N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Jeu 25 Mai - 22:57

Qui aimerais tu que je sois ? Suis-je suffisamment égaré pour toi ? 
Le soleil s'éteint lentement à travers ces nuages sombres, depuis que je suis ici, j'ai l'impression de vivre la nuit, de ne rien vivre le jour. Comme si la lumière faisait fuir les petits plaisirs. Je ne suis pas quelqu'un d'heureux, d'ailleurs, je suis sûrement le genre de personne que l'on pourrait qualifier « d'égarer ». J'ignore si je suis une fille, si je suis un garçon, je ne sais même plus qui on était réellement les personnes à qui j'ai tenu. Je ne sais plus ou je vais, ce que je fais. C'est ça être égaré non ? Fumer, boire, se droguer, danser, draguer, baiser. J'aime voir le regard des femmes et parfois des hommes s'embuer de plaisir jusqu'à ce que leur paroxysme de plaisir soit attend, je ne demande pas à recevoir ce plaisir, je ne le trouve pas même dans le meilleur orgasme. 

Vous devez sûrement me prendre pour une putain de nymphomane, hors ce n'est pas vraiment le cas. Je suis juste à la recherche de ce que j'ai perdu, de ce truc qui me manque. La vengeance, la haine, la fierté, l'égoïsme... Ce sont les conséquences de plusieurs années de gamine ronde, de gamine bousillée par la société et ces normes. Les enfants sont des enfoirés, de vrais petits enfoirés aux bouilles d'anges. Des petits cons qui te blessent gratuitement et avec le sourire. Je déteste les enfants... Non, je ne déteste pas les gosses, je ne les supporte juste pas. Je sais que je me contredis souvent et vous verrez sûrement rapidement que je change également d'avis rapidement.

Je marche dans le parc, les arbres me semblent immenses et m'ont l'air de menacer de tomber avec leur sourire. Ouais la drogue, c'est mal... Fin... C'est une question de point de vue. Mon jean est un peu large au niveau du bassin, simplement pour cacher toute forme qui pourrait avoir entre mes jambes, mon t-shirt de nirvana est lui simple avec les manches courtes, aucune trace de poitrine visible. Mes yeux bridés sont délicatement entourés de noir. Je cherche du regard un endroit ou m'asseoir et profiter de ce moment entre la nuit et le jour. Un moment pendant lequel je n'ai pas besoin de réfléchir. 

Je sors ma feuille slim, mon shit et mon tabac, je me roule un joint, passons à une drogue plus... « Légère » que la précédente. Je glisse le bout cartonné entre mes doigts et l'apporte à mes lèvres, puis à l'aide du briquet, j'allume ma tige illicite. Alors que je suis assise ici depuis déjà quelque minutes, je tourne ma tête, un bang, un arbre, une fille... Une fille. Une blonde aux yeux bleue. Au japon, les yeux bleus ne sont pas courants. Mis ferais-je un jour ? 

Je ne l'avais pas vue jusqu'à maintenant, je l'examine sans penser que peut-être elle en serait gênée. Je m'assois dans l'herbe humide, mon jean s'humidifie donc rapidement... Eh merde, ce n'est pas si grave. J'aspire cette fumée, je me calme, me détend et continus de la fixer. Qu'es qu'elle fait là ? À cette heure ? D'ailleurs, quelle heure est-il ? Puis qu'es que je fais la moi aussi ? C'est stupide comme situation. - Salut mademoiselle. Ma voix androgyne ne laisse aucun signe sur ce qui se cache dans mon caleçon. J'aime jouer de mon androgynie, c'est un plaisir de troubler les autres, un régal que je ne donnerais à personne. C'est mon plaisir à moi. 

©Pando


CODE:
 



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.


Dernière édition par Hayate Hirano le Lun 26 Juin - 17:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Ven 26 Mai - 23:28



Errer. C'est quelque chose que tu fais beaucoup. Sûrement trop. Tu n'aimes pas rentrer chez toi directement après le travail, tu n'aimes pas rester à la maison quand tu n'as rien à faire, ni dormir des heures durant le matin. A choisir tu préfères déambuler sans but précis dans les rues, les champs et entre les individus qui t'entourent. C'est étrange hein pour quelqu'un qui est si obsédée par le temps qui s'écoule. Tu le vois différemment que les autres certainement. Ces minutes précieuses à marcher sans but, c'est comme se présenter à la vie. Au destin. Se rentre disponible pour que quelqu'un vous percute, pour aperçevoir une petite annonce cachée sous des publicités, c'est s'assurer de saisir cette petite chance qui se dissimule dans un recoin sombre. Une opportunité qui peut changer votre existence entière. Et t'as plus grande peur c'est de la manquer. Rater le panneau qui t'indiquera une route plus sinueuse, plus secrète et tellement plus unique, intense. Aujourd'hui n'y échappe pas. T'avais besoin d'air aussi. D'un grand bol même. Parce que dans ta tête ça n'a jamais tourné aussi vite. Tu n'as jamais eu autant d'idée, autant d'inspiration. Ca en donne le vertige parfois. Voilà comment tu t'es retrouvée au Golden Gate Park, qui depuis ta conversation avec Cooper en début d'année a perdu cette dimension sacré qu'il avait. Ce n'est plus qu'un parc. Un très joli.

La ville est plongée dans ce moment particulier qui sépare jour et nuit. Il serait plus juste dire qu'ils s'unissent plutôt. Les couleurs prennent leur teintes les plus belles. Tout semble habité d'une douceur inouie. T'as le pas léger, les yeux brillants et les cheveux pas démêlés. Janine dans toute sa splendeur. Tu t'arrêtes et sors ton téléphone pour prendre une photo. Un ouvrier qui mange un sandwiche sur un banc. La lumière est parfaite. Puis tu continues d'avancer, ajustant les paramètres. Instagram, ton pêché mignon. Facebook tu ne t'en sers pas c'est juste pour le boulot, toujours pratique pour les intermittants du spectacle par les temps qui courent. Tu n'avances pas droit du tout mais tes yeux sont trop fixés sur l'écran pour que tu le comprennes. Quand tu relèves la tête, tu ne t'attendais pas à voir un tronc d'arbre si proche de toi. Ca te surprend au point de t'en faire tomber. C'est étrange, tu ne te souviens pas c'est quand la dernière fois que tu t'es retrouvée par terre à cause d'une chute. Ce genre de chose on les oublie facilement.

L'herbe est humide. L'arrosage automatique a du se terminer il n'y a pas si longtemps. C'est une sensation agréable. Tu rigoles toute seule aussi. Il faut un peu temps avant que tu ne remarques que quelqu'un te fixe. Avec un charme spécifique, que t'as jamais vu avant. Tu ne bouges pas. Son Mademoiselle… ça te fait sourire. " Salut inconnu. " Tu inspires profondément et tu reconnais instantanément cette odeur qui imprègne bien souvent ton appartement. Un long soupire quand tu sens l'humidité traverser tes vêtements pour atteindre ta peau. " L'inconnu est d'humeur à partager ? " Tu tends la main, timide et à la fois sans gêne. La curiosité règne. Voilà peut-être ta fameuse chance.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Dim 28 Mai - 11:33

Qui aimerais tu que je sois ?
Suis-je suffisamment égaré pour toi ?


Cette fille, la blonde aux yeux bleus... Elle est tombée, son portable à voler contre mes cuisses : Instagram, j'affiche un sourire. Encore une de ces personnes qui aime les réseaux sociaux. J'avoue que j'ai aussi Instagram. Je lui pique son portable avant qu'elle ne s'en rendent compte et tape « Haya », Mon profil Instagram , je t’abonne à moi et te relance ton portable sur tes cuisses, j'aurais ton Instagram de cette façon. Avant même qu'elle ne se rendent compte de ma présence elle rit parce que l'herbe est humide. Elle semble avoir la joie de vivre, comment fait-elle ?

Enfin elle tourne son visage dans ma direction, un sourire dissimulé sous mon impassible s'affiche, il n'est quasiment pas perceptible. « Salut inconnu » Mademoiselle l'inconnu demande en suite à partager ma tige illicite, je n'aime pas tellement partager, je suis une égoïste, mais on va dire que le fait qu'elle pose ces lèvres à l'endroit ou les miennes vont revenir, ne me dérange pas. Je lui tapote la main qu'elle à lever pour avoir le joint, je la regarde un instant, puis offre un sourire qui dit « J'aime bien faire chier » puis j'apporte le bout cartonné jusqu'au lèvres de la demoiselle quand celle-ci entre ouvre ces lèvres pour parler. Quand celle-ci détiens MON joint entre ces lèvres, je tapote ces babines et enlève mes doigts.

- Je ne suis jamais d'humeur à partager, ce qui est à moi est à moi, mais je suppose que mon cerveau ma dit de te laisser fumer pour avoir un autre avantage.

Un clin d’œil, une taquinerie, un moment de franchisse absolue ? Que penseras la femme blonde en face de moi ? Je suis une putain d'androgyne aussi allumé que le joint qu'elle à entre ces lèvres, une égoïste à temps plein et une calme à temps perdue. Seulement voilà actuellement je n'ai pas de temps à perdre.

- Tu es mouillée ?

Connotation sexuelle, seulement je parle réellement de l'herbe humide sous le cul de la blonde, ces yeux bleus m'intrigue, me fascine, pourquoi ne suis-je pas née avec les yeux bleus ? Peut-être que mes origines en sont la causes, c'est sur même. Une japonaise à San Francisco, voilà qui pourrait être un titre de livre comique. Qu'es que je suis venue me perdre la, si loin de chez moi ? J’appuie mon dos contre l'arbre, plie mes genoux et écarte lentement mes jambes, cette position rend mon androgynie encore plus convaincante, je penche ma tête dans sa direction.

- La chance que tu as, d'avoir des yeux comme ça.

En guise de vengeance pour qu'elle est de si beau yeux je lui met une pichenette sur le front, entre les deux yeux. Le tact, la délicatesse qu'es que c'est ? Ça se mange ? Ah tiens voilà que j'ai la dalle. J'ouvre la poche de mon haut et attrape le sachet de bonbon et glisse une fraise tagada entre mes lèvres, je grimace au sucre acide que j'ai volontairement dessus, accompagné d'une légère poudre suspecte.
Ouais je sais, je suis une putain de camé, une taré allumé, un ouragan de  connerie.

- Tu en veux une ? Amphétamine

Je lui tend le sachet et regarde sa réaction, je ne prend pas souvent de cette drogue la, mais les effet étant assez fort c'est préférable. Non ?


©Pando



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Mar 30 Mai - 22:52



Tu ne sais pas comment ton téléphone se retrouve sur tes cuisses. A dire vrai, tu t'en fiches totalement, t'es beaucoup plus intriguée par cette silhouette inconnue si près de toi. Charmée par cette entrée en matière. Attirée par cette odeur d'herbe qui fait légèrement partie de ton quotidien. La main tendue est rapidement remise à sa place. Tu hausses les épaules, parce que tu peux comprendre au prix que ça coûte. Son sourire est étrange. Toute cette situation est étrange. C'est comme être en plein rêve. Mais pas un coloré et heureux. Vous savez ce genre de rêve où on a l'impression de nager dans une brume épaisse. Où tout est irréel. Voilà comment tu décrirez ce qui se passe ensuite. Déstabilisée, complètement. Ses doigts amène le cylindre à tes lèvres, qu'ils touchent même. C'est intense. A la limite de l'érotique et du malsain même. Et sa phrase, incompréhensible. Ca t'as jamais dérangé de pas comprendre. Il y a des choses inexplicables qu'il faut se contenter d'accepter. " Merci à ton cerveau alors. T'as pas besoin d'avantage tu sais ? " Tu trouves que ça à dire. D'habitude ce n'est pas ton genre de parler quand tu n'en ressens pas le besoin. Ici encore Il ne faut pas chercher le pourquoi du comment. Tu inspires profondément, laissant la douce drogue investir tes poumons. Tu prends ton temps. Mouillée ? Oui, l'herbe est fraîche de l'arrosage. T'aimes bien, tu as l'impression de te fondre dans la pelouse. T'enfoncer dans la terre. Tu hoches la tête, recrachant la fumée. " C'est agréable, tu devrais essayer. " Les gens normaux ne font pas ça, du moins pas sans une serviette ou une couverture. Il ne faudrait pas le risque de salir ses vêtements si précieux qui façonnent la manière dont la foule vous perçoit. Votre couverture sociale. Tout ce qui t'importe si peu en fin de compte. Si y a une tâche, c'est pas grave. Si c'est pas la dernière tendance, qu'est ce que ça change ?

Le sujet change une fois de plus et tu te fais la réflexion que c'est pas évident de suivre. On dirait un peu toi quelque part. T'esquisses un sourire à cette pensée. Tes yeux bleus semblent lui plaire. Pour toi il n'y a rien de si fascinant. Qu'ils soient verts, marrons, noirs, bleus ou encore vairons c'est du pareil au même au fond. Ils retranscriront toujours les émotions. Ce n'est pas la couleur qui donne l'intensité. Les plus beaux yeux sont ceux qui vous parlent. Ceux qui vous transpercent, mettant à jour tous vos secrets. Une paire particulière se dessine dans ton esprit, emportant ton attention très loin de cette nébuleuse dans laquelle vous vous trouvez. C'est un rapide coup sur ton front qui te ramène à ton inconnu. Il prend ses aises rapidement. " Y en a qui dirait pareil des tiens. Faut croire que personne n'est satisfait de ce qu'il a. Jamais. C'est triste tu trouves pas ? " Tu ne comprendras jamais pourquoi vous avez tous ce besoin de désirer si ardemment ce qui n'est pas vôtre. Réalité plutôt moche selon toi.

Tu continues de tirer sur son joint, ignorant le bruit d'un sachet plastique qui s'ouvre. Ton regard toujours porté sur le ciel qui s'étale devant toi comme une peinture. Complètement immobile, il n'y a que ton bras qui s'actionne pour apporter cette petite dose de bonheur à ton corps. T'as pas besoin de tourner la tête. La curiosité ne l'emporte pas. Elle s'est même enfuie au dernier mot prononcé. Amphétamine. Ce simple mot te ramène brutalement en arrière. Amsterdam et Chris. Mauvaise combinaison. Les bleus sont restés longtemps sur ta peau. Les souvenirs ne sont pas clairs. Il ne reste que des émotions. La plus grande peur de ta vie. Le sentiment de chute. Tu te dis souvent que t'aurais pu crevée. Mais t'es hypersensible Janine, alors peut-être que c'était pas si grave. Tu sauras jamais réellement ce qui s'est passé cette nuit là. Depuis tu refuses. Tu le fais aujourd'hui encore, tu ne prends même pas la peine de répondre. Ton sourire est un peu tombé. Ta main s'est crispée. C'est insignifiant mais c'est toujours là. Est ce un signe de faiblesse psychologique ? Bonne question. "On t'as déjà dit que t'étais étrange ? Je sais pas encore dans quel sens par contre. " T'as l'impression que vous jouez le jeu de la spontanéité et de la franchise. Alors tu joues parce que c'est ton tour n'est ce pas ? Votre conversation n'a pas de fil de tout façon et ça c'est plaisant.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Mer 31 Mai - 21:16

Qui aimerais tu que je sois ?
Suis-je suffisamment égaré pour toi ?




Être déstabilisante, c'est un jeu, un divertissement plaisant, entraînant et jouissif. Voir le visage des autres personnes changées en fonction de nos faits et gestes, sentir l'hésitation dans les réponses, dans les mouvements de nos interlocuteurs... Bref, j'aime être déstabilisante. La blonde près de moi me remercie pour le joint que je lui est bien gentiment prêté, d'ailleurs, je lui reprends du bout des doigts pour tirer à mon tour et lui tend une nouvelle fois finalement le bout du carton pour qu'elle le prenne à la main cette fois. Je la laisse le reprendre, puis elle me dit d'essayer de m'asseoir dans l'herbe et donc de me mouiller le cul. Je ne peux que la regarder d'un air affligé et amusé. J'ai déjà le cul trempé depuis plusieurs minutes, même avant que tu ne tombes.

- Regarde-moi, ma belle, je suis déjà plus que trempé.

Personne n'est satisfait de ce qu'il possède... Ce qu'elle dit est vrai, je suis la première insatisfaite, j'ai beaucoup changé d'ailleurs par rapport à l'insatisfaction des autres à mon égard. Puis j'ai décidé d'être simplement comme je le veux. Comme je suis aujourd'hui, mi-homme, mi-femme. Puis j'attrape mes bonbons illicites et lui en propose. Sa réaction fut immédiate, pas spécialement surprenante, malgré que cette réaction éveil mes sens et me trouble. Je veux comprendre. Son corps se contracte, ces mains se crispent, son sourire s'efface, s'évade. Sûrement, une mauvaise expérience. Je range mon paquet de bonbons, je la fixe, je cherche du regard à comprendre. Qu'à t-elle dans son cerveau ? Elle me balance que je suis étrange, ce n'est pas la première à me le dire.

- En quoi ?

Je la braque du regard, mes yeux dans les siens, mon visage inexpressif devient intense et vif, enfin quelque chose qui me plaît. Explique-moi ce que je ne comprends pas belle blonde. Explique moi, qu'es qui est étrange, qu'es qui est normal ? Au nom de qui décides-tu de dire que je suis étrange ?


- Pourquoi serais-je étrange ? Qu'es qui te permet de le dire ?


Le jeu est lancé, soit franche avec moi, j'ai envie de jouer. Mes yeux passent de tes yeux à tes lèvres. Puis lentement, je relève le regard vers tes yeux. J’appuie sur mes bras qui se trouvent derrière moi pour me maintenir surélever, contre mes mains l'arroseur automatique est atteignable. Dans ces moments-là, mon cerveau farceur, taquin et lutant contre l'ennui me donne envie d'allumer cette petite canalisation d'eau. Je résiste, un peu, beaucoup, passionnément... Plus du tout. Je tourne le bouton doucement d'abord, seule mon dos est mouillé, puis je tourne la poignée de canalisation. L'eau tombe du dessus de nos têtes, j'agis comme si je ne savais pas d’où ça venait, je prends cet air surpris. Le joint est mouillé, il s'éteint, je cache mon portable dans la poche de mon jean et je me redresse subitement alors que l'eau nous trempe. Profitons de ce moment, profitons des petits plaisirs enfantins.

L'eau et froide, elle a trempé mes cheveux qui me collent à présent au visage, les tiens le seront sûrement autant. J'attends de voir une réaction quelconque pour agir en fonction, peut-être commence, tu as comprendre que si tu cherches le calme... Avec moi, tu ne l'auras pas.


©Pando



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Lun 5 Juin - 15:14



T'es soulagée qu'elle n'insiste pas sur les amphétamines. T'as pas envie de raconter, de te justifier. Tu n'en as parlé à personne de cette toute petite histoire qui prend une place plus grande qu'elle ne devrait. Même pas à Landon alors qu'il deale. Tu pourrais rester ainsi des heures durant. L'humidité. L'infini du ciel. L'odeur rassurante d'un joint. Tu pourrais fermer les yeux et t'endormir profondément. Sans que ton cerveau ne soit pollué par quelconques problèmes. Et puis tu sors cet adjectif étrange. Ca semble attirer sa curiosité. Le son de sa voix sonne intéressé et un peu offusqué à la fois. Ca refait naître un sourire sur ton visage. Tu tires lentement sur le joint. " Pourquoi tu ne le serais pas ? C'est toujours plus intéressant que d'être comme tous les autres. " Tu te dis que c'est plutôt un compliment. Qui voudrait d'un énième bout de banalité dans sa vie ? Si on peut choisir on s'éloigne de la routine. Etrange ne veut pas dire moins bon. Ca veut dire différent et différent c'est bien. Rafraîchissant. Intriguant. Tu l'es un peu toi même, enfin ça c'est que tu aimes croire. Il est fort possible qu'au final tu ne sois qu'une copie de plus. Il parait que chaque individu se croit légèrement au-dessus de la moyenne. Pas forcément de beaucoup, suffisamment pour avoir confiance en lui t'imagines. Et penser que ce n'est pas son cas, c'est démontrer une fois de plus que c'est vrai. C'est nouveau toutes ces réflexions internes. Non pas vraiment en réalité, tu t'es enfin retrouvée, t'avais juste oublier à quel point ça pouvait bouillonner dans ta tête.

Ses yeux t'observent, te dévisagent. Tu te sens vulnérable pour une raison inconnue. A découvert. Presque mise à nue. Tu t'apprêtes à surenchérir, parce que tu ne veux pas blesser l'inconnu. Ta bouche s'ouvre mais rien n'en sort. Surprise. Prise de court par l'eau qui s'abat brutalement sur vous. Tu te redresses par réflexe, maintenant assise. Il n'y a rien pour s'abriter aux alentours, tu n'as pas de capuche non plus. Il n'y a rien à faire. Si ce n'est rire à gorge déployée. T'es heureuse de ne pas porter de maquillage. Tu lèves ton visage vers le faiseur de pluie. T'as compris en voyant d'où venait l'eau. Ton corps finalement debout, tu éternues. Demain il y a de forte chance que tu sois bien enrhumée. Tu frottes des bras, pour te réchauffer instinctivement. Les cheveux dégoulinant, ton t-shirt collant à ta peau. A cause du froid peut-être tu t'en rapproches de cet homme. Ou de cette femme tu ne sais pas. Tu prends le temps cette fois de l'observer pleinement. Son allure, son visage fin, son attitude masculine. Tu écoutes même sa respiration. Tu ne sais toujours pas. Est ce que ça te dérange ? Tu n'es pas certaine que non. Tu repars en silence fermer le robinet de l'arroseur, te trempant encore plus le visage. Ca ressemble presque à des larmes toutes ces gouttes sur ton visage. Tu t'essuies en vain de la main et lâches un soupire. "" Tu es toujours étrange. Mais dans le bon sens du terme. Ne me dis pas qui tu es. Pas tout de suite du moins. " T'as envie de savoir mais répondre à cette question ça reviendrait à gâcher ce moment en quelque sorte.

Tu commences à marcher, laissant le joint éteint dans l'herbe mouillée. Tu l'encourages d'un geste de la main à te suivre. Tu ne la forces pas, ne lui demandes pas non plus. C'est son choix à elle. Des passants vous regardent avec cet air coincé et accusateur. " C'est eux que tu aurais du asperger pas moi. " Déambuler encore et toujours. Sans savoir pourquoi tu te pends à son bras. Toujours le froid sans doute. " Drogue, drague, pluie… C'est quoi la prochaine étape ? Tu me ramènes chez toi, tu me tues ? " Vivre dangereusement. Un frisson te parcours la nuque. Tu ne sais pas quoi penser et tu adores ce sentiment.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Mar 6 Juin - 10:58

Qui aimerais tu que je sois ?
Suis-je suffisamment égaré pour toi ?


Elle semble soulagée, sûrement parce que je n'insiste pas d'avantage, c'est compréhensible, après tout qui aimerais être percé en plein jour ? Qui aimerais se livrais docilement à un(e) inconnu(e) dont il ne sait rien ? Moi, je ne le ferais pour rien au monde, alors pourquoi, elle le ferait ? Avoir une part de mystère, de voile, une part de quelque chose de nouveau... C'est important, vital devrais-je dire. « Pourquoi tu ne le serais pas ? C'est toujours plus intéressant que d'être comme tous les autres. » Elle n'a pas tort, elle a même plutôt raison, qu'es qui me dérange dans ce mot ? La norme est bien ennuyeuse. Suis-je ennuyeuse ? Peut-être ? Qui sait ? Elle, elle n'a rien de normal, elle ne réagit pas comme tout le monde. Pour le moment, elle est différente. Va-t-elle le rester ? Nous verrons bien.

En la regardent, je me dis qu'elle doit beaucoup réfléchir, qu'elle doit se poser mille questions, qu'elle doit sûrement avoir tout un bordel dans sa tête. Quand j'étais petite, j'étais comme ça, j'étais le genre de personne capable de réfléchir une éternité. Puis je suis devenue l'ouragan que je suis à présent, j'ai arrêté de trop réfléchir, parce que réfléchir était pour moi synonyme de « ne pas vivre ». Alors, j'agis. Je ne réfléchis plus, je vis au jour le jour, je frappe, je bois, je mange, je baise, je joue, j'essaie d'aimer le moins possible, je cours comme si c'était la dernière seconde de ma vie.

Puis le moment de jeu retourne dans ma tête, ces lèvres se sont entre ouverte, elle a voulu dire quelque chose, mais l'eau l'en à empêché, elle a rit, qu'es que les femmes sont belles quand elle rient. Elle est trempée, son haut colle à sa peau, ces cheveux sont humide, des gouttes d'eau parcours ces vêtements et sa peau. Je trouve ça beau, j'ai toujours trouvé ça beau. Elle se rapproche de moi, elle m'observe, elle cherche à me découvrir, mais pourrait-elle vraiment me découvrir alors que même moi, je ne suis plus sur de ce que je suis ? Elle éteint mon joué, elle se trempe le visage, je pince mes lèvres pour ne pas trop rire d'elle, puis finalement, je ris, je ris parce que cette situation est un désastre et que je la trouve magnifique même le visage rempli de fausses larmes.

« Tu es toujours étrange. Mais dans le bon sens du terme. Ne me dis pas qui tu es. Pas tout de suite du moins. » Elle semble toujours intriguée, même si elle me posait la question, je ne lui répondrais pas, c'est mon mystère à moi, puis je ne voudrais pas lui mentir à elle, ni à moi et au vu de la situation, je serais obligé de le faire. Elle s'en va, elle me fait un signe de la main, j'observe mon portable « Une nouvelle Invitation de Janine ». Je souris amusé, elle ne sait même pas qu'elle m'a invité, elle ne sait même pas que je connais son prénom, car elle ne me la pas donné. Elle ne connaît pas le mien, puis de toute façon, il est aussi androgyne que le reste de mon corps.

- J'arrive, Janine. ~


Les regards jugeurs ne m’atteignent pas, mais quand elle m'en parle, je lève mon bras en l'air et fait un fuck. Je me fous des gens, je me fous des autres. Je cours au niveau de la demoiselle qui m'accompagne, elle me prend le bras, je la laisse faire. « Drogue, drague, pluie… C'est quoi la prochaine étape ? Tu me ramènes chez toi, tu me tues ? » Un sourire s'étire sur mes lèvres, cette fille est perspicace, c'est plaisant. Drogue, drague, pluie, course et Adrénaline. L'adrénaline, la meilleure chose en ce monde.

- Cela serait gâché la surprise que de vous le dire, oh mademoiselle. Es que tu es courageuse ? Soyons clair, je ne te demande pas de me faire confiance, seulement d'oser.

J'analyse les lieux, nous nous trouvons dans un parc, nous ne sommes pas vraiment au meilleur endroit pour trouver ce que je cherche. Je lui prends la main plutôt que le bras, je cours en l'entraînant avec moi en dehors du grand parc. Courir à en perdre haleine, courir à en sentir son cœur battre dans chaque partie de son corps, courir lier à quelqu'un comme deux enfants, courir du parc au passage piéton, un coup d’œil... Rouge, mais cela peut le faire. Je traverse en lui tenant la main, les voitures freinent de force en voyant deux personnes courir. Elle n'a pas le choix que de me suivre dans ma folie, actuellement du moins elle n'a pas le choix. Il y a beaucoup de choses qu'elle ne s'imagine pas encore, beaucoup de choses faisables, dangereuses.


©Pando



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Sam 24 Juin - 17:09



Est ce que tu réfléchissais beaucoup ? Pas vraiment, enfin ce n'est pas l'impression que tu as. C'est juste que tu as beaucoup d'idées qui passent dans ta tête. La créativité. Des musiques, des paroles. Une image s'offre à tes yeux et tu imagines comment en faire le cliché idéal. Ton attention est volatile, parce que tu détestes te lasser. T'en as même peur. Il y a aussi le tic tac permanent de l'horloge qui résonne lourdement. Le calendrier mental parfaitement agencé qui déroule chaque matin et chaque soir sous tes paupières closes. Des rêves chamboulent tout à l'intérieur. Alors parfois le monde extérieur te paraît fade en comparaison, c'est pas ta faute si ? Et parfois tu arrives quand même à t'émerveiller d'un petit détails comme le ferait un enfant qui découvre avidement le monde. Elle rigole devant ton allure certainement pitoyable mais tu t'en fiches. C'est pas un rire méchant, il est plutôt communicatif même.

Ton prénom dans sa bouche te ralentit quelque peu. Tu ne sais pas comment il peut savoir et ça ne peut pas être de la chance vu qu'il n'est pas très courant. C'est comme ça qu'il te rattrape aussi rapidement. Tu fais une remarque sur ceux qui vous entourent et il se charge de faire détourner leur yeux. L'image d'un chevalier servant aux traits doux presque féminins se dessine dans ton esprit. Bras dessous-dessus, vous continuez de déambuler sans direction précise, laissant une trainée humide derrière vous. Tu lui dis pas mais tu lui fais déjà confiance. T'es comme ça Jo, tu la donnes à tout le monde d'un seul coup d'oeil à tes risques et périls d'ailleurs. Ca c'est parce que tu crois profondément en l'humanité. L'humain ne peut pas être mauvais c'est impossible. Il y a toujours cet éclat de bonté caché quelque part et toi tout ce que tu veux c'est le trouver. Le chercher comme un trésor, un secret. Est ce que tu oses ? Evidemment.

T'as pas le temps de répondre. Une force soudaine t'emporte, une main se saisit de la tienne et tu te vois courir vite. Si vite que ton souffle est court. Ton sourire déjà grand s'élargit, bouffant tout ton visage. Ton sang pulse si fort que tu entends chaque battement de ton coeur résonner. Vous arrivez près de la route, les images défilent aussi vite que les voitures. Tu serres sa main plus fort dans un réflexe que tu ne réalises même pas. Tu cris automatiquement quand le bruit d'une voiture qui freine prend le dessus sur tous les autres. T'en as presque le tournis de cette folle course. Vous courez encore plus longtemps et tu n'as aucune idée de là où vous vous dirigez. Là où vous êtes en réalité, parce que tu comprends pas tout de suite que vous êtes arrivez. T'as besoin de reprendre une respiration normale. Ta condition physique n'est pas mauvaise mais loin d'être suffisante pour un sprint comme celui-là. Tu t'accroupis sans gêne, lâchant une petite quinte de toux. " T'as pas attendu d'être chez toi pour me tuer… " Tu essaies de reconnaître l'endroit, t'as l'impression de le connaître. " Pourquoi tu m'as emmené ici ? " Tu ne comprends pas.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.


Dernière édition par Janine Harwell le Lun 26 Juin - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Lun 26 Juin - 18:48





Dépassons-nous.

Suis-je suffisamment égaré pour toi ?

Seulement voilà, tu avais voulu la chambouler, la détourner de ce qu’il se passait. Elle ta surprise à te suivre inconsciemment comme ça, elle t'a bluffé à te laisser autant de confiance. Elle est apparemment le même genre de personne que tu étais avant, le genre naïf et gentil. Elle est apparemment le même genre de personne que tu étais avant, le genre naïf et gentil. Elle n’est qu’une spectatrice de ton carnage, seulement voilà, tu lui as offert un rôle dans ce passage de l’histoire.

- Soit patiente, tu ne regretteras pas, selon l’heure à la quel nous arriverons.. On ne pourra pas rester trop longtemps.


Sur le coin dans un des arbres, une espèce de petite cabane isolée, tu attrapes le portable de la demoiselle et le tien et les poses dans cette cabane, puis sans lui donner d’explication, tu reprend ça main, tu l’entraînes une nouvelle fois avec toi, la faisant courir sur les roches, puis les bruits des vagues se fait de plus en plus entendre, tu cours avec elle. L’adrénaline se trouve dans la peur ou l’interdit. Les maisons ont défilé si rapidement, puis vous voilà dans des endroits plus rocheux, plus compliqué d’accès commence à agglutinée devant vos yeux, plus loin la mer de San Francisco, mais ici un endroit rocheux et un peu perdu. Sur le coin dans un des arbres, une espèce de petite cabane isolée, tu attrapes le portable de la demoiselle et le tien et les poses dans cette cabane, puis sans lui donner d’explication, tu reprend ça main, tu l’entraînes une nouvelle fois avec toi, la faisant courir sur les roches, puis les bruits des vagues se fait de plus en plus entendre, tu cours avec elle.

- Ferme les yeux et quand je te dis saute, saute.

Tu ne lui laisses pas le temps d’avoir le choix, encore une fois, tu improvises, tu devines, tu joues. Tu arrives à la hauteur du sommet des roches, en bas l’eau, les vagues, une espèce de petite grotte, ce n’est pas spécialement haut, ce n’est pas vraiment bas non plus, un bout du monde, un bout de mer coincée entre les falaises.

- Saute.

Le bruit de l’eau qui s’écrase sur les roches, ta main qui oblige la sienne à sauter, ta main qui retient la sienne pour être sûre de ne pas la perdre, le vide qui se créer sous vos pieds, l’adrénaline à son apogée, l’air qui vous fouette le visage, les perles d’eau qui commence à remonter sous le choc des roches. Ton cœur qui se met à palpiter à crier « a l’aide », ce n’est pas la première fois que tu viens là, ce n’est pas ton premier plongeon de « la mort ».

Dans les roches, une grotte un endroit inconnu de la majorité des hommes, un endroit où tu aimes te rendre quand le monde ce fait cruel et ennuyeux. Dans les roches, une grotte un endroit inconnu de la majorité des hommes, un endroit où tu aimes te rendre quand le monde ce fait cruel et ennuyeux.

L’actrice qui vient de rentrer dans ta vie, tu toussotes à cause de l’eau qui tente de rentrer entre tes lèvres, puis tu atteins les bords de la grotte, tu fais signe la jeune femme de monter, tu appuies sur son cul pour l’aider, puis tu fais de même, tu as l’habitude. Ce fut le cas, tu protèges Janine, tu protèges l’actrice de cette journée. L’actrice qui vient de rentrer dans ta vie, tu toussotes à cause de l’eau qui tente de rentrer entre tes lèvres, puis tu atteins les bords de la grotte, tu fais signe la jeune femme de monter, tu appuies sur son cul pour l’aider, puis tu fais de même, tu as l’habitude. Dans la grotte d’eau, une légère lumière traverse la fêlure de la roche. Plus haut dans la grotte, une bouteille de Rhum, simplement cela, un paquet de clopes aurait pris l’humidité.

- Grimpe, là-haut.

Tu lui pointes du doigt l’endroit ou se trouves la fêlure et la bouteille. Tu montes avec elle, tu te sens mieux, tu te sens libre et enfin, tu la regardes, puis ton regard se pose sur les vagues en bas. Le bruit qu’elles font t’apaise te calme, l’eau, tu aimes ça. D’ailleurs malgré l’eau qui a trempé ton haut aucune trace de seins. Une gorgée de Rhum.

- LA VIE !

Crier pour faire résonner sa voix a tue tête.

by tris



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Ven 30 Juin - 19:57



Tu as à peine le temps de te reprendre ton souffle. Tu es complètement sous son emprise, hypnotisée par tant de mystère et d'audace. Tu te laisses porter par son attitude si unique, rafraîchissante. Tu ne sais même pas pourquoi. Cette personne pourrait bien finir par te tuer que tu serais toujours totalement docile. Patiente, voilà ce qu'on te demande. Tu hoches la tête et suis sa silhouette une nouvelle fois. Les rues défilent encore, les quartiers plus résidentiels. Tu commences sérieusement à peiner, pas évident pour toi de suivre le rythme effréné de cette course. Et finalement la mer se dessine à l'horizon, les digues rocheuses prennent la place des maisons. C'est comme être sur l'autoroute de la vie. Ca pourrait être la scène d'un film. Cette fameuse scène où le héro principal réalise quelque chose, comprend, saisit son destin et change brutalement de direction pour se mettre à courir.  "Attends, j'en peux plus…  " T'as du mal à parler, respirer et avancer en même temps

Finalement l'inconnu devant toi s'arrête et s'empare sans trop de gêne de ton téléphone qui était logé dans ta poche. Tu es trop fatiguée pour contester de toute façon. C'est comme si ton esprit avait quitté ton corps depuis longtemps. Une jolie poupée qui ne comprend pas vraiment ce qui se passe. On t'embarque encore sur un sol beaucoup moins facile. Par miracle personne ne chute. Vous y êtes. L'inconnu. " Me lâches pas s'il te plait " Est ce que tu as vraiment l'enjeu en tête ? Absolument pas. Sauter dans l'océan. Avec quelqu'un que tu viens de rencontrer dans un parc. Qui t'a également proposé de la weed et des amphetamines. Ton coeur bat tellement fort, il est dans ta gorge prêt à sortir. Tes poumons n'aspirent plus du tout d'air, déjà en apnée. Une crampe d'estomac monumentale. Les genoux qui tremblent. Saute. Tu coupes toutes réflexions. Emportée par cette force de la nature, vers une autre. Et toi frêle Janine, tu risques bien de finir écrasée. Broyée. L'écho de ton cri durant la descente.

Tu exploses à la surface de l'eau. Désorientée, engloutie. Brutalement tu sors la tête, épuisée. Une bouffée d'air frais qui fait presque mal. Tu nages tant bien que mal dans la direction de l'inconnu vers la rive où se dissimule une grotte. Il t'aide à monter dans un geste de galanterie étrange. C'est encore long. Il continue de te donner des indications. Interminable. LA VIE. Tu te laisses tomber par terre, les bras en croix. Emotionnellement fatiguée. T'as ce sourire béat sur les lèvres et les pupilles dilatées. C'est mieux qu'un joint ou de l'alcool. Tes vêtements collent encore plus à ta peau. Ton soutien gorge qui ne soutient pas grand chose au passage, est totalement apparent. Ton jean te semble bien lourd. C'est pour des instants comme celui là que tu vis ainsi. Que tu suis les silhouettes sombres et les gens qui ne rentrent pas les moules parfaits. " La vie… " Tu confirmes dans un murmure.

Vidée de tout, tu tournes simplement ton visage vers lui. "Je crois que c'est un bon moment pour me dire ton prénom cette fois. " Tu l'a mérité premièrement et puis il connaît le tien. La bouteille de rhum que tu ne remarques que maintenant est tentante. Sauf que tu décides d'être raisonnable, il faudra bien sortir de là et faire le chemin inverse. Mieux vaut être sobre pour ça.

Tu te redresses difficilement pour admirer la mer. Tu l'oublis lui et des paroles te viennent. Celles de Jason Walker. I'm out on the edge and I'm screaming my name like a fool at the top of my lungs. Sometimes when I close my eyes I pretend I'm alright but it's never enough. Cause my echo, echo is the only voice coming back. Shadow, shadow is the only friend that I have… A la fin nous marchons tous seuls.

Une question spontanée franchit la porte de tes lèvres. "Pourquoi ? Pourquoi moi je veux dire, pourquoi ne pas garder cet endroit pour toi comme un secret, un refuge ? " C'est pas possible qu'il emmène beaucoup de personne ici, n'est ce pas ?




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Ven 30 Juin - 22:49





Dépassons-nous.

Suis-je suffisamment égaré pour toi ?

Son souffle est court, elle semblerait presque suffoquer de vivre, mourir à trop vivre, voilà une belle conclusion, tu la dévores du regard, l’ombre, le bruit des vagues, la fraîcheur du lit, la chaleur à l’intérieur de vos corps, le souffle qui créer de la légère buée. Tu te souviens qu’elle t'a demandé de ne pas la lâcher et tu ne l’avais pas fait, tu l’avais tenu du saut à la chute. Il y a des choses si anodines, mais qui prennent un sens énorme une fois réalisé. Hayate, tu avais souri, ri pendant la descente mortelle, tu avais éclatait de rire, des rires étouffés par le bruit de ces innombrables vagues, parce que vivre au risque de mourir ça te réjouit, ça t’anime, t’excite.

Dans la pénombre, une sortie vous amènera sur le dessus de ces roches, puis vous guidera jusqu’à un pont suspendu à plusieurs mètres de l’eau et des roches mortelles. Ce sera votre seule issue, tu crèves de chaque frisson que peut apporter un de ces moments ou l’adrénaline prend place dans ton corps. « Je crois que c'est un bon moment pour me dire ton prénom cette fois. » Pourquoi l’être humain cherche toujours à mettre un nom sur les choses, les objets, n nom sur un sexe, une orientation, une religion, un sentiment ? Pourquoi ?

- Veux-tu vraiment le savoir ? À quoi aurais-je le droit pour t’offrir les lettres que porte mon identité ? Hum ? Pourquoi cherches, tu as me nommer ?

Hayate, l’ouragan un prénom qui te correspond plutôt bien n’es pas ? Qu’en penserait la demoiselle en face de toi ? Et si tu modifiais quelque peu la vérité sans lui répondre ?

- Ouragan. Je m’appelle Ouragan. Sur Insta’ tu trouveras en quelle langue.

Le mot langue prit une tournure indécente entre les lèvres de l’androgyne allumé que tu représentes, d’ailleurs, tu as souvent ce visage provocant, que tu sois homme ou femme ne change rien, que tu portes du sombre sur tes lèvres ou qu’elles soient incolores comme maintenant. La prochaine question tombe rapidement « Pourquoi moi ? » Un bref raccourcis du long monologue de Janine, tu la regardes dans les yeux, tu l’incites à en faire de même en appuyant ton pouce sous son menton pour qu’elle te fixe en relevant doucement la tête, puis tu lâche son visage, tes yeux braquent, explore, découvre les siens.

- Parce qu’ils me l’ont demandé. Tes yeux.

Ton accent anglais n’est pas terrible, tes mots sont hésitants, le japonais est ta langue natale alors forcément la phrase risque de lui paraître étrange, elle pensera sûrement que tu t’es trompée que ce n’est pas les bons mots et pourtant... C’est exactement ce que tu cherchais à dire.

- Tes yeux m’ont demandé de les faire vivre. Si je devais les peindre y aurais sûrement écris à l’intérieur en petite lignes « Aide moi à vivre ».

Déboussolant, étrange, bizarre, mais bien vivante. Hayate tes idées, tes façons de briser les codes, les choses que tu caches, l’ouragan qui réside en toi, cette étincelle de folies, pourrait faire peur à cette créature qui te ressemble surement beaucoup plus qu’elle ne le pense. Tu es libre, tu ne veux pas d’une cage. Tu aimes libérais les autres oiseaux.

by tris




Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Lun 24 Juil - 19:22



Ouragan. C'est jolie. On dirait une poésie entière contenue en un seul et unique mot. Une promesse d'avenir plein d'aventures et de découvertes. Ca dessine dans ton esprits des paysages uniques. Des musiques épiques qui sonnent à ton oreille. " C'est magnifique… Dans cette langue ou dans une autre j'en suis certaine. " Là, à côté de lui, tu te sens toute petite une fois de plus. Une infime petite poussière, prête à se dissoudre. Quand il déchaîne les vents et marées, toi tu fais bouger des brindilles. Tellement plus intense que toi. Toi qui vit comme bon te semble, animée par une horloge. Toi qui ne fait pas attention aux autres ni à la moyenne. Ici dans cette grotte tu parais bien normale Janine, presque insipide. Fade. A côté de l'ouragan asiatique, tu es rien de plus qu'une mortelle, qu'une âme sans couleurs. Compte-rendu assez désagréable mais crevant de vérité. Tu es en fait tout ce que tu redoutais. Peut-être était-ce prétentieux de te croire si spéciale Jo. Egocentrique de te penser si unique en ton genre. C'est une claque et pas du genre agréable.

T'as le regard lointain, des intonations tristes devant cet affligeant constat. Alors tu lui as demandé pourquoi elle t'a choisit toi. Il se saisit de ton menton, pour obliger tes yeux à croiser le sien. Tu n'y noies comme tout à l'heure après votre plongeon. Tu écoutes avec attention ses paroles, attirée sans aucunes raisons par ses lèvres qui fluctuent grâce à cet accent si captivant. Ta respiration se bloque dans ta gorge. Il est si proche de la réalité. Aide moi à vivre… Pour deux. Pour toi-même, pour ta mère, pour la peur, pour faire taire ce tic-tac qui un jour te poussera à sauter d'un immeuble ou à te foutre en l'air parce que tu auras fait le tour de tout. Parce que tu te rendras compte que tu auras beau fuir en avant, éviter de penser, ça résoudra jamais ce qui te hante. Ta cage à toi elle est intérieur. Une pression que tu te mets depuis déjà trop d'années. Et lui, qu'est ce qui le pousse dans cette direction ?

Le sol devient soudainement très intéressant, surtout devant tant de cruelles révélations. " T'as peut-être raison… On peut pas toujours le cacher. "C'est un chuchotement qui meurt dans le bruit des vagues claquant contre la roche. Il est un des premiers à le voir. On te prend pour celle qui fait vivre alors que t'as besoin de quelqu'un à tes côtés. Pourtant ils ne restent jamais très longtemps, parce qu'ils pourraient voir ce qui clochent. Parce qu'au bout d'un moment ils ne t'aident plus à vivre quelque chose de nouveau qui dépasse ta douleur. Tu l'observes à la dérobée, y a comme une attirance étrange à laquelle tu ne peux te soustraire. Ce n'est pas physique, ni sexuelle. Intellectuelle peut-être. Mystique. Emotionnelle aussi. " On aurait pu faire de belles choses ensemble… Comme des terribles. "

Tu te saisis de la bouteille de rhum et y avales une gorgée. Seulement une. Celle pour communier avec lui. Comme pour l'embrasser indirectement car tu n'en as pas le droit. Tu n'en as pas totalement envie non plus, le goût qui se déposerait sur tes lèvres serait bien fade en comparaison de celui dont tu te souviens. Tu veux juste t'unir à lui qu'importe la façon. Comme quand un peu plus tôt vous partager le même joint. " Je crois que j'avais besoin de te rencontrer. Que le destin, l'univers entier t'as mis sur mon chemin. En quoi tu crois toi ? Dieu ou bien la Vie avec un V majuscule ? " T'as envie que le rêve continue, que jamais il ne s'achève.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Ven 28 Juil - 0:00

Ton prénom, il lui plaît, elle l’aime et elle te le dit « Magnifique » c’est le mot qu’elle a choisit, pourtant la langue est très diverse, les mots qui peuvent qualifier un prénom son nombreux et dans toute cette liste, c’est ce que Janine à choisis. Tu n’as pas idée du ressentis qu’elle peut avoir, tu ne te doutes pas qu’elle se sente si petite. Pour toi, à tes yeux elle n’a rien de petit, mais elle ne connaît pas encore suffisamment de chose, elle n’ose pas. Les humains ont un grave problème avec ça. Oser croire qu'on peut y arriver, oser lever les bras et se dire « Je peux le faire », oser parler à une inconnue dans une rue, juste parce que « T’est belle ». OSER, le problème de l’humanité.

Toi, tu ne te balanceras pas d’un immeuble, tu n’écourteras pas ta vie, tu ne te donneras pas à la mort, à la terre. Tu vivras chaque jour si intensément, que ce seras dans cette intensité, dans ces risques que tu passeras l’arme à droite. Que ton cœur et ton cerveau s’éteindront et ne se réanimeront plus jamais. Mort, éteint, terminé. Tu la vois comme ça ta fin, avec un feu d’artifice au-dessus de ta dépouille. Peut-être même que ton corps s’écrasera entre deux rochers ou qu’il s’éteindra d’une convulsion sous les effets d’une de ces drogues que tu t’injectes, snif ou ingurgite. La mort, elle ne te fait pas peur, elle te fait juste chier. « On aurait pu faire de belles choses ensemble… Comme des terribles. » Tu la regardes après qu’elle soit sortie ces mots, ces bouts de vérité dérobée quelque part. Tu lui souris de manière tout à fait suggestive « Je préfères les choses terribles » D’ailleurs pourquoi utilise tel le passé ?

- Les choses terribles sont beaucoup moins ennuyeuses. On peut aussi faire des choses terriblement belles. D’ailleurs, pourquoi « On auraient pu » ? Tant que tu respires et que moi aussi... Il n’est pas trop tard. Et même que sans respirer ce n’est pas trop tard pour faire des choses follement terribles.

Tu retiens ton souffle, tu ne respires plus, tu te rapproches d’elle et c’est sa lèvre que tu mords, puis tu te recules, simplement pour dire :

-Même sans respirer faire des folies est possible... Juste moins longtemps.


« Je crois que j'avais besoin de te rencontrer. Que le destin, l'univers entier t'as mis sur mon chemin. En quoi tu crois toi ? Dieu ou bien la Vie avec un V majuscule ? » Elle avait « Besoin » de te rencontrer, le destin sois disant, toi, tu penses que le hasard à beaucoup plus de folies, il te semble plus attrayant, excitant. Le hasard de demain, imprévisible hasard qui ne se fonde de rien, pour arriver à tout.

- Je crois au hasard. Je crois en la Vie, en la mienne surtout. Je crois que le hasard t'a posé sur un chemin, que ce chemin t'a guidé sur mes pas, que la vie n’as pas voulu tout ça, mais qu’elle doit faire avec, parce qu’on est plus fort que tout les destins du monde à vivre de moment hasardeux.

Tu l’effleures du regard, tu n’as pas besoin de la toucher pour qu’elle ressente ce regard, ces caresses de loin. Le bruit de l’eau qui s’éclate contre les rochers n’est rien, l’odeur de la mer, du sel non plus. Deux cœurs qui battent si fort, si intensément parce que la vie est hasardeuse et mal foutue, parce que deux cœurs qui expriment l’intensité du moment pourraient remplacer tous les mots du monde. L’eau rentre lentement dans la grotte, vous êtes tout en haut de celle-ci, tu pousses une espèce de bloc de pierre, un truc caché. La lumière de l’extérieur rentre dans la grotte. Tu l’entraînes sur les dessus des rochers, le vents et fort, il menace de vous emporter sur les cailloux en bas et pourtant tes bras s’ouvrent l’une de tes mains serre Janine. Du fond de ton corps un cri se libère, un cri androgyne, un cri qui libère.

De la, tu peux voir le ciel, le ciel qui enfile son pyjama, orange, rose, violet... Des couleurs d’un joli mélange, elles font partis du rituel de la nuit. Bientôt, nous ne verrons dans le ciel que la nuit et les étoiles, le pont lus loin est bancale, abîmé, pourtant, c’est celui que vous devrez emprunter. Au risque de mourir, vous vivrez.

- Ahhhhhahhhhhhhh !!! ON EST VIVANT !!


Tu retournes ton attention sur la demoiselle, la fait venir devant toi, tout près du vide, des rochers, tu te places derrière elle, prend chacune de ces mains et les obliges à lever ces bras, tu lui chuchotes « Cris, ta peine, ta haine, ta vie. »



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-
avatar

Janine Harwell
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 06/10/2016
☆ messages : 312
☆ pseudo : Scottie
☆ avatar : Imogen Poots
☆ crédits : laureen
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Mer 16 Aoû - 23:13



Oser. Si tu oses. Tu oses ressentir, tu oses changer de vie, tu oses aimer, tu oses être différentes. La différence c'est que toi tu oses en silence. Tu n'aimes pas le bruit inutiles, les cris et les engueulades. Vous avez envie de la même fin. Une fin sans regrets, une fin avec un coeur rempli, recousu et plein de cicatrices d'avoir trop vécu. Vous empruntez simplement des chemins différents. Tu es totalement hypnotisée par le son de sa voix. C'est une mélodie que tu pourrais mémoriser. Rejouer à la guitare. Au violon. L'écrire avec notes sur des partitions. En faire une symphonie moderne qui finirait par s'inscrire dans l'histoire de la musique. Qu'on jouera encore dans deux siècles. Tu te nourris de chacun de ses mots, un nectar divin, interdit aux mortels. Tu es comme paralysée devant ses yeux qui dévorent ton âme.

Au ralentit, tu vois son visage s'approcher. Ta respiration est bloquée dans ton larynx. Ca en est presque douloureux. Près. Trop près. Ce contact sur ta lèvre. Si érotique. Si sensuel. Tu en perds l'équilibre quand il s'éloigne. T'as les jambes prêtes à flancher.  Voilà exactement pourquoi vous auriez pu. Pourquoi vous ne pouvez pas. Plus. Hayate tu dois tout lui donner. Chaque partie de ton être. Ne pas reculer. Embrasser son esprit libre, son coeur palpitant et son corps qui a tant d emprise sur toi. Tu ne vois pas la situation autrement. Ce n'est pas quelqu'un a qui tu peux tendre un peu la main. T'as déjà trouvé quelqu'un pour t'abandonner. Devant toi, dans ces prunelles si pleines de vie c'est un si. Un autre futur. Un second chemin. La tentation au bout d'un joint. Et ses paroles sont des poèmes qui s'infiltrent sous ta peau. Tu les inhales à plein poumons. Un bien qui fait du mal. Un poison si délicieux. Si seulement tu l'avez rencontré à un autre moment de ta vie. Vous auriez fait des étincelles, mis le monde à vos pieds. Vous vous seriez bruler à tant vous aimer.

Il n'a pas tort encore une fois. Tu te contentes de hausser les épaules car c'est tout ce dont tu es encore caoable. Tu ne maîtrises plus ton corps, il lui appartient déjà. La course reprend au fur et à mesure que l'eau reprendre possession de son antre. Tu te demandes combien de temps ça va durer. Tout ca. Cette communion. Cet amour interdit et unique. Amour que vous avez raté comme l'on rate un train. Ouragan te surprend encore, dévoilant une autre faille dans la roche. La lumière vous pénètre et sa main te guide vers elle. Tu retiens de ce moment, le ciel si chaleureux, aussi léger qu'un aquarelle. L'impression que tu vas t'envoler sous les bourrasques. Son cri si puissant qui couvre le bruit de la nature. Ton coeur accélère un peu plus à chaque milli seconde supplémentaire. Puis comme une poupée de chiffon tu te laisses faire. Un murmure. Tes bras dans les airs, sa peau contre la tienne. Vous êtes si proches l'un de l'autre. Alors tu ouvre la bouche. Rien ne sort. Tu ne cris pas toi Janine. Tu n'aimes pas ça. Tu n'aimes pas le bruit inutile. Un silence est tellement plus passionnant qu'un hurlement. Toi tu t'exprimes en musique, en chuchotement, en poésie. Tes paupières se ferment quelques instants. " On n'en as pas besoin si quelqu'un écoute… et là c'est ce que tu fais. " Ta peine, ta haine, ta vie tu les mets ailleurs, dans tes compositions. Tu les sèmes miette par miette sur ton chemin et parfois quelqu'un les récupère et se demande d'où elles proviennent. Parfois quelqu'un te les ramènent pour ne pas que tu les oublis. Tu les traites précieusement, les conserves aussi longtemps que possible par peur d'être un jour vide. Coquille sans intêret aucun.

Subitement tu te sens fatiguée. Épuisée par ces échanges si intenses et profonds. T'as envie de rentrer. De t'effondrer dans ton lit pour plonger dans un sommeil profond. Sans rêve. Le noir et le silence absolus. Tu serres sa main un peu plus fort et entames la traverser du pont miteux. D'un pas léger. " Rentrons s'il te plaît...  " Le chemin n'est pas des plus évident et plusieurs fois tu manques de trébucher, te rattrapant lamentablement sur ton nouvel.... Ton quoi d'ailleurs ? Disons que ta nouvelle rencontre. Quand enfin vous retrouver le bord de plage, vos téléphones de nouveau dans vos mains. Tu hésites. " Tu crois qu'on se reverra un jour ? " tu poses la question mais tu ne sais pas si cela serait une bonne chose. Si tu en as vraiment envie. Alors tu l'enlaces, tu sers cette silhouette fort dans tes bras. " Merci Hayate... " T'aurais presque envie de l'embrasser. De l'emmener avec toi. Ça serait tenter le diable et tu n'es plus prête à ça avec Landon dans la balance. Toutefois une partie de toi, microscopique certes mis quand même, une partie de toi l'aime ce mystérieux ouragan.




I don't care if I know just where I will go 'Cause all that I need is this crazy feeling. A rat-tat-tat on my heart I think I want it to stay... City of stars, You never shined so brightly.
century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t973-janine-call-me-jo-it-s-eno
avatar

Hayate Hirano
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 30/03/2017
☆ messages : 88
☆ pseudo : Hayate Hirano
☆ avatar : han hye yeon
☆ crédits : Modifiée par mes soins.
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: J'en veux !
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    Jeu 17 Aoû - 22:27





Dépassons-nous.

Suis-je suffisamment égaré pour toi ?


C’est ainsi que se termine cette aventure, cette ainsi qu’elle disparaît sans laisser place à une vision pour demain. " Tu crois qu'on se reverra un jour ? " Et elle te serre si fort dans ces bras, tu as cette impression de mourir d’une certaine façon, de te noyer dans un torrent d’émotion. C’est rare, pas descriptible. Es que tu penses que tu la reverras ? Tu n’en sais foutrement rien, mais au fond... Tu le penses.

- J’en sais foutrement rien, sûrement. On verra ce que le hasard fait de nos vies.

Tu la laisses partir, s’envoler. Dans son téléphone elle a ton nom, que tu ne lui as d’ailleurs pas donné normalement, mais qu’elle à apparemment trouvée. D’ailleurs, tu prends ton portable pour envoyer un smiley d’ouragan à cette femme. Une trace de toi chez elle. Tu te retournes et repars vagabonder dans les rues de nuit, les rues de ce pays que tu ne connais pas si bien que tu le devrais. Ce pays qui aujourd’hui est le tien.

Tu repenseras sûrement parfois à elle, sûrement ne se rendra telle pas compte qu’en réalité, tu es une femme de corps, une androgyne d’apparence et peut-être un homme au fond. Toi-même, tu ne sais plus qui tu es. Les gens changent entre l’homme et la femme. Alors tu préfères ne rien dire, continuer à laisser le doute. Tu te grilles une clope alors que ta silhouette disparaît sans se retourner.
[ C'est court, mais je n'ai plus rien à dire. ]

by tris



Parce que le monde est inconstant, éphémère et indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1595-une-japonaise-debarque-a-

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: [Hayate & Janine] Qui sommes nous ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Hayate & Janine] Qui sommes nous ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Article] Sommes nous des fiers machos ???
» Paul Ariès - Sommes-nous faits pour travailler ?
» Pourquoi sommes nous sur terre ?
» combien sommes nous sur cette planète ? en temps réel...
» SOMMES NOUS EGAUX DEVANT LA MORT?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: west san francisco :: golden gate park-
Sauter vers: