Encore maintenant je n’arrivais pas à me faire à l’idée que j’avais pu lui dire que je l’aimais. Ça ne me ressemblait pas, et pourtant. Tout avait changé – en partie – ce jour-là, tout en restant la même chose. Je n’en avais à personne, jusqu’à présent. De toute façon, personne ne serait en état de comprendre. D’ailleurs, il ne fallait pas que j’oublie à en parler à Bonnie. A ce que j’avais compris, elle était partie de San Francisco, pour se réinstaller je ne sais où. Je n’avais pas eu le temps de parler de notre condition, et il fallait que je le fasse, avant que les choses ne deviennent plus sérieuses avec Janine. Quoique, en même temps, ce n’était qu’une façade. Notre couple n’existait pas vraiment. C’était juste pour rendre jaloux son ex, et … Janine. Je n’en étais pas fier de ce que j’avais fait, surtout quand ma cousine m’avait craché à la gueule que par ce biais, j’avais réussi à la faire souffrir. J’avais réussi à cacher ce que je ressentais vraiment, à ce moment-là, faisant comme si je m’en fichais, mais c’était tout le contraire. Mon cœur s’était brisé. Il fallait que je lui dise la vérité. Que je n’avais jamais été en couple. Au cas où elle ne l’aurait pas compris.

Plusieurs minutes passèrent ainsi, à réfléchir, un peu trop, quand je sortis finalement de mes pensées. Il fallait encore que je me prépare, et surtout, que je file sous la douche. Ce que je fis. N’étant pas anxieux par nature, pourtant, aujourd’hui, je n’avais jamais été aussi nerveux. Et si ça ne lui plairait pas ? Et si j’en avais trop fait ? Eté trop rapide ? Et si, et si, et si. Je me posais trop de question. Beaucoup trop. Les cheveux encore dégoulinants, une simple serviette autour de la taille, je retournais dans mon salon, avant de sortir sur mon petit balcon pour m’en griller une. Il fallait que je me calme. De suite.

Plusieurs minutes passèrent ainsi, à réfléchir, un peu trop, quand je sortis finalement de mes pensées. Il fallait encore que je me prépare, et surtout, que je file sous la douche. Ce que je fis. N’étant pas anxieux par nature, pourtant, aujourd’hui, je n’avais jamais été aussi nerveux. Et si ça ne lui plairait pas ? Et si j’en avais trop fait ? Eté trop rapide ? Et si, et si, et si. Je me posais trop de question. Beaucoup trop. Les cheveux encore dégoulinants, une simple serviette autour de la taille, je retournais dans mon salon, avant de sortir sur mon petit balcon pour m’en griller une. Il fallait que je me calme. De suite. J’eus juste le temps de m’habiller – simple t-shirt avec une bermuda – quand on sonna à la porte. Je m’empressais, laissant passer quand même quelques secondes, à aller ouvrir. « Janine », dis-je, malgré l’évidence. Comment se comporter ? Théoriquement, nous n’étions pas ensemble. Enfin, je ne savais pas vraiment, à vrai dire. Lui faire la bise ? Non, trop protocolaire. Trop distant. L’embrasser ? Non plus. A la place, j’optais pour un mix des deux. Je me penchais vers elle pour lui déposer un simple baiser sur les lèvres. « Merci d’être venue ».

Je pris mon paquet de cigarette qui trainait sur le meuble à côté de la porte d’entrée et je sortis, fermant la porte. « Je viens de me souvenir que j’ai oublié quelque chose sur le toit. J’y ai passé l’après-midi et enfin … bref. Tu m’accompagnes juste ? » Excuse plus que bidon, mais je n’avais pas trouvé autre chose. J’avais bien pensé à lui bander les yeux, mais faire monter les escaliers à quelqu’un ne voyant plus rien, n’était pas la meilleure idée qui soit. Et il fallait encore qu’elle accepte. Sans vraiment attendre de réponse, je m’élançais sur les marches, vérifiant juste qu’elle me suivait. Arrivé au dernier étage, j’ouvris la trappe qui menait au toit, et je l’aidais à monter, à ma suite.

Là, devant nous, se trouvait une petite table, recouverte d’une nappe à carreaux – comme ceux à Paris – avec une bougie au milieu. Ainsi que les assiettes, services et verres pour deux personnes. Une bouteille de vin s’y trouvait déjà, dans son sceau. Me passant une main dans les cheveux – toujours en signe de nervosité – je me tournais vers elle, tout sourire, du mois, à moitié grimaçant, gêné, et d’une main, je lui désignais une chaise. « Après toi ».

Made by Neon Demon


Take me home tonight. I do anything with you. Buy a bottle of whiskey, we’ll get matching tattoos. Tell me that you love me. Oh let me drive vour car, we can sit to morning ligh. Just countin’ every stars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t948-freak
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 311
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: A new beginning {ft. Janine   Mar 27 Juin - 19:12



Ton dimanche avait été tranquille par opposition aux deux derniers jours. Sans compter les répétitions les après-midi, tu avais travaillé de dix neuf heure à trois heure du matin. Pas évident de tenir un rythme de vie qui colle plus ou moins à celui avec qui tu voudrais passer du temps. Aujourd'hui la journée était passée beaucoup trop lentement pour toi, tu attendais le début de soirée avec patience. Un peu de violon, beaucoup de rangement et une tonne de vaisselle qui s'accumulait depuis quelques semaines. Etre amoureuse c'est être inconsciente mais les tasses et assiettes ne se lavent pas toutes seules. L'appartement est un peu délaissé depuis ce fameux road trip. T'as jamais été une grande maniaque non plus, c'est juste que maintenant t'as encore plus la tête dans les nuages. Oui c'est possible. T'as même finit en début de semaine ce morceau sur lequel tu bosses depuis environ neuf mois et que tu n'arrivais pas à terminer. En y réfléchissant, depuis que tu es de retour ton inspiration dépend grandement de Landon. Est ce que c'était le cas avant ? Peut-être que oui, il y avait seulement trop de chose autour. Ton aveuglement, le temps de se connaître puis Cooper. Ton retour a tout mis en évidence. Douloureusement parfois, il a fait sortir ce que vous aviez au fond de vous. Certainement pas le chemin le plus facile, celui qui bâtit des fondations solides pourtant.

Voilà, t'es là enroulée dans ta serviette un peu trop usée, assise sur ton lit. Une guitare sur les genoux, jouant lassée un air de Lana del Rey. L'écran de ton téléphone à côté de toi est allumée sur le message de Lizzie. Il faut faire un effort vestimentaire mais rester soi même. Ca explique le regard vide que tu portes sur ta drôle de penderie. Tes cheveux secs remontés un chignon ébouriffé que tu as réussis enfin si on compare à d'habitude. Heureusement après un quart d'heure dessus. T'aimerais appeler ton amie à l'aide mais elle hurlerait devant le choix de vêtement que tu as et puis tu es grande maintenant Janine. C'est pas ton genre de te mettre un peu en beauté, pourquoi le faire pour ce brun là et pas les autres ? Parce que c'est lui et pas un autre justement. Tu te lèves, laissant l'instrument avec détermination sur les draps. Evitons au moins les mélanges étranges de couleurs et de motifs. Du noir c'est bien. Un pantalon et un t shirt prêt du corps. Tu parles d'un effort. Un coup de mascara et tu enfiles tes vieilles converses avant de dévaler les escaliers de l'immeuble au pas de courses. A peine dehors tu remontes en catastrophe, ayant changer d'avis. Tu fouilles au fond de ton placard, tu sais qu'elles sont là. Dix minutes plus tard t'es finalement sur ton vélo en direction de Castro. A tes pieds, il y a une pair de derbies argentées que t'as jamais trop osé porter.

La bicyclette n'est clairement pas le bon moyen pour garder une tête convenable mais t'es trop nerveuse pour faire le trajet en transport en commun, t'aurais l'impression d'étouffer. Une fois arrivée devant l'immeuble, tu attaches précautionneusement les roues et le cadre à un lampadaire. Un coup d'oeil à ta montre. 18:56. Quatre minutes plus tard tu sonnes à sa porte, parfaitement à l'heure comme d'habitude. Soudain un flash. Toi assise dans ce même couloir attendant lamentablement Landon pour lui rendre sa veste. L'anxiété monte d'un cran. Il ouvre et sa silhouette t'éblouie un instant. Ton prénom dans sa bouche provoque toujours autant de frissons sur ta nuque. Tu es incapable de bouger. Tu le vois se pencher, automatiquement tu dresses légèrement sur les demies pointes pour l'embrasser. C'est rapide et léger. Presque maladroit comme des enfants gênés. " Merci de m'avoir invitée. " Tu t'apprêtes à entrer mais il referme rapidement la porte derrière vous. Tu ne comprends pas vraiment ce qu'il dit parce que c'est tout sauf naturel. Il a l'air mal à l'aise et tu ne sais pas pourquoi. Tu te contentes d'hausser les épaules et de le suivre. Timidement tu glisses ta main dans la sienne devant. Sans dire un mot et de plus en plus curieuse, tu passes par la trappe toi aussi.

Estomaquée. Bouche-bée. Une scène digne des films romantiques. Une inspiration est bloquée dans ta gorge. T'en as déjà eu des trucs de ce genre là. Un appartement plein de bougies. Des fleurs sans raison. Des diners aux chandelles. Une chanson à ton nom. Sauf que là ça vient du seul homme que tu ne pensais pas capable de réaliser ça. Il ouvre la bouche et tu n'entends pas du tout ce qu'il dit. Tu lui sautes au cou, excitée et touchée. Tu lui cris probablement un peu dans les oreilles. " Merci, merci, merci, merci, merci ! C'est magnifique, merci merci ! " Pire qu'une enfant. C'est en sautillant que tu vas t'assoir à la table. Un long soupire de bonheur. Tu ramènes une jambe contre toi, toujours incapable de te tenir correctement. " C'est pour une occasion spéciale ? " Et si il te demandait de l'épouser ? Tu dirais oui c'est ça le pire.





I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Landon Saunders
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 17/08/2016
☆ messages : 2049
☆ pseudo : V.
☆ avatar : Evan Peters.
☆ crédits : Schizophrenic&crack in time
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Oui o/
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: A new beginning {ft. Janine   Ven 30 Juin - 3:54

A new beginning.
Jo&Landon


La nervosité avait atteint un pic tellement haut que jamais je n’aurais pu croire cela possible. Mon cœur battait à la chamade. D’ailleurs, je ne pouvais entendre que ses battements, et d’une certaine manière, je me disais que Janine aussi. Surtout au moment de monter les escaliers qui nous séparaient du toit. Là où tout se jouerait. L’anxiété de ne pas en avoir fait assez, ou, au contraire, d’en avoir trop fait pour une première fois. L’anxiété qu’elle n’apprécie pas. Que, une nouvelle fois, je gâche tout. Janine n’était pas une fille comme les autres. De même que moi, je n’étais pas comme les autres. J’étais complètement à l’opposé du type romantique, achetant des fleurs à tout va à sa dulcinée. Pourquoi, j’avais voulu faire un effort, pour une fille spéciale. Très spéciale à mon cœur. Tout en me disant que, Janine, n’apprécierait pas forcement, et qu’elle pouvait très bien se contenter de quelque chose de plus … sobre. Simple. Arrivé au dernier palier, je déglutis, avant de me décaler légèrement pour la laisser passer devant moi. Dans le pire des cas, selon sa réaction, je pouvais facilement battre en retraire. Faire comme rien ne s’était passé, et inventer une excuse quelconque. Ou alors, feindre tout simplement la surprise. Prétextant qu’un autre couple avait organisé une soirée romantique sur le toit. Pourquoi j’avais pensé à nous comme un « couple », je n’en savais rien. Surtout que j’essayais de respecter ses désirs. D’aller petit à petit. Doucement. Pas à pas.

Le moment tant attendu était enfin là. Dès qu’elle franchit la porte, je me raidis, derrière elle. Encore plus angoissé qu’un puceau lors de sa première fois. Je n’entendais plus rien. Je ne respirais plus. Jusqu’au moment oui, finalement, elle réagit. Se jetant littéralement à mon cou. Je dus me tenir à la porte pour ne pas basculer en arrière, et l’entraîner à ma suite. Machinalement, mon bras vint entourer sa taille. Soulagé, rassuré, mon corps se détendit et un large sourire s’afficha sur mon visage. « De rien », dis-je, au même moment qu’elle partait, sautillant, vers la table. Je soupirais de soulagement, avant de la rejoindre. Ne me sentant pas spécialement à l’aise, je m’allumais une cigarette, espérant que ça me calmerait. Je me posais à ses côtés, toujours debout. Haussant les épaules. « Aucune en particulier non. Je voulais juste … » Je voulais juste quoi ? Pourquoi ne pas avoir fait comme tout le monde et l’inviter au resto ? Parce que nous n’étions pas M. et Mme Tout-le-Monde, voilà tout. « … Je ne sais pas. Je ne voulais pas organiser quelque chose de … banal. Mais plutôt quelque chose de spécial, comme toi », je souris, timidement, gêné. Oui, de temps à autre, je perdais toute confiance en moi. Comme à l’instant présent. « J’espère que ce n’est pas trop pour … Enfin’, tu ne voulais pas aller trop vite, alors » Deuxième haussement d’épaules, comme une sorte d'excuse. Et maintenant ?

« Viens », dis-je simplement, lui prenant la main et l’entraînant à ma suite. Je m’arrêtais au bord du toit, tirant une bouffée sur ma cigarette, passant mon autre bras libre autour de sa taille, la rapprochant légèrement vers moi. Plus aucun mot ne sortit d’entre mes lèvres. A la place, je regardais droit devant moi. La ville de San Francisco s’étendant à perte de vue sous nos pieds. Avoir l’impression d’être invincibles. Les Rois du monde. Que rien ne pouvait nous atteindre. Ce n’était pas la première fois que nous nous retrouvions sur le toit, ensemble, à contempler la ville en contrebas. Toutefois, ce n’était pas pareil. Cette fois-ci, pas besoin de se détruire. De s’injecter toute sorte de substance, ou d’en fumer.

Pendant quelques minutes, nous restâmes dans cette position, sans prononcer un mot. Juste profiter du silence, et de la proximité de l’autre. Je n’avais pas besoin de plus. Jamais je n’avais été aussi heureuse de toute ma vie.  Malgré tout, toutes les bonnes choses avaient malheureusement une fin. Au bout d’un certain temps, je décidais de bouger, me dégourdir un peu les jambes. Je profitais aussi pour jeter mon mégot au loin, que j’avais gardé tout du long entre mes doigts. Un léger baiser vint se poser sur le front de Janine, avant de retourner vers la table dressée pour l’occasion. D’une main, je débouchais la bouteille de vin, pour servir les deux verres et tendre un à Janine. « Santé ». C’était les premiers mots que je prononçais depuis un moment, tout en la fixant droit dans les yeux. Sans pouvoir m'en détacher. Elle agissait comme une drogue. Elle avait réussi à emprisonner mon cœur, et elle était capable d’en faire tout ce qu’elle voulait. Je portais mon verre à mes lèvres, la regardant toujours, avant de le reposer. Nerveusement, je me passais une main dans les cheveux. « Installe-toi seulement. Et … j’espère que t’as faim », dis-je, timidement. Avant de m’éclipser par ou nous étions rentrés, dévalant les escaliers deux à deux – tout en essayant de ne pas se torcher au passage – pour finalement arriver dans mon appartement, dans la cuisine plus précisément. Bon, je devais bien l’avouer, j’étais un piètre cuisinier. La plupart du temps, étant seul, soit je commandais, soit je mangeais tout simplement dehors ou en prenant à l’emporter. Et de la mal bouffe. Pour ce soir, n’ayant pas vraiment d’autres solutions, j’avais décidé de préparer un des seuls plats que je savais cuisiner. Des pâtes. Avec de la sauce aux morilles. Ce n’était pas vraiment LE choix mais voilà.

Je la fis patienter juste cinq minutes, le temps que les pâtes réchauffent, et, la boule au ventre, de nouveau anxieux d’avoir tout fait de travers, je pris le chemin pour revenir sur le toit. De retour, je remerciais le fait qu’il fasse nuit, et que, elle ne puisse pas voir la légère rougeur sur mes joues, je déposais les assiettes devant nous. Retenant mon souffle comme tout à l’heure. Mes émotions étaient clairement en train de souffrir. Pire que des montagnes russes. J’haussais à nouveau les épaules, assis en face de la jeune femme, prenant la fourchette en main, jouant avec. Incapable de prononcer un quelconque mot. Après tout, j’avais fait des efforts considérables, niveau décoration, lieu, mais question nourriture … oui, j’aurais pu faire mieux. Mais j’en étais incapable. Presque honteux, je baissais les yeux. Tout compte, je n’avais plus très faim. Ou alors ce n’était que moi qui la mettait sur un piédestal.

Made by Neon Demon


Spoiler:
 


Take me home tonight. I do anything with you. Buy a bottle of whiskey, we’ll get matching tattoos. Tell me that you love me. Oh let me drive vour car, we can sit to morning ligh. Just countin’ every stars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t948-freak
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 311
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: A new beginning {ft. Janine   Sam 8 Juil - 1:52



Aucune raison voilà ce qu'il te dit. Il a l'air mal à l'aise parce qu'il est complètement hors de sa zone de confort. Ce n'est pas lui tout ça et jamais tu ne lui aurais demandé quelque chose de ce standard là. Tu lèves les yeux vers lui et tu peux pas t'empêcher de sourire tendrement. Comment ne pas craquer ? Tu mords tes lèvres devant le compliment. Attendrie aussi car il veut faire en sorte que tu te sentes sereine. Il n'y a rien à dire alors tu te contentes de le suivre. San Francisco s'étend à perte de vue devant vous. T'en as le souffle coupée. Les hauteurs ça t'a toujours attiré. Tu te sens légère et libérée de toutes contraintes. Prête à t'envoler. Parallèlement ça fait toujours resurgir un petit poids au fond de tes entrailles. Ca te rappelle que tu n'es rien qu'un insignifiant grain de sable. Une angoisse sourde et tellement humaine. La peur de ne rien changer à ce monde, de ne jamais le voir entièrement La main chaude et rassurante de Landon sur ta taille t'apaise. Ta tête trouve un appuie sur son épaule et tu réalises à quel point il est grand. Physiquement, psychologiquement, émotionnellement, cognitivement. Impressionnant. Peut-être même plus que la vue que tu as sous tes yeux.

Il s'éloigne, déposant ses lèvres sur ton front. Tu fermes les yeux de bonheur. " Merci. "  Quelques secondes de sérénité qui s'éteignent lorsque tu entends le bruit caractéristique du bouchon du bouteille de vin. Tu te retournes, saisis le verre avec plaisir et trinque avec lui. Intimidée par l'intensité de son regard. Tu as à peine le temps d'avaler une gorgée qu'il repart pour apporter le repas selon tes suppositions. Et tu restes là, assise sur ta chaise perdue dans ce décor de rêve. Tu n'arrives pas à y croire. T'as l'impression que ce sont des heures qui s'écoulent. Ta tête tombe en arrière, à la découverte du ciel. Il ne fait pas encore totalement noir, les beaux jours sont là. Ca met du baume au cœur à tout le monde. Tu n'aimes pas vraiment quand la nuit tombe brutalement comme en plein hiver. Tu préfères quand les deux opposés se mélangent pendant des heures, lentement, s'unissant pour créer des lumières féériques. Composant un tableau à l'aquarelle. Tu réalises que tu n'es pas très bavarde depuis que t'es arrivée. Comme si les mots ne te venaient pas ou qu'ils n'étaient simplement pas à la hauteur de ce que tu ressens.

Quand il revient finalement avec les deux assiettes tu l'observes. En détails. Chaque mouvement de sa silhouette, chaque rebondissement de ses cheveux denses, chaque tremblement de ses mains. On dirait qu'il est en apnée. Comme toi. Aucune parole il se contente de poser le diner devant toi et de hausser les épaules une nouvelle fois. Il n'ose même pas te regarder dans les yeux comme tout à l'heure. Des pâtes et une sauce certainement aux champignons vu la couleur et l'odeur qui s'en dégage. Ce n'est pas le plat le plus gastronomique que tu auras mangé mais tu t'en fiches royalement. Pas Landon visiblement. Dans un élan d'audace étonnant, tu te lèves et vient t'installer en face. Sur ces genoux, bousculant légèrement la table. Tu prends une grande inspiration et encadre son visage de son cou.  " C'est parfait. Tout est parfait. Parce que c'est toi. Toi et moi. Alors détends-toi un peu s'il te plaît… " Tu t'approches doucement. Arrêt sur image. Sprint du cœur. Rencontre brutale et fougueuse des lèvres. T'en as envie depuis qu'il a quitté l'appartement la dernière fois. D'un vrai baiser. Pas un effleurement pour se dire bonjour comme tout à l'heure. C'est respirer de l'oxygène pure, encore meilleur qu'un joint. Tu le ressens dans tout ton corps et ce n'est qu'un baiser. Rien de plus. T'as le souffle court quand tu t'éloignes. Tu retournes à ta place de la même façon que tu l'as quitté.  " Ca a l'air délicieux. " Tu attaques le repas avec appétit et entrain.  " Rectification c'est délicieux. "

Tu te dis qu'il faut peut-être que tu fasses un effort. " Tu sais t'avais pas besoin de faire tout ça. Surtout s'il n'y a aucune raison particulière… Mais merci encore. Ca me touche beaucoup plus que ce que tu peux croire. " Tu poses tes couverts, avales un peu de vin pour te donner du courage.  " Après tout ce qu'on a pu se dire, le mal que j'ai pu te faire. Je t'ai jamais dit que… " Est-ce que c'est le bon moment pour le dire ? T'en es pas certaine. Sauf que ça te hante depuis la dernière grosse soirée en mode sexe drogue et alcool. Tu ne penses pas qu'un instant convienne un jour pour ce que tu veux dire. Tu reprends une ou deux gorgée.  " Je suis.. Depuis que je sais tout ce qui t'est arrivé dans ton enfance notamment… Comment dire ça. T'es vraiment un être exceptionnel parce que t'es toujours débout. T'es toujours là, torturé oui et malgré tout foncièrement bon ça je le sais.  " Tu pourrais lui murmurer que t'es désolée pour sa mère comme tous les autres. T'as faillit le faire et tu t'es souvenu que tu détestais que les gens te disent ça. Tellement impersonnel, si vide de sens.  " Tu vaux tellement plus que les autres…  " Plus que toi aussi Janine. Toi qui t'es laissée démolir par le décès de ta mère. Un décès normal. Propre. Une banalité dans le quotidien de l'univers. Tu baisses les yeux et continue de manger.  " Je t'ai déjà dit que c'était super bon ?  " Un sourire maladroit , pour cacher les réflexions bizarres.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Landon Saunders
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 17/08/2016
☆ messages : 2049
☆ pseudo : V.
☆ avatar : Evan Peters.
☆ crédits : Schizophrenic&crack in time
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: Oui o/
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: A new beginning {ft. Janine   Mar 1 Aoû - 21:14

A new beginning.
Jo&Landon


Je n’avais pas prévu de remonter si rapidement, les assiettes à la main. Complétement ailleurs. Mal à l’aise. J’aurais préféré que le temps s’arrête, que je reste à ses côtés, à contempler les heures durant la ville de San Francisco, ou les étoiles qui brillaient dans le ciel. J’avais l’impression de tout précipité. Au point que je n’osais même pas la regarder dans les yeux, après avoir déposés nos assiettes devant moi et avoir pris place en face d’elle. Moi qui pourrait passer des heures à la contempler, à la détailler de la tête au pied, imprimant une image mentale dans ma tête, je n’osais tout simplement plus l’affronter. Toute la confiance qui habitait habituellement mon corps s’était fait la malle, en l’espace de quelques secondes. Honteux. Perdu. N’arrêtant pas de me dire qu’elle méritait tellement mieux. Mieux que moi. Que tout ça. Perdu dans mes lamentations psychologiques, je ne me rendis pas compte qu’elle s’était levée, jusqu’au moment où je sentis un certain poids venir se poser sur mes genoux. Machinalement, je levai la tête, mes yeux rentrant instinctivement en contact avec les yeux. Mes mains vinrent se poser, tout autant automatiquement, autour de sa taille.  Mon regard ne lâcha pas le sien, un sourire en coin se dessinant sur mon visage. « Tu veux déjà passer au dessert ? », demandais-je, plaisantant. C’était la seule solution que j’avais trouvée pour me détendre. Quoique non, même pas forcement. De ce côté, j’étais toujours le même. Comme d’habitude. Et puis bon, à force, ça en devenait une habitude, elle a califourchon sur mes jambes. Et comme les dernières fois – après un arrêt des battements de mon cœur aux mots toi et moi et un long baiser passionné – elle se retrouva à sa place.  Tout s’était passé en même pas dix minutes. Comme si, rien du tout ne s’était passé justement. Je souris légèrement, la tête de nouveau baissée vers mon assiette, jouant plus qu’autre chose avec ma fourchette, tout en la regardant quand même. « Je vais essayer », répondis-je finalement. Oui. Il fallait que je me détente. Au risque de – encore une fois – tout gâcher. Depuis que je la connaissais, tout s’était toujours bien passé entre nous. Jamais aucune gêne – ou presque. Jamais un moment sans rien faire. Toujours une idée en tête, et là … sans savoir pourquoi, j’avais l’impression que tout avait changé. Alors que non. Je ne comprenais pas pourquoi, tout à coup, je perdais tous mes moyens face à elle. Peur de ne pas être à la hauteur ? D’être ridicule ? D’être repoussé ? Je ne savais pas. Pourtant, c’était là, dans ma tête, ce qui m’empêchait pleinement de profiter de l’instant. Un « merci » s’échappa de mes lèvres, semblable à un murmure, alors que je n’avais pas encore touché à mes pâtes.

Le bout de la fourchette jouant avec les pâtes, m’efforçant d’en amener quelques-unes à ma bouche, je l’écoutais, mon cœur se mettant soudainement à battre la chamade. A transpirer. Heureusement qu’il faisait encore chaud, ce qui pouvait justifier mon état. J’avais envie de répondre, de dire quelque chose, mais les mots restèrent coincés dans ma gorge. « Je sais mais … » étaient les seuls mots qui avaient pu franchir la barrière de mes lèvres. Je n’avais aucune justification. Je connais Janine, tout comme je savais qu’elle me connaissait aussi. Avec elle, je n’avais pas besoin de mettre le petits plats dans les grands, et pourtant, c’est ce que j’avais essayé de faire. Me comporter comme quelqu’un que je n’étais pas, alors qu’il aurait suffi que je reste égal à moi-même.

Mon cœur, qui s’était emballé tout autant rapidement, cessa soudainement de battre. Mon teint dut devenir livide. J’étais en apnée. Le temps s’éternisait. Qu’essayait-elle de dire ? J’aperçus ses lèvres bouger, mais aucun son ne parvint à mes oreilles. Il me fallut un moment, avant de comprendre de quoi elle parlait. Je soupirais, essayant de reprendre une respiration correcte. Remettre tout le circuit en marche. Presque déçu. Tout mon être s’était préparé à autre chose. A une sorte de révélation. Mon corps se tassa sur la chaise, je posais finalement ma fourchette autour de mon assiette, encore à moitié remplie. Je n’avais définitivement plus faim. Toutefois, je ne pouvais pas lâcher Janine du regard. Je savais que, elle devait faire des efforts pour s’ouvrir, pour lâcher ses mots dans la nature. Je la laissais finir, sans répondre. Mes souvenirs divaguant, à cette fameuse soirée, ou je lui avais tout déballé, de rage. Mon passé. Que peu de gens connaissaient. Elle, et ma famille. Tout ce que j’avais traversé jusqu’à présent. Je n’avais jamais pris la peine de lui en parler, ouvertement. Non. Tout était sorti d’un coup. Sous l’effet de la rage, et de la tristesse. Je revoyais encore mon poing finir d’abord contre un miroir, d’une des salles de bains, pour ensuite venir se ficher dans la gueule de je ne sais plus qui. Avant de finir à l’étage, entouré de deux filles. Je n’en étais pas fier, et, honnêtement, je ne pensais pas que Janine aurait pu faire rejaillir cette soirée dans ma tête. Mais là n’était pas la discussion. Quoi répondre ? Me sentant de plus en plus mal à l’aise, ne tenant plus en place, je me levai, embarquant au passage mon verre, que je vidais d’un trait, avant de retourner, cigarette déjà allumée à la main, vers le rebord du toit, me posant contre la barrière qui empêchait les gens de tomber dans le vide. « Tu dois bien être la seule à trouver quelque chose de bon en moi » Je portais mon mégot à mes lèvres. « Même ma famille ne pense pas pareil. Pas une seconde ne passe en sa compagnie sans que j’ai le droit à sa rage, envers moi, ma vie. Sa jalousie ou je ne sais quoi. Purement de la méchanceté gratuite, rabaissant constamment les autres … » Je n’avais pas besoin de préciser l’identité de cette fameuse personne, ni que j’avais tendance à en rajouter des couches, et que j’agissais exactement de la même façon. Là n’était pas la question non plus. Après une troisième ou quatrième latte je poursuivis « … Je ne suis pas bon Janine. Je … Je bois, je me drogue » même si j’essayais d’arrêter, plus simple à dire qu’à faire « je me bagarre. Je deale même. Alors que j’ai déjà passé trois ans de ma vie en prison, H24 derrière les barreaux, avec une seule heure de promenade, et pourtant, je continue à jouer avec le feu » Je ne savais même plus si je le lui avais déjà dit, ou si elle était tout simplement au courant « J’enchaîne, j’enchaînais plutôt, les conquêtes, traitant les femmes comme de vulgaires morceaux de viande. Tu veux que je te rappelle la dernière fois, nous deux ? La fois ou je me suis volontairement blessé, pour ne pas m’en prendre à quelqu’un d’autre ? Ou finalement, mon poing a quand même fini dans un type qui te tournait trop autour ? Avant de finir la soirée avec … Bref » Je me tournais, regardant droit devant moi, éteignant ma cigarette avant d’en rallumer une droit derrière. Bonjour cancer. Je m’avançais vers la table, prenant en main la bouteille de vin, buvant à même le goulot, avant de retourner à ma place, près du bord. Mes yeux se fixèrent au sien. S’y noyant même. « Alors, dis-moi, ou est-ce que tu vois quelque chose de foncièrement bon en moi ? Je suis né sous une mauvaise étoile, et elle guidera ma vie jusqu’au bout. Rien de bon ne peut résulter de tout ça ». J’avais tant d’autres chose à dire, mais mon cerveau était arrivé à saturation. J’en avais déjà bien trop dit. La soirée était morte. Finie. Je baissais les yeux quelques secondes, avant de m’approcher lentement de la table, et de Janine. « Si tu veux tout savoir, je pense que tu es la meilleure chose qui m’est arrivée dans ma vie », ce que je pensais vraiment « mais … » le reste ne sortit pas. La situation n’avait pas forcément changé, depuis que je lui avais avoué ce que je ressentais. Certes, nous passions un peu plus de temps ensemble, mais, défaitiste un jour, défaitiste toujours, tout pouvait partir en fumée en un simple claquement de doigts. Je n’avais aucune certitude sur rien. Sur elle. Sur moi. Sur nous. Et c’était certainement ce qui me faisait le plus mal. De ne pas savoir. De savoir que tout pouvait mourir en un instant. « … je n’ai jamais vraiment connu une vie stable et … je ne sais pas. J’en ai peut-être besoin, tout compte fait. De quelque chose de stable. De … je ne sais pas comment l’expliquer. Être, en quelque sorte, abandonné par sa mère, ça affecte malgré tout. Avoir peur que ça se reproduise. Que le futur reproduise le passé … » Je retournais m’asseoir à ma place. « Désolé de plomber l’ambiance, je … j’aurais mieux fait de me taire ». J'avais l'intime conviction, que, cette fois-ci, je l'avais définitivement perdue. A tout jamais. A croire que je devais tout saboter, n'acceptant, inconsciemment, pas le bonheur. D'être finalement heureux.

Made by Neon Demon


Take me home tonight. I do anything with you. Buy a bottle of whiskey, we’ll get matching tattoos. Tell me that you love me. Oh let me drive vour car, we can sit to morning ligh. Just countin’ every stars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t948-freak

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: A new beginning {ft. Janine   

Revenir en haut Aller en bas
 
A new beginning {ft. Janine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black Eyed Peas - The Beginning
» Le Sens du devoir-The Beginning:
» [Boissard, Janine] Charlotte et Millie
» [MEP] A New Beginning
» Téléfilm avant la saison 1: In the beginning (SPOILER série)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: city center :: habitations-
Sauter vers: