N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY a fêté dernièrement ses onze mois d'existence. ♡

Partagez | 
 

 Merry Xmas {ft. Morgan's family

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Henry Morgan
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 14/12/2016
☼ messages : 224
☼ pseudo : V.
☼ avatar : Nicolas Simoes
☼ crédits : © POLARIZE.
and more
MessageSujet: Merry Xmas {ft. Morgan's family   Mar 24 Jan - 19:40

Merry Xmas.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Cette année, je n’avais pas vu le temps passer. Il a défilé à une vitesse grand V. Il faut dire qu’avec mes examens finaux, l’obtention de mon diplôme, mon début dans la vie active, en tant qu’interne aux urgences, et l’emménagement avec Faith, j’avais eu de quoi être occupé. Et le rythme ne s’était pas essoufflé. Encore moins durant cette période de fin d’année. D’ailleurs, à moins de regarder un calendrier, rien ne nous donnait l’impression d’être déjà en hiver, et surtout à une semaine de Noël. Quoique si. Les décorations dans les rues, les rayons dans les magasins. Ce qui, en soi, ne voulait strictement rien dire, sachant que dès Halloween rangé au placard, les boules, guirlandes et sapin faisaient leur apparition dans les grandes surfaces, et dans les rues. Pour moi, de toute façon, tant qu’il n’y avait pas de neige, ce n’était pas vraiment Noël.

Avec une quinzaine de minutes d’avance, en ce jour du 20 décembre, j’arrivais à destination. La maison de mon enfance, quittée il y a peu, s’élevait devant moi. Etant de garde le jour de Noël, et les jours suivants, et ne pouvant donc pas me joindre aux festivités avec les autres membres de ma famille, j’avais convenu d’une nouvelle date avec ma mère. J’avais aussi appris, quelques jours plus tard, que ma jumelle, Savannah, serait aussi de la partie. A peine avais-je fait un pas dans le couloir de l’entrée, je fus accueilli par un doux fumet provenant de la cuisine. Instantanément, un sourire se dessiner sur mes lèvres. J’accrochais ma veste au porte-manteau, enlevais mes chaussures, me retrouvant en chaussettes – merci le chauffage au sol – et je me dirigeais vers la pièce du fond, me laissant guider par l'odeur qui emplissait de plus en plus mes narines.

Ma mère, un tablier ridicule – offert par nos soins – autour de la taille, s’affairait devant les fourneaux. Un instant, j’eus de la peine pour elle. La voir là, à se démener pour nous préparer un repas de fête digne de ce nom, seule, sans aucun soutien. Je savais qu’elle faisait tout son possible pour nous voir heureux, mais, pour moi, il fallait qu’elle s’occupe plus d’elle que de nous, surtout que nous n’habitions plus ici. Je me mordis la lèvre, effaçant de mes pensées le moment où elle découvrira le pot aux roses. Toute la vérité. Je l’achèverais certainement. Je chassais mes idées noires d’un revers de la main, et mon sourire réapparut. Toujours tout autant sincère, quand je me retrouvais en sa présence. Je m’approchais d’elle, lentement. « Bonjour maman ». J’attendis qu’elle se retourne pour aller la prendre dans mes bras et déposer un chaste baiser sur sa joue. Comme elle avait l’habitude de le faire avec nous, durant notre enfance. Je me levai sur la pointe des pieds. « Qu’est-ce que tu nous a concocté de bon ? ». Rien qu’à l’odeur, j’avais déjà l’eau à la bouche. Dès que je mettais les pieds dans mon ancienne maison, je perdais tout responsabilité. Je devenais à nouveau un gamin, ne se souciant de rien. Ici, je me prenais pour le roi. Contrairement à mon chez moi, je voulais juste me poser, les pieds sous la table, et me faire servir. Je m’approchais d’une casserole, soulevant le couvercle « Elle arrive quand Savannah ? demandais-je, alors que mon doigt prenait le chemin du liquide qui chauffait. J’avais même perdu mes bonnes manières, oubliant jusqu’à lui demander comment elle allait.


black pumpkin


I'm a nightmare dressed like a daydream.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1249-i-m-a-nightmare-dressed-l
avatar

Maggie Kenton
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 17/01/2017
☼ messages : 47
☼ pseudo : Crom
☼ avatar : Emma Thompson
☼ crédits : Shiya
and more
MessageSujet: Re: Merry Xmas {ft. Morgan's family   Mar 24 Jan - 21:57



"Merry Christmas"


ft. Henry & Savannah



Les grandes familles, c’est compliqué. Surtout quand il s’agit de tous les réunir. Je crains qu’il faille que je me fasse à l’idée que ça n’arrivera pas aussi souvent que je le voudrais. Certes, si je m’écoutais, je les aurais tous avec moi la moitié du temps, mais pour Noël, c’est trop demander ? Je sais bien qu’avec leurs emplois respectifs, ça n’est pas simple, surtout les jumeaux. Les joies du domaine médical. Ne vous détrompez pas, je suis très fière qu’ils aient choisi cette voie, mais c’est vrai qu’elle comporte quelques inconvénient, et pas que pour eux. Alors pour cette année il me faut me résoudre à faire Noël en plusieurs fois. C’est ainsi. Et puis, en y songeant bien, il y a aussi un avantage, c’est que j’aurais les jumeaux juste eux seuls, pour discuter, c’est plus simple. La plus jeune passe quelques jours chez une amie avant les fêtes, alors ça sera juste nous trois. Maintenant, il ne reste plus qu’à tout préparer, et en premier lieu, à m’attaquer au repas. Un classique de Noël : la dinde. Et avec ça bien sûr, patates, légumes, et le plus important, le dessert. Je pense que je vais passer la journée derrière les fourneaux. Mais dans le fond, ça me fait plaisir aussi de faire ça pour eux. Et puis, ce n’est plus comme si je passais mes journées à faire à manger pour six, maintenant n est deux, et encore, quand elle est là. Et c’est l’occasion d’enfiler le magnifique tablier que ces adorables chenapans m’ont offert un jour. Un machin aux couleurs criardes, qui n’aurait pas dépareillé sur ma grand-mère.

L’avantage aussi quand on a beaucoup à faire, c’est qu’on ne voit pas le temps passer. Il est déjà presque l’heure, et si je n’avais pas entendu Henry entrer, je n’aurais même pas remarqué qu’il était si tard. Même si, a priori, il est en avance. L’avantage, quand tu reçois tes enfants, c’est que t’as pas besoin d’en faire des caisses pour les accueillir, ils connaissent le chemin. Je peux donc tranquillement continuer ma popote, je sais que son estomac saura le guider jusqu’à bon port. Le sentant s’approcher dans mon dos, je délaisse un instant les fourneaux, histoire de le serrer dans mes bras. Bonjour mon grand. Tu as passé une bonne journée ? J’ai l’impression d’être retournée des années en arrière quand ils rentraient de l’école et que je leur posais mot pour mot la même question. Les réponses étaient généralement plus ou moins éloquentes, et j’espère au moins qu’avec l’âge ils deviennent plus bavards. J’ai passé l’âge de leur tirer les vers du nez. Et j’aurais du me douter que ça première question concernerait le menu. Un vrai ventre sur pattes celui-là, heureusement que je l’aime. Dinde, et tout ce qui va avec. Ca te va ? Ca aussi, c’est une des difficultés d’avoir une grande tribu : trouver un menu qui convienne à tous. Un vrai casse-tête. Heureusement qu’en grandissant ils sont devenus moins exigeants, sinon je pense que je me serais arraché tous les cheveux. Il est vraiment retombé en enfance, dit donc. Le voilà qui reprend ses mauvaises habitudes. Enlève-moi cette main pleine de doigts. Comme quand il était enfant, j’accompagne mes mots d’une claque amicale sur la main. Tu ne t’es pas assez souvent brûlé pour savoir que mettre ses doigts dans la nourriture qui chauffe, c’est pas un bon plan ? Moi qui croyais d’avoir appris quelque chose … Maintenant que je l’ai sous la main, je ne vais pas me gêner pour le taquiner un peu. Si déjà. Et sa sœur subira le même sort quand elle arrivera. Elle ne devrait plus tarder je pense. Comme pour appuyer mes dires, j’entends la porte d’entrée s’ouvrir. Quand on parle du loup.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

some info
and more
MessageSujet: Re: Merry Xmas {ft. Morgan's family   Mar 14 Fév - 22:45


Merry Christmas




Toutes les lumières brillent, si ardemment, partout. Et les rires d'enfants remplissent l'air et tout le monde chante. J'entends ces clochettes sonner. Père noël, ne m'apporterais-tu pas le seul dont j'ai réellement besoin ?-  Mariah Carey - All I Want For Christmas Is You
Famille Morgan


Décembre. Un mois qui vous annonçait la fin d'une année et le commencement d'une nouvelle. Celle où on fait le point sur l'année se disant que la nouvelle année ne pouvait pas être pire que l'ancienne. Du moins, vous l'espérez. Vous priez même que les emmerdes n'allaient pas continuer à vous poursuivre cette année encore. Vous n'êtes pas forcément croyant, mais à cet instant, vous espérez qu'une quelconque divinité attente votre prière que la nouvelle année sera plus joyeuse que celle qui n'allait pas tarder à se finir. Que vous allez enfin retrouver goût à la vie. Goût à sourire. Vraiment. C'était ce que je voulais. Le même souhait ou résolution comme vous aimez l'appeler que je faisais quand le mois de décembre arrivait. C'était un peu tôt certes, mais dans mon cas, mieux vaut anticiper plutôt que de le faire à la nouvelle année. Car je savais d'avance que je le passerai au travail comme j'allais aussi passer Noël aux urgences plutôt qu'entourer de mes proches. Ah Noël. Qui dit décembre dit forcément Noël. Vous savez cette fête teintée de rouge et blanc où les cadeaux sont de la partie le jour du 25 décembre ? Où les pubs féeriques de Coca-Cola par exemple, nous bassinerons les oreilles plus les jours s'approchaient de Noël. Une des pubs que je regardais en ce moment-même et me faisais pousser un long soupire. D'envie non. De nostalgie oui. Quand j'étais gamine, j'adorais cette fête. C'était même ma fête préférée comme bons nombres d'enfants me diraient vous. Mais maintenant, c'est plus la nostalgie qui me quête quand ce jour approche.

Je souriais faiblement en enroulant mon épaisse écharpe offerte par Henry autour de mon cou. J'avais décidé que pour cette année, j'allais sourire. Tourner la page sur la tristesse qui me ronge depuis qu'il est parti. Du moins, essayer. Avec pas mal d'effort, j'avais décoré ma maison à l'effigie de Noël. J'avais même demandé à mes frères et sœurs de m'aider dans cette tâche. Au moins, pour leur montrer que malgré mon état, je faisais des efforts pour remonter la pente. Je savais qu'ils s'inquiétaient pour moi et ne disent pas que les miracles de Noël existaient ? Peut-être aujourd'hui, j'allais allait mieux. C'était dans cet état d'esprit que je m'étais levée ce 20 décembre et que je finissais de me préparer. Car j'allais rendre visite à ma mère pour fêter Noël avec elle et mon jumeau. Car j'avais une fois de plus arrangé une collègue pour échanger nos jours de garde. Elle avait son époux et ses enfants qui l'attendaient chez elle. Moi, juste mes chats. Certes, il y avait bien ma famille, mais je savais d'avance qu'Henry sera aussi de garde ce jour-là et Noël sans lui ne serait pas Noël. Ma mère n'avait pas été surprise de m'entendre lui dire que je serai de garde cette fête-là. Je crois qu'elle sait au fond d'elle, que je préfère m'occuper l'esprit aux urgences plutôt que de me souvenir que mon époux était enterré dans l'un des cimetières de San Francisco. Elle m'avait juste dit qu'Henry serait là et qu'on fêterait Noël le 20 décembre plutôt que le jour habituel qu'était le 25 décembre. Et un bref coup d'œil à mon horloge murale me disait qu'il valait mieux que j'y aille maintenant avant de les faire attendre. Avec une dernière caresse à mes chats, je claquai ma porte et me dirigeai vers la maison Morgan.

Le voyage ne fut pas forcément long. Je m'efforçais du mieux que je pouvais de ne pas regarder les décorations qui garnissaient les ruelles de San Francisco. Ça sentait bon Noël comme on disait, il ne manquait plus que la neige pour rendre ce jour magique. La maison de mon enfance me fit face et je me garais devant l'allée. La bâtisse était toujours la même. Plutôt imposante. Toujours aussi décorée avec goût à l'intérieur. Tant de souvenirs y habitaient. Des bons comme des mauvais. Comme nos parties de cache-cache avec Henry ou le départ de notre père suite à ses infidélités. Je secouais la tête et je sortis de ma voiture. Je m'étais promis de faire bonne figure aujourd'hui. De sourire et non de me souvenir des mauvaises pensées. C'était Noël après tout. Enfin, c'était dans cinq jours plus exactement, mais pas pour nous les Morgan. Je remontais l'allée et remarquais qu'Henry était déjà. Si j'étais ponctuelle, lui étais toujours à l'avance.

Un fin sourire naquit sur mon visage quand j'ouvris la porte d'entrée. La première idée qu'eu, c'est que Noël avait bien envahi notre maison. Maggie, notre mère, avait dû à coup sur nous avoir préparé un repas digne de Noël. S'il y avait bien une chose que je regrettais d'être parti d'ici, c'était bien les plats que nous préparaient notre mère. Ça et notre innocence d'enfant face au monde des adultes qui nous attendait. Des brides de conversations qui parvenaient de la cuisine se firent attendre. À coup sur, Henry avait du mettre la main à la pâte ce qui avait du lui valu une remarque de notre mère. J'enlevais mon manteau et l'accrochai à notre porte manteau. Une fois cela fait, je me dirigeais vers la cuisine où sortait une odeur de dinde. Elle avait fait les choses en grand et je respectais ma mère énormément pour ça. D'accepter de refaire la même chose deux fois à cause d'emploi du temps embêtant. Un sourire se dessina sur mon visage quand je franchis la porte de la cuisine. Comme je me l'étais imaginé, ma mère avec son tablier ridicule acheté par nos soins, réprimandait Henry qui voulait un aperçu du dîner. Ce que je n'allais pas gêner à le faire moi aussi. « J'espère que tu m'en a laisser frérot, sinon tu risques d'avoir à faire à ma bouderie légendaire. Et tu sais à quel point, je suis têtue sur ça. » Je lui tirais la langue après l'avoir embrassé sur les joues pour le saluer. Résolution numéro un : tout faire pour ne pas une nouvelle fois gâcher cette fête avec mes histoires. Et ça commençait par être tendre avec mes proches et de sourire. Ainsi, je rejoignis ma mère et la serrai dans mes bras. « Bonjour maman, tu vas bien ? » « Il est très beau ton tablier, je me demande qui te l'a acheté. Dans tous les cas, ils ont vraiment bon goût niveau mode. » C'était purement ironique vu que je savais très bien qui le lui avait acheté soit Henry et moi. Et on le qualifierait plus de ridicules que de vêtement de mode. Mais j'avais décidé de faire comme si mon mari n'était pas mort au combat. Du moins, pour aujourd'hui et pour faire plaisir à mes proches. Je rejoignis la gazinière où étaient disposés plusieurs poêles. Elle avait fait les choses en grand comme d'habitude. Ça ne me surprenait même pas.  « Et écoute maman, Henry. Quand elle te dit de ne pas mettre la main dedans, ne la met pas dedans. » Lui glissant un clin d'œil, je mis un doigt à l'intérieur de l'un des plats de ma mère quand celle-ci était retournée, ne me voyant pas. L'air de rien. Avec un sourire innocent sur les lèvres quand elle se retourna pour me regarder. On n'était pas jumeau pour rien sur ça. Peut-être que finalement ça allait être plus facile de sourire. Du moins, je l'espérais. Les miracles de Noël existent, je veux le mien aussi.




sorry:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Henry Morgan
membre + petit scarabée

some info
☼ en ville depuis le : 14/12/2016
☼ messages : 224
☼ pseudo : V.
☼ avatar : Nicolas Simoes
☼ crédits : © POLARIZE.
and more
MessageSujet: Re: Merry Xmas {ft. Morgan's family   Sam 25 Fév - 19:00

Merry Xmas.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Dès que j’avais franchi le pas de la porte de ma maison d’enfance, je sentis le malaise s’accroître en moi, ainsi que la culpabilité. Non pas la même que je ressentais dès que mon regard se posait sur Faith ou que je la prenais dans mes bras, mais une autre. Celle de me dire que, depuis le début de mes études, j’avais délaissé ma mère. Qui vivait seule suite au divorce, il y a bientôt quinze ans en arrière, d’avec mon père. Je m’en voulais de ne pas venir la voir plus souvent, ni de prendre de ses nouvelles. Malheureusement, le temps me manquait. Pour tout. Je pris une grande inspiration avant d’entrer dans la cuisine. Un sourire s’accrocha sur mon visage, sincère, dès que je la vis et je la pris dans mes bras. « Bonjour mon grand. Tu as passé une bonne journée ? » J’hochais la tête, me décalant légèrement et me dirigeant vers les fourneaux, guigner ce qu’elle mijotait ans les casseroles. Je m’appuyais contre le comptoir, et me retournait vers elle. « Tranquille. J’ai bien pu profiter de me reposer, n’étant pas de service. Et toi ? Pas trop fatiguant tous ses préparatifs ? » Avec Savannah, ou mes autres frères et sœurs, nous ne lui avions jamais demandé de faire autant d’efforts pour nous, et encore mois depuis que nous étions tous parti de la maison. Devenus adulte. Et pourtant, elle continuait. A chaque occasion qui se présentait. Pourtant, elle n’y était pas obligée. Toutefois, je ne dis rien. Je me sentais déjà assez mal comme ça, alors lui dire en plus qu’elle n’avait pas besoin de faire tout ça pour nous, et de plus s’occuper d’elle. Non. Surtout que, dans ma logique, elle le faisait plus pour s’occuper. Ne sachant pas quoi faire d’autre, et rien que le fait d’y penser, me blessait. Changeant de sujet, je lui demandais le plus naturellement du monde ce que nous allions manger. Rien qu’à l’odeur, j’en avais déjà l’eau à la bouche. « Dinde et tout ce qui avec avec. Ca te va ? ». Je fis une moue boudeuse, juste par simple taquinerie, avant de m’approcher d’elle et de lui faire un léger baiser sur la joue. Je repris ensuite place à côté de la cuisinière. « Bien sûr. Tu sais très bien que je n’ai jamais été très compliqué. Tout me va. Et tu sais, tu n’avais pas besoin de te donner tout ce mal … » c’était sorti tout seul, alors que, il y a peine quelques secondes, je m’étais promis de ne rien dire. Je rajoutais, assez rapidement, pour détourner la conversation. « J’en ai déjà l’eau à la bouche ». Ensuite, comme un petit enfant de cinq ans, j’ouvris le plus doucement possible le couvercle d’une casserole, et mon doigt vint toucher le liquide qui bouillait, pour le goûter. Ni une ni deux, ma mère était à mes côtés, et je reçu une tape sur la main. Comme à l’époque. « [color:6e94= #eb930f]Enlève-moi cette main pleine de doigts » Un sourire en coin s’afficha sur mes lèvres. « Tiens donc, une main avec des doigts, c’est nouveau ?, demandais-je, me foutant ouvertement de sa gueule. « Tune t’es pas assez souvent brûlé pour savoir que mettre ses doigts dans la nourriture qui chauffe, c’est pas un bon plan ? Moi qui croyais t’avoir appris quelque chose … » Je secouais la tête, m’éloignant. La tentation était toujours trop forte. « Apparemment pas ».

A peine cinq minutes plus tard, nous fumes rejoint par ma sœur jumelle, Savannah. Et apparemment, ils avaient décidé de se liguer contre moi. « J’espère que tu m’en a laisser frérot, sinon tu risques d’avoir à faire à ma bouderie légendaire. Et tu sais à quel point je suis têtue sur ça[ ». Je levais les yeux au ciel. Dépassé. Soupirant. « Gna gna gna. Vas-y, fait ta princesse. Peu importe. Ça ne me fait plus rien, avec le temps. J’irais t’acheter un McDo au cas où tu bouderais dans ton coin. J’suis sympa, t’as vu ? Je ne te laisserais pas mourir de faim », ricanais-je, avant qu’elle ne vienne me faire la bise, que je fis de même, et qu’elle alla rejoindre notre mère, faisant un commentaire sur son si beau tablier. Ce qui me fit sourire. « Je me demande comment ça se fait que nous ne sommes pas devenus stylistes d’ailleurs », dis-je, un doigt posé sur le menton, réfléchissant. Je ne sus pas comment elle le sut, mais elle me fit un commentaire concernant la remarque que venait de me faire ma mère. Si ça se trouvait, elle était déjà là, et nous ne l’avions tout simplement pas entendue entrer. « Écoute maman, Henry. Quand elle te dit de ne pas mettre la main dedans, ne la met pas dedans » Je pris une mine indignée. Choquée. « Mais de quoi je me mêle ? », et là, mon regard suivit sa gestuelle, et elle fit exactement la même chose. Alors que notre mère avait le dos tourné. Non mais ! Je la fulminais du regard. Lui faisait bien comprendre par là qu’elle allait le payer. Cher. « Mamaaaaaan. Pourquoi a elle tu ne dis rien ? Hein, pourquoi ? La grande moralisatrice, adepte du « fait ce que je dis mais pas ce que je fais ». C’est injuste. . Je partis à l’autre bout de la pièce, ayant bien conscience de me comporter comme un gamin. De la pire espèce. Mais, c’était plus pour rire. Me détendre, et penser à autre chose. Je n’étais pas sérieux. D’ailleurs, la seconde qui suivit, je partis en fou rire. Tout en contrôlant mon rire, je m’approchais de ma sœur, lui prenant le bras, et l’éloignant des fourneaux. « Ne reste plus là. Avec toi, il n’y aura plus rien quand ça sera l’heure de passer à table ».


black pumpkin


I'm a nightmare dressed like a daydream.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1249-i-m-a-nightmare-dressed-l

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: Merry Xmas {ft. Morgan's family   

Revenir en haut Aller en bas
 
Merry Xmas {ft. Morgan's family
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Merry Xmas Theme by Pizero
» [Collection] Morgan Kane (Champs Elysées)
» Offre TGV Family Spécial Noël
» Charles Morgan
» [Hamilton, Laurell K.] Merry Gentry - Tome 2: La Caresse de l'Aube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: memory lanes-
Sauter vers: