N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY a fêté dernièrement ses onze mois d'existence. ♡

Partagez | 
 

 supposedly on the way home. (lizzian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☼ en ville depuis le : 18/08/2016
☼ messages : 2237
☼ pseudo : raissajoly
☼ avatar : Gemma Arterton
☼ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: supposedly on the way home. (lizzian)   Lun 3 Avr - 22:43



supposedly on the way home.

Titubant sur le trottoir, je hélai le taxi qui sillonnait la rue à la recherche d’un nouveau client. Il s’arrêta à ma hauteur et je me précipitai alors sur la porte. Je n’avais plus qu’une envie : dormir. J’avais définitivement beaucoup trop bu - ivre ou pas, je le savais – et il n’était donc pas si étonnant que je me cogne la tête en entrant dans le véhicule. Je n’avais même pas pris la peine de hurler de douleur, je n’avais plus la force d’émettre le moindre soin. Au lieu de ça, je m’étais installée sur la banquette arrière, j’avais enlevé mes escarpins et j’attendis que la voiture démarre. Mais j’avais oublié l’essentiel, donner au chauffeur l’adresse où il me déposerait. Totalement éméchée, j’avais tout d’abord répondu.  « A la maison. » Comme si par je ne savais quel miracle, il connaissait mon adresse. Il avait alors insisté, arrêté au premier stop que nous avions croisé. Je lui donnai enfin une adresse, comme il le souhaitait, et nous étions en route.
« Madame… » Il y avait cette petite voix au loin qui ne cessait de répéter ce mot, à chaque fois un peu plus fort. « MADAME ! » Je me réveillai en sursautant et brandis mes escarpins, prête à me défendre. « Nous sommes arrivés Madame. » Je plissai les yeux pour examiner le jeune homme qui me parlait et il me fut un certain temps pour comprendre qu’il s’agissait d’un chauffeur de taxi. Après avoir maladroitement extirpé une liasse de billets que je tendis tout aussi maladroitement au jeune chauffeur, je me plaignis. « Mademoiselle. C’est ma-de-moi-selle. » avais-je articulé exagérément avant de sortir. Lorsqu’il fallut refermer la portière, j’échouai lamentablement ; je réussis à la troisième tentative. Le taxi s’en alla et je me retournai alors vers la maison. Elle était étrangement différente. En fait, elle ressemblait étrangement à mon ancienne maison surtout. Dans un éclair de génie – autant que ça puisse l’être lorsque on était en état d’ivresse – je me dis que j’hallucinais à cause de l’alcool. Par conséquent, j’avançais avec difficulté jusqu’au porche. Arrivée là, je fis une pause afin de récupérer mes clés. Puis, j’atteignis enfin la porte d’entrée. Et impossible de glisser la clé dans cette putain de serrure. Au bout d’une éternité, la clé finit par entrer. Mais pas toute entière, elle ne rentrait pas. Après une série de jurons à l’encontre de la pièce métallique, je l’enlevai de la serrure et regardai autour de moi. Même pâmée, je finis par comprendre que je n’étais pas chez moi. Par contre, je n’avais pas compris que c’était moi-même qui avait donné mon ancienne adresse au chauffeur de taxi au lieu de l’actuelle…  « Mais pourquoi il m’a amené chez mon ex ? Je lui avais demandé de me ramener à la maison… » Pas la peine de préciser que je parlais bel et bien du chauffeur de taxi qui lui n’avait fait que son boulot. Et je mis à taper du pied comme une gamine. « Il faut que je dormeuh. » Mais je n’avais aucun moyen de rentrer. N’aspirant plus qu’à retrouver un lit douillet, j’avais sonné à la porte sans penser une seule fois qu’ainsi je réveillais mon ex en plein milieu de la nuit. Et en attendant qu’on m’ouvre, je m’étais assise à côté de la porte, la tête enfouie dans mes bras, eux-même croisés sur mes genoux, mes escarpins et ma pochette gisant sur le sol à côté de moi. Et encore une fois, je m’étais endormie alors que la porte s’ouvrait tout juste...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Dorian Parsons
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 20/12/2016
☼ messages : 44
☼ pseudo : red pants.
☼ avatar : luke evans.
☼ crédits : red pants. (avatar); tumblr (gifs); ... (signature)
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp:
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Jeu 13 Avr - 15:13



supposedly on the way home.

La journée avait été plutôt paisible pour une fois. Au journal, il n'avait pas eut à s'arracher les cheveux parce qu'encore une fois il fallait changer la une à la dernière minute parce qu'un nouvel incident s'était produit, que ça soit sur le territoire américain ou à l'international et ces jours là devenaient rares en ce moment, vu l'agitation politique et générale. Il avait aussi pu faire quelques courses tranquillement avant de rentrer à la maison, profitant du fait qu'il avait pu partir plus tôt du boulot pour s'offrir une bonne balade au parc avec Roxxie qui apprécia fortement d'ailleurs. Il essayait toujours de la faire sortir le plus possible mais parfois avec ses horaires, c'était compliqué mais il avait heureusement des contacts de confiance dans le voisinage près à lui rendre ce service de temps à autres. Oui, il faut dire que sa chienne faisait fondre bon nombre de gamins dans le quartier et il n'avait pas à les payer cher pour ces quelques heures de dog-sitting. Bref, après qu'ils soient rentrés du parc, la chienne complétement exhaussée de cette sortie prolongée s'était affalé dans son cousin dans le salon, laissant son maître s'occuper de son côté. Pas de plans bien folichons pour Dorian puisqu'il se fit à manger et pris son repas devant la télé, regardant la rediffusion d'un match de basketball qu'il avait manqué l'autre jour. Non, pas de sortie pour lui ce soir, il n'avait pas l'envie ni la tête à ça ces derniers temps. A comprendre que ces derniers temps remontaient à son divorce, le tout renforcé en plus par la récente dispute qu'il avait eut avec Lizzie à la patinoire lorsqu'ils s'y étaient croisés par hasard peu avant les fêtes de fin d'année.

Une fois le plateau repas terminé et le peu de vaisselle engendré nettoyé et rangé dans la cuisine, le journaliste était allé travailler un peu dans son bureau, pas bien longtemps, juste histoire de consulter ses mails et de rédiger quelques mémos pour le boulot. Ceci fait, il était retourné au salon, prenant place dans le canapé, Roxxie venant l'y rejoindre pour prendre ses aises sur ses genoux. Heureusement qu'il l'avait encore avec lui, sans quoi il serait bien seul en ce moment. Zappant parmi les chaînes disponibles, il tomba sur une rétrospective des épisodes de Twin Peaks, une nouvelle saison de la série arrivant d'ailleurs bientôt sur les écrans. Le fan de l'univers de ce livre -et de la série adapté par Lynch ensuite- il était content de cette nouvelle et c'est ainsi, assis dans son canapé, sa chienne contre lui qu'il finit par s'endormir. Pas d'outrage à l'horizon niveau consommation d'énergie, après une heure sans signe de vie, la télé s'était mise en veille et l'ampoule éclairant le salon était une LED. Ça n'était pas la première fois qu'il s'endormait ainsi depuis quelques temps, il avait plus ou moins pris ses quartiers dans son canapé, la chambre lui semblant trop vide. Dorian pensait donc se réveiller le lendemain, sans doute sorti de son sommeil par Roxxie qui réclamerait sa nourriture mais il en fut autrement au final. Il entendait une voix, et pas n'importe laquelle. Celle d'Elizabeth. Pas que ça ne soit pas déjà arrivé mais là ça semblait...réelle. C'est le réveil de sa chienne qui le tira de son sommeil et il entendit qu'on sonnait à la porte. Le temps d'émerger totalement de ses esprits, il avançait donc vers la porte pour aller voir qui pouvait lui rendre visite à cette heure là. Et quelle ne fut pas sa surprise de trouver son ex, assise devant sa porte, en train de somnoler. « Liz ?! » s'exclama-t-il alors, fronçant les sourcils de surprise avant de s'avancer vers elle, sentant presque aussitôt l'odeur de l'alcool qui encerclait la jeune femme. Comment était-elle arrivé ici ? C'était la question qui lui venait directement à l'esprit alors et il l'examina d'un coup d'oeil rapide à la recherche d'une quelconque trace de blessures ou de coups mais pas une trace de maltraitance. Ce qui ne fit que renforcé son questionnement quant à comment la jeune femme avait pu se retrouver là, surtout après ce qui c'était passé. « Liz, réveille-toi. » dit-il en la secouant doucement, sa main placée sur son épaule afin de la réveiller le plus en douceur possible. « Qu'est-ce qui c'est passé ? »




downloading...please wait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1255-the-picture-of-dorian-p-d
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☼ en ville depuis le : 18/08/2016
☼ messages : 2237
☼ pseudo : raissajoly
☼ avatar : Gemma Arterton
☼ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Sam 22 Avr - 17:39



supposedly on the way home.

Une voix. Encore une voix, perdue dans le lointain. Toutefois, elle était différente de celle que j’avais entendu plus tôt. D’ailleurs, était-ce réel ? Ce n’était peut-être qu’un rêve. Ou peut-être que je n’étais pas sortie du taxi ? Que le chauffeur tentait désespérément de me faire sortir du véhicule. Là encore aucune idée. Je n’avais en plus aucune notion du temps et de la réalité, alors impossible de déterminer une chronologie des faits. Tout n’était plus que néant. Enfin, excepté qu’il y avait cette voix. Et le sommeil pesait si lourd que je n’étais point arrivé à appréhender ce que la voix disait vraiment, elle était si lointaine… Puis sur mon épaule, quelque chose vint se poser. Quelque chose mais quoi ? Dans un sursaut, je relevai la tête brusquement tout en ouvrant grand les yeux. (du moins, aussi grand qu’il était impossible de les ouvrir lorsqu’on accumulait sommeil et quelques verres…) Le regard perdu et la vision troublée par le sommeil, je fixais un instant la silhouette qui me faisait face, cherchant à qui elle pouvait bien appartenir, à en deviner plus clairement les contours. « Qu'est-ce qui s'est passé ? »Enfin, la voix se fit plus distincte, en tous cas suffisamment pour que je comprenne ce qu’elle articulait mais aussi qu’elle m’était si familière, me donnant le sentiment étrange d’être à la maison. Comment ? Pourquoi ? Il n’y avait que moi… « Dorian ? » réussis-je à articuler d’une toute petite voix quand ma vision se fit suffisamment claire pour que je puisse reconnaître les traits si reconnaissable du visage de l’homme avec qi j’avais partagé quatre ans de ma vie. « Le ta… taxi… » commençai-je à bredouiller. « Le taxi… Il m’a déposé ici. » expliquai-je, ne comprenant toujours pas comment cela était arrivé. Et parce que la naturel revenait toujours au galop, je piquais une petite crise de colère. « Pourquoi ?! » Une plainte que j’avais accompagné d’un geste brusque des bras, un de mes coudes allant frapper violemment le mur derrière moi. Un cri de douleur s’échappa alors de mes lèvres, des larmes troublèrent de nouveau ma vision déjà embrumée et ma main se mit à tâter mon coude lancinant. « Pourquoi ça n’arrive qu’à moi ? » finis-je par pleurnicher, ne sachant plus vraiment ce qui me dérangeait le plus : ne pas être arrivée à la bonne destination, m’être fait mal ou ne pas encore être dans un bon lit douillet. « Je veux dormir. » Et ne me souciant pas de ne pas être chez moi, et dans la seule idée de retrouver le confort d’un matelas, je me levai. Ou du moins je tentai de me mettre debout… pour lamentablement retomber sur mes fesses. « Dorian… » l’implorai-je, les deux bras tendus vers lui afin de lui réclamer son aide, tel un vieux réflexe… Après tout, par le passé, il avait toujours été là pour m’apporter son aide. Toujours. Et oui… à l’époque nous étions un couple, un couple marié même pour un certain temps : mais ivre comme j’étais, je n’avais franchement pas le temps de m’en soucier.




Something has changed within me
When I was young, I never needed anyone and makin' love was just for fun. Those days are gone.
Livin' alone,I think of all the friends I've known. But when I dial the telephone, nobody's home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Dorian Parsons
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 20/12/2016
☼ messages : 44
☼ pseudo : red pants.
☼ avatar : luke evans.
☼ crédits : red pants. (avatar); tumblr (gifs); ... (signature)
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp:
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Lun 24 Avr - 19:33



supposedly on the way home.

Alors s'il s'y était attendu à celle là... Trouvé son ex-femme, ivre sur le pas de sa porte en pleine nuit. Si on voulait lui faire une mauvaise blague, c'était une très bonne idée de scénario, il devait bien l'avouer. Mais il comprenait vite que ça n'avait rien d'une erreur et que la jeune femme avait besoin d'aide. Heureusement, elle ne semblait pas être blessée ou avoir été agressée -ce qui le rassurait grandement, on va pas se mentir- mais il n'en restait pas moins qu'elle semblait à deux doigts de s'évanouir ou de carrément sombrer dans un sommeil baigné des brumes d'alcool. Au moins, après quelques secondes qu'il soupçonna de durer bien plus longtemps pour elle vu son état, Elizabeth finit enfin par le reconnaître. C'était déjà un bon point, elle était encore assez consciente pour ça. Fronçant les sourcils quand elle tenta de s'expliquer enfin sur comment elle avait pu atterrir là, il releva le menton quand elle prononça le mot taxi. Il ne fallait pas être bien futé pour comprendre vu son état qu'elle avait du donner leur ancienne adresse au chauffeur et que ce dernier l'avait déposé là, comme elle le lui avait demandé en montant dans son véhicule. Le pauvre type avait même sûrement du s'y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à la faire sortir, lui qui n'avait fait que son boulot rappelons-le. Bon, ça ne serait pas la première fois qu'il aurait à faire avec un client ivre mais pour le coup, il aurait bien été tenté de lui donner quelques dollars en plus pour avoir eu à gérer ça ce soir. Une partie du mystère déjà résolue donc, ne restait plus qu'à savoir ce qui l'avait conduit à en arriver à cet état car en théorie, d'eux deux, c'était lui qui prenait le plus mal leur divorce alors pour que Liz en arrive à faire une chose pareille, il ne pouvait que se poser des questions quant à ce qui s'était passé. Puis même malgré la dispute de l'autre jour, il ne pouvait pas se résoudre à la laisser là. Ils avaient divorcés ok, mais il n'allait quand même pas la laisser dehors comme ça. Il lui en voulait mais pas à ce point.

Surpris de l'entendre alors demander pourquoi, sans développer sa question plus avant, Dorian ne savait pas véritablement à quoi elle faisait référence, mais il n'eut pas à attendre longtemps avant de la voir commencer à s'énerver, toute seule, une fois de plus et n'eut pas le temps non plus de l'empêcher de cogner son coude dans le mur derrière elle alors qu'elle faisait sa crise. Combien de fois il avait déjà eu à voir une telle chose ? Il avait cessé de compter à force et il se recula quand elle voulu tenter de se redresser. Mais comme n pouvait s'y attendre vu son état, l'équilibre n'était pas au rendez-vous et c'est à nouveau par terre qu'elle se retrouva assise. Il allait devoir l'aider, car il ne pouvait décemment pas la laisser là ou la mettre dans un autre taxi pour la ramener à bon port cette fois. Sa supplique lui donnait franchement des airs de gamine et de la voir tendre les bras vers lui ainsi aussi mais elle avait raison. Encore une fois il allait venir à son secours. Comme un réflexe conditionné pour lui. D'autres l'auraient planté là, n'ayant plus rien à faire de ce qui pouvait lui arrivé. Mais lui l'aimait toujours, alors il allait prendre sur lui, s'attendant d'ores et déjà à une scène le lendemain matin quand elle aurait décuvé et réalisé où elle était. Se penchant pour l'aider à s'appuyer sur lui, il passa un bras autour de sa taille pour s'assurer qu'elle n'allait pas tomber en cours de route, et de pouvoir la retenir au cas où. « J'aimerais quand même bien savoir ce qui t'as pris de te mettre dans un état pareil. »admit-il alors qu'ils franchissaient le pas de la porte, non sans un peu de difficulté, vu que ce dernier était légèrement surélevé. Ayant refermer la porte du pied derrière eux, Dorian conduisit la jeune femme dans le salon l'asseyant sur le canapé, Roxxie s'approchant de son ancienne maitresse un peu perplexe. « Roxxie non, reste là. » Il ne voulait surtout pas que la chienne se retrouve trop près, ne sachant pas quelle réaction Liz pourrait avoir si elle ne réalisait pas qu'elle ne lui voulait aucun mal. Pas la peine que tout ça finisse mal mais pour autant, il ne savait pas réellement ce qu'il était censé faire. La laisser là, tout simplement ou tenter de la réveiller en lui donnant un peu de café ? Pas qu'il ne sache pas gérer une cuite, mais vu la tension entre eux, il ne voulait certainement pas non plus qu'elle se fasse des idées le lendemain s'il allait l'allonger dans leur ancien lit. Pas qu'il croit qu'elle pourrait en arriver là mais mieux valait prévenir que guérir sur le coup.




downloading...please wait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1255-the-picture-of-dorian-p-d
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☼ en ville depuis le : 18/08/2016
☼ messages : 2237
☼ pseudo : raissajoly
☼ avatar : Gemma Arterton
☼ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Jeu 4 Mai - 20:49



supposedly on the way home.

Il me semblait tendre les bras une éternité durant. C’était à peine si je réussissais à garder les yeux ouverts alors vous pouvez imaginer que lever les bras était un sacré exploit dans l’état dans lequel je me trouvais. L’ironie dans tout ça : j’adorais me décrire comme une jeune femme indépendante et pourtant il semblait bien que je ne pouvais me passer de l’aider de celui qui avait été un temps mon époux. Evidemment, je ne le réalisai pas encore à cet instant là, car ivre – obviously – et surtout désespérée d’avoir droit à un peu de confort. Parce que oui, même complètement bourrée, je m’en souciais du confort et, pour l’obtenir, cette habitude de toujours compter sur Dorian m’était revenue tout naturellement. Comme quoi, quelques mois de divorce – ne suffisait apparemment point du tout à gommer si facilement nos quatre ans de mariage. Ce fut donc tout aussi naturellement que j’avais pris appui sur lui pour me relever - cette fois-ci avec succès – et que je m’étais collée tout contre lui pour maintenir mon équilibre tandis que sa main se resserrait fermement autour de ma taille. Bien sûr, comme toujours avec moi, quelque chose n’allait pas : « Mes chaussures. J’ai oublié mes chaussures. »  Je me penchai afin de les ramasser, manquant de tomber vers l’avant – heureusement que Dorian me tenait – et j’eus également le bon sens d’en faire de même de ma pochette (chose pour laquelle j’aurais eu de bien plus raisons de m’inquiéter mais il fallait rappeler que j’étais complètement saoule et qu’il serait donc une perte de temps de questionner mon sens des priorités à cet moment précis… Et pour ma défense, je les aime beaucoup ces chaussures.)
Franchir la porte d’entrée me demande un effort considérable, beaucoup trop pour que je puisse en même temps comprendre ce que mon ex-mari disait. « Hooooon ? »  marmonnai-je à son intention, même pas certaine à ce stade qu’il ait réellement pris la parole en fait. Et dans ces circonstances, peut-être valait-il mieux ? Cela n’aurait certainement rien donné de bon que je pense à la raison qui m’avait poussé à boire autant, pour justement l’oublier. Surtout dans un tel état d’ébriété : déjà que je n’avais aucun mal à causer une sacrée scène en toute sobriété… Alors oui il valait peut-être mieux ; cela tombait donc plutôt bien que je me sois intéressée à autre chose à ce moment-là. « Huumm ça sent bon. »  Et contrairement aux apparences, non je ne me retrouvais pas du tout dans une cuisine où se préparaient de délicieux mets, nous n’étions qu’en plein trajet jusqu’au salon. Seulement, l’odeur qui émanait de l’intérieur de la maison me semblait si agréable – ou était-ce plutôt l’odeur de Dorian ? – et me faisait sentir… ben… comme à la maison.
Après un périple fort épuisant – de mon point de vue – j’atterris finalement dans le canapé, pas dans un lit comme je le souhaitais. « Il faut que je dorme. » me plaignis-je. Clairement, j’étais obsédée par cette idée mais voyez-vous j’étais fort têtue alors je ne m’arrêterais que lorsque je serais endormie. Dans le cas où je ne me mettrais pas à me plaindre également dans mon sommeil par contre.  Puis, mon regard se posa sur la chienne que son maître empêchait de venir me voir. (A vrai dire, j’étais tellement dans les vapes  que je ne l’avais pas remarqué avant ça.) « Awwwww Roxxie » Pas besoin d’alcotest quand on s’appelait Lizzie  Saunders : me voir sourire bêtement à la chienne comme si j’étais heureuse de retrouver une amie que j’avais perdu de vue était plutôt efficace pour s’imaginer le degré d’alcool que j’avais dans le sang : surtout que je n’étais pas particulièrement attacher à l’animal de compagnie. « Ça fait longtemps dis donc ! Mais j’ai beaucoup pensé à toi et à ton maître dernièrement. » Ce qui n’était pas faux et, si jamais je devais me rappeler d’avoir avoué ça après avoir décuvé… je chercherais sûrement à faire l’autruche ou à le nier en bloc. Je rajoutai ensuite à voix basse – enfin pas vraiment mais je pensais vraiment parler à voix basse : « Tu pourras lui dire que je ne t’ai jamais vraiment détesté hein ? » Après avoir "discuté" avec Roxxie, je me mis à grimacer. « Je me sens toute bizarre. »  déclarai-je subitement, la main sur la poitrine. Pas vraiment étonnant mais on s’étonne toujours de son état dans des cas pareils, pour bien le regretter ensuite. Je saisis alors un coussin avant de le serrer dans les bras et de m’allonger en position fœtale dans le canapé : ce qui ne m'aidait strictement pas étant donné qu'il s'agissait de brûlures d'estomac.




Something has changed within me
When I was young, I never needed anyone and makin' love was just for fun. Those days are gone.
Livin' alone,I think of all the friends I've known. But when I dial the telephone, nobody's home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Dorian Parsons
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 20/12/2016
☼ messages : 44
☼ pseudo : red pants.
☼ avatar : luke evans.
☼ crédits : red pants. (avatar); tumblr (gifs); ... (signature)
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp:
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Mer 17 Mai - 18:03



supposedly on the way home.

Si un jour on lui aurait dit qu'une telle scène allait se produire, Dorian n'aurait clairement pas parié sur une telle possibilité. Pas qu'il ne pensait pas son ex capable de se mettre minable pour x raison qui lui seraient propres mais plutôt que ça la conduirait à finir ivre à sa porte. Surtout que vu leur dernière échange en date, leur ancienne demeure commune était selon lui le dernier endroit sur terre où elle voudrait revenir mettre les pieds. Alors oui, il se questionnait sérieusement sur ce qui était en train de se produire sur le pas de sa porte. Si elle pouvait se voir dans un tel état, il était quasi certain qu'elle en serait horrifiée elle-même mais par chance -ou plutôt grâce à la cuite qu'elle se tapait-, elle ne semblait pas en avoir conscience, ce qui temporairement du moins, jouait en sa faveur. Il n'aurait pas à subir ses cris et ses remontrances tandis qu'il essayerait de l'aider. Car il ne pouvait pas la laisser ainsi, seule assise sur le devant de sa porte. Les nuits étaient encore un peu fraiches à cette époque de l'année et qui sait ce que d'autres pourraient tenter de faire à la jeune femme dans son état. Il ne lui devait plus assistance comme le stipulait leurs voeux de mariés mais il ne pouvait pas, en tant qu'être humain décent, la laisser dehors. Aussi prit-il la décision de la faire rentrer, histoire de voir si déjà il pouvait commencer à démêler la situation en tentant de soutirer des informations à une Liz hors de ses pompes.

En parlant de ça, lorsqu'il tentait de l'aider à se relever pour la faire rentrer, elle sembla se focaliser soudainement sur celles qui restaient au sol à ses côtés. Dans un effort pour les attraper, elle manqua d'ailleurs de les faire tomber à la renverse tout les deux mais Dorian été parvenu à garder l'équilibre et une fois toutes les affaires et la jeune femme à l'intérieur en un seul morceau, le journaliste refermait la porte derrière lui, son ex toujours chancelante sous le bras. Oui, il s'interrogeait vraiment sur ce qui avait pu se passer pour qu'elle en arrive là mais il n'aurait sûrement pas de réponse pour le moment vu qu'elle n'avait même pas l'air sûre de savoir s'il venait effectivement de lui parler ou non à en juger par la tentative de réponse qu'elle lui fournit. Le trajet jusqu'au canapé ne pris pas bien longtemps en réalité, même s'il manqua de tomber en avant quand elle se penchait déjà en avant, apercevant le canapé pour sûrement s'y allonger. Une fois qu'il pu la déposer là sans risque, c'est la chienne qui, curieuse de tout ce remue-manège, venait voir son ancienne maîtresse mais il l'en empêcha, histoire de ne pas compliqué la situation encore plus.

Peine perdue puisque, là encore, à sa totale surprise, ce fut Elizabeth qui appela la chienne, se mettant en effet à lui parler comme si elle s'adressait à une amie. Ah la magie de l'alcool sur le corps humain... Secouant la tête devant une telle scène, ses sourcils se froncèrent peu après quand la jeune femme admit avoir beaucoup pensé à la chienne, mais aussi à son maître. Alors ça c'en était une nouvelle. Était-ce l'alcool qui lui faisait dire ça ou bien ? Il savait qu'une grande quantité désinhibait les gens mais bon. Il ne savait pas plus pour autant quoi faire d'une telle révélation. Mais au moins, si elle disait la vérité dans son état, il était content au moins d'apprendre que dans le fond, elle n'avait rien contre le pauvre animal qui partageait sa vie. Craignant que la jeune femme ne dise une telle chose à un moment ou un autre, Dorian fut soulagé de voir qu'elle ne s'apprêtait pas à rendre sur son canapé dans l'immédiat -il allait quand même prévoir une bassine, juste en cas où même si rien ne l'assurait qu'elle aurait le réflexe de s'en saisir en cas où-. C'était décidé, le canapé ne serait pas l'endroit le plus adapté pour elle alors il fallait l'amener dans la chambre. Nouveau challenge en perspective pour lui. « Liz ? On va aller t'allonger ok ? Tu vas pouvoir dormir, mais d'abord encore un petit effort jusqu'à la chambre. » la prévint-il, le plus délicatement possible avant de passer un bras sous le sien pour la faire décoller du canapé, décidant de la prendre dans ses bras pour la porter, s'évitant ainsi en principe, le risque qu'elle ne trébuche pendant le chemin. Le geste en lui-même lui rappela le jour où ce seuil là ils l'avaient franchis ensemble, le jour de leur noce. Non, il ne devait pas penser à ça, pas maintenant. Arrivant, non sans un peu de mal, dans la chambre, il déposa délicatement le corps de la jeune femme sur son lit, Roxxie à ses trousses.




downloading...please wait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1255-the-picture-of-dorian-p-d
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☼ en ville depuis le : 18/08/2016
☼ messages : 2237
☼ pseudo : raissajoly
☼ avatar : Gemma Arterton
☼ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Ven 26 Mai - 12:34



supposedly on the way home.

Excepté me tortiller désespérément dans le canapé ou encore émettre des gémissements plaintifs, je n’étais en capacité de rien faire d’autre. Et dire qu’il y avait quelques instants à peine, j’avais été suffisamment lucide, consciente et physiquement capable pour prendre un taxi et arriver jusqu’ici. Par erreur, certes, et je ne le comprendrais sûrement qu’après avoir décuvé. Aussi, étant loin d’être libérée de l’emprise de tout cet alcool que j’avais ingéré dans la soirée, je n’entendais rien d’autre que les mots-clés qui m’intéressaient, sans vraiment comprendre ce qui disait à la fois ; alors mon esprit embrumé ne présumait que ce qu’il voulait bien… eh bien présumer aux mots « dormir » et « chambre ». « Liiiit ? » Dans mon cas, j’avais quand même réussi à faire le lien avec le meuble, c’était déjà pas mal.
Malgré mon estomac en feu, ce fut dans un état de demi-sommeil que je quittais le confort du canapé pour me retrouver en sécurité dans les bras de mon ex-mari. Je n’avais alors pas hésité une seule seconde pour mettre à mon aise – poser ma tête lourdement sur son épaule, mon nez effleurant légèrement son cou – et me reposer toujours en attendant la terre promise. Enfin façon de parler, ce ne serait qu’un lit après tout. « C’est chaud. » émis-je dans un souffle ravi bien qu’assez faible. Sûrement avais-je un peu froid – même très certainement en raison des nuits San franciscaines encore assez fraîches – néanmoins, vu ma petite forme, cela devait être le moindre de mes symptômes et je m’en étais donc jamais aperçu.
Si je m’étais un peu endormie en cours de route, ne passa par contre point inaperçue le subit mais agréable contact avec les draps. Un sourire béat se dessina probablement sur mon visage : objectif enfin atteint. En quelque sorte. (Pas la bonne maison… Pas le bon lit...) Les bras de Dorian se retirèrent et j’ouvris difficilement les yeux pour m’assurer qu’il n’était pas encore parti. « Ne pars pas. » le suppliai-je. Je tendis le bras dans un geste lent pour m’agripper du bout des doigts à un pli de son jean et ainsi le retenir alors qu’il s’apprêtait très probablement à quitter la pièce. « Je ne veux plus rester seule. » Beaucoup trop épuisée, je relâchai mon emprise, laissant tomber mon bras lourdement sur le matelas, et me recroquevillai dans une position plus confortable. Aussitôt fait, je rejoignais le pays des songes, pour de bon cette fois-ci.

Une douleur lancinante à la tempe et je plongeai mon visage dans l’oreiller ; la douleur ne s’en alla pas pour autant, se faisant envoler toutes chances que je me rendorme. « La vache… » me plaignis-je alors que je me retournais sur le dos. Me massant les temps pour peut-être diminuer la douleur, je me décidai à ouvrir les paupières et les yeux fixés au plafond, je fis le point sur ma condition : une méchante migraine et un estomac aigri, très aigri. Chouette… Je soupirais en réalisant la sacrée cuite que je m’étais prise alors. La journée serait longue… D’ailleurs, quelle heure pouvait-il bien être ? Je me retournai vers la table de chevet afin de m’en informer et quelle ne fut pas ma surprise quand mes yeux se posèrent non pas sur mon réveil mais la photo de mon mariage. « Hein ? » Je m’assis brusquement – provoquant ainsi un léger vertige – et, je fis la tour de la chambre du regard. « Oh non. » Je devais me rendre à l’évidence, je n’étais pas dans ma petite maison de Candlestick Point et plutôt dans mon ancien chez moi, notre ancien chez nous… Et… je ne me souvenais même pas comment j’avais atterri ici. Je m’assis sur le bord du lit et grimaça en spéculant intérieurement sur la scène que j’avais pu causer la veille au soir. Se pointer chez son ex après une soirée arrosée, même au temps de la fac je n’avais jamais accompli un tel exploit, du moins pas dans mes souvenirs.
En parlant de ça, mes yeux ne quittaient plus le cadre photo occupant la table de chevet ; la photo qu’il contenait témoignant de ce qu’on appelait souvent « le plus beau jour de sa vie » – et ce n’était pas si faux quand on y repensait – et me rappelant surtout ce qui n’était plus : notre mariage, notre couple et même les jours heureux sinon je ne me serais jamais retrouvée dans une situation aussi embarrassante.
Ignorante de mon apparence peu attrayante – cheveux en bataille, énormes cernes sous les yeux, et j’en passe – je me résignais à sortir de la chambre à la recherche de mon téléphone et donc de mon sac, de mes chaussures et de mon ancien époux. (Qui l’eût cru.) Je retrouvais les premiers dans le salon – évidemment la batterie de mon téléphone était morte… - et, quant à Dorian, je le trouvais à s’affairer dans la cuisine. Je l’observai un instant, me rappelant avec nostalgie qu’il y avait un temps je me serais sûrement précipitée sur lui pour chercher un baiser et le distraire du petit-déjeuner. Et maintenant ? Je me sentais… comme une idiote qui s’est pointée chez son ex en état d’extrême ébriété. Qu’est-ce qu’on faisait dans des cas pareils d’ailleurs ? Fuir pour éviter l’embarras des explications ? C’était assez tentant, sachant qu’il ne m’avait pas encore vu. Ou pas. A peine la pensée d’une échappée en douce m’avait-elle traversé l’esprit que son regard se posa sur moi. Et mince… Ne restait plus que l’option « assumer ses conneries » : je n’étais pas douée pour ça autant l’avouer. Tendue, je lançai un « Bonjour. » et je tentai un sourire qui se fana plus vite qu’il n’apparut pour laisser place à une grimace causée par ma migraine. « Et merci… Je suppose. Ou plutôt pardon. » Je soupirai face à mon incapacité de gérer la situation.  Je ne vais déranger plus longtemps. » Je fis un pas en arrière, prête  à m’en aller au plus vite mais il y avait quelque chose qui me tracassait et qui me retint. « J’ai rien fait… d’étrange, si ? » Inquiète de mon comportement, je me mis à mordiller l’ongle de mon pouce droit nerveusement. Ça aurait été tellement plus simple si je m’en souvenais…




Something has changed within me
When I was young, I never needed anyone and makin' love was just for fun. Those days are gone.
Livin' alone,I think of all the friends I've known. But when I dial the telephone, nobody's home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun
avatar

Dorian Parsons
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 20/12/2016
☼ messages : 44
☼ pseudo : red pants.
☼ avatar : luke evans.
☼ crédits : red pants. (avatar); tumblr (gifs); ... (signature)
and more

Feuille de personnage
☼ disponibilité rp:
☼ répertoire
:
☼ to do list
:
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Jeu 15 Juin - 17:52



supposedly on the way home.

Si ça avait été dans un tout autre contexte, tout ça aurait pu le faire rire. Vraiment. Voir Elizabeth, habituellement tellement en contrôle d'elle-même, toujours bien sur elle dans un tel état, c'en était presque surréel mais elle était bel et bien là dans son salon, causant à la chienne sans avoir l'air de calculer sa présence et avec une cuite carabinée. Il n'y avait qu'à la voir se réjouir de l'entendre dire lit pour confirmer que son état était bien loin d'être celui qu'elle aurait eu en temps normal. Elle aurait hurlé sinon, lui disant probablement que jamais elle ne retournerait dans leur lit et que sais-je encore. Après tout la dernière fois il avait essayé de l'aider aussi, alors qu'elle était tombée à la patinoire et au final il s'était fait gueulé dessus. Il n'avait pas vraiment envie de recommencer ici mais quel autre choix avait-il après tout ? Dorian ne pouvait pas la laisser là, puisque clairement, dormir sur le canapé ne l'aiderait pas et que sans sa venue lui-même aurait très certainement fini par s'endormir dessus de toute façon. Encore restait-il à réussir à l'amener là-haut sans problème, mais le trajet s'avéra moins problématique qu'il l'aurait pensé, si on mettait de côté le fait qu'il aimait la sentir ainsi dans ses bras, sachant pourtant très bien qu'il se faisait mal tout seul à laisser ce genre de pensées s'insinuer dans sa tête alors que depuis des mois il luttait précisément pour faire en sorte de pouvoir tourner la page.

Bon, pour ça, fallait-il encore qu'il dégage certains objets de la maison, mais que voulez-vous, il n'y arrivait tout simplement pas, car malgré tout ce qui c'était dit et fait entre eux ces derniers mois, il restait persuadé oui qu'ils étaient fait pour être ensemble et former une famille, comme il l'avait dit à la jeune femme lors de leur dernière conversation. Sinon pourquoi aurait-il en effet gardé la photo de leur mariage sur sa table de chevet ? Parce qu'il était masochiste dans l'âme ? Non, quoi que on pouvait se le demander mais c'était un rappel pour lui, le rappel de ce qu'il aspirait à retrouver un jour. Déposant son ex dans le lit le plus doucement possible pour lui éviter les hauts de coeur et de la réveiller alors qu'elle semblait déjà partir pour le pays des songes, Dorian fut surpris de la voir le retenir. « Je suis là, ne t'en fais pas. » la rassura-t-il doucement mais avait-elle entendu sa réponse ? Il n'en savait rien puisque sa main tombait sur le lit, la fatigue gagnant finalement le combat en l'emportant pour la nuit cette fois. L'observant quelques instants avant de la laisser seule dans leur ancienne chambre, il retournait dans le salon, la chienne sur les talons et resta un moment à réfléchir, perplexe quant aux quelques mots que la jeune femme avait prononcé avant de s'endormir. Puis las lui aussi et aidé par le fond sonore de la télé, il sombra dans un sommeil sans aucun doute beaucoup plus léger que celui de son ex-femme.

Au petit matin, le journaliste se réveillait en grimaçant, la position dans laquelle il avait trouvé le sommeil n'ayant pas forcément était très confortable, mais après quelques étirements et le bonjour toujours aussi chaleureux de Roxxie, il pouvait entamer sa journée. Allant rapidement s'assurer que Liz dormait toujours en haut, il passa rapidement sous la douche avant de descendre à la cuisine pour commencer à préparer le petit déjeuner. Oh il savait que le réveil serait sans doute douloureux pour la jeune femme, on n'échappe pas à la migraine après une telle cuite mais il espérait au moins qu'elle aurait pu dormir correctement. Donnant un bout de bacon à la chienne après que celle-ci lui ai fait les yeux doux pendant une dizaine de minutes, il terminait de cuire son omelette quand il entendit du bruit derrière lui, croisant alors le regard d'Elizabeth qui semblait prise sur le fait, telle une biche qui voit les phares de la voiture qui va la prendre de plein fouet au dernier moment. Il l'aurait parié ça, qu'elle voudrait éviter la confrontation, surtout vu la situation. « Bonjour. » répondit-il simplement tout en déposant le contenu de sa pôele dans une assiette.

« Tu ne déranges pas. » dit-il tout en prenant sa tasse de café pour avancer vers la table, y déposant l'assiette à table tout en la dévisageant. Elle reculait déjà. Oui, encore la fuite, c'était décidément quelque chose qui devenait habituel pour elle mais il n'irait pas la retenir si c'était ce qu'elle voulait. « Tout dépend de la définition qu'étrange a pour toi je suppose. » admit-il en haussant un sourcil dubitatif, prenant place à table. Si elle ne voulait pas manger, lui avait faim et il allait devoir aller bosser bientôt. Mais il devait quand même lui préciser quelque chose, en cas où, histoire d'être tranquille. « Mais si ça peut te rassurer, il ne s'est rien passé. » Aurait-il voulu que ça soit le contraire ? Oui et non, c'était mitigé dans son esprit. Oui parce qu'elle lui manquait, qu'il l'aimait toujours mais qu'il ne pouvait pas le lui dire. Et non parce qu'il savait très bien que ce qui se serait produit alors ne serait pas ce qu'elle aurait fait si elle était sobre. « Je peux t'appeler un taxi si tu veux. » finit-il par dire alors qu'elle le regardait, sans doute bataillant intérieurement pour savoir quoi lui dire de plus.




downloading...please wait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1255-the-picture-of-dorian-p-d
avatar

Elizabeth Saunders
admin + anna

some info
☼ en ville depuis le : 18/08/2016
☼ messages : 2237
☼ pseudo : raissajoly
☼ avatar : Gemma Arterton
☼ crédits : raissajoly & ceriztoxic
and more
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   Jeu 22 Juin - 20:12



supposedly on the way home.

Je suivais méticuleusement du regard chacun des gestes de celui que je peinais encore parfois à appeler mon ex-mari pour une raison inconnue. En même tout était bon pour éviter de le confronter du regard, me sentant ridicule de m’être retrouvée là après une soirée particulièrement arrosée. Et si ma présente migraine n’avait pas été si atroce, sans doute aurai-je réagi ouvertement à ses dires, trouvant personnellement très ironique qu’il affirme que je ne le dérangeais : votre ex, ivre, à sonner chez vous à une heure très tardive n’était-ce pas dérangeant en principe ? Pourtant, je croyais en la sincérité de ses mots et était-ce là sans doute ce qui me troublait le plus. Enfin… c’était sans compter la petite idée de mon comportement la veille au soir qui me tracassait énormément, c’est-à-dire suffisamment pour que je ne m’en aille pas sur le champ afin de m’enquérir de cette information qui m’apparaissait cruciale, voire existentielle. J’espérais vraiment que je ne m’étais pas autant ridiculisée que je m’imaginais l’avoir fait ; c’était en tous cas ce que je souhaitais entendre. Je n’avais juste peut-être pas choisi la meilleure formulation à mon interrogation. « Tout dépend de la définition qu'étrange a pour toi je suppose. »  Fallait-il que je m’inquiète de cette déclaration ? Devais-je comprendre par là que j’avais fait – ou même dit – des choses qu’on pouvait qualifier d’étrange selon certaines définitions et pas d’autres ? Dans tous les cas, ça avait dû l’être pour lui… « Plus étrange que de venir ici dans un tel état d’ébriété je suppose. » Ce qui était en soi la chose la plus étrange à accomplir dans la circonstance qu’était la nôtre : deux ex-époux qui vivaient normalement chacun de leur côté, tout en sachant que j’avais été la première à couper les ponts et à demander le divorce... Pour la première fois depuis le début de notre échange je le cherchai du regard, espérant y trouver là la réponse à cette question qui me taraudait l’esprit : qu’avais-je bien pu faire ? J’ignorais si d’une quelconque manière il avait pu deviner que je n’étais pas tout à fait tranquille après sa réponse un peu – beaucoup – évasive (peut-être même allusive ?) mais il ne tarda pas à rajouter expressément qu’il ne s’était en fait rien passé entre nous. C’était bien ce qu’il avait voulu dire, hein ? Je détournai alors une nouvelle fois le regard pour le focaliser sur l’assiette qui se trouvait face à lui – et faisait plutôt envie malgré mon estomac en pagaille –, c’était préférable vu que le sujet était soudainement devenu plus délicat. Ce n’était pas vraiment à quoi j’avais fait allusion par ma question à la base… et pourtant je me sentais soudainement un peu plus rassurée. Et ce sentiment m’inquiétait : au fond, je n’avais peut-être pas ignoré la possibilité, une possibilité qui n’était plus censée exister depuis la décision du divorce. Autant dire que je n’arrivais pas à me sortir ça de la tête – de quoi se coltiner une migraine encore plus intense – alors que je me remémorai la nostalgie qu’avait provoqué chez moi le souvenir du jour de notre mariage ou encore le souvenir de nos baisers échangés qui m’était revenu il y avait quelques moments à peine. Ainsi perdu dans mes propres pensées, je ne m’étais pas encore rendue compte de mon silence à ce propos, mes yeux n’osant se poser sur lui que lorsque l’odeur de l’omelette envahisse avec plus grande instance mes narines. Ce fut ce moment précis que Dorian choisit pour me proposer de m’appeler un taxi, me libérant de l’emprise de mes pensées par un sursaut de surprise. Confuse un court instant, je finis par réussir à articuler une réponse avec un certain empressement. « Oui. Merci. » Et réalisant la brièveté de ma réponse – ce qui ne me ressemblait pas, je le savais – j’eus le sentiment urgent d’ajouter quelque chose, n’importe quoi pour dissimuler au mieux mon malaise. « Ce serait plus pratique que le bus. » Et je n’y avais pas encore pensé mais je n’avais pas vraiment une apparence suffisamment décente pour me montrer en public. Mais le taxi n’était pas prêt d’arriver puisqu’on ne l’avait de toute façon pas encore ne serait-ce qu’appeler et d’ici là j’ignorais comment ne pas rendre la situation encore plus embarrassante qu’elle ne l’était déjà, le silence commençant sérieusement à peser lourd et à me rendre de plus en plus nerveuse.
Dans l’espoir de reprendre mes esprits je mordis ma lèvre supérieure, néanmoins ce geste ne fit rien d’autre que me faire réaliser ma présente déshydratation : la gorge et les lèvres sèches, la bouche pâteuse, je regrettais de plus en plus ma consommation d’alcool de la veille. « Je vais me prendre un verre d’eau. » finis-je  par annoncer subitement en désignant du doigt l’évier. N’attendant aucune réponse, je me dirigeai vers ledit évier, m’emparant d’un verre afin de me servir au robinet, comme je l’avais toujours fait auparavant. Après avoir avalé d’une traite mon verre d’eau, je le remplis de nouveau et osai enfin me retourner vers mon ex-mari qui m’observait en silence, le verre à la main. M’inspirant une question qui m’échappa des lèvres sans vraiment que j’y réfléchisse. « Pourquoi tu ne me le demandes pas ? » avais-je commencé comme s’il pouvait deviner de quoi je parlais. « La raison pour laquelle je me suis mise dans un tel état... » Pour quelqu’un qui avait voulu éviter le confrontation me diriez-vous… Mais cela me turlupinait, je l’avais lu dans ses yeux à l’instant - ou du moins j'avais cru le lire - et pourtant il n’en disait rien. Et étrangement, c’était un peu comme si je voulais qu’il me pose la question…




Something has changed within me
When I was young, I never needed anyone and makin' love was just for fun. Those days are gone.
Livin' alone,I think of all the friends I've known. But when I dial the telephone, nobody's home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t720-happy-together-lizzie-saun

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: supposedly on the way home. (lizzian)   

Revenir en haut Aller en bas
 
supposedly on the way home. (lizzian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Cookies Home Tab : problème Wallpaper étiré
» Question home cinema
» [TWEAK] Icône du menu démarrer sur le HOME impossible à modifier
» Home cinéma de Manson
» conseils : mon premier ampli Home-Cinema

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: north san francisco :: habitations-
Sauter vers: