N'hésitez pas à soutenir le forum ici ou encore . ♡
TEARS OF JOY a fêté dernièrement ses onze mois d'existence. ♡

Partagez | 
 

 no family is perfect. (caitlin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Jace McKinley
admin + maui

some info
☼ en ville depuis le : 21/07/2016
☼ messages : 197
☼ pseudo : untamed heart. (jessica)
☼ avatar : william moseley.
☼ crédits : wolfgang (avatar).
and more
MessageSujet: no family is perfect. (caitlin)   Lun 12 Déc - 15:35


No family is perfect. We argue, we fight. We even stop talking to each other at times. But in the end, family is family... The love will always be there.

La musique avait cessé de battre son plein depuis déjà près d'une heure dans le bar où Jace avait passé sa soirée. Les deux jolies demoiselles qui lui avaient tenu compagnie jusque là ne semblaient plus aussi emballées maintenant qu'il tenait encore à peine sur son tabouret. D'un regard, elles se mirent d'accord sur le fait qu'il était temps de partir. Peut-être qu'elles n'auraient pas du jeter leur dévolu sur une ancienne star brisée, finalement. Peut-être qu'elles auraient du se contenter de ces deux charmants jeunes hommes qui semblaient bien sous tous rapports. Jace, dans tous les cas, était à cent lieues d'elles en ce moment, si bien qu'il ne les vit même pas sortir du bar, bras dessus bras dessous. Focalisé qu'il était sur le verre qu'il tenait dans sa main, il ne réagit que lorsque le barman le lui arracha pour le vider dans l'évier. « Hé mec, t'es pas... pas très cool! » Il bredouillait et chancela lorsqu'il se leva de son tabouret. Se rattrapant de justesse au comptoir, il fronça les sourcils, se demandant si c'était le sol qui venait de trembler ou si ses jambes refusaient de lui obéir après tout l'alcool qu'il avait ingéré. Pourtant il n'avait bu que huit, neuf... douze verres? Il avait perdu le compte après un certain temps. Il finissait toujours pas perdre le compte, à un moment ou à un autre. « Allez mec, dégage de là, la fête est finie. » Il n'eut pas vraiment la force de résister aux poussées dans le dos du barman, qui faisait une bonne tête et demi de plus que lui et qui était bien plus sobre, si bien qu'il se retrouva dehors avant d'avoir le temps de réagir. Appuyé contre le mur en briques du bar, il tenta de mettre de l'ordre dans ses idées. Deux solutions s'offraient à lui: il pouvait rentrer chez lui et aller comater dans son lit jusqu'à midi ou il pouvait essayer de trouver un autre bar qui était encore ouvert à cette heure. Perdu dans ses pensées, il observait sans vraiment la voir la jeune femme blonde qui disparaissait au coin d'une rue, à quelques mètres de là. Et une troisième option s'imposa à lui.

Quelques minutes plus tard, il était assis par terre, dans un immeuble de l'est de la ville, l'immeuble où avait vécu sa mère, quelques années plus tôt. Celui où il pensait que sa soeur vivait encore. La jeune femme qui venait de lui claquer la porte au nez n'avait pas semblé ravie d'être réveillée au beau milieu de la nuit par un inconnu et il se retrouvait désormais au même point qu'il l'était lorsqu'on l'avait jeté hors de ce bar: vierge de tout projet. La tête entre les mains, il était sur le point de renoncer et de rentrer chez lui s'effondrer sur son lit encore tout habillé lorsqu'il s'était souvenu que le petit ami de Caitlin vivait dans ce même quartier. Peut-être la trouverait-il chez lui? Si il n'avait pas déménagé lui aussi. Et si ils étaient toujours ensemble. Après tout, Jace n'avait plus eu de vraies nouvelles d'elle depuis si longtemps. Non pas qu'il eut cherché à en avoir, cependant. Porté par une volonté dont il ne soupçonnait pas l'existence, il décida de marcher jusque là et d'aller voir par lui-même. L'air frais de la nuit n'arriva cependant pas à le faire dessaouler, si bien qu'il arriva à destination encore bien éméché. Il frappa lourdement sur la porte et attendit, appuyé contre celle-ci, qu'on vienne lui ouvrir. Il avait beau ne plus avoir revu cette chevelure blonde depuis des mois, il su immédiatement que sa logique avait vaincu l'alcool qui coulait dans ses veines. « Oooh, Caitlin, t'es lààà! » Chancelant, il pénétra dans l'appartement avant d'y être invité, un sourire béat sur les lèvres. « Wooow, c'est sympa chez ton mec! » lança-t-il avant d'étouffer un rire, comme si il venait de lancer une blague particulièrement drôle. Au moins, cette fois, il n'avait pas l'alcool agressif.


all of us live with a demon inside. some days you control the demon. and other days it controls you. and it is always hungry. it feeds on lust and longing. and while you may slumber, the demon never sleeps. it tempts you into crossing every line you've ever drawn, all the while it tests you, haunts you. and once it has turned your loved ones into enemies, the demon has consumed you whole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1197-people-are-not-rain-or-sn
avatar

Caitlin McKinley
admin + wendy

some info
☼ en ville depuis le : 31/10/2016
☼ messages : 251
☼ pseudo : raissajoly
☼ avatar : Candice King
☼ crédits : Niagara (avatar), raissajoly (crackship)
and more
MessageSujet: Re: no family is perfect. (caitlin)   Mar 13 Déc - 20:34

no family is perfect.
jace & caitlin
Les yeux rivés au plafond, j’attendais que le sommeil me reprenne. Je n’osai regarder l’heure qu’il était ; la nuit était probablement très avancée. Il était bien souvent le cas en tous cas à chaque fois que je me réveillais de mon cauchemar. Toujours le même. La mort de mon père… Bien des années avaient passés dès lors. Je n’avais pour autant jamais réussi à me débarrasser de ce souvenir qui me hantait. Toutefois, je m’y étais fait à l’idée, satisfaite de ne pas être insomniaque. Mes mauvais rêves n’étaient que de mauvais mais courts moments à passer ; je m’y remettais toujours. D’ailleurs, je baillais – signe que j’étais de nouveau sujet au sommeil – et aussi je décidai de prendre ma pose habituelle pour m’endormir. Quand un bruit lourd se fit entendre au rez-de-chaussée. Puis un deuxième. Et encore un troisième. Je compris à ce moment-là que cela venait du rez-de-chaussée, plus précisément de la porte Au beau milieu de la nuit. « Mais qui est le timbré qui peut bien cogner à une heure pareille ? » grogna mon compagnon alors qu’il  se recouvrait la tête avec son oreiller afin d’étouffer le bruit probablement. Je déclarai dans un soupir : « Je vais aller voir. Je dormais plus de toute façon. » Je m’assis sur le bord du lit et enfilai mes pantoufles. « Encore un cauchemar ? » Je soupirai. « Ça va. T’inquiète. »  A ces mots, je me levai enfin et descendis au rez-de-chaussée en prenant soin d’allumer les lumières sur mon chemin.
Face à la porte d’entrée, je tentai d’observer de qui il s’agissait par le judas mais je ne pus apercevoir qu’une masse sombre. Qui que ce fut, il attendait visiblement encore alors que je ne me montrais pas très rapide ; il fallait bien l’avouer. Je n’avais par conséquent aucun autre choix que d’ouvrir la porte si je souhaitais connaître l’identité du visiteur. Je me résolus donc à ouvrir. Tout d’abord  je fus prise de court par un courant d’air frais et, par réflexe, je croisai les bras tandis que je commençai à regretter de ne pas avoir pensé  à enfiler également mon peignoir d’intérieur qui m’aurait protégé – bien qu’un tout petit peu – du froid extérieur.  Cependant, je n’étais pas au bout de mes surprises. Là, sur le palier, se tenait Jace. Mon frère. Qui ne m’avait plus parlé pendant deux bonnes années. Et qui s’introduisit à l’intérieur de la maison d’une démarche vacillante tout en s’écriant d’une voix retentissante. Par opposition, je m’adressais à lui d’une voix douce. « Je suis là oui. Alors baisse d’un ton s’il-te-plaît Jace, tu vas réveiller… » Mais il m’interrompit de nouveau. « Jace… » Je marquai une pause pour m’assurer de son attention. « Qu’est-ce que tu fais là ? Et comment tu sais que j’habite ici au juste ? » demandai-je, intriguée. Là n’étaient pas les mots que j’aurais cru ou même que j’aurais voulu lui dire si jamais on se revoyait un jour. J’aurais cent fois préféré le prendre dans mes bras, lui dire à quel point il m’avait manqué et surtout lui demander comme il allait. Nous ne parlions plus, mais j’avais régulièrement pris de ses nouvelles de façon peu conventionnelle ; ainsi j’avais pris connaissance des ses différents frasques par le biais d’Internet… Et voilà qu’à ce jour, il débarquait en plein milieu de la nuit, chez mon petit-ami, et complètement ivre. Le cœur serré, je ne pouvais arriver qu’à une seule et malheureuse conclusion : il ne pouvait aller bien. Jamais aurait-il été là à tituber dans l’entrée si cela avait été le cas. Je poussais un soupir, non seulement d’inquiétude mais aussi de dépit. « Tu devrais rentrer chez toi. Je t’appelle un taxi. » En réalité, je ne voulais pas vraiment qu’il rentre… J’étais juste perdue et ne savait plus trop quoi faire. Il y avait tellement de choses qu’elle souhaitait lui dire mais… son ivresse freinait quelque peu ma volonté. « Je t’en prie va t’asseoir en attendant. » Je le pris par le bras et le traînai difficilement jusqu’au salon où je l’installai dans le canapé. Ou du moins, j'essayais.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tearsofjoy.forumactif.com/t1227-relationships-include-fig
 
no family is perfect. (caitlin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre TGV Family Spécial Noël
» enduro family pont de salars
» No Ordinary Family
» Review : The life and times of Mr. Perfect
» No Ordinary Family (2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TEARS OF JOY  ::  :: east san francisco :: habitations-
Sauter vers: