N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY a fêté dernièrement ses onze mois d'existence. ♡

Partagez | 
 

 Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Damian Oath-Delweet
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 26/11/2016
☼ messages : 65
☼ pseudo : wintershield
☼ avatar : Chris Evans
☼ crédits : avatar : shiya
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: ouverte
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   Dim 14 Mai - 14:34


... and now I'm just not surprised when people leave.
I'm actually more surprised when they stay

Si quand je rentrais chez moi d'habitude, j'avais tendance à ne pas mettre de réveil et me levait bien après l'heure de midi, voir même en fin d'après midi quand la fatigue était vraiment présente, quand j'étais rentré la vieille au soir, j'avais fait l'effort de programmer mon téléphone pour qu'il sonne à onze heure. Pourquoi ? Parce que j'avais envie de profiter de Daniel, pas dans le contexte d'un calin soutiré à un homme à demi endormi mais bien dans le cadre d'une journée. Qui se révélait qui plus est superbement ensoleillé. Nos emplois du temps devenaient un problème, là où ils n'en avaient jamais été un auparavant. Parce que j'avais toujours aimé passé du temps avec Daniel mais aussi invraisemblable que cela puisse paraître, c'était encore pire maintenant. Je l'aurais presque soupçonné de m'avoir rendu accro à lui par une équation scientifique m'échappant complètement mais qu'il était assez intelligent pour produire. Je me levais et après une douche rapide, j'enfilais un jean et un tee shirt pour prendre la direction de l'université où mon meilleur ami ( ... petit ami ? J'avais encore du mal à faire la distinction dans mon cerveau.) passait ses journées. Je savais que tous les efforts ne devaient pas venir de lui, et que j'avais ma contribution à apporter à ce que nous étions entrain de construire. Aussi confus cela fut il ... nous n'avions pas encore franchi certaines étapes, mais avançait doucement, à ce rythme là, me rassurait. Pas seulement parce que je n'avais jamais été avec un homme, mais aussi parce que je n'avais jamais eu de partenaires sérieux avant lui et que je ne voulais pas ruiner tout, surtout pas avec lui. Il avait une trop grande importante à mes yeux. Je ne pouvais nier néanmoins que les nuits que nous passions l'un contre l'autre n'attisait pas mon désir et mes envies, que ma curiosité et ma faim de lui ne grandissait pas en symbiose avec mes sentiments à son égard.

En arrivant sur le campus, je n'étais pas aussi perdu que j'aurais pu l'être, non pas que je doives avouer avoir vraiment visité Danny sur son lieu de travail, mais parce que je devais admettre avoir participer à quelques fêtes étudiantes, malgré mon âge. Du moment qu'elles étaient légalement adulte, je devais avouer avoir eu un panel assez varié d'âge en ce qui concernait mes conquêtes. Et si j'employais mon sourire le plus charmant pour demander des directions, c'était parce que c'était mon mode d'emploi naturel. J'en avais terminé avec les histoires sans lendemain, même si je devais admettre que j'étais toujours apte à vouloir plaire. Non pas parce que mon ego souffrait particulièrement mais parce que c'était ce petit défi amusant quotidien. Parce que j'avais toujours fonctionné de la sorte, et que Daniel ne semblait pas particulièrement chagriné par mes vieilles habitudes. Je devais admettre que j'en étais presque un peu déçu ... J'aurais aimé voir une pointe de jalousie de temps en temps dans son regard, non pas parce que je voulais le faire souffrir mais bien parce que je m'étais découvert indubitablement possessif et que j'aurais aimé me sentir moins seul. Mais Daniel avait toujours été de nous deux le plus mature et sage. Il se conduisait comme un adulte raisonnable alors que je me laissais à agir comme un gamin impulsif et capricieux. Peut être que montrer une dose de jalousie faisait partie de mes traits puérils qu'il n'était pas forcément bon d'afficher. J'étais en pleine réflexion, alors que je marchais dans la direction du bâtiment qu'on m'avait indiqué.

J'arrivais à l'intérieur, me trouvant encore une fois au pied du mur, avant de me diriger vers une jeune étudiante qui semblait ne pas être particulièrement pressé. - Excusez moi, est-ce que vous savez ou je peux trouver Daniel Gheorge ? Une légère rougeur dans ses joues m'arrachant un grognement intérieur m'indiquant que j'avais trouvé quelqu'un qui me guiderait sans le moindre problème. Oh, elle n'avait même pas besoin de me confirmer qu'elle connaissait Danny pour que je le saches. La simple mention de son nom semblait lui faire tourner la tête. Je ne pouvais décemment pas la blâmer, Danny était superbe ... L'essence même du beau garçon. Elle hochait la tête avidement et me guidait tout en partant dans un long monologue sur Daniel, et si j'aimais entendre parler de lui dans des termes flatteurs, et aussi découvrir un aspect de lui que je ne connaissais pas vraiment, je ne pouvais m'empêcher de me demander si je ne faisais pas une erreur en venant ici. Daniel n'était pas du genre à cacher sa sexualité mais j'allais surement brisé le coeur de toutes ses fans sur le campus. Tant pis, j'avais trop envie de lui faire la surprise et de le voir, le convaincre de prendre une pause pour venir déjeuner avec moi dans un des restaurants se trouvant à proximité. Elle finissait par m'indiquer une porte mais au lieu de partir, elle restait planté là, pendant que je frappais et entendait la voix de mon roumain favori m'indiquait d'entrée. Un sourire idiot se peignant immédiatement sur les lèvres quand j'ouvrais la porte pour l'apercevoir. - Hello, beau gosse ... Une forte inhalation à ma phrase me rappelant que nous n'étions pas seuls, et pour la première fois, je ne savais pas trop si je pouvais me permettre d'agir comme je le faisais toujours, de manière impulsive et de combler la distance pour poser mes lèvres sur les siennes dans un baiser au gout de bonjour, de tu me manquais, de j'en avais envie, de je suis faible face à toi ... Je me contentais donc de le regarder avec une intensité qui ne laissait pas de doute sur mes pensées.
made by black arrow



“La vie n’est pas un sport qu’on se contente de regarder. Gagner, perdre, ou faire match nul, la partie est en cours, qu’on le veuille ou non. Alors allez-y, discutez avec l’arbitre, changez les règles, trichez un peu. Faites une pause et soignez vos plaies. Mais jouez. Jouez ! Jouez le jeu. Jouez vite. Jouez librement. Jouez comme si il n’y avait pas de lendemain. D’accord, l’important n’est pas de gagner ou de perdre, l’important c’est la manière de jouer. Vous ne croyez pas , ” (c)LUCKYRED.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Daniel Gheorge
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 26/11/2016
☼ messages : 147
☼ pseudo : kiwi
☼ avatar : Sebastian Stan
☼ crédits : Ante mortem
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: À voir en mp =)
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   Dim 21 Mai - 22:05

HJ : Cette image ?!?! Cute Pleure (Je pleure parce que c'est beau!) ..Et ce titre Hihi

J'avais déjà remarqué cet étrange phénomène qui n'avait de cesse de se reproduire. Je ne savais pas trop comment l'expliquer, en fait, mais j'étais bien persuadé de ne pas être le seul à qui cela arrivait. Il y avait des périodes où rien ne semblait aboutir. Où tout était en suspens et sans réponse. Puis, il y avait les périodes où, au contraire, tout arrivait en même temps. Je n'étais pas en train de me plaindre... J'étais, pour la première fois depuis longtemps, véritablement heureux. Lorsque j'ouvrais les yeux au petit matin, j'avais cette légèreté dans la poitrine. Il me semblait alors que peu m'importait ce que la journée pouvait me réserver, car je savais par avance qu'il y aurait du positif. J'avais encore le sentiment d'être l'homme le plus chanceux du monde... Ce qui n'était pas loin d'être faux. Quelques semaines plus tôt, je n'aurais pas même pu imaginer que je serais dans une relation qui ne me faisait plus me casser la tête. C'était un peu ironique, j'en conviens, puisque les choses n'étaient pas toujours si claires entre nous. Mais, malgré ma propension naturelle à me poser mille et une questions, je me laissais tout simplement porter par le bonheur et par le rythme qui s'imposait naturellement entre Damian et moi. J'aurais pu craindre le fait que nous vivions sous le même toit, mais c'était au contraire une bénédiction. Même si nos emplois du temps ne correspondaient pas si souvent, nous avions toujours l'occasion de voler quelques minutes - plus, c'était encore mieux - pour se voir. Échanger un baiser. Ou l'entendre me raconter des bêtises qui me tiraient inévitablement un franc sourire. J'étais comblé.

Or, tel que je le racontais, c'était précisément ces jours-ci que l'on m'avait contacté pour me proposer une opportunité de recherche à l'étranger. À vrai dire, il s'agissait d'un de mes anciens professeurs à l'université de Bucarest qui m'avait recommandé. J'avais reçu le courriel avec la plus grande des surprises. Il y avait quelques semaines encore, cette offre m'aurait semblé alléchante. Elle l'était professionnellement et financièrement, sans compter que je n'avais jamais pu nier le mal du pays qui m'habitait encore régulièrement. Sauf qu'entre temps, un changement d'importance s'était opéré chez moi. En moi. Je me sentais à la maison, ici. Ce n'était plus tellement une question de pays ou de culture et pas même de logement. J'étais heureux et j'avais l'intime conviction d'avoir trouvé quelqu'un avec qui je voulais faire un bout de chemin. Je ne m'étais jamais encore véritablement posé la question de ce que j'allais faire, une fois les études bel et bien terminées. J'aimais passer mes journées au labo, mais après ? Allais-je retourner en Roumanie ? Je détestais le hasard de mettre le sujet à l'ordre du jour alors que j'avais bien autre chose en tête, et surtout quelqu'un.

J'avais peut-être fait une erreur en abordant le sujet avec mes collègues du labo. Les avis avaient d'ailleurs fusé dans tous les sens, certains soutenant que je devais sauter sur l'occasion et d'autres, sans doute plus romantiques, que je faisais bien d'écouter ce que me dictait le coeur. C'était curieux, car je n'avais pas l'impression que c'était uniquement une question de coeur, dans le sens où la décision était pour moi évidente. J'étais venu pour terminer un Master, et il me restait encore des mois. Accepter cette opportunité impliquait d'abandonner mes études afin de rejoindre la firme qui souhaitait m'engager dès le mois prochain. Ce n'était pas dans mes plans. Mais ne faisais-je pas ces études précisément pour décrocher un emploi dans le domaine ? Je n'avais pas encore donné réponse, mais il était évident pour moi, et bientôt pour mes collègues, qu'ils ne me perdraient pas de si tôt. C'était la première opportunités, mais surement pas la dernière.

J'étais en train de terminer de remplir des rapports quand on se mit à cogner à la porte. J'étais le plus proche de celle-ci, alors j'indiquais à celui ou à celle qui se trouvait derrière qu'il ou elle pouvait entrer. Et je me trouvais le plus surpris de constater qu'il s'agissait de Damian. Dans n'importe quelle autre circonstance, j'aurais été plus qu'heureux de la surprise. Je restais légèrement surpris, cependant. Nous étions donc l'un face à l'autre, presque figés. Jusqu'à ce que je reprenne la parole et lui lance un bien timide : « Hey, handsome. » Timide, mais pas moins convaincu. J'étais un peu gêné de la présence toute proche de mes collègues, mais pas pour la raison que Damian pouvait s'imaginer. Pas à cause de lui. J'entendais d'ailleurs un de mes collègues murmurer à la plaisanterie un « On comprend ce qui retient Daniel à San Francisco » que j'aurais préféré plus subtil. Je me mettais à sourire stupidement et j'entrainais Damian à l'écart en faisant signe à mes collègues que j'en avais terminé avec mes affaires. « Je ne m'attendais pas à te voir ici... Comment tu vas ? » J'avais envie de connecter avec lui, de lui parler... Bref, de me retrouver seul avec lui et non pas entouré de tous ces gens.



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1188-daniel-meme-le-silence-es
avatar

Damian Oath-Delweet
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 26/11/2016
☼ messages : 65
☼ pseudo : wintershield
☼ avatar : Chris Evans
☼ crédits : avatar : shiya
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: ouverte
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   Jeu 25 Mai - 15:30


... and now I'm just not surprised when people leave.
I'm actually more surprised when they stay

Un tour de ronde et je voyais les regards posaient sur moi, regard auquel j'offrais mon plus beau sourire. Je n'étais pas vraiment intimidé d'être le centre de l'attention, même si mon attention était principalement focalisé sur Daniel. Mon sourire s'élargissant encore plus alors qu'il m'accueillait avec un timide salut mais qui ne laissait que peu de doute à notre relation. Là où j'étais plaisanterie et familiarité, il avait une dose d'intimité et d'affections indéniables dans les propos de mon meilleur ami ... (Petit ami. Damn, c'était toujours aussi déconcertant de choisir un titre pour lui dans ma tête.). Et j'aurais probablement comblé la distance si je n'avais pas été distrait par les propos d'un de ses collègues suivit d'une fuite sous couvert de Daniel, m'entraînant avec lui et laissant derrière nous les autres. Je fronçais les sourcils, interpellé par les propos de son petit camarade. Je regardais donc légèrement derrière moi avant que mon attention ne soit de nouveau sur Danny, mon sourire prenant une tournure presque ridicule, j'en avais conscience, il avait tendance à me rendre proprement ridicule. J'étais loin d'être un homme niais en temps normal, mais il avait ce pouvoir fascinant de me réduire à l'état d'idiot énamouré. Je mourrais d'envie de combler la courte distance entre nous, pour laisser mon front se reposait contre le sien, de sentir son souffle s'entremêlait au mien, de cueillir le fruit de ses lèvres dans un baiser tendre, exprimant toute mon affection et ma tendresse à son égard. Le voir à l'extérieur rendait les choses bien plus officielles également. Comme ci nous n'étions plus un secret qu'il s'efforçait de garder pour mon propre bien, j'en avais conscience. Ne voulant pas me bousculer pour quoi que ce soit avant que je ne le fasses de mes propres termes. Cependant, j'avais toujours eu peu à faire que de ce que les gens pouvaient dire sur mon compte.

Un sourire malicieux au coin de lèvres, je levais mes sourcils d'une manière parfaitement ridicule. Jouant le don juan peu suave que j'étais même si j'avais arrêté les conquêtes d'une nuit. Je posais une main sur sa hanche et le rapprochait un peu de moi. - J'avais envie de te voir ... J'avouais avec une facilité déconcertante, et mon esprit ne parvenait pas à se focaliser plus loin que le regard hypnotique de ses yeux bleu gris me troublant plus que de mesure. Mon coeur gonflait dans ma poitrine, et je ne pouvais pas nier que j'étais peut être sur le chemin de comprendre ce que c'était que d'aimer quelqu'un. Je n'avais jamais vraiment cru à l'amour ou ses notions mais avec lui, j'avais envie de laisser mes vieilles croyances sur le pas de la porte. Evidemment, je n'étais pas encore près à murmurer des mots qui coûtaient bien plus cher que ce que l'on pouvait croire. Je savais néanmoins que je n'hésitais pas à insuffler dans mes regards et le ton de ma voix bien plus que ce que les mots n'auraient su exprimer. Je n'avais aucun mal à me convaincre qu'il était probablement la personne qui arriverait un jour à me faire céder mes principes et le couvrir de tous les mots d'amour que j'avais toujours trouvé stupide.

- Et savoir si tu étais libre pour déjeuner ? Et ce n'était pas comme ci je m'étais déjà imposé à maintes reprises pour bousculer son emploi du temps dans le passé. Les choses étaient néanmoins différentes maintenant. Evidemment j'avais toujours eu beaucoup de respect pour Daniel mais je n'avais aucun scrupule à m'imposer, là où une nouvelle timidité me gagnait maintenant. Peut être parce que j'avais bien trop peur de mal faire les choses et le pousser à abandonner la cause perdue que j'étais très certainement. Non qu'il se plaigne ou ne fasse pas preuve d'une patience admirable mais j'étais très certainement à le faire attendre bien plus que ses amants précédents. Et bien plus qu'il ne me savait prompt à me jeter dans le lit d'une fille auparavant. Non que je ne le désirais pas, ou que je me poses trop de questions sur le fait qu'il soit un homme mais plus parce que je savourais chaque moment de cette relation parce que c'était ma première vraie relation sérieuse.

Je laissais ma tête être aimanter dans la direction de la sienne, quelques millimètres de ses lèvres, avant de me stopper les mots de son collègue resurgissant au moment le moins inopportun. Parce que ce n'était pas vraiment clair cette plaisanterie et j'avais besoin de comprendre. - Ton collègue parlait de quoi, tout à l'heure ? Un petit froncement s'affichait entre mes sourcils. Pas soucieux, mais curieux. Ignorait il seulement que Daniel était là pour ses études ? Devais je me faire le fervent défenseur de mon roumain et partir à l'encontre d'un jugement déplacé ? J'étais prêt à retourner à l'intérieur de la salle dans laquelle je l'avais cueilli et botter le cul blanchâtre de cet intello si le besoin s'en faisait ressortir. Et je l'aurais probablement fait même si nous n'étions pas plus qu'amis. Il y avait en moi, une loyauté irrévocable en ce qui concernait l'homme se tenant face à moi.  
made by black arrow



“La vie n’est pas un sport qu’on se contente de regarder. Gagner, perdre, ou faire match nul, la partie est en cours, qu’on le veuille ou non. Alors allez-y, discutez avec l’arbitre, changez les règles, trichez un peu. Faites une pause et soignez vos plaies. Mais jouez. Jouez ! Jouez le jeu. Jouez vite. Jouez librement. Jouez comme si il n’y avait pas de lendemain. D’accord, l’important n’est pas de gagner ou de perdre, l’important c’est la manière de jouer. Vous ne croyez pas , ” (c)LUCKYRED.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Daniel Gheorge
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 26/11/2016
☼ messages : 147
☼ pseudo : kiwi
☼ avatar : Sebastian Stan
☼ crédits : Ante mortem
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: À voir en mp =)
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   Sam 3 Juin - 21:00

Ce n'était pas pour rien que j'évitais de mentir. Cela ne m'allait pas du tout. Le pire dans tout ça était que je n'avais pas encore menti, pas même songé à le faire. Cette histoire d'offre d'emploi pour de la recherche était encore toute récente, si récente que je n'avais pas eu le temps d'en parler avec Damian. J'aurais pu lui envoyer un SMS ou alors lui passer un coup de fil lors de la pause de l'avant-midi, mais qui voulait parler de ces choses via le téléphone ? Ce qui me faisait me sentir un peu mal, en fait, était que je devais bien admettre que je n'étais pas persuadé que je lui en aurais parlé, en fait. Non pas par manque de confiance, loin de là. Mais parce que ce genre de sujet, bien que inoffensif puisqu'il était évident pour moi que je n'allais pas accepter l'offre, laissait la place à quelque chose de plus sérieux. De mon point de vue, notre relation l'était déjà devenue... Mais je voulais à tout prix conserver la légèreté qui faisait notamment en sorte que nous n'avions pas à nous poser toutes sortes de question sur l'avenir. C'était pour Damian, mais aussi pour moi. J'avais souvent tendance à m'emballer lorsque je fréquentais quelqu'un et puisque cette fois était encore plus hautement particulière que les nôtres, je prenais grands soins de ne pas aller trop vite sur quoi que ce soit. C'était d'une logique à toute épreuve, non ? Je voulais que notre histoire dure. Je n'avais donc pas besoin de la précipiter en quoi que ce soit.

Malgré le léger affolement qui s'était enclenché dans mon esprit avec son arrivée complètement improvisée, c'était surtout un sourire qui se dessinait sur mes lèvres lorsque nous nous retrouvions enfin un peu à l'écart. C'était presque rien, peut-être. Pour les autres, peut-être. Car pour moi, le fait qu'il se donne la peine de venir jusqu'à l'université pour que nous ayons la chance de passer un peu de temps ensemble était plus que précieux. Pour ça aussi, je n'hésitais pas un seul instant. « J'adorerais déjeuner avec toi. » Pendant quelques secondes, j'eus même espoir que nous puissions tout simplement oublier ce qui avait été dit par un de mes collègues. C'était idiot, mais j'avais presque cru que cela n'avait pas été suffisamment évident pour que Damian ne le comprenne. Ce n'était pas que je tenais à ne pas lui dire, mais il me semblait qu'il aurait été plus approprié d'aborder le sujet de mon propre chef et non dans le cadre d'une forme d'explication, que je lui devais à présent. C'était pourquoi j'eus sans nul doute l'air de réfléchir quelques instants, avant de répondre. C'était tout moi, il me fallait souvent un peu de temps avant de pouvoir m'exprimer. Si bien que par le passé, j'avais souvent eu l'impression d'être toujours quelque peu en retard sur les discussions importantes. On avait pu mettre cela sur le compte de la langue. Disons qu'avec Damian, ce genre de choses ne s'était jamais vraiment posé en problème. Avec lui, je me sentais toujours à l'aise de tout ou presque.

« Rien... Rien d'important. » C'était sans doute une erreur de débuter la conversation par cela, mais c'était la façon dont je me sentais. Ce n'était pas important parce que ça ne s'était pas même présenté comme une option, pour moi. Je soupirais légèrement, embêté de me retrouver coincé de la sorte. « J'ai reçu une offre d'emploi. Mais je n'ai aucune envie de l'accepter, alors ça ne vaut pas même le coup d'en parler. » complétais-je doucement, avec un sourire en coin. J'étais plus que sincère et forcément, il le verrait sur mon visage. « Il y a un tas de restos autour de la fac, tu as envie de quelque chose en particulier ? » Nos regards se croisaient un instant et j'éprouvais de l'inconfort. Je le faisais à nouveau, me compliquer la vie au travers de mes pensées qui s'enchainaient à cent mille à l'heure. Je m'imaginais ce qu'il pouvait bien se dire et... Je soupirais. Non, je ne voulais pas m'inquiéter pour rien. Il n'y avait aucune raison que les choses se compliquent. Tous les deux, nous avions jusqu'à aujourd'hui été doués pour se faciliter la vie. Sa présence dans ma vie la rendait plus facile, je voulais que cela continue dans cette voie. « Et on sera plus tranquilles pour en discuter. » disais-je donc, en conclusion, et en lui souriant. Nous étions capables de discuter, il fallait que je cesse d'en avoir peur. Damian m'avait bien prouvé qu'il était prêt à le faire, lorsque cela s'avérait nécessaire.



Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1188-daniel-meme-le-silence-es
avatar

Damian Oath-Delweet
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 26/11/2016
☼ messages : 65
☼ pseudo : wintershield
☼ avatar : Chris Evans
☼ crédits : avatar : shiya
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: ouverte
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   Mar 6 Juin - 17:14


... and now I'm just not surprised when people leave.
I'm actually more surprised when they stay

Ravi de le voir accepter mon invitation, j'avais fait preuve d'une certaine curiosité par rapport au propos de son collègue, mais sa réponse me laissait quelque peu intrigué. Nous n'avions pas vraiment l'habitude de nous cacher quoi que ce soit, ou tout du moins, je le pensais. Je n'étais pas non plus du genre à m’inquiéter de manière inopiné, mais quand il s'agissait de Danny, je savais que je pouvais réagir de manière un peu exagéré. J'attendais en silence qu'il élabore et il finissait par souffler les mots. Une certaine peur roulant le long de ma colonne ... Était ce finalement le moment où lui aussi finirait par partir ? C'était ce que je craignais depuis le début, ce qui me freinait et que j'avouais qu'à demi mots. Evidemment, je n'avais pas vraiment l'art de savoir faire de l'introspection. Je hochais la tête néanmoins avant qu'il ne précise avoir aucune envie de l'accepter. Était ce à cause du boulot en lui même ou de nous ? Je ne voulais pas non plus être un frein à sa carrière. Je maltraitais l'intérieur de ma joue, réfléchissant alors qu'il me demandait ce que je désirais manger. Peut être que mon silence s'étirait trop à son goût, ou peut être parce qu'il savait lire sur les lignes de mon visage mais il finissait par concéder une discussion sur le sujet. Je ne pouvais dénier une certaine panique, j'avais fait beaucoup d'efforts pour lui, mais parler à cœur ouvert, c'était encore une chose peu naturelle pour moi et je ne pouvais pas mentir en disant que cela dépassait très largement ma zone de confort. J’acquiesçais d'un vague geste de tête, clôturant temporairement le sujet.

- Si il y a un diner, je ne serais pas contre un bon hamburger ... répliquais je à sa question sur mes envies de nourriture, un peu par automatisme. Mon ventre était un peu noué, je devais l'admettre et il était rare pour moi de le dire, mais je manquais un peu d'appétit. Pourtant je n'allais pas ruiner nos plans. Pas alors que j'étais venu avec à l'esprit de profiter un peu plus de lui à la lumière du jour. Je savais aussi qu'il n'aurait pas toute l'après midi de libre et que nous devions bouger avant que le temps pour lui ne soit trop court. Dans une impulsion visant non seulement à combler un désir, mais peut être me rassurer aussi, je me penchais pour déposer un léger baiser sur ses lèvres. Rien de bien éclatant, mais nous étions en publics et je ne savais pas trop encore les limites et les façons de faire quand on était dans une relation de couple. Je prenais peut être mes leçons sur les couples que j'avais pu observer autour de moi ces dernières années, je savais néanmoins que chacun avait son niveau de confort et je ne voulais pas franchir les barrières que Daniel pouvait se fixer. Je savais néanmoins qu'il était d'un naturel affectueux et il n'avait pas vraiment cacher notre relation à ses collègues. Armer d'une confidence temporaire et faisant mon possible pour oublier les préoccupations se faufilant dans mon esprit, je tentais l'expérience toute nouvelle pour moi, de prendre sa main dans la mienne. Entrelaçant nos doigts, et savourant la chaleur de sa paume contre la mienne. C'était stupide d'être particulièrement excité par un geste aussi simple, non ? Peut être mais c'était une grande première pour moi, de faire ce genre de choses qui semblaient si banales pour les autres.

[color=mediumseagreen- Je te laisses me guider, tu connais certainement mieux les alentours que moi, même si j'ai eu l'occasion d'arpenter le campus, ca fait un moment que je n'avais pas mis les pieds dans le coin.[/color] Il fallait admettre que j'avais passé l'âge depuis bien longtemps d'assister aux fêtes étudiantes même si je ne pouvais pas complètement nier avoir eu à l'occasion une ou deux aventures avec des filles bien trop jeunes mais qui avait l'avantage de ne pas chercher plus loin qu'une aventure d'un soir. Mon pouce caressant l'articulation du sien dans un geste inconscient. - J'ai comme l'impression que tu as plutôt la côte en parlant d'étudiante. Je faisais un geste exagéré de mes sourcils, rigolant pour cacher l'angoisse qui m'enserrait la gorge. Me cacher derrière l'insouciance, c'était plutôt simple, une nécessité que j'avais adopté depuis bien des années. - Celle qui m'a amené jusqu'à votre bureau n'a pas tari d'éloges à ton égard. Je le taquinais mais je n'étais pas jaloux, je savais que Daniel n'avait jamais vraiment été attiré par les femmes, même si j'aurais pu me faire peur moi même si je pensais à ma propre situation et au faite qu'avant lui, les hommes ne m'avaient jamais vraiment interpellés.
made by black arrow



“La vie n’est pas un sport qu’on se contente de regarder. Gagner, perdre, ou faire match nul, la partie est en cours, qu’on le veuille ou non. Alors allez-y, discutez avec l’arbitre, changez les règles, trichez un peu. Faites une pause et soignez vos plaies. Mais jouez. Jouez ! Jouez le jeu. Jouez vite. Jouez librement. Jouez comme si il n’y avait pas de lendemain. D’accord, l’important n’est pas de gagner ou de perdre, l’important c’est la manière de jouer. Vous ne croyez pas , ” (c)LUCKYRED.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Daniel Gheorge
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 26/11/2016
☼ messages : 147
☼ pseudo : kiwi
☼ avatar : Sebastian Stan
☼ crédits : Ante mortem
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp: À voir en mp =)
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   Dim 11 Juin - 1:22

J'aurais étreint Damian d'être tel qu'il était et de ne pas me bousculer de mille et une questions. Entre nous, c'était probablement ce que j'aurais fait moi-même si je m'étais retrouvé dans sa posture. Je ne pouvais supporter de me faire des scénarios, car justement ceux-ci se terminaient toujours d'abominables façons. J'étais un être généralement optimiste et je ne tombais pas souvent dans le panneau de croire que l'existence s'acharnait sur moi, ou quoi que ce soit de ce genre... Mais j'avais souvent du mal à croire que je puisse passer avant d'autres choses. J'avais cette propension naturelle à croire qu'il était naturel que les gens se choisissent eux-mêmes avant de me choisir moi, et je réalisais seulement après coup que cette attitude avait sans nul doute générer d'importants déséquilibres dans mes précédentes relations amoureuses. Cela avait bien peu d'importance à présent que je ne désirais me concentrer que sur l'homme qui se trouvait face à moi. J'étais d'ailleurs conscient que pour être avec moi, Damian avait marché sur bon nombre de ses anciennes conceptions. D'abord, il fallait qu'il accepte l'idée d'être aux côtés d'un homme et non d'une femme, puis il fallait tout simplement qu'il puisse tolérer l'idée d'une relation, au sens véritable du terme. C'était peut-être un drôle de moment pour cela, mais je ressentais une bouffée d'amour pour lui. J'étais si chanceux qu'il soit présent, et qu'il glisse sa main dans la mienne au lieu de compliquer les choses comme je l'aurais fait, si les rôles étaient inversés.

Je l'écoutais donc me dire que je devrais le guider, et je lui offrais un sourire qui était surement le plus confiant de ceux que je lui avais décoché depuis son arrivée à l'université. J'avais l'impression de ne pas lui avoir témoigner, à la hauteur de mes réels sentiments, à quel point j'étais ravi qu'il soit venu me rendre visite. Ne disait-on pas que pour qu'une relation fonctionne, il suffisait que les deux le veuillent vraiment ? Je le croyais sincèrement. C'était à la fois si simple et à la fois si compliqué, car cela devait traverser les milliards de tracas du quotidien et de décisions à prendre. Cette visite improvisée faisait partie de la solution. Une fois de plus, je réalisais l'importance qu'il avait pour moi et je m'en voulais un peu plus encore, je devais bien l'admettre, de ne pas avoir interrompu mes recherches pour lui parler de cette opportunité professionnelle qu'on m'avait offerte. Serrant sa main dans la mienne avec bonheur et fierté, je l'entrainais donc à ma suite en me rappelant les différents restaurants qui entouraient la fac et dans lesquels nous pourrions trouver ces hamburgers qui lui faisaient envie. Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, Damian faisait allusion aux étudiants qu'il avait croisé sur son chemin vers le laboratoire. Cela me tira un rire bien franc, qui faisait du bien en ce qu'il détendait l'atmosphère.

« Tu sais... Il n'y a pas une seule âme sur le campus qui ignore que je suis gay. » Bon, c'était un peu exagéré dit ainsi, mais Damian comprendrait ce que je voulais dire. Je n'avais jamais cherché à cacher d'une quelque façon que ce soit mon orientation et... je n'en avais jamais douté non plus. Cela, plus le fait que j'avais eu quelques fréquentations depuis que j'étudiais à San Francisco, avec lesquels on m'avait certainement vu me balader ou échanger un baiser ou deux dans les corridors. Je jetais un coup d'oeil espiègle à nos mains enlacés. « Je dois avouer qu'étrangement, cela fait effectivement remporter du succès auprès des femmes. Si jamais je venais à changer de côté, je serais bien comblé. » Je riais avec légèreté, tellement cette perspective était insensée. Enfin, je savais aussi que les choses étaient complexes, mais j'étais bien convaincu de mon amour pour les corps masculins. Cela me rendait même quelquefois bien idiot. « Tu me diras, si tu vois une différence... » me moquais-je doucement. Comme si Damian avait besoin de marcher avec moi, main dans la main, pour avoir plus de succès avec les femmes. « En fait, je préfèrerais pas. Je te veux pour moi tout seul. » Je n'étais pas de nature jalouse, mais j'étais... assez ferme quant à ceci. Je ne faisais pas dans les couples ouverts, et j'aimais trop Damian pour pouvoir supporter une telle chose.

Nous marchions encore quelques pas, à peine un coin de rue, pour atterrir dans un diner qui lui plairait, j'en étais persuadé. Ce n'était rien de compliqué, et l'ambiance était agréable. Je saluais le serveur avant de prendre place à une table avec Damian. Je devais par la même occasion me convaincre de lâcher sa main, que j'aurais bien aimé pouvoir garder encore longtemps dans la même tout en exhibant que nous étions... ensemble. « Tu sais... » commençais-je doucement. « Je t'en aurais parlé, pour le job. » Même si j'avais hésité par envie de ne pas aborder le sujet, je réalisais que je n'aurais pas pu me taire sur une question aussi importante. « J'ai reçu un courriel ce matin. Une offre d'emploi pour de la recherche... en Roumanie, à mon ancienne université. » Je lui avais déjà dit que je n'avais aucune intention d'accepter l'offre, alors il n'y avait pas de raisons pour que la panique s'invite autour de cette table.


Sans solitude, sans épreuve du temps, sans passion du silence, sans excitation et rétention de tout le corps, sans titubation dans la peur, sans errance dans quelque chose d'ombreux et d'invisible, sans mémoire de l'animalité, sans mélancolie, sans esseulement dans la mélancolie, il n'y a pas de joie. — Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1188-daniel-meme-le-silence-es

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon coeur c'est pire qu'une boite de nuit...je ne laisse pas rentrer n'importe qui ! ||DANNY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reglage FZ 38 Pour Soirée en Boite de Nuit
» Tshisekedi dans une boite de nuit a limete
» Reglage FZ50 pour boite de nuit
» Show Oriental au MIRABILIS Discothèque 77
» Tom Felton joue ... lui même !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: south san francisco :: san francisco state university-
Sauter vers: