N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 Hello, it's me ! (Miloë)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Gaspard O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 27/03/2017
☆ messages : 348
☆ pseudo : London
☆ avatar : Ryan Gosling
☆ crédits : Liloo_59(sign par mcfly)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: (2/5) dispo
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Hello, it's me ! (Miloë)   Mer 29 Mar - 11:33

Hello, it's me !
EXORDIUM.
Allongé sur son lit, contemplant le soleil levant qui commence à éclairer la chambre, petit à petit, se demandant si aujourd’hui allait être un jour concluant et non un autre jour, comme les précédant, Gaspard avait passé une nuit assez rude, il était rentré plutôt tard d’une soirée passée dans un bar en compagnie d’une amie habitant San Francisco. Depuis son arrivé, il n’avait pas beaucoup travaillé, il avait passé son temps à la recherche de sa femme qu’il n’avait pas vu depuis fin décembre et à qui il n’avait pas parlé depuis, malgré plusieurs tentatives. Il se remémorait la scène du jour où elle l’avait découvert au lit avec une autre et se rappelait à quel point elle avait été dépitée de voir ça et il comprenait tout à fait le fais qu’elle ne veuille plus le voir, mais son père avait fortement insisté pour qu’il se rende à San Francisco afin de la récupérer, principalement parce que d’après lui, elle est la femme parfaite pour son fils, mais aussi parce qu’elle fait partie de l’image de l’entreprise et qu’il ne souhaite pas avoir mauvaise presse avec un divorce. Gaspard lui, ne savait pas vraiment quoi penser de tout cela, cela faisait un peu près un an qu’il avait commencé à la tromper, il a toujours eu ce côté un peu volage ne sachant pas vraiment résister à la tentation au regard de belles femmes. Il avait pourtant espoir en ce mariage à la base, même si ce n’était qu’un coup monté par son père pour ne pas changer, il avait craqué pour Miloë au tout premier regard, il l’avait fréquenté de son plein grès et tout se passait très bien, du moins jusqu’à que la famille s’en mêle. D’un côté, il était content qu’elle le surprenne en plein adultère, il ressentait un peu comme une délivrance et pouvait enfin profiter librement des plaisirs que la vie a à offrir. « Allez ma belle, c’est l’heure, je dois bosser… » Il regardait son amie allongée à ces côtés à moitié endormis avec un petit sourire, lui demandant gentiment de s’en aller, oui la fameuse amie avait passé la nuit avec lui. Elle ne tardait pas à exécuter la demande de Gaspard, qui l’observait s’en aller sans un mot, avant de lui-même se lever afin d’aller fumer une cigarette sur la terrasse accompagnée d’un café. Il avait une très belle vue sur l’océan. Il avait acheté cette maison peu de temps avant son mariage qui était destiné à être utilisé pour les vacances et il avait toujours apprécié cette vue et surtout le silence présent.

La montre affichait dix heures, lorsqu’il se décida enfin à bouger, attrapant son téléphone, il passa un coup de fil à un collègue travaillant à San Francisco. « Tu as trouvé son adresse ? » Il lui avait demandé de trouver l’adresse de sa femme et il venait de lui la communiquer, c’est avec un grand sourire que Gaspard sauta sous la douche bien déterminée à aller voir sa femme afin d’avoir une discutions afin de mettre fin à ce silence interminable entre eux. Une heure plus tard, il se trouvait devant la charmante maison de sa très chère femme, il poussait un soupir avant d’avancer vers la porte d’entrée où il n’hésite pas à sonner sans attendre. Il avait hâte de la voir !  


We were in love, we were you and i against the world, but it's over !

don't forget

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1579-i-m-in-love-with-the-shap
avatar

Miloë O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 20/03/2017
☆ messages : 776
☆ pseudo : Carrie. (Caroline)
☆ avatar : Amber Sexy Heard
☆ crédits : lolitaes
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: open (2/3 libre)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Jeu 30 Mar - 0:13

You know that I love you
so I love you enough to let you go
I want you to know that it doesn't matter, where we take this road someone's gotta go and I want you to know you couldn't have loved me better but I want you to move on so I'm already gone - GASPARD & MILOË

Son billet d’avion en main et le cœur en miette, Miloë était rentrée à San Francisco pour les vacances de fin d’année. Elle n’avait jamais été aussi heureuse de retrouver sa famille et leur chaleur accueillante. Un sourire fané sur les lèvres, elle s’était montrée discrète quant au désastre de son mariage, prétextant mille et une excuses quant à l’absence de son mari, Gaspard. Honteuse de s’engouffrer dans le stéréotype de la femme trompée et rongée par l’échec, elle n’avait su avouer que tardivement à sa famille, la tournure qu’avait pris son mariage lorsqu’elle avait aperçu son époux dans les bras d’une autre froissant les draps de leur lit conjugal qu’elle avait personnellement choisi. En colère, elle n’avait cessé ces dernières semaines de rejeter ses appels, refusant de faire face à la situation, apeurée de prendre la mauvaise décision et de retomber dans ses bras. Mais par-dessus tout, la blonde voulait lui refuser ses larmes, Gaspard ne les méritait pas, il les avait trahis. Mais la nuit, dans la solitude avec ses simples pensées comme compagnie, elles finissaient par la rattraper et inonder son oreiller. Il était facile de le blâmer, mais il fallait se rendre à l’évidence, l’un comme l’autre, mari et femme étaient coupables de ce mariage raté. Les derniers mois avant l’incident, c’était à peine s’ils se touchaient encore, ils ne faisaient que se croiser préférant se noyer dans le travail pour oublier leurs problèmes plutôt que de les affronter. Et pourtant, les débuts de leur relation avaient été si magiques.

C’est un matin de février, alors qu’elle se promenait dans le quartier Sud de San Francisco que la solution à tous ses problèmes lui apparut comme une évidence. Pansant ces blessures auprès des siens, elle reprenait peu à peu le goût de vivre, son cœur se faisait moins lourd, elle se sentait envahie par un nouveau goût de liberté. Mais la décision finale, elle la prit lorsqu’elle tomba amoureuse de cette petite maison avec jardin dans le quartier de Bayview. A cet instant précis, elle sut ce qu’elle devait faire : laisser le passé derrière elle, pour vivre une nouvelle vie plus légère. La jeune femme ressentait le besoin de se libérer de son ancienne vie qui l’empoisonner peu à peu. Pour cela, elle devait se séparer à la fois de sa position au sein de l’entreprise mais également de Gaspard O’Connor, son mari. Les papiers du divorce trainèrent tout de même une bonne semaine sur le plan de la cuisine récemment rénové avant qu’elle n’ose totalement renoncer à leur mariage. Au fond, elle avait toujours l’espoir de le réparer, de retrouver ce Gaspard qui l’avait séduite à son arrivée. Mais, il fallait se rendre à l’évidence, avec le temps ses sentiments s’étaient étiolés.

Un mois déjà s’est écoulé depuis que Miloë vit au numéro 17 à Bayview après quelques rénovations. Un mois déjà, que la blonde ne se préoccupe de rien. Pour la première fois de sa vie, elle ne sent pas l’angoisse du travail peser sur ses épaules frêles, elle a cette impression d’enfin vivre, de poser le masque qu’elle s’obligeait de porter en société. Celui de l’épouse aimante, de la femme parfaite, de l’employée modèle. Non, elle se plait à vivre avec ses imperfections, à les redécouvrir. La jeune femme prend du temps pour elle et ses passions, passant la plupart de son temps, le nez plongé dans un nouveau roman, lézardant sur sa terrasse. Ce matin ne dérogeait pas à la règle, après une bonne séance de yoga suivi d’une douche bien chaude, Miloë s’était installée sur sa chaise longue préférée, les jambes au soleil dévoilé par un petit short en jean, profitant des rayons déjà bien chaud pour un mois de Mars. Enfilant ses espadrilles, elle se dirigea vers sa cuisine afin de se servir un énième thé. Il était encore trop tôt dans la saison pour les citronnades et autres thés glacés. A peine eu-t-elle plongée l’infuseur dans sa tasse bien chaude que la sonnette de la porte d’entrée retentit. Un sourire s’esquissa sur ses lèvres. Ryan ça ne pouvait être que lui. Ce nouveau voisin dont elle appréciait de plus en plus la compagnie. Il avait le don avec sa fille de la faire rire et sourire même quand elle n’en avait pas envie. Elle se dirigea avec entrain vers la porte et ne tarda pas à la déverrouiller. « J’étais sûre Ryan que cette caisse à outil finirait par te manquer » commença-t-elle en ouvrant la porte. Mais ce n’était pas Ryan, loin de là. C’était son passé qui la rattrapait. Gaspard se tenait là devant elle, sous ses yeux ébahis. Son sourire s’effaça rapidement et ses sourcils se froncèrent. C’était la première fois qu’elle le revoyait depuis cette fameuse nuit. Sur la défensive, elle resserra un peu plus le châle qui recouvrait ses épaules. « Gas’, mais que fais-tu là ? » finit-elle par articuler. Son sourcil s’arqua, ses bras se croisèrent, son corps adopta une position assurée. « Tu n’aurais pas plutôt une jeunette à baiser quelque part ? » poursuivit-elle avec dédain. Les hostilités étaient lancées, le voir en face d’elle faisait ressortir toutes ces rancœurs qu’elle avait essayé d’enfouir au plus profond de son âme. Elle se tenait dans l’encadrement de la porte, elle n’était pas encore prête à le laisser entrer dans ce nouveau monde qu’elle s’était créé sans lui. Elle n’était pas prête à ce que son passé rentre en collision avec ce présent qu’elle s’était efforcée de bâtir loin de tout, loin de la vie qu’elle menait à New York


(c)psychotic bitch


come over and let me embrace you
love doesn't have to hurt ✻ I know that I'm causing you pain too but remember if you need to cry I'm here to wipe your eyes. Tonight before you fall asleep I run my thumb across your cheek. I know I made you feel this way you gotta breathe, we'll be okay...

présence réduite jusqu'au 30/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1557-miloe-give-a-girl-the-rig
avatar

Gaspard O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 27/03/2017
☆ messages : 348
☆ pseudo : London
☆ avatar : Ryan Gosling
☆ crédits : Liloo_59(sign par mcfly)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: (2/5) dispo
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Jeu 30 Mar - 15:10

Hello, it's me !
EXORDIUM.
Gaspard n’avait pas hésité à se rendre chez sa femme ou du moins, sa futur ex femme lorsqu’il avait reçu l’adresse de son domicile à Bayview, bien au contraire, il avait hâte de s’y rendre. Il avait tant attendu ce moment de se retrouver face à elle pour simplement la revoir, la revoir et bien sûr avoir une discussion avec elle sur ce qu’il c’était passé. Il ne l’avait pas revu depuis qu’elle avait pliée bagage afin de s’enfuir suite à l’avoir surpris en compagnie d’une autre qu’elle dans leur lit conjugal et il avait appris par la suite par son père qu’elle avait également démissionné de son poste dans l’entreprise familiale, pas que cela le dérange directement, mais son père avait été assez furieux d’entendre cela et il avait bien fait comprendre à Gaspard qu’il devait réparer son erreur, partir la rejoindre et tout arranger pour ne pas nuire à l’image de la société et à celle de la famille O’connor bien évidemment. En premier lieu, il avait tenté de l’appeler plusieurs fois, mais la belle blonde ne l’avait jamais rappelé, elle avait gardé le silence pendant un moment et lorsqu’elle contacta Gaspard, c’était via le formulaire de demande de divorce, qu’il n’avait d’ailleurs pas signé, voulant d’abord pouvoir lui parler afin de tenter de se racheter une conduite, mais aussi pour plaider sa cause, bien qu’il aimait sa vie actuelle sans devoir se justifier auprès de sa femme et surtout de ne plus avoir à cacher ces maintes aventures qu’il dissimulait durant une bonne année derrière son dos, jusqu’à qu’elle le surprenne en pleine action. La trame engagée par son père prenait fin et il se sentait plus que libéré, ce mariage étant qu’une comédie engendrée par le paternel afin d’embellir la vision des gens sur la société de la famille O’connor ou Gaspard avait le premier rôle.

Depuis son arrivé à San Francisco, il y a maintenant deux semaines, il avait tenté à plusieurs reprises de la retrouver sans succès et aujourd’hui alors qu’il n’y ne s'attendait pas vraiment, il avait reçu l’appel d’un confrère lui annonçant qu’il avait pu retrouver son adresse, la localisant dans une maison à Bayview. Gaspard qui avait tant attendu ce moment, s’était rendu donc sans hésitation devant la maison de la belle blonde et n’avait pas vraiment hésité à sonner à sa porte, espérant de bien tomber chez elle et surtout qu’elle soit présente. Par chance, la porte ne tarda pas à s’ouvrir et il se retrouva nez à nez avec sa femme qui avait l’air d’attendre quelqu’un d’autre que son mari, un certain Ryan. Gaspard leva les yeux au ciel lorsqu’il entendit la réplique de la demoiselle tout en se mordant la lèvre supérieure accompagnée d’un sourire presque amusé, mais ce n’était pas le cas, bien au contraire. Alors qu’il passait une main derrière sa nuque, il plongea son regard qui était presque froid dans celui de Miloë. « Tu n’as pas perdu de temps à ce que je vois !» Dit-il sans la lâcher du regard. Il n’avait aucune idée de qui pouvait être ce Ryan, mais il n’aimait pas trop l’idée qu’un homme, autre que lui partageait déjà la vie de sa femme, même si le divorce était en instance, elle lui était toujours mariée. Lorsqu’ils étaient un couple heureux, il n’appréciait pas le fait qu’un homme la regarde ou l’approche de trop près, de nature jaloux, mais surtout possessif, il n’hésitait jamais à lui faire comprendre sa jalousie et c’était souvent sujet de dispute et ce même si Gaspard n’était pas le meilleur exemple, il ne pouvait pas envisager que sa femme le trompe alors que lui ne se gênait pas pour la tromper. « C’est qui ce Ryan ?» Ajoutait-il d’un ton interrogateur, très curieux d’en savoir plus.

Elle lui avait demandé ce qu’il faisait là et en avait profité pour lui lancer un pique en faisant référence à l’étudiante avec qui elle l’avait surpris au lit. C’est donc d’un air plutôt détendu qu’il posa sa main sur l’encadrement de la porte ou sa femme venait de s’appuyer contre. « Je viens rendre visite à ma femme, car tu sais, on n’est pas encore divorcé malheureusement pour toi » répondit-il faisant allusion à ce Ryan par la même occasion. Son sourire affiché sur son visage reflétait son côté arrogant, un côté qu’il avait toujours eu. « Oh, tu sais, elle n’était pas si jeune, mais elle n’est pas toi… » Il aurait pu passer des heures à être exécrable, mais sa présence ici était dut à la demande de son père et il se devait d’en venir au fait avant qu’elle lui claque la porte au nez pour tenter la récupérer et non de faire en sorte qu’elle déteste encore plus. « Sympa, ta maison ! » Dit-il tout en s’éloignant un peu afin de lever la tête pour voir au mieux la maison. « Tu sais que t’aurais pu te réfugier dans la maison de vacances, elle est aussi à ton nom » Dit-il plus calmement tout en la regardant. 


We were in love, we were you and i against the world, but it's over !

don't forget

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1579-i-m-in-love-with-the-shap
avatar

Miloë O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 20/03/2017
☆ messages : 776
☆ pseudo : Carrie. (Caroline)
☆ avatar : Amber Sexy Heard
☆ crédits : lolitaes
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: open (2/3 libre)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Jeu 30 Mar - 20:40

You know that I love you
so I love you enough to let you go
I want you to know that it doesn't matter, where we take this road someone's gotta go and I want you to know you couldn't have loved me better but I want you to move on so I'm already gone - GASPARD & MILOË

Faire l’autruche. C’était l’attitude qu’elle préférait adopter depuis son retour à San Francisco. Pas une seule fois, elle n’avait daigné rappeler Gaspard. Au fond d’elle, elle savait que si elle lui donnait une chance de s’expliquer, il aurait fini par la convaincre de revenir. Si ce n’était pour leur bien à eux, ce serait pour celui de l’entreprise. Mais elle en avait marre de se sacrifier, de mettre en parenthèse sa vie dans un mariage à la dérive pour une entreprise qui ne lui appartenait pas. Trop longtemps, elle s’était enfermée dans ses rêves, dans son château de conte de fée, dans cette vie luxueuse. Elle s’était pris au jeu et le plus dur était désormais d’y renoncer. Au final, quand elle pensait à son mari Gaspard s’était avec nostalgie. Le Gaspard qu’elle avait connu aux début de leurs relations lui manquait, lorsqu’il n’y avait qu’eux deux. C’était de cet homme dont elle était tombée amoureuse, celui pour lequel elle avait cette sensation d’être la seule et l’unique quand il posait ces yeux sur elle. Pour cette version de lui, elle aurait été prête à se battre. Mais, cela faisait longtemps qu’il n’était plus cet homme, il n’était plus qu’un homme arrogant rattrapé par ses vieux travers. Véritable coureur de jupons lorsqu’elle l’avait rencontré, la jeune blonde n’avait cependant pas mis ses intentions en question au début de leur relation, cependant au fur et à mesure de leurs années de mariage et de leur éloignement, ses interrogations furent de plus en plus nombreuses quant à sa fidélité.  Mais à chaque fois, elle réagissait de la même manière, rejetant ses idées noires en se réconfortant par ses simples mots : « cela n’arrive qu’aux autres ». C’est pourquoi son monde entier s’était écroulé quand la jeune femme avait surpris Gaspard avec une autre femme, plus jeune de surcroît. Le cliché type.

Depuis maintenant un mois, elle réapprenait à vivre, elle retrouvait sa liberté et son indépendance. Elle avait l’impression de se réveiller d’un mauvais rêve. Penser à lui, commençait à faire moins mal, elle pleurait moins également et arrivait à se confier davantage à son entourage sur sa situation. Elle avait toujours été de nature très discrète en ce qui concernait ces sentiments contrairement à son frère et ses sœurs qui étaient beaucoup plus expansifs. Autre que le bonheur de retrouver sa famille et son ancienne vie à San Francisco, les moments qu’elle préférait été ceux passés en compagnie de Ryan, ce nouveau voisin. Distante aux premiers abords, elle avait appris à s’ouvrir peu à peu, jusqu’à finalement le laisser rentrer dans sa vie. Elle aimait la simplicité de leur relation, son rire et cette manière qu’il avait de la faire sourire. Malgré tout, rien ne s’était passé entre eux et à vrai dire, Miloë était encore loin d’être prête pour une nouvelle relation. Gaspard restait encore dans un coin de sa tête, il restait son mari pour qui éprouvait encore des sentiments difficiles à effacer d’un coup de baguette magique.

Lorsque Miloë avait entendu la sonnette de sa nouvelle maison retentir en cette belle journée de Mars, elle s’attendait bien évidemment à une énième visite de son nouveau voisin et non à trouver son mari sur le pas de sa porte. Guillerette, elle s’avança avec entrain pour ouvrir à son interlocuteur, mais elle tomba des nues lorsqu’elle reconnut ce sourire arrogant, sur ce visage qu’elle avait autrefois tant touché. Elle ne masqua pas sa surprise à le trouver ici. « Tu n’as pas perdu de temps à ce que je vois ! » Ce furent les premiers mots qu’il prononça, elle se contenta de rouler des yeux et de soupirer, exaspérée. Elle ne lui ferait pas le plaisir de répondre. La question suivante la déstabilisa davantage, elle aurait préféré se taire et qu’il n’apprenne pas son existence. Elle n’avait pour le moment rien à se reprocher, mais la situation était déjà suffisamment complexe. « C’est un voisin tout simplement » bredouilla-t-elle. Ses joues commencèrent à rosir et intérieurement, la perspective de rendre jaloux Gaspard la réjouissait et lui mettait un peu de baume au cœur. Tout n’était peut-être pas perdu. Plus d’une fois, ils s’étaient disputés parce qu’un homme l’avait regardé d’un peu trop près. « Il vient parfois m’aider quand j’ai des problèmes de plomberie » se justifia-t-elle, comme si elle en avait besoin. Reprenant rapidement de sa superbe, elle ne tarda pas à attaquer de son côté, adoptant une attitude déterminée. Elle n’était pas prête à le pardonner aussi facilement et elle savait qu’elle n’obtiendrait pas le divorce sans un combat. D’ailleurs, le jeune homme lui rappela rapidement qu’il était un adversaire de taille en lui faisant remarquer qu’ils étaient toujours mariés. Elle inspira fortement afin de garder son calme, il ne fallait pas qu’il l’atteigne aussi facilement, mais trop tard il réussit à la faire réagir en lui parlant de la charmante demoiselle qui avait partagé ses draps. « Quel mufle tu fais ! » le fustigea-t-elle. Il avait un sacré toupet de lui répondre. Sa lèvre supérieure trembla légèrement pour contenir la colère qui grondait aux creux de ses entrailles.  Elle aurait aimé lui faire avaler son sourire arrogant et lui faire aussi mal que ce qu’elle avait enduré. Exaspérée, elle l’écouta parler de leur maison commune avec un air de reproche. « Justement c’est bien ça le problème avec cette maison, c’est qu’elle est à notre nom à tous les deux. » répondit-elle exaspérée en se pinçant l’arête du nez.  Elle plongea finalement, son regard dans le sien, les sourcils toujours froncés. « Et puis, comme tu as dû le remarquer, je n’avais pas particulièrement envie de te voir ou de te rappeler à mon bon souvenir. »  La blonde lui en voulait terriblement de l’avoir prise pour une idiote et cette maison de vacances était chargée de trop de souvenirs. Au moins, dans cette petite maison de Bayview, il y avait encore tout à écrire. Dépitée, elle finit par céder et l’invita à entrer, elle n’avait aucunement envie que leur conversation soit épiée par les voisins. Beaucoup d'entre eux, et notamment Ryan n’étaient au courant de sa situation matrimoniale. Miloë n'avait pas particulièrement envie qu'il le découvre et encore moins de cette façon. « Bon, comme tu as l’air décidé à rester planté là, je viens de me faire un thé, tu veux boire quelque chose ? » Joignant le geste à la parole, elle s’effaça pour le laisser entrer et rejoignit son mug fumant, suivie de près par son futur ex-mari après avoir refermé la porte derrière lui. Elle resta silencieuse se préparant à la dispute qui grondait silencieusement, elle avait envie d’obtenir des réponses, de savoir si c’était l’erreur d’un soir, s’il y avait encore quelque chose à sauver de leur mariage et surtout elle désirait connaitre le fond de ses pensées. Mais bien que toutes ces questions lui brûlait les lèvres, elle n'arrivait pas à prononcer un mot, trop effrayée d'apprendre la vérité.


(c)psychotic bitch


come over and let me embrace you
love doesn't have to hurt ✻ I know that I'm causing you pain too but remember if you need to cry I'm here to wipe your eyes. Tonight before you fall asleep I run my thumb across your cheek. I know I made you feel this way you gotta breathe, we'll be okay...

présence réduite jusqu'au 30/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1557-miloe-give-a-girl-the-rig
avatar

Gaspard O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 27/03/2017
☆ messages : 348
☆ pseudo : London
☆ avatar : Ryan Gosling
☆ crédits : Liloo_59(sign par mcfly)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: (2/5) dispo
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Ven 31 Mar - 13:50

Hello, it's me !
EXORDIUM.
La situation était plus ou moins tendue, bien qu’il eût semé la graine qui avait fait pousser un ramassis de problème, Gaspard était déterminé à avoir la discussion qu’il attendait tant en venant ici et rien n’aurait pu le faire rebrousser chemin. De son caractère arrogant, il n’avait pas su avaler sa fierté en venant, même si le but était de la récupérer, il n’était prêt en aucun cas à se mettre devant elle à genoux pour la supplier de revenir, ce n’était pas son genre, bien qu’il pût être très attentionné et adorable comme homme. De son caractère arrogant, il n’avait pas su avaler sa fierté en venant, même si le but était de la récupérer, il n’était prêt en aucun cas à se mettre devant elle à genoux pour la supplier de revenir, ce n’était pas son genre, bien qu’il pût être très attentionné et adorable comme homme. Malgré sa réputation confirmée de coureur de jupons, lorsqu’il se trouvait avec elle, il laissait ce mauvais côté à la porte laissant place à un homme presque parfait, se souciant de bien faire et surtout de mener au mieux leur relation. S’il en avait eu l’occasion, il aurait même pu faire sa demande de mariage de lui-même et non sous la pression du paternel, qui de nature à vouloir se mêler bien trop souvent de la vie de son fils avait mis sa petite graine pour envenimer les choses et du coup le pousser à faire sa demande bien trop vite. Il avait tout de même réussi à faire succomber la belle blonde qui resta à ces bras durant trois bonnes années en tant que merveilleuse épouse, donnant satisfaction à monsieur O’connor, ravie que son plan ait fonctionné, mais Gaspard qui n’était pas spécialement prêt pour le mariage avait chaviré une première fois lors d’une réunion avec son assistante, alors qu’il devait rentrer pour dîner avec sa femme, il avait prétexté une réunion se finissant tard l’empêchant de se rendre à son domicile pour passer une merveilleuse soirée en compagnie de sa chère et tendre et avait plutôt choisis la seconde option qui était de passer une partie de la soirée allongé sur son bureau à faire des galipettes avec l’assistante. Ce fut le premier débordement et l’inauguration de bien d’autres derrière. Lorsqu’il se demandait s’il aimait sa femme, la réponse n’était pas si évidente que ça, il avait tendance à douter de ces sentiments, bien qu’il fût très attaché à elle, il avait ce sentiment d’être emprisonné dans un mariage qui n’aurait pas dû avoir lieu, un mariage qui était à ces yeux plus un contrat administré par son père qu’un mariage d’amour. Bien que Miloë lui parût très amoureuse et surtout heureuse d’être engagé avec lui dans ce mariage, il aurait voulu avoir plus de temps autrefois avant de se lancer dans ce maudit mariage, du temps qui lui aurait peut-être permis de réellement vouloir lui faire sa demande.

Se trouvant face à sa femme, il avait opté pour une attitude détendue et un comportement arrogant, l’entendant parler d’un autre que lui lorsqu’elle ouvrit la porte, il avait eu comme un bon au niveau de son cœur et avait vraiment eu du mal à imaginer que sa femme était passée à autre chose, bien qu’il ait pu trouver cela normale venant d’une autre personne, mais là, il s’agissait de la femme qu’il tentait tant bien que mal de récupérer, et même si au fond, il s’en fichait de réussir ou non, il n’appréciait vraiment pas l’idée qu’elle se soit mise en ménage avec quelqu’un d’autre. Alors qu’il n’avait hésité une seconde à lui faire la remarque, il l’observait et pouvait très bien voir que cela la gênait légèrement par ses joues qui venait de prendre un peu de couleur, mais surtout par le fait qu’elle se justifia, alors qu’elle n’en était pas vraiment obligée. Gaspard quant à lui, sentait comme une colère lui monter au fond de lui, s’il avait été en position de s’énerver et de lui faire une crise de jalousie, il l’aurait fait, mais il n’avait pas la meilleure place pour réagir de la sorte, il l’avait quand même trompé et ça aurait été comme si l’hôpital se moquait de la charité. Bien sûr il ne put s’empêcher d’en rajouter un petit peu, bien qu’il aurait voulu se retenir. « Les gens en général font appel à un plombier et non à leur voisin… » Il poussa un petit soupire, levant une nouvelle fois la tête au ciel. « C’est quoi le truc, un homme qui a une famille, un vieux célibataire ou bien même, un prétendant ? » Dit-il tout en observant les maisons autour, bloqué sur l’idée qu’elle voit quelqu’un. « Ce n’est pas moi qui suis parti comme un voleur » rétorqua-t-il lorsqu’elle le traita de mufle, bien qu’elle n’eût pas tort, Gaspard ne s’était pas gêné de lui répondre suite à son allusion à l’étudiante avec qui il l’avait trompé, mais le fait qu’elle parte comme elle l’avait fait l’a mise un peu dans la même catégorie. Il l’entendait parler de la maison de vacances et levait les yeux au ciel, ne comprenant pas trop sa réponse qui cependant était très bien fondé. « Arrête, je ne l'avais pas remarqué ! » Il marqua une petite pause avant de très vite reprendre afin de répondre à son invitation à entrée. « Non merci, je n’ai pas très soif » répondit-il suite à sa proposition de boire quelque chose tout en entrant dans la maison, observant par la même occasion les lieux. « Tu n’as pas perdu la main niveau décoration, c'est très charmant !» Miloë avait décoré leur maison à New-York et il pouvait observer qu’elle en avait fait autant ici, elle avait de très bon goût pour cela. Il la regardait avec un petit sourire comme pour détendre l’atmosphère qui était plutôt électrique. Il avait envie d’aborder immédiatement le sujet qui fâche, mais se retenu de le faire.


We were in love, we were you and i against the world, but it's over !

don't forget

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1579-i-m-in-love-with-the-shap
avatar

Miloë O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 20/03/2017
☆ messages : 776
☆ pseudo : Carrie. (Caroline)
☆ avatar : Amber Sexy Heard
☆ crédits : lolitaes
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: open (2/3 libre)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Jeu 13 Avr - 10:41

You know that I love you
so I love you enough to let you go
I want you to know that it doesn't matter, where we take this road someone's gotta go and I want you to know you couldn't have loved me better but I want you to move on so I'm already gone - GASPARD & MILOË

Complexe. C’était sans doute l’adjectif le plus adéquat pour qualifier les sentiments qu’éprouvait Miloë envers son mari. Ces derniers mois, Miloë avait été incapable de mettre des mots sur ce qu’elle ressentait envers l’homme qui avait partagé sa vie ces trois dernières années. Elle le méprisait sans doute autant qu’elle l’avait aimé. Elle ressentait une colère sourde quand elle pensait à lui. La blonde lui en voulait tellement d’avoir fait voler en éclat tout ce qu’ils avaient construit et surtout d’avoir piétiné son amour propre. Bien au-delà le simple fait de son infidélité, ce qui avait fait le plus mal à Miloë c’était cette sensation de trahison. Une étrange impression lui collait à la peau, comme si elle avait été salie et qu’elle ne valait plus rien aux yeux de Gaspard, qu’il ne la respectait plus. Maintes fois, elle avait repoussé les doutes de son infidélité d’un simple geste de la main, se convainquant qu’elle n’était pas le genre de femme à se retrouver dans cette situation. Mais à force de se voiler la face, son égo avait sacrément souffert lorsqu’elle avait découvert la vérité, tombant vertigineusement du pied d’estale sur lequel elle s’était elle-même mise. La chute n’en était que plus douloureuse et au fond, c’était contre elle-même qu’elle était le plus en colère. Elle n’arrivait pas à se pardonner de l’avoir laisser rentrer dans sa vie, de lui avoir offert son cœur et de l'avoir laissé le briser en mille morceaux.

Son égo fut encore un peu plus malmené lorsqu'elle ouvrit sa porte en cette fin de matinée et qu'elle découvrit Gaspard O'Connor sur son palier, décontracté, avec son fameux sourire arrogant dessiné sur les lèvres. Une fois l'effet de surprise passé, elle ressentit un cours instant cette satisfaction de lui avoir résisté. Avec beaucoup de volonté et l'aide de ses proches, elle avait réussi à tenir, jamais elle n'avait répondu à l'un de ses messages. Plus d'une fois, elle avait commencé à en composer avant de les effacer immédiatement, plus d'une fois elle était restée sur le carrelage froid de sa salle de bain le téléphone en main prête à l'appeler pour tout simplement entendre sa voix... Comme si tout cela n'avait été qu'un simple cauchemar. Peu à peu, elle réalisait cependant qu'elle aimait retrouver sa liberté, sa vie. Ce mariage était devenu toxique pour l'un comme pour l'autre, une prison dorée dans laquelle ils s'étaient enfermés tout les deux. Alors, pendant un cours instant elle apprécia le fait qu'il se soit démené pour la retrouver. Mais elle déchanta rapidement à peine eut-il prononcé ces premiers mots, ces premières paroles chargés de reproches. Elle ne sait pas exactement à quoi elle s'attendait face à cet inévitable face à face, mais certainement pas à cette attitude. L'épouse bafouée s'était imaginée cette scène plus d'une fois avant de s'endormir, il serait venu frappé à sa porte comme aujourd'hui, un voile de tristesse dans les yeux, un énorme bouquet de fleur à la main et déversant un flot d'excuses. Mais, il n'en était rien. Ce Gaspard là, l'époux aimant et parfait semblait avoir cessé d'exister, il ne restait plus que cette pâle copie pleine d'orgueil et d'arrogance et certainement n'avait-il aucune envie de se battre pour elle. Et pourtant, c'était ce qu'elle avait espéré au fond, elle voulait à nouveau se sentir désirée, d'être l'unique à ses yeux. Elle cacha ses désillusions sous son exaspération tandis qu'une fois encore, Gaspard faisait marcher son charme, exerçant l'emprise qu'il avait toujours sur elle, réussissant même à inverser les rôles lorsqu'ils en vinrent à parler de Ryan, son voisin. Ses joues prirent une teinte rosée, la culpabilité se logea au creux de son estomac et elle ne put s'empêcher de bafouiller des excuses, cherchant à justifier son comportement aux yeux de son mari. Bien qu'elle n'avait jamais pensé à mal, ses pensées sous l'influence de Gaspard remettait en doute cette nouvelle amitié. Il est vrai qu'elle n'avait jamais ressenti autant de bien-être que lorsqu'elle était en la compagnie de ce garçon qui vivait de l'autre côté de la rue. « Les gens en général font appel à un plombier et non à leur voisin… » continua-t-il d'attaquer sans faiblir pour la pousser à bout. Les bras croisés sur sa poitrine en signe de défense et la mine boudeuse en guise de riposte, Miloë reprit peu à peu ses esprits et son mordant. « Oui, ou bien ils demandent à leur époux aimant de s'en charger quand ils sont présents » répliqua-t-elle agacée. Les mots avaient fusé avant qu’elle ne puisse les retenir, lui reprochant son absence. Elle aurait aimé être plus forte et ne pas lui céder. Les sourcils froncés, elle le laissa terminer son petit jeu, épiant les alentours à la recherche d’un indice, sous son regard méprisant. Il était bien culotté de lui faire une crise de jalousie après ce qu’il avait osé faire, bien qu’elle en retirait une certaine satisfaction. Mais elle préféra attaquer à son tour en lui rappelant ses propres erreurs qui prenaient la forme d’une jeune étudiante. Ce qui entraîna une série de joutes verbales qui laissa Miloë impuissante, folle de rage devant tant d’audace et légèrement fébrile. Elle avait l’impression de perdre la partie, il essayait de la rendre fautive, responsable de la situation en lui reprochant d’être partie. Elle tenta de répliquer mais les mots restèrent bloqués au creux de sa gorge. Elle expira fortement reprenant peu à peu le contrôle de son corps et de ses émotions, évitant surtout de faire une scène sur le pas de sa porte dans ce quartier paisible, l’écoutant à moitié lorsque Gaspard évoqua leur maison de vacances commune. Se pinçant l’arête du nez, exténuée par ses échanges musclés et l’attitude désinvolte de son époux, elle lui répondit les dents serrées avant de se résigner et l’invita à rentrer. La jeune femme trouvait ce choix plus judicieux d’enfermer sa vie privée entre les quatre murs de sa maison, loin du regard curieux des voisins et en particulier de celui de Ryan. Il ignorait tout de ce mariage et elle préférait que les choses restent ainsi pour le moment, jusqu’à ce qu’elle soit prête. Jusqu’à ce qu’elle sache réellement où elle en était dans sa vie. Se concentrant sur sa tasse à thé, elle se força à ne pas croiser le regard de Gaspard tandis qu’il inspectait les lieux. Elle prit une première gorgée de son thé chaud qui lui réchauffa un peu le cœur et l’apaisa. Gaspard aussi semblait être descendu d’une octave, plus enclin à la discussion. « Tu n’as pas perdu la main niveau décoration, c'est très charmant ! » La blonde releva finalement son minois, croisant le regard de celui qui partageait encore légalement sa vie, un demi sourire se logea sur ses lèvres face au compliment. « Merci… » commença-t-elle, timidement. « Mais je suppose que tu n’as pas fait tout ce chemin pour flatter mes talents de décoratrice… » conclut-elle. Son élocution était plus calme que précédemment, légèrement mélancolique. La tension semblait descendre d’un cran, l’atmosphère était plus respirable, l’un comme l’autre s’enfermaient dans un mutisme, cherchant leurs mots, ne sachant comment débuter cette difficile conversation. Elle passa une main dans ses cheveux rassemblaient en un chignon imparfait, remettant en place une mèche de ses cheveux et profitant un instant du silence. Miloë cherchait ses mots, de comprendre ses intentions, il se tenait là devant elle droit comme un i dans sa cuisine. C’était presque surréaliste. Finalement, elle se décida à briser ce silence pesant, elle avait besoin de réponse à ses questions. « Gaspard, pourquoi es-tu là ? » commença-t-elle maladroitement et d’une voix rauque, comme si les mots avaient du mal à sortir. « Je veux dire, si tu étais venu pour t’excuser, tu aurais au moins pu prendre la peine d’amener des fleurs. » Sa voix était calme, presque un murmure. Elle ne voulait pas se battre, juste comprendre. La femme se rapprocha de son mari, venant soutenir son regard. « Alors pourquoi ? » répéta-t-elle dans un murmure mélancolique. Le but n’était pas de le brusquer, la blonde savait qu’il ne fallait pas le mettre sur la défensive, elle avait besoin de son honnêteté, de connaitre la vérité. Elle avait besoin d’une conversation à cœur ouvert, sans faux-semblants, sans arrogance et orgueil… Instinctivement, la main de la blonde se porta à la chaîne autour de son cou sur laquelle elle avait glissé son alliance quelques semaines auparavant.  


(c)psychotic bitch


come over and let me embrace you
love doesn't have to hurt ✻ I know that I'm causing you pain too but remember if you need to cry I'm here to wipe your eyes. Tonight before you fall asleep I run my thumb across your cheek. I know I made you feel this way you gotta breathe, we'll be okay...

présence réduite jusqu'au 30/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1557-miloe-give-a-girl-the-rig
avatar

Gaspard O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 27/03/2017
☆ messages : 348
☆ pseudo : London
☆ avatar : Ryan Gosling
☆ crédits : Liloo_59(sign par mcfly)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: (2/5) dispo
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Sam 22 Avr - 23:09

Hello, it's me !
EXORDIUM.
Le culot. Le culot, c’était le mot qui pouvait bien définir Gaspard en ce moment même, il ne réfléchissait pas vraiment avant d’agir, bien au contraire, il avait débarqué devant la maison de sa future ex femme sans pour autant se préparer d’avance à ce qu’il pourrait lui dire et surtout sans plan bien défini. Il avait décidé d’y aller avec le culot et n’avait pas fait semblant, même s’il ne s’attendait pas du tout à apprendre certaine chose qui n’allait pas en sa faveur, comme le fait que le voisin de sa femme traîne chez elle, ou du moins l’aide pour divers travaux d’après ce qu’elle avait pu lui dire, mais son esprit n’était pas serein pour autant. En tant qu’avocat, il aurait bien pu préparer un plaidoyer face auquel elle n’aurait pas pu répondre ou le repousser, il l’aurait mise dans sa poche en quelques secondes et ils seraient sûrement partis tous les deux, main dans la main afin de reprendre leur vie mise en suspend à New-York, et ce, malgré le fait que leur vie à New-York s’épuisait de jour en jour avant qu’elle parte. Gaspard se trouvait être de moins en moins à la maison, passant son temps comme toujours au travail ou en compagnie d’une autre femme que la sienne, rentrant tard chaque soir et ne partageant plus grand chose avec sa femme mise à part le même toit. L’idée de la récupérer venant principalement de son père, l’idée aurait été de tout faire pour ne pas la récupérer, mais lorsqu’il prit connaissance du voisin, c’est son ego qui se trouva malmené et l’idée de la récupérer fut, d'un seul coup, plus importante que lorsqu’il arriva devant la maison quelques minute plus tôt. Il n’avait pas hésité à lui faire comprendre son mécontentement, se comportant tel un époux jaloux. Miloë ne tarda pas à lui relancer la balle, lui reprochant son absence. Gaspard leva les yeux, il avait bien conscience de son absence auprès de sa femme, mais devait-il pour autant avouer le fait qu’elle avait raison et lui présenter ses excuses ? Non ce n’était pas son genre, il était bien trop fier pour s’excuser, même si c’était le chemin le plus sûr à prendre. « Oui s’ils n’ont pas les moyens d’appeler un plombier, pour ma part, je n’aurai jamais touché un tuyau de ma vie ! » Il était agaçant, il était détestable, fidèle à lui-même comme toujours, mais la tension était bien trop présente et c’est pour cela qu’il avait décidé de la féliciter sur l’apparence de sa maison. Remerciant par la même occasion Gaspard pour son compliment, Milo ramena la discutions à la source, à la raison pour laquelle Gaspard était venu. « Bien sûr que non… Je suis venu pour te voir toi !» Dit-il sans hésitation, peu avant qu’elle se lançât enfin dans la gueule du loup l’interrogeant sur la réelle raison de sa présence dans sa maison. Tout en restant silencieux un bon petit moment la regardant s’approcher de lui, Gaspard fit enfin tomber le masque en prenant la parole tout en ne la lâchant pas du regard. « Tu me manques… » Rétorqua-t-il tout en avançant un peu plus vers femme afin de passer une main sur son visage. « Ma vie n’est plus là même sans toi et je veux que tu reviennes, je veux que tu sois de nouveau à mes côtés, que tu reviennes chez Abbott… » Marquant une petite pause, se rendant compte de son geste, il recula d’un pas ne voulant pas la brusquer pour autant. « J’ai fait une énorme erreur, tu es celle dont j’ai besoin, celle que j’aime… » Gaspard baissa légèrement le regard suite à ces mots, ils n’étaient pas vraiment convaincus par ces paroles, en avait-il fait trop, ou allait-elle tomber dans le panneau ?


We were in love, we were you and i against the world, but it's over !

don't forget

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1579-i-m-in-love-with-the-shap
avatar

Miloë O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 20/03/2017
☆ messages : 776
☆ pseudo : Carrie. (Caroline)
☆ avatar : Amber Sexy Heard
☆ crédits : lolitaes
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: open (2/3 libre)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Ven 5 Mai - 16:10

You know that I love you
so I love you enough to let you go
I want you to know that it doesn't matter, where we take this road someone's gotta go and I want you to know you couldn't have loved me better but I want you to move on so I'm already gone - GASPARD & MILOË

La situation devenait ridicule. Miloë avait passé ces dernières semaines à se battre contre l’influence qu’exerçait Gaspard, son mari sur elle. Elle s’était peu à peu affranchi de lui depuis qu’elle avait mis les pieds dans l’avion qui l’avait conduite à San Francisco auprès de sa famille. Parfois, elle avait l’impression d’être comme ces drogués en cure de désintoxication. Loin de ce mariage toxique, elle réapprenait à vivre, à lui tenir tête, à se défaire de son charme. Alors, non sans difficulté, elle avait réussi à garder le silence, à couper les ponts ces dernières semaines et réapprendre à vivre petit à petit. Son voisin Ryan y était pour beaucoup, il avait réussi à la faire sourire quand elle n’avait qu’une seule envie : pleurer. Corps et âme, elle s’était également lancée dans la décoration de sa nouvelle maison depuis son acquisition, n’hésitant pas à faire également appel à un cabinet d’architecte afin que tout soit parfait. Pour rien au monde désormais, elle ne laisserait son nouveau foyer. New York n’était plus qu’un ancien chapitre de sa vie. Tout comme devait l’être son époux Gaspard. Mais voilà, avec son habileté et ses belles paroles, il avait réussi à la faire douter. La culpabilité sous ses reproches s’était frayée un chemin jusqu’à son organe vital qui battait désormais un peu plus fort, sous le poids des remords. Cependant, son attitude imbuvable réconfortait l’épouse dans sa décision de demander le divorce, malgré les quelques espoirs qu’elle n’avait pu s’empêcher de formuler auprès de quelques amies en espérant le voir changer et retrouver le Gaspard des premiers mois, des premiers jours. Celui pour lequel son cœur battait la chamade, celui dont elle ne pouvait détacher les yeux, celui dont elle était tombée amoureuse. Au fil des ans, il s’était endurcit, prenant de plus en plus de distance jusqu’à devenir des inconnus qui partageaient simplement le même toit. Bien évidemment, la jeune épouse avait également sa part de responsabilité, avec le recul elle se dit qu’elle aurait dû se battre un peu plus pour lui, plutôt que de se perdre dans sa carrière et les heures de travail. Elle n’avait pas su maintenir la flamme de leur couple.

Elle ne sait pas combien de temps ils restèrent sur le pas de sa porte à se quereller comme des adolescents, cherchant l’un l’autre à se blesser par de simple mots pourtant lourds de sens, avant qu’elle ne retrouve la raison et qu’elle l’invite à rentrer afin de priver le quartier de commérage et de rumeur sur son compte. Miloë était une personne de nature très discrète et elle comptait bien à ce que sa vie reste privée. Elle préférait ne pas trop se dévoiler à ses nouveaux voisins et garder ses petits secrets bien au chaud, comme ce mariage désastreux auquel elle voulait mettre un terme avec le semblant de volonté qui lui restait. Une part d’elle continuait à se fondre dans les et si ?, elle avait du mal à rayer de sa vie ces trois dernières années qu’elle n’espérait ne pas avoir gâché à ses côtés. Miloë avait besoin d’être réconfortée dans les décisions qu’elle avait prises lorsqu’elle était plus jeune, lorsqu’elle avait besoin de se marier à lui et à sa famille. La famille O’Connor et notamment le patriarche avait toujours été omniprésent dans leur vie, la régissant parfois. Tout comme Gaspard, elle n’avait jamais su lui refuser quoi que ce soit et elle avait parfois l’impression de n’être qu’une marionnette à ses yeux, une femme malléable qui répondait au moindre de ses désirs. Alors oui, elle avait surtout besoin de savoir si son mariage était véritable, basé sur de vrais sentiments ou simplement un spectacle de plus orchestré par son beau-père pour son propre plaisir. Elle but une gorgée de son thé bien chaud afin de retrouver son calme et sa nonchalance. Elle le remercia à demi-mots pour les compliments sur son nouveau foyer bien qu’elle ne put s’empêcher de chercher un semblant de réponse sur un ton détaché.« Bien sûr que non… Je suis venu pour te voir toi ! » Sa réponse était évidente, mais elle préféra ne pas croiser son regard à ce moment-là, un petit sourire de satisfaction se logeant sur ses lèvres rosées qu’elle préféra lui cacher pour le moment. Elle se concentra plutôt sur sa tasse, l’englobant de ses mains et la caressant de ses pouces de manière distraite, s’enfermant dans un mutisme mélancolique. Elle tentait de remettre ses idées dans l’ordre, de ne pas céder à ses pulsions qui lui donnait envie de crier ou au contraire de se jeter dans ses bras. Le voir dans sa nouvelle cuisine était plus dur qu’elle ne l’aurait imaginé, au fond il lui avait terriblement manqué. Il restait malgré tout son époux, celui dont seul la mort devait les séparer et non un bout de papier et quelques signatures. Elle se décida finalement à parler, ne reconnaissant pas sa propre voix qui lui semblait enrouée. Elle se devait de crever l’abcès. Avec douceur, elle se rapprocha de lui préférant cependant éviter tout contact afin de se protéger. Le peu de volonté qui lui restait, l’empêchait encore de commettre une erreur, de se jeter dans ses bras et de tout lui pardonner. Instinctivement, elle porta sa main à l’alliance qui pendait au tour de son cou, qu’elle trouvait trop dur à porter au doigt. Son regard chargé de tristesse s’accrocha à celui de Gaspard tandis qu’il lui susurrait les mots qu’elle avait envie d’entendre depuis des semaines. Ses yeux papillonnèrent lorsqu’elle sentie ses doigts sur sa joue, appréciant ce simple et doux contact. Malgré la rancœur qui lui dévorait les entrailles, Miloë avait l’impression de retrouver son mari pendant un bref instant, appréciant ses belles paroles. Celles qu’elle avait désiré entendre, mais elles n’étaient pas aussi salvatrices que ce qu’elle aurait espéré. Les images de la trahison de Gaspard s’imposait encore à son esprit, lui dans les bras de cette jeune femme. Une énorme erreur, c’était tout ce qu’elle était alors à ses yeux ? Réconfortée par cette idée, elle osa enfin formuler les pensées qui lui brûlaient les entrailles « Elle était la seule, alors ? C’était la première fois ? » répondit-elle la voix pleine d’espoir, presque suppliante. Elle essuya une larme qui perlait au coin de son œil, luttant pour ne pas s’effondrer. Mais, il était trop tard, elle les sentait peu à peu couler le long de ses joues silencieusement sous le coup des émotions et des mots de Gaspard. Cela faisait bien longtemps qu’elle ne l’avait pas entendu dire je t’aime. Elle fit volte-face afin de lui cacher ses yeux embués de larmes, n’osant pas affronter son regard. « Mais Gaspard, je ne sais pas si j’aurais la force de retourner à New York… Je crois qu’au fond je n’étais pas heureuse. Je le croyais pourtant. Enfin, nous n’étions pas heureux. » Avoua-t-elle, les lèvres tremblantes. Elle renifla légèrement pour retrouver un peu de contenance et essuya ses larmes avec conviction, elle devait être forte et arrêter de vivre dans des illusions. Elle s’était réveillée de cette vie qui n’était qu’une triste comédie, elle avait cette impression de sortir enfin de ce rêve éveillé et pour rien au monde elle ne voulait y retourner. Miloë ouvrait enfin les yeux sur sa vie, sur cette mascarade. Ces dernières semaines, elle avait longuement eu le temps d’y penser, d’y réfléchir, de se rendre compte de la réalité. Au final, l’adultère de Gaspard avait été un électrochoc avant qu’elle ne sombre définitivement dans l’abysse de leur mariage. Mais, Gaspard sans rendait-il compte ? Aimait-il se contenter de cette illusion ? De la vie qu’ils avaient ? La blonde avait besoin d’en avoir le cœur net. « Sincèrement, la vie que l’on menait te convenait ? Il faut qu’on arrête de se mentir, ça faisait bien longtemps que ça n’allait plus entre nous. » poursuivit-elle avec plus de force, les bras croisés en un ultime rempart de protection. « Je refuse d’y retourner et prétendre qu’il ne s’est rien passé. Reprendre ma place et ne rien changer, c’est au-dessus de mes forces. » Sa voix était douce, mélancolique. Elle désirait lui ouvrir les yeux comme elle avait réussi à le faire. « Je ne veux plus jouer les potiches pour le compte de ta famille et de l’entreprise. Je veux juste être marié avec quelqu’un que j’aime et qui m’aime en retour. Et non à un étranger. » se confia-t-elle timidement son regard à présent plongé dans le sien, ne sachant comment faire le premier pas, tiraillé par différentes émotions contradictoires comme l’envie de le faire sortir définitivement de sa vie et celle de lui laisser une seconde chance, ici à San Francisco.


(c)psychotic bitch


come over and let me embrace you
love doesn't have to hurt ✻ I know that I'm causing you pain too but remember if you need to cry I'm here to wipe your eyes. Tonight before you fall asleep I run my thumb across your cheek. I know I made you feel this way you gotta breathe, we'll be okay...

présence réduite jusqu'au 30/10


Dernière édition par Miloë O'Connor le Ven 26 Mai - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1557-miloe-give-a-girl-the-rig
avatar

Gaspard O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 27/03/2017
☆ messages : 348
☆ pseudo : London
☆ avatar : Ryan Gosling
☆ crédits : Liloo_59(sign par mcfly)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: (2/5) dispo
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Ven 12 Mai - 15:28

Hello, it's me !
EXORDIUM.
Se trouver là, face à sa femme, la femme pour qui il avait eu un réel coup de cœur lors de leur première rencontre, celle avec qui il se voyait construire une histoire, une belle histoire, mais le destin ne l’avait pas vu de la même façon. Ils avaient pourtant commencé leur histoire comme un coup quelconque, après quelques regards et sourire, il n’avait pas tardé à l’inviter à sortir, apprenant à la connaître de jour en jour, s’attachant de plus en plus à elle. Elle était la femme parfaite, belle et blonde. Il pouvait se pavaner à ces côtés, rendant jaloux les hommes osant poser leurs regards sur elle. Il la trouvait intéressante et avec le temps, il aurait sûrement mis genou à terre afin de la demander en mariage en temps et en heure, mais son père avait décidé de s’en mêler et c’est qu’après quelques mois passé l’un avec l’autre qu’il exigea un mariage afin d’officialiser leur relation aux yeux de tous, aux yeux des médias faisant bonne pub pour l’entreprise familiale. Gaspard avait conscience que tout avait été précipité et il avait même tenté tant bien que mal de contrer le vouloir de son père, voulant prendre son temps de son côté, mais sa parole ne fut pas assez forte que celle du paternel et Gaspard avait fait sa demande prématurément sans se rendre compte dans quoi il pouvait bien se lancer. Malgré cela, les premiers mois de leur mariage précipité furent parfaits, pour l’un et pour l’autre. Elle était folle amoureuse de lui tout comme lui pouvait l’être, du moins pensait l’être. Malheureusement, sa nature de séducteur pris le dessus et c’était après quatre ans de mariage qu’il commit l’irréparable, l’adultère ! Au début, le secret était plutôt bien gardé, noyé dans le travail, il arrivait à utiliser ce genre d’excuse pour passer du bon temps ailleurs, avec une autre femme que la sienne, puis un jour, il osa commettre l’acte dans leur lit conjugal et cela fut sans retour, elle avait tout vu et n’avait pas caché sa tristesse, laissant tout derrière elle, claquant la porte, laissant Gaspard face à lui-même, face à des remords, mais ne regrettant pas ce qu’il avait fait et pourtant aujourd’hui, il devait lui faire croire qu’il regrettait, lui faire croire que tout ce qui avait bien pu se passer était qu’une misérable erreur, une erreur qui lui avait coûté un grand chagrin, lui faire croire qu’elle lui manquait, mais surtout qu’il voulait qu’elle revienne à ces côtés. Gaspard ne pouvait s’empêcher que dans une autre vie, leur histoire aurait été bien différente, s’il n’avait pas été le fils de cet homme à la tête d’Abbott, s’il n’avait pas eu beaucoup d’argents, s’il avait pu être lui, seulement lui. Son père lui avait pourri la vie, mais il ne s’en rendait pas vraiment compte, bien trop aveuglé par ce modèle qu’il s’était créé durant toute sa vie, son but était de lui ressembler et de le rendre fier et c’est ce chemin qui l’avait mené à tout ça, le forçant à être présent face à elle à demander pardon, à presque devoir la supplier.

Les mots échappés de la bouche du blond avaient été poignant, il ne s’était pas retenu de faire quelques remarques lors du début de leur face à face et ne c’était pas retenu de montrer sa jalousie vis-à-vis du voisin de la belle blonde dont il avait malencontreusement appris l’existence lorsqu’elle lui avait ouvert la porte. Il n’avait cessé de lui faire comprendre que l’idée qu’elle puisse voir quelqu’un ne lui plaisait pas, mais la blonde resta silencieuse suite à ces dernières paroles, laissant place à un petit silence que Gaspard combla en lui avouant qu’il était ici pour elle et qu’il avait envis qu’elle revienne à ces côtés. La belle blonde ne tarda pas à lui poser la question qu’il avait tant redoutée, était-ce la seule, était-ce la première fois ? Le mensonge était de prime à l’heure actuelle. Bien sûr, il ne pouvait pas lui dire la vérité, une vérité qui endommagerait encore plus son cas. L’étudiante n’avait pas été la première, ni la dernière et il ne pouvait pas le lui faire savoir, par peur qu’elle fuit à nouveau ou qu’elle le mette à la porte. « Elle était la seule et c’était une grosse erreur… » Dit-il sans la lâcher du regard afin de paraître le plus crédible possible. Gaspard avait pu apprendre tout au long de sa vie l’art du mensonge, un art qu’il maîtrisait très bien et c’est grâce à cela qu’il avait réussi à cacher son adultère durant toute une année à sa femme. Observant les yeux humides de sa femme, il la regarda lui tourné le dos et se précipita derrière elle afin de mettre ses mains sur ses épaules afin de la réconforter « Je sais que j’ai merdé, je m’en veux énormément, vraiment !» Reprit-il avant de se mettre à face à elle afin d’avoir ces yeux plongés dans les siens. « Je t’ai fait du mal et j’en ai conscience, j’aimerais tellement réparer ça… » S’il n’avait pas été avocat, Gaspard aurait très bien pu être acteur, il maîtrisait ces mots et son regard le rendant très convaincant, mais il savait que quelque belles paroles n’allait pas arranger les choses, il se devait d’agir, de lui prouver qu’il tenait à la reconquérir, même, si en venant ici l’envie n’était pas au beau fixe, bien que le fait d’avoir appris l’existence d’un autre homme lui avait donné un certain battement dans le cœur, désirant finalement la récupérer afin d’évincer ce Ryan dont il avait appris l’existence en venant ici. Le sentiment qu’il pouvait ressentir était assez bizarre, d’un côté, il s’en fichait qu’elle accepte ou non de le pardonner, puisqu’il était passé à autre chose depuis bien longtemps, mais d’un autre, il la voulait dans sa vie, revivre les moments passés avec elle. « Tu n’es pas obligé de revenir à New-York, San Francisco est très bien, j’ai été distant durant les derniers mois, à cause de mon père, tu sais comment il est, l’entreprise passe avant tout, mais je suis sûr que si tu, si nous avions une seconde chance, je te montrerai que notre vie n’était pas si mal… » Gaspard se moquait de retourner à New-York ou pas, depuis son arrivé, il avait pu prendre du recul par rapport à son père et la vie loin de lui plaisait. « Je suis prêt à faire des efforts, on pourrait rester à San Francisco afin d’y construire une vie loin de mon père, se construire une vie à nous, fonder une famille…» A travers ces mots, il voulait croire en ce qu’il disait, d’ailleurs fonder une famille était l’un des projets qu’il avait toujours eu au fond de lui, après cinq ans de mariage, ils avaient tous les deux été plongé dans le travail et l’idée d’avoir un enfant n’était jamais resté dans les conversations. Il ne la lâchait pas du regard, ne sachant plus vraiment sur quel pied danser, il avait envie de la récupérer parce que son père lui avait demandé, mais aussi parce qu’il le voulait, même si au fond, il la considérait plus comme la femme de sa vie.


We were in love, we were you and i against the world, but it's over !

don't forget

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1579-i-m-in-love-with-the-shap
avatar

Miloë O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 20/03/2017
☆ messages : 776
☆ pseudo : Carrie. (Caroline)
☆ avatar : Amber Sexy Heard
☆ crédits : lolitaes
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: open (2/3 libre)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Lun 29 Mai - 21:21

You know that I love you
so I love you enough to let you go
I want you to know that it doesn't matter, where we take this road someone's gotta go and I want you to know you couldn't have loved me better but I want you to move on so I'm already gone - GASPARD & MILOË

Miloë buvait ses paroles, nourrissant ses espoirs avec ses excuses qui lui semblaient sincères. En une conversation, il avait réussi à fissurer cette carapace dans laquelle elle s’était emmurée ces dernières semaines. Lorsqu’il s’agissait de Gaspard, la blonde portait toujours des œillères, depuis le jour où elle lui avait dit oui, elle avait décidé de croire en lui, lui trouvant des excuses quand ses amies de New York tentaient de démontrer qu’il n’était qu’un homme séducteur et manipulateur. Mais elle refusait de le croire, trop naïve, trop amoureuse de l’idée de l’amour elle-même et de l’image du couple parfait qu’ils dégageaient. Pendant des mois, des années, elle avait nourri cette idée de couple idéal, refusant de voir que tout allait mal. Il y a bien longtemps qu’ils ne formaient plus un couple aimant et heureux. Malgré son éveil et la nouvelle perception de son mariage, la jeune femme laissait sa vie d’avant avec réticence, la peur des regrets étant omniprésente. Le chemin était encore long avant qu’elle ne comprenne que Gaspard était un fardeau et qu’il était urgent qu’elle s’en libère si elle voulait avancer dans sa vie.

Alors quand il lui avoua être ici à San Francisco pour elle, pour se faire pardonner de cette unique erreur, comme il le clamait, elle n’écouta pas cette petite voix qui la mettait en garde. Parmi ces mots, elle ne décela pas les mensonges et même quand elle soutint son regard, elle n’y vit que du feu, se complaisant dans ce mensonge, refusant de croire qu’elle avait pu être naïve à ce point-là. Savoir qu’il n’avait fauté qu’une fois la réconforté, elle se sentait un peu moins humiliée. L’erreur était humaine. Complètement perdue et submergée par des émotions contradictoires, les mots se répercutaient en écho dans sa tête, berçant ses illusions et le peu d’espoir qui subsistait en leur couple. Elle apprécia le doux contact de la paume de sa main avec sa joue chaude et son cœur loupa un battement lorsque le mot aimer franchi les lèvres de celui qui était encore son époux. Chamboulée, les larmes ne tardèrent pas à franchir ses cils, une échappatoire pour ce trop-plein de ressentiments qui lui donnait presque des haut-le-cœur. Elle se détourna alors de lui pour lui cacher ses larmes, sa faiblesse. Elle ne voulait pas flancher devant lui, lui donner cette satisfaction d’être un cliché. Mais les doutes qu’elle s’employait à chasser de son esprit, revenaient la hanter avec plus de virulence. Ce pourrait-il qu’il change comme il le prétendait ? Pouvait-il prendre un nouveau départ tous les deux ? Loin de New York ? C’était actuellement, la seule certitude qu’elle avait à présent, sa vie à New York était définitivement finie. Elle ne voulait plus de cette vie, de cette cage dorée dans laquelle elle était emprisonnée. Dos à lui, elle sentit ses mains réconfortantes se poser sur ses épaules. Elle en frissonna à la fois d’allégresse et de dégoût. La blonde tout en appréciant ce contact ne pouvait s’empêcher de penser à ces mêmes mains entrain de parcourir la peau de cette autre femme. Elle se sentait salie par ce simple touché. « Je sais que j’ai merdé, je m’en veux énormément, vraiment ! » Miloë ferma un instant les yeux, séchant ses larmes avec plus de conviction, décidée à se ressaisir, elle en avait encore gros sur le cœur. Elle se décida finalement à lui faire face, croisant son regard pour finalement s’y noyer le temps d’un instant. « Je t’ai fait du mal et j’en ai conscience, j’aimerais tellement réparer ça… » Au prix d’un ultime effort, elle détacha ses yeux de son époux avant de totalement s’y perdre. Elle préféra fixer le sol ne sachant quoi répondre et se mordit la lèvre inférieure. Dire qu’il lui avait fait du mal était un euphémisme, elle ne pensait pas qu’il était possible de ressentir une telle douleur, celle qui vous fait mal à chaque nouvelle respiration, celle de votre égo qui se fracture en milliers de morceaux face à l’humiliation, celle de de la trahison.

Se ressaisissant, les bras formant une barrière protectrice croisées sur sa poitrine, elle préféra le raisonner, lui exposer ses doutes plutôt que s’enfermer dans un nouveau mutisme. La jeune femme retrouva un peu de sa fougue et de son tempérament, lui faisant remarquer qu’ils n’étaient pas heureux. Elle refusait de prendre à nouveau part à cette pièce de théâtre dirigée par son beau-père. Elle en avait fini avec l’entreprise Abott et la famille O’Connor. Ses rêves avaient changé, ils ne poursuivaient plus un but de grandeur, ni de gloire. Ceux-ci étaient désormais beaucoup plus humbles, Miloë n’avait plus besoins de faire ses preuves, elle s’imaginait une vie plus simple, entourée de sa famille, de ses proches et à fonder une famille. Pendant un instant, elle abaissa ses défenses, elle se confia à lui sur ses attentes, son envie d’avoir un mari aimant, de vivre à San Francisco, désirant lui ouvrir les yeux sur la mascarade qu’était leur mariage au-delà de cet adultère. Sa voix était apaisée, mélancolique. La blonde ne ressentait pas l’envie de se battre face à la fatalité de leur mariage, elle haussa négligemment les épaules, persuader que leurs vies se séparaient naturellement ici malgré la douleur qui lui transperçait le cœur.

Convaincue, qu’elle devrait camper plus ardemment sur ses positions pour ne pas lui céder et le suivre à nouveau à New York, elle fut surprise de sa réponse. Ses yeux s’écarquillèrent sous l’effet de surprise et son cœur se réchauffa, lui semblant moins douloureux. Une fois de plus, il prononçait les mots justes, ceux qu’elle voulait entendre. L’épouse avait l’impression qu’il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Serait-il pris à renoncer à tout cela ? Pourrait-elle lui accorder une nouvelle chance ici ? Sur le moment, elle se contenta d’acquiescer quand il mentionna son père et l’entreprise. Deux facteurs qui avaient empoisonnés leur mariage de manière irréversible. « Tu… tu serais vraiment prêt à renoncer à tout ça pour moi ? » finit-elle par réussir à formuler les yeux brillants et en esquissant un faible sourire. Impulsivement et sans se rendre compte de ce qu’elle faisait, elle se rapprocha de Gaspard, passant ses bras autour de sa nuque et venant la caresser machinalement d’une main maladroite. Ce geste, elle l’avait fait des millions de fois mais elle avait l’impression que c’était la première fois. Elle leva les yeux pour plonger son regard dans le sien. « J’arriverais vraiment à te suffire ? » Ses sourcils se froncèrent légèrement pour renforcer ses mots. Peut-être qu’elle pourrait lui offrir une seconde chance après tout ? Il pourrait former une famille, avoir un enfant. Depuis que sa meilleure amie Ava attendait un enfant, Miloë y pensait de plus en plus. Elle était déjà persuadée qu’elle serait une véritable mère poule à cause de son passé et de sa mère biologique qui n’avait guère prêtait attention à son existence. Incertaine, conquise par ses mots et emportée par le moment, la blonde se hissa sur la pointe de pieds. Les lèvres tremblantes, elle les posa délicatement sur celle de Gaspard. Elle ferma un instant les yeux, appréciant ce baiser, ses lèvres douces contre les siennes. Mais ce sentiment d’apaisement ne dura qu’un court instant. Les images se bousculaient à nouveau dans sa tête, elle voyait à nouveau ce dos nu qui n’était pas le sien, les mains de son époux sur les hanches de cette inconnue dans cette chambre qu’elle avait décoré, sur ses draps qu’elle avait choisis. Alors, aussi vite qu’elle avait pris l’initiative de l’embrasser, elle détacha ses lèvres des siennes avec plus de violence qu’elle ne l’aurait voulu. Son rythme cardiaque s’accéléra, ses sourcils se froncèrent à nouveau sous le poids de ses souvenirs. Prise d’effroi, elle s’éloigna de l’homme qu’elle pensait connaitre. « Je suis désolée, je n’aurais pas dû... » s'excusa-t-elle, troublée par ce qu'il venait de se passer. Elle n’avait pas pour but de jouer au chaud et au froid avec lui, mais pour le moment partager un moment d’intimité avec lui, c’était au-dessus de ces forces. « J’essayes de te pardonner. De nous laisser une chance. Mais je n’y arrive pas. » Ses poings se crispèrent, elle tentait de rester calme, mais les images ne cessaient de lui revenir en mémoire. « Quand je te touche tout ce que je vois désormais c’est cette… cette… fille. Et tes mains sur elle… » glissa-t-elle, les dents serrées. Elle s’était retenue d’insulter l’étudiante, refusant de se rabaisser à ce genre de langage et de laisser exploser sa rage.



(c)psychotic bitch

Sorry:
 


come over and let me embrace you
love doesn't have to hurt ✻ I know that I'm causing you pain too but remember if you need to cry I'm here to wipe your eyes. Tonight before you fall asleep I run my thumb across your cheek. I know I made you feel this way you gotta breathe, we'll be okay...

présence réduite jusqu'au 30/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1557-miloe-give-a-girl-the-rig
avatar

Gaspard O'Connor
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 27/03/2017
☆ messages : 348
☆ pseudo : London
☆ avatar : Ryan Gosling
☆ crédits : Liloo_59(sign par mcfly)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: (2/5) dispo
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   Jeu 8 Juin - 16:35

Hello, it's me !
EXORDIUM.
Les belles paroles qu’il pouvait lui faire avaler résonnaient parfaitement, pourtant la plupart de ces mots ne provenaient pas du fond de son cœur, mais plus du fond de sa tête. Il avait le cul entre deux chaises, et ce, depuis le moment où il avait embarqué à bord de l’avion qui l’avait emmené à San Francisco. Il y avait son côté se fichant de la situation, qui souhaitait continuer sa vie telle qu’elle avait commencé alors que Miloë était parti, mais d’un autre côté, mise à part le fait que c’est son père qui l’avait poussé à venir ici, il tenait tout de même à la récupérer, sentant un vide dans sa vie malgré tout. Ces pensées se bousculaient dans sa tête, ne sachant vraiment pas quoi penser. Lorsqu’il s’était retrouvé face à elle quelques minutes plus tôt, il n’avait idée de comment la discutions allait tourner. Faisant le con dans les premiers instants, il avait été simplement fidèle à lui-même, laissant son côté imbu de lui-même et possessif prendre le dessus, alors qu’il avait appris dans les premières secondes l’existence d’un homme dont il n’avait pas du tout connaissance Gaspard avait toujours eu ce côté jaloux, il ne, c’était jamais donné le mal de le cacher et Miloë avait vécu bien des situations pénibles à cause de ça, mais il ne s’agissait pas de son défaut, oh non, il en avait des tonnes, à croire que ces qualités pouvaient se compter sur les doigts d’une main. Il n’avait pas beaucoup de qualités, mais les seules qu’il pouvait compter, il les utilisait bien, voir même très bien, d’ailleurs, c’est ce côté-là qui avait fait en sorte qu’il réussisse à charmer durant les premiers jours de leur relation, sa femme Miloë. Au fil des années, il avait montré petit à petit principalement ces défauts, ceux d’un homme emprisonné dans un mariage, un mariage qui l’avait consumé jusqu’au dérapage qu’il avait commis et qui avait causé la perte de sa chère et tendre.

Alors que la discutions battait son plein, Gaspard avait su se calmer et parvenir à des excuses afin de faire entendre à sa femme ce qu’elle vouait sûrement entendre. Lui faisant savoir qu’il était désolé de ce qu’il a fait, lui faisant croire qu’il était prêt à tout pour pouvoir la récupérer et ce même à rester à San Francisco afin de vivre une nouvelle vie à deux. Il ne pensait pas un mot de ce qu’il venait de dire, bien qu’au fond de lui, l’envie de rester ici loin de son père et de créer sa propre vie, sa propre famille était tentant. Alors qu’elle lui demandait s’il était vraiment prêt à faire tout cela pour elle, il garda ses yeux plongés dans les yeux, acquiesçant un petit sourire. Oui, il était prêt à laissé sa vie, et cela, depuis bien longtemps, bien trop emprisonné dans sa relation père et fils, il souhaitait vraiment y mettre un terme, un terme à cette relation qui l’empoisonnait chaque jour de plus en plus. « Oui, je serai prêt à tout, pour toi… » Dit-il à Miloë l’observant se rapprocher de lui, mettant ses mains autour de son cou, un geste qui ne le laissa pas indifférent, un geste qui lui donna des frissons tout le long de son corps. Il se rappelait à ce moment précis les fois où ils avaient vécu cela, ou il avait ce geste alors qu’il la tenait en général par la taille, la regardant avec des yeux amoureux. Son regard n’était pas aussi expressif en ce moment précis, mais la brillance dans ces yeux fut bien présente, gardant son regard longé dans le sien, il mit finalement ses bras autour de la taille de la belle blonde, lui faisant un sourire par la même occasion, ne sachant pas vraiment pourquoi elle faisait cela, mais le laissant croire que c’était bon signe pour l’avenir, bien qu’il redescendît sur terre lorsqu’elle lui demanda si elle arrivera à lui suffire. Son cœur battant à mille à l’heure, la réponse n’était pas si évidente que ça. Depuis son arrivé à San Francisco, il n’avait pas hésité à se jeter sur la première venue, profitant des coups d’un soir depuis sa rupture avec sa belle. Bien sûr, il ne tenait pas à lui faire savoir cela, il avait bien réussi à lui cacher son aventure extraconjugale durant une année entière, donc elle ne pouvait pas deviner qu’il ne c’était pas tenu à carreau depuis. « Toi, moi et toi… Personne d’autre. Tu es parfaite, personne ne t’arrive à la cheville, c’était une grosse erreur ! » Dit-il faisant référence au fait qu’il avait dérapé. Il espérait grandement qu’elle lui laisse une seconde chance, il avait joué de sa sensibilité, parlant de fonder une famille, des mots qui avaient l’air de l’avoir touché en plein cœur. Alors, que leur position n’avait pas changé, elle se hissa sur la pointe des pieds afin de lui donner un baisé, un baisé auquel Gaspard ne s’attendait vraiment pas, un moment agréable qui fut assez court, alors que la belle s’éloigna de lui d’un seul coup, s’excusant de son geste. « Ne t’excuse pas, je ne t’ai pas repoussé, puis ce n’est pas comme si toi et moi sommes des inconnues…» Il ne savait pas vraiment quoi lui dire par rapport à ce qu’il venait de passer, mais une chose est sur, il avait apprécié à ce moment. « Puis, c’était assez agréable à vrai dire… » Dit-il avant que l’ambiance passât d’un tout autre côté, écoutant les mots de Miloë, qui lui avouait repenser à la fois où elle l’avait surpris avec cette fille. Des mots qui laissèrent Gaspard sur sa faim, ne sachant pas comment réagir aux mots qu’elle venait de dire. Il décida d’un seul coup d’attraper les mains de sa femme afin de les serrer contre les siennes tout en plantant à nouveau son regard dans le sien. « Chaton… » Il marqua une petite pause, avant de très vite reprendre. « Je suis tellement désolé pour tout ça, vraiment, je ne veux pas te bousculer, mais sache que je suis prêt à tout pour te retrouver auprès de moi, me réveiller chaque matin en ta compagnie… » Suite à ces mots, il s’éloigna de sa femme, s’avançant vers la porte d’entrée. « Je ne vais pas t’embêter plus longtemps, tu sais ou me trouver si besoin, puis si l’envie te dit samedi soir, je peux nous organiser un petit dîner histoire de rediscuter de tout ça… » Ouvrant la porte sur ces mots, il s’avança vers elle une dernière fois afin de lui donner un baiser sur la joue, avant de tout simplement s’en aller.


Spoiler:
 


We were in love, we were you and i against the world, but it's over !

don't forget

♡ ♡ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1579-i-m-in-love-with-the-shap

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Hello, it's me ! (Miloë)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hello, it's me ! (Miloë)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» keep calm and drink some wine ♣ ft. miloë
» Hello, it's me ! (Miloë)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: south san francisco :: habitations-
Sauter vers: