N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY célèbre sa première année d'existence sur la toile. ♡

Partagez | 
 

 henry | past coming back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Rafaël Marquès
sa mission? transformer n'importe quel petit ami en ex. ✿

some info
☆ en ville depuis le : 28/12/2016
☆ messages : 285
☆ pseudo : ZAF.IRA (Jeanne)
☆ avatar : Matthew Daddario
☆ crédits : Balaclava (a)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: 6/6 (Simon - Henry - Event - Kendall - Luke - Ava)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: henry | past coming back   Ven 13 Jan - 21:40

past coming back
Henry & Rafaël
Eh! Excuse-moi Est-ce qu'on peut parler deux minutes ? Ce sera pas long je te promets après je disparais. Il fallait juste que je te parle de quelque chose et je me connais. Si je le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir.

Déjà presque un mois que Rafaël avait retrouvé son ex, Henry, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas de cette façon qu’il avait imaginé leurs retrouvailles. Leur séparation remontait à plusieurs années maintenant et même si cela lui avait pris du temps pour s’en remettre, il ne lui en voulait plus, seules les explications qu’il lui devait lui manquait encore. Mais les circonstances ne jouant pas vraiment en leur faveur, les choses avaient mal tournés et le malaise qui régnait entre eux lorsqu’ils s’étaient vus la première fois, s’était finalement transformé en tension sexuelle. Rafaël n’avait plus de sentiments pour lui et il ne voulait plus en avoir, pourtant, le revoir là, après tout ce temps, lui avait rappelé l’époque où ils étaient un couple et visiblement, son inconscient n’en avait pas fini avec lui. De ce fait, cette coucherie, bien qu’agréable, n’avait fait que de lui avait apporté plus de questions que de réponses et il était déterminé à ne pas le laisser s’en tirer cette fois. Il s’était déjà suffisamment moqué de lui comme ça, il n’était pas un objet dont il pouvait se servir et jeter une fois que monsieur en avait marre, il l’avait déjà fait et cela ne se reproduirait pas. Tout était embrouillé dans l’esprit de Rafaël, il avait besoin d’explications, sur ce qu’il c’était passé à l’hôpital et ce qu’il attendait de lui, mais également sur le passé pour qu’il puisse définitivement tourner la page. Alors, il n’avait fait de cesse de l’appeler et de lui envoyer des messages, mais sans jamais aucune réponse de sa part. Cela n’avait fait qu’intensifier sa rancune et il avait pensé à l’éventualité de se rendre chez lui ou à son travail, mais ce n’était pas très respectueux et ils n’arriveraient pas à parler librement comme ils devaient le faire, alors il avait abandonné l’idée et attendait simplement un signe de vie de sa part. Finalement, après de nombreuses relances, Henry avait daigné lui répondre, l’attente n’avait pas arrangé son cas, mais il était disposé à parler et Rafaël n’allait pas cracher dessus. Pour le bien de tous, ils avaient convenus d’un endroit en ville, public, qui les empêcherait de reproduire les mêmes erreurs, et c’est pourquoi ils se donnèrent rendez-vous au starbucks quelques jours plus tard. Rafaël avait longtemps attendus cette rencontre et pourtant il l’appréhendait désormais. Il ne savait pas à quoi s’attendre et il ne savait pas comment il allait réagir face à son ex, mais une chose était sure, c’est qu’il allait rester concentré sur ce qu’il voulait vraiment : comprendre, et non pas succombé aux beaux yeux du brun une nouvelle fois. Ils avaient prévus de se retrouver en fin de journée et c’est donc après son travail, vêtu de son costume, qu’il se rendit au café où il commanda une boisson. Il prit ensuite place à une table en attendant Henry et vérifiait nerveusement son portable toutes les cinq secondes pour être sure qu’il ne lui ferait pas faux bond.
Made by Neon Demon



Parce que t’es beau comme une comète. Je t’ai dans la peau, je t’ai dans la tête. Je te le répéterai tant qu’il faudra. Tu peux pas t’en aller comme ça — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1341-raf-don-t-grow-up-it-s-a-
avatar

Lucien Davillier
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 14/12/2016
☆ messages : 522
☆ pseudo : V.
☆ avatar : HNH.
☆ crédits : ©SWEET DISASTER.
and more
MessageSujet: Re: henry | past coming back   Mar 17 Jan - 20:59

Past coming back.
Eh! Excuse-moi Est-ce qu'on peut parler deux minutes ? Ce sera pas long je te promets après je disparais. Il fallait juste que je te parle de quelque chose et je me connais. Si je le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir.
.
Une semaine. Une semaine exactement que Rafaël essayait de me contacter, et qu’à chaque fois, soit je refusais l’appel, tout simplement, soit je ne répondais pas à ses sms. Par chance, au début, il essayait de me contacter alors que j’étais encore au travail, mais, petit à petit, il s’y était mis aussi le soir. Ce qui était plus risqué, étant à la maison et habitant avec Faith. Déjà que je ne lui avais encore rien dit … Il fallait que j’arrête de jouer avec le feu. Cette histoire avait déjà trop duré. Elle n’aurait même pas dû commencer. Mais voilà. Il avait fallu qu’il vienne faire je ne sais quoi à l’hôpital, sur mon lieu de travail, et que, après une brève salutation, de politesse, il veuille me demander des comptes. Sur le passé. Sur nous deux. Et, sincèrement, je n’avais aucune réponse à lui donner. La tension, montant de plus en plus entre nous, malgré le fait d’avoir choisi la cafétéria comme terrain neutre, nous avait très vite amené dans une autre pièce, ou les habits ont atterri à terre tout autant rapidement. Et là, l’irréparable. Depuis, je trainais un sacré boulet au pied, et je m’en voulais. Je ne savais pas comment je faisais à ne rien montrer. Un de ces jours, il fallait que je crache le morceau, que j’avoue tout. Je n’en avais tout simplement pas la force. Je l’aimais, et je ne voulais pas que tout s’arrête. Je sais, comportement typiquement égoïste, surtout que là, c’était moi qui avait fauté mais … C’était quand même le comble, quand on y pense. Moi qui n’avait pas accepté le divorce de mes parents pour la même raison, voilà que je me retrouvais dans les mêmes draps que mon père. Père que j’avais haï de tout mon être durant plusieurs années. Et maintenant, je reproduisais son comportement.

Pour mettre fin aux appels et textos de mon ex, et de ma faiblesse récente, j’avais accepté de le revoir. Juste une fois. Tout en lui précisant dans un endroit neutre, encore plus que la cafét de mon lieu de travail, et surtout, ou il n’y aurait aucun endroit qui pourrait nous faire flancher à nouveau. Une fois. Pas plus. Depuis que j’avais répondu par l’affirmative, je ruminais. Il attendait des réponses. Il fallait donc que je lui en donne. Au travail, j’étais un peu plus distrait. Le soir, chez moi, plus souvent dans la lune. Physiquement, j’étais bien là, dans la même pièce que ma chérie, souvent lovée dans mes bras, mais mes pensées, elles, étaient à mille lieues de là. Honnêtement, les réponses, je ne les avais pas. Ça s’était fait. Comme ça. Et ni à l’époque ni maintenant je m’étais questionné sur mes choix, c’était peut-être le moment. Et peut-être que, une fois tout déballer, je me sentirais mieux ? Va savoir. Quoique non, tant que je n’aurais pas tout révélé.

Pour ce faire, il m’avait donné rendez-vous dans un Starbucks, en début de soirée. J’avais juste le temps de finir mon service – si, on me laisserait partir – et de parcourir les quelques kilomètres de distance qui nous séparait. Quelques minutes avant l’heure prévue, je trouvais une place de parc non là de loin, et je fis le trajet restant à pieds. Profitant de respirer à fond. Car oui, malgré tout, je sentais une boule qui commençait à se former au niveau de ma gorge. Car, au fond, j’appréhendais quand même un peu ce tête à tête. Finalement, je poussais la pire, et sans un regard aux alentours, je me dirigeais tout droit vers le comptoir. Un Starbucks® Signature Hot Chocolate en main, je ne pus faire autrement que regarder ce qui m’entourait. Au premier coup d’œil, je le remarquais. Prenant une grande inspiration, et déglutissant, je me faufilais parmi les tables pour rejoindre la sienne et de me laisser tomber sur la couchette, en face de lui. « Hey », dis-je, pour introduction, tout en posant mon gobelet chaud bouillant devant moi. Je me passais ensuite une main dans les cheveux, nerveusement, et tendu. « Bon, et bien … je suis là. Pose tes questions, j’y répondrais du mieux que je le pourrais ». J’allais droit au but, ne passant pas par quatre chemins. Plus tôt je sortirais de là, mieux je me sentirais. Il fallait que je mette le plus de distance possible entre nous. La tentation n’étant jamais bien loin.

black pumpkin



... And nothing else matters.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1918-the-night-is-dark-and-ful
avatar

Rafaël Marquès
sa mission? transformer n'importe quel petit ami en ex. ✿

some info
☆ en ville depuis le : 28/12/2016
☆ messages : 285
☆ pseudo : ZAF.IRA (Jeanne)
☆ avatar : Matthew Daddario
☆ crédits : Balaclava (a)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: 6/6 (Simon - Henry - Event - Kendall - Luke - Ava)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: henry | past coming back   Mar 14 Fév - 12:44

past coming back
Henry & Rafaël
Eh! Excuse-moi Est-ce qu'on peut parler deux minutes ? Ce sera pas long je te promets après je disparais. Il fallait juste que je te parle de quelque chose et je me connais. Si je le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir.

L’heure de la confrontation était enfin arrivée. Rafaël ne savait pas à quoi s’attendre et était un peu inquiet en attendant Henry, même s’il s’efforçait de le cacher. La dernière fois, les choses ne s’étaient pas passés comme il l’avait imaginé et il ne comptait pas refaire cette erreur, cette fois il allait demander des explications claires, et ne pas le laisser profiter de la situation pour se défiler. Déjà installer au Starbuck, il profita de l’attente pour se concentrer et réfléchir ce qu’il allait dire, il craignait un malaise entre eux et voulait à tout prix l’éviter. Henry finit par entrer et alla se commander une boisson, Rafaël but une gorgée de son café et se redressa en le suivant des yeux jusqu’à ce qu’il vienne s’installer en face de lui.

_ Salut

Il lui répondit tout aussi simplement, poliment. La situation était gênante, mais supportable, au moins, pas d’attirance palpable pour l’instant. Il lança la conversation, soulageant un peu Rafaël qui ne savait pas par où commencer et c’était direct, comme il aimait, même si cela ressemblait à un interrogatoire. Cela lui donna le courage de l’affronter de front, retrouvant sa confiance, pour l’attaquer tout d’abord sur la manière dont il l’avait laissé à l’hôpital et qui n’était pas glorieuse.

_ D'abord, sache qu’on laisse pas les gens comme ça. Sans donner de nouvelles en plus.
Il marqua une courte pause avant d’ajouter, le regard accusateur. Mais faut croire que c’est une habitude chez toi.

Il venait de jeter de l’huile sur le feu, mais il ne pouvait pas se retenir plus longtemps, il était suffisamment resté dans l’ombre, alors s’il voulait parler, ils allaient parler. Il n’avait tout de même pas envie de créer une dispute au milieu d’un public et cela n’allait pas arranger leurs affaires. Il rangea alors de côté son animosité pour lui poser la question qui l’intriguait le plus, celle qu’il avait ressassée pendant un mois et dont il avait besoin de connaitre la réponse. Il baissa les yeux sur son gobelet qu’il tenait entre ses mains, ne pouvant affronter son regard quand il lui demanda.

_ Bon. Qu’est-ce que c’était ? Un moment de faiblesse, un manque à combler, ou…

Ou quoi ? Même lui n’était pas sur de ce qu’il pensait, mais c’était cette éventualité qui l’avait embrouillé. Henry pouvait-il vraiment avoir des regrets pour eux après la manière dont il l’avait quitté deux ans plus tôt ? Il avait du mal à y croire, mais il n’avait pas pu ignorer l’alchimie qu’il y avait eu entre eux et qui les avaient poussés à coucher ensemble, comme ça, sans raison. La dernière fois qu’il l’avait vu, avant leurs retrouvailles, Rafaël était amoureux de lui, alors ce n’était pas étonnant qu’il soit confus, malgré la rancune qu’il avait pour lui, car leur histoire n’avait jamais été proprement terminée et les derniers évènements n’avaient fait que le confirmer.
Made by Neon Demon



Parce que t’es beau comme une comète. Je t’ai dans la peau, je t’ai dans la tête. Je te le répéterai tant qu’il faudra. Tu peux pas t’en aller comme ça — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1341-raf-don-t-grow-up-it-s-a-
avatar

Lucien Davillier
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 14/12/2016
☆ messages : 522
☆ pseudo : V.
☆ avatar : HNH.
☆ crédits : ©SWEET DISASTER.
and more
MessageSujet: Re: henry | past coming back   Sam 25 Fév - 18:16

Past coming back.
Eh! Excuse-moi Est-ce qu'on peut parler deux minutes ? Ce sera pas long je te promets après je disparais. Il fallait juste que je te parle de quelque chose et je me connais. Si je le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir.
.
Je me retrouvais assis-là, dans un starbucks à moitié rempli, un gobelet de chocolat fumant et bouillant dans la main, assis en face de mon ex, Rafaël. Alors que je ne voulais pas spécialement être ici. Non pas qu’il m’avait obligé, j’aurais très bien refusé, mais depuis notre dernière rencontre, disons qu’il essayait par tous les moyens de me recontacter, malgré le fait que je lui avais très bien fait comprendre de ne plus le faire, il continuait. Insistant même. Je n’avais donc pas eu d’autres choix que d’accepter un rendez-vous, en tête à tête avec lui. Au moins, nous avions opté pour un endroit neutre, ou aucune échappatoire ne serait possible. Du moins, aucune chambre vide à l’horizon. Et les toilettes publiques, non merci. Même pas en rêve. C’était déjà ça. J’espérais juste que l’entrevue n’allait pas se prolonger. Au pire, je pourrais toujours prétexter une urgence médicale, mais j’avais déjà trop souvent été lâche ces derniers temps, et pour une fois, il fallait que j’assume les conséquences de mes actes. Mon regard dans le sien, me mordillant légèrement la joue, je le regardais, luttant de tout mon être de ne pas replonger. Il était toujours tout autant canon – dans le cas contraire, rien de tout cela ne serait arrivé – et … même s’il faisait partie du passé et que j’étais heureux en couple, du moins pour le moment, disons que la tentation refaisait surface. Damnée tentation. Je souris légèrement, replaçant une mèche de cheveux en arrière. Ce fut lui qui prit la parole en premier. Je le remerciais silencieusement, ne sachant vraiment pas comment débuter notre conversation future. Déjà que je n’aurais certainement pas les réponses à ses questions.

Bon. Je me pinçais cette fois-ci la lèvre inférieure. Haussant les épaules. « Tu t’attendais à quoi ? Que je t’invites au restau pour fêter nos retrouvailles ? » répondis-je d’un ton un peu trop sec. Je m’étais préparé à m’entendre reprocher pleins de choses – et j’avais parfaitement conscience que mon comportement était loin d’être parfait – mais malgré tout, je me braquais quand même, et mon automatisme de défense était simple. Devenir agressif. Pour un rien. Je pris une grande inspiration, pour contrôler le ton de ma voix, et d’un ton plus doux, je poursuivis. « Je conçois, je n’ai pas été très sympa sur ce coup. Mais tu voulais que je fasse quoi ? Déjà que j’ai perdu le contrôle. Je n’avais pas prévu de te recroiser, et encore moins de finir dans cette chambre … alors la suite ? Tu penses bien que je n’y ai pas réfléchi » Je ne relevais pas qu’il avait méthodiquement choisi ses mots. Mais faut croire que c’est une habitude chez toi. Je ne répondis rien à cela. A la place, je m’excusais. « Désolé alors, si ça a pu t’affecter d’une quelconque manière. Mais il me semble que, une fois, je t’ai bien fait comprendre au téléphone que c’était mieux qu’on reste ainsi ». Détournant le regard, je portais à mes lèvres la boisson que je tenais en main, et en but une petite gorgée, évitant par la même occasion de ne pas me brûler la langue. Heureusement que j’avais tout avalé, sinon, à sa question suivante, j’aurais tout recraché illico. Quoi répondre exactement ? Même moi je ne savais toujours pas ce qui m’avait pris de finir dans ses bras. Après tout ce temps. Après tout l’amour que je portais à Faith. Je restais un moment silencieux, réfléchissant, avant de prendre une grande inspiration. « Je ne sais pas. Sincèrement. Un moment de faiblesse je pense. Quelque chose comme ça. Je ne suis en manque de rien, donc je ne vois pas d’autre possibilité. Toi. Moi. Notre passé commun. La tension. La frustration. Il n’en fallait pas plus ». Je m’interrompis, regardant rapidement dehors avant de reporter mon attention sur lui. Je ne peux pas dire que cela n’as pas compté pour moi, même si les choses ne sont pas simples du tout actuellement, mais … j’espère que je ne t’ai pas donné de faux espoirs. Ce n’était pas mon but. Et si c’est le cas, je m’en excuse. Encore une fois. ». Je n’aimais pas faire de la peine aux gens, encore moins à ceux que j’appréciais, ou que j’avais appréciés, et je me sentais presque mal pour lui. Si je voulais être tout à fait honnête avec lui, depuis notre dernière rencontre, je ne savais plus trop ou j’en étais. Je savais que j’aimais Faith, plus que tout au monde, mais en même temps, une partie de moi, me disait qu’il me manquait quelque chose. Le risque. L’aventure. Et depuis, je n’allais pas spécialement bien non plus. La culpabilité. J’avais beau avoir discuté avec Caitlin, je la trainais toujours derrière moi comme un prisonnier et son boulet. Je repris une autre gorgée de mon chocolat chaud, et je croisais ensuite les bras. « Je te retourne la question. Et toi ? Pourquoi ? » Et cette question, je me la posais réellement, après tout ce qu’il m’avait dit, à l’époque ou dans le présent. J’étais curieux de savoir.

black pumpkin



... And nothing else matters.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1918-the-night-is-dark-and-ful
avatar

Rafaël Marquès
sa mission? transformer n'importe quel petit ami en ex. ✿

some info
☆ en ville depuis le : 28/12/2016
☆ messages : 285
☆ pseudo : ZAF.IRA (Jeanne)
☆ avatar : Matthew Daddario
☆ crédits : Balaclava (a)
and more

Feuille de personnage
☆ disponibilité rp: 6/6 (Simon - Henry - Event - Kendall - Luke - Ava)
☆ répertoire
:
☆ to do list
:
MessageSujet: Re: henry | past coming back   Jeu 30 Mar - 16:53

past coming back
Henry & Rafaël
Eh! Excuse-moi Est-ce qu'on peut parler deux minutes ? Ce sera pas long je te promets après je disparais. Il fallait juste que je te parle de quelque chose et je me connais. Si je le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir.

C’était parti. Henry l’avait rejoint et ils étaient prêts à parler, mais c’était moins facile qu’il ne l’imaginait alors il fallait se lancer rapidement avant de changer d’avis. Il parla franchement, sans faire de détour, il devait lui dire ce qu'il pensait et il n’avait pas à prendre des pincettes avec lui après ce qu’il lui avait fait. Il n’avait clairement pas apprécié être utilisé ainsi, ce n’était pas son genre en temps normal de coucher à droite à gauche, mais il savait ce qu’il en était quand c’était le cas et il ne s’attendait certainement pas à ça de la part de son ex. Sa réaction ne l’étonnait guère, après tout, ce n’est pas comme s’il avait douté de ses intentions depuis, et il le laissa s’expliquer, de plus en plus amer en l’écoutant. Il avait beau s’excuser, paraître désolé, ses paroles blessaient Rafaël dont le regard s’était assombrit alors qu’il fixait la table qui les séparait. Il s’enfonçait un peu plus, le faisant passer pour un illustre inconnu avec qui il avait malencontreusement couché, comme s’il avait oublié leur passé. C’était un coup dur pour Raf, même s’il s’en doutait, l’entendre dire ne lui faisait pas plaisir et ravivait d’anciens souvenirs douloureux. Il n’avait jamais pu lui dire ce qu’il avait sur le cœur à l’époque et cela risquait de déborder à présent, ce qu’il n’allait pas chercher à retenir. La conversation s’annonçait plus rude que prévu.

_ T’es sérieux ? Tu tires ton coup et disparait, comme si j’étais un mec d’un soir, et tu t’attendais à ce que je le prenne bien ? J’avais pas non plus prévu ça, j’espérai rien d’ailleurs, mais après tout ce qu’on a vécu, je pense mériter mieux que ça quand même. Je méritais mieux à l’époque aussi.

Il lui dit en soutenant désormais son regard, des reproches il en avait pas mal en réserve et il ne pourrait pas les éviter éternellement. Il avait vraiment été une partie importante de sa vie, alors que lui l’avait jeté comme s’il n’était rien, comme si leur histoire n’avait pas compté. Alors qu’il prenait leur relation au sérieux, il s’imaginait bien vivre ensemble et continuer ainsi encore quelques années, mais visiblement, Henry ne voyait pas les choses de la même façon. Et Rafaël s’était retrouvé seul, du jour au lendemain, sans aucune explication. En quelques secondes, tout s’était cassé la gueule et il n’allait pas mentir, ça n’avait pas été facile pour lui de s’en remettre. Il avait laissé un vide que seul le temps pouvait guérir et le plus dur, c’était ce silence et l’absence de réponses.

La seconde chose qu’il souhaitait savoir, c’était ce qui avait bien pu le pousser vers lui et le simple fait qu’il ait vu là une occasion de prendre du plaisir semblait la plus plausible. Il n’eut pourtant pas la réponse à laquelle il s’attendait et cela le rassura, flattant un peu son égo il faut bien l’avouer, d’avoir encore un minimum de charme sur lui. Il s’en voulait un peu maintenant d’avoir réagi si impulsivement et d’avoir imaginé le pire, ce n’était pourtant pas son genre d’être si dramatique. Et cette fois, ses excuses semblaient vraiment sincères et il voulait y croire. Il ne lui avait rien promis et c’était ridicule de lui en vouloir pour ça, c’est certain, mais il n’avait pas pu s’empêcher de se sentir abandonner, cicatrice du passé.

_ T’inquiète pas, au bout de deux ans, j’ai bien dû me faire une raison.

Il lui répondit simplement avec un sourire, cachant derrière la pointe de tristesse qu’il ressentait actuellement. S’il s’était posé la question, au fond il savait que plus rien n'était possible entre eux, il avait fait une croix sur lui il y a bien longtemps et ses sentiments s’étaient finalement envolés.  Les choses avaient évolués et il n’attendait plus rien de sa part. Faut dire qu’il n’allait pas attendre désespérément le retour de l’homme qu’il avait aimé, il avait un peu plus de dignité que ça et une vie qu’il ne pouvait pas laisser passer. Certes, c’était plus facile à dire qu’à faire à l’époque, mais il avait fini par ce dire qu’Henry ne l’avait jamais réellement aimé ou que la vie de couple était trop contraignante pour lui puisqu’il n’avait jamais pu trouver ce qu’il avait pu faire pour le faire fuir ainsi. Tant d’hypothèses qu’il avait pu imaginer au cours de ces dernières années, sans jamais avoir de confirmation.

Il lui retourna finalement la question et Rafaël s’appuya contre le dossier de sa chaise en y réfléchissant. Ce n’était pas bien difficile, il en avait eu envie, tous les éléments étaient rassemblés et il n’avait pas pu résister à la tentation. Enfin, c’était par la suite que les choses étaient devenus compliqués, car ce n’était pas vraiment dans ses plans de coucher avec son ex ni la chose la plus saine à faire, mais c’était trop tard maintenant alors ce n’était pas la peine de le regretter. Aussi surprenant que cela puisse l’être, il avait eu la sensation de retrouver celui qu’il avait aimé, comme s’il regardait d’anciennes photos en se rappelant le bons vieux temps et ils étaient vraiment heureux en ce temps-là. Il lui fallut sortir de ses pensées pour lui donner la réponse qu’il avait l’air curieux de connaître et il n’était pas très à l’aise d’avouer ça.

_ Ouais, c’est à peu près la même chose pour moi… Ça m’a rappelé des souvenirs, c’était comme avant, je sais pas… J’étais nostalgique sans doute. Il ajouta en lui lançant un regard entendu. Et puis on va pas se mentir, y’a des choses qui ne changent pas.

Un léger sourire flottait sur ses lèvres. Physiquement, il était toujours aussi beau, si ce n’est plus, alors il lui plaisait toujours autant et leurs caractères s’accordaient étrangement, ce feeling entre eux n’avaient pas disparu. La preuve étant qu’ils y avaient succombés.

Made by Neon Demon



Parce que t’es beau comme une comète. Je t’ai dans la peau, je t’ai dans la tête. Je te le répéterai tant qu’il faudra. Tu peux pas t’en aller comme ça — Fauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1341-raf-don-t-grow-up-it-s-a-
avatar

Lucien Davillier
membre + petit scarabée

some info
☆ en ville depuis le : 14/12/2016
☆ messages : 522
☆ pseudo : V.
☆ avatar : HNH.
☆ crédits : ©SWEET DISASTER.
and more
MessageSujet: Re: henry | past coming back   Lun 10 Avr - 0:48

Past coming back.
Eh! Excuse-moi Est-ce qu'on peut parler deux minutes ? Ce sera pas long je te promets après je disparais. Il fallait juste que je te parle de quelque chose et je me connais. Si je le fais pas maintenant je vais encore me défiler et m'en vouloir.
.
Je savais qu’en acceptant ce rendez-vous, les choses n’allaient pas être simples pour moi, ni pour lui. Qu’on allait certainement dire des mots qu’on ne voudrait pas prononcer, mais là, j’avais juste l’impression que ça tournait au ridicule. Certes, ce que nous avions vécu, ce n’était pas rien, loin de là, et oui, j’avais réagi en parfait connard à l’époque et encore il n’y a pas si longtemps de cela, mais, sérieusement, est-ce qu’il était toujours obligé de remettre sur le tapis ce qu’il s’était passé ? Dans un sens, je pouvais le comprendre, mais d’un autre … ça me rendait mal à l’aise. Je savais qu’il attendait des réponses que je n’avais pas forcement. Et voilà que maintenant il en rajoutant une couche, rejetant sur la faute sur moi. Mon sang ne fit qu’un tour, et comme on ne le dit jamais assez souvent, dans ces cas-là, il est préférable de se taire, de laisser le temps passer, juste quelques secondes, se calmer, et répondre. Ce que, bien évidemment, je ne fis pas. « Tu te fous royalement de ma gueule là ? Ou je me trompe ? Oui, c’est vrai, tu as raison sur certains points. Mais à ce que je sache, il fallait être deux, et, à aucun moment, à moins que ma mémoire me fasse défaut, tu n’as refusé. Une part de la faute t’encombre aussi, Raf’. Que tu le veuilles ou non. C’est trop simple de la donner qu’à une seule personne ». Je soupirais, prenant une grande inspiration et fermant les yeux, essayant de me calmer, avant de les rouvrir et me noyer dans les siens. Ces yeux, je ne les oublierais jamais. « Tu me prends pour un gigolo maintenant ? Je pense savoir que tu sais que je ne suis pas ce genre de mec, et que je ne l’ai jamais été. C’est juste que là … Bref, je ne t’évitais pas volontairement, et jamais, jamais je ne te prendrais pour un simple coup d’un soir. Bien évidemment que tu mérites mieux. Mieux que moi. Et même à l’époque. Mais être désolé à ce stade ne suffit plus. Soit tu l’acceptes, soit ça s’arrête là » A lui d’interpréter correctement. Pour ma part, je savais qu’entre nous, il n’y aurait plus rien, de charnel du moins. C’est ce que j’essayais de me répéter à longueur de journée. « Depuis ce fameux jour, ou tout a dérapé, je me suis retrouvé dans une spirale infernale, je suis complètement perdu, et ce n’est en rien de ta faute ». A peine avais-je fini de dire ce que j’avais à dire, qui, dans un sens, était sorti tout seul d’entre mes lèvres, j’apportais le mug de chocolat chaud à celles-ci. La situation s’empirait seconde après seconde. Après devoir faire face au fait que j’avais trompé Faith, et devoir y vivre avec, le trimballant comme un boulet de canon attaché à ma cheville, voilà que Rafaël m’accusait. Comme je venais de le lui annoncer, c’était trop simple. Et là encore, il fallait que j’y fasse face, d’une manière ou d’une autre. Il fallait que je mette les choses au point, et cela ne pouvait pas attendre plus longtemps. Autant plonger la tête la première, qu’on en finisse rapidement. Qu’on mette cartes sur table. Une bonne fois pour toute.

Pour le reste, tellement perdu dans mes pensées, à bien choisir mes mots, au contenu, j’y répondis que par un simple haussement d’épaules. De toute façon, il n’y avait rien à dire. Et ensuite, me coupant dans mon élan, dans mes réflexions, j’essayais de répondre de la manière la plus sincère possible sa question, du pourquoi du comment on en était arrivé là, à l’hôpital, avant de lui retourner la question. Curieux à mon tour d’en savoir plus. Je l’écoutais ensuite attentivement, mon regard rivé dans le sien, souriant même. Légèrement. Je ne savais pas trop ou en était la limite exactement, et, au stade ou on en était, autant faire attention. J’hochais la tête, cette fois-ci, un sourire en coin, approuvant ce qu’il venait de dire. « Effectivement, il y a des choses qui ne changent pas » Je ne le lâchais pas du regard, avant de le détourner, trop peur de nouveau franchir la ligne jaune. Quoique, de toute façon, après une fois, c’était déjà trop tard. Alors bon … Je vidai la moitié de mon chocolat, posant ensuite ma main autour du mug, avant de fixer un point derrière lui. « Ecoute, je crois que je te dois des explications ». Je pris une grande inspiration. C’était maintenant ou jamais. « Pour ce qui s’est passé, récemment, je … comme dit, ce n’était pas prévu. C’est venu comme ça, peut-être, aussi, comme tu dis, en souvenir du bon vieux temps. Parce que oui, j’ai bien conscience que je me suis comporté comme un parfait connard, par deux fois, mais c’est et ça restera toujours de moments merveilleux. Je ne les oublierais jamais, malgré tout. Je ne sais exactement ce que tu veux entendre, ce que tu veux que je te dise et je sais qu’un simple désolé ne suffit plus, mais … je ne sais pas quoi te dire. Ce qu’il s’est passé, à l’époque, je ne me l’explique pas moi-même. Encore maintenant, je me pose la question. La peur de l’inconnu ? De la stabilité ? Honnêtement, je ne le sais pas, et effectivement, tu mérites mieux ». Je m’interrompis un instant, juste pour rependre ma respiration et me passer une main dans les cheveux « Si je n’ai plus donné signe de vie, c’est parce que, depuis, j’ai l’impression de nager en eaux troubles. Je remets constamment tout en question. Je sais où j’en suis, mais en même temps, je me dis que, si je le savais vraiment, rien de toute cela ne serait arrivé. Alors, à la place, pour compenser le fait de tout réfléchir, et de m’enfoncer encore plus, je travaille. Beaucoup. Au point de délaisser Faith, seule à la maison. C’est pour cette raison que je ne répondais pas. Ni à tes appels et textos. C’est que j’avais besoin de me retrouver avec moi-même avant, chose que je n’ai pas réussi à faire. ». Je finis mon verre, détournant le regard, ne me rendant même pas compte que j’avais cité le nom de ma copine dans la discussion. Copine qu’il ne connaissait pas. « Si tu as des question, n’hésite pas, j’essayerais d’y répondre du mieux possible. Je te dois bien ça. Après tout. C’est juste que là, c’est trop le bordel dans ma tête et je ne sais pas trop quoi te dire »


black pumpkin


Spoiler:
 


... And nothing else matters.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1918-the-night-is-dark-and-ful

Contenu sponsorisé

some info
and more
MessageSujet: Re: henry | past coming back   

Revenir en haut Aller en bas
 
henry | past coming back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sfmodels [is coming back]
» Mark Henry
» Henry Charrière - Papillon
» Henry Certigny
» [Bauchau, Henry] L'enfant bleu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: city center :: starbucks-
Sauter vers: